Les forêts françaises en danger d’industrialisation : «On va tout cramer»

Le projet de loi d’Avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt arrive au Sénat. Un projet qui privilégie une gestion productiviste et industrielle de la forêt, et contre lequel de plus en plus de voix s’élèvent.

“On va tout cramer et dans vingt ans on n’aura plus de bois, s’inquiète Régis Lindeperg de l’Association Adret Morvan. Nous sommes à une période charnière.”

Lire la suite sur Fortune

Jean-Vincent Placé (EELV) quitte le plateau de Canal+ : « Je me tire, vous me faites chier ! » (vidéo)

Jean-Vincent Placé, patron des sénateurs écolo au Sénat, ne veut plus que les journalistes parlent de ses PV de stationnement non payés.

Agacé par un portrait de Canal Plus diffusé ce dimanche 13 avril, et qui revient sur cet épisode en citant le témoignage de la vice-présidente socialiste de la région Ile-de-France, Michèle Sabban, qui assure qu’il « reste encore des PV à payer », Jean-Vincent Placé choisit de quitter le plateau de l’émission politique Le Supplément.

Le sénateur EELV s’emporte ainsi dans une séquence diffusée par Canal Plus, mais qui avait été tournée une fois une coupure publicitaire lancée :

« Je trouve ça lamentable, cette façon de faire du journalisme. Je devrais faire comme Henri Guaino et partir (…). Je trouve ça honteux. Je me tire d’ailleurs, vous me faites chier ! » – Jean-Vincent Placé


Complément : Jean-Vincent Placé (EELV) doit régler environ 18 000 euros de PV en souffrance

Greenpeace déverse du charbon devant l’Elysée

A quelques heures d’un Conseil des ministres franco-allemand, l’association écologiste a déversé cinq tonnes de charbon devant le palais de l’Elysée. Greenpeace assure aussi que le camion qui a apporté ce charbon transportait aussi deux cuves contenant 2 000 litres d’eau contaminée au tritium. (…)

France Info

Censure : Hervé Kempf quitte Le Monde

Ce 2 septembre, quinze ans et un jour après y être entré, je quitte Le Monde: en ce lundi, le dernier lien juridique entre ce journal et moi est défait, par le « solde de tout compte ». Que je quitte volontairement un titre prestigieux étonnera peut-être. Mais certes moins que la raison qui m’y pousse: la censure mise en œuvre par sa direction, qui m’a empêché de poursuivre dans ce journal enquêtes et reportages sur le dossier de Notre Dame des Landes.

Au terme de l’histoire que je vais ici retracer, il ne me restait qu’une issue, si je voulais conserver la liberté sans laquelle le journalisme n’a pas de sens : abandonner le confort d’un salaire assuré et de moyens de travail avant que soit étouffée la dernière marge d’expression qui me restait, la chronique Écologie.

Faiblesse de nos moyens face aux millions des oligarques qui contrôlent les médias. Nous ne sommes rien, ils sont tout. Mais nous avons ce que l’argent ne peut pas acheter : la conviction, l’enthousiasme, la liberté.

Suite et commentaires sur Fortune

Chômage, croissance, retraites : Hollande promet des réponses «d’ici à la fin du mois»

François Hollande a promis, lundi 19 août, pour la «fin de ce mois» des réponses du gouvernement sur la préparation du budget 2014, la reprise économique et les retraites. Le président de la République s’est exprimé devant l’ensemble des membres du gouvernement de Jean-Marc Ayrault, réunis pour un séminaire de rentrée consacré à «la France de 2025».

Ce séminaire, a souligné le chef de l’Etat, vise à traiter, au-delà de «l’immédiat» et de «l’urgence», de ce que l’exécutif veut «faire de la France pour les dix ans à venir». […]

«Cette stratégie» passe, a poursuivi M. Hollande, par cinq «objectifs» : «utiliser pleinement notre avantage démographique» ; «gagner la bataille de la mondialisation» ; «réussir la transition énergétique et écologique» ; «faire de notre territoire un levier de développement» et «inclure tous les citoyens dans la République». […]

Le Monde

Union Européenne : Les semences de variétés traditionnelles ne peuvent plus être commercialisées

La Cour de Justice de l’Union Européenne a confirmé le 12 juillet dernier l’interdiction de commercialiser les semences de variétés traditionnelles qui ne sont pas inscrites au catalogue officiel européen.

Il suffirait d’inclure ces variétés anciennes au catalogue officiel pour les commercialiser en toute légalité. Seulement voilà, elles se trouvent dans le domaine public et après 20 ans, si personne ne les a réinscrit au catalogue, elles en sortent. Il faut pour cela payer assez cher. « A cause de cette réglementation, plus de 80% de la biodiversité a disparu ».

Lire l’article de RTBF

L’écologiste Delphine Batho limogée du Gouvernement (MàJ vidéo)

Commentaire sans appel d’Anna Cabana sur BFM ce matin :

François Hollande a mis fin aux fonctions de Delphine Batho, qui a critiqué le budget préparé par le gouvernement pour 2014, ce matin. Philippe Martin lui succèdera au ministère de l’Ecologie.

« C’est un mauvais budget », avait lâché Delphine Batho, 40 ans, à la radio RTL, enfreignant le sacro-saint principe de « solidarité gouvernementale » imposé et encore réaffirmé récemment par le président François Hollande et son premier ministre Jean-Marc Ayrault.

Delphine Batho réagissait à la baisse de 7% de ses crédits prévue l’année prochaine. Le ministère de l’Ecologie est l’un des plus sévèrement touchés par les économies que le gouvernement veut réaliser afin de contenir le déficit public à 3,5% du PIB, contre 2,9% initialement prévus, conformément aux attentes de Bruxelles.

Le Figaro

________________________________

Jean-Vincent Placé, chef du groupe écologiste au Sénat, a estimé mardi que son parti n’était «pas loin de la sortie» du gouvernement, alors que la ministre de l’Écologie, Delphine Batho, a déploré que son ministère ait «un mauvais budget» 2014.

«Il est clair que, pour les écologistes, il est impossible de voter un budget où l’écologie baisse autant», a déclaré M. Placé à l’AFP. «Là, on n’est pas loin de la sortie», a-t-il ajouté.

«L’enjeu budgétaire sera à la fois de mette en place une fiscalité écologiste, en particulier une augmentation du prix du diesel et l’instauration d’une taxe carbone, et un budget positif pour l’écologie», a expliqué M. Placé.

Mme Batho «a fait preuve de lucidité», a-t-il jugé, ajoutant que «c’est bien de dire les choses». [...]

Libération

Après le cheval, une affaire de viande de boeuf avariée chez Flunch

Après le cheval, le boeuf… La justice enquête bien sur une affaire de tromperie sur la viande de boeuf après les révélations d’un ex-cadre d’une société spécialisée dans la découpe de viande bovine, Castel Viandes, installée à Châteaubriant (Loire-Atlantique), a indiqué vendredi le parquet de Nantes, confirmant une information du « Parisien/Aujourd’hui en France ».

« Une enquête préliminaire a été ouverte mi-février pour escroquerie et tromperie à la suite d’éléments fournis à la gendarmerie, notamment par un ancien cadre, et corroborés par une enquête des services vétérinaires », a déclaré Fabienne Bonnet, procureur adjoint au parquet de Nantes. « Une perquisition a eu lieu et l’exploitation des pièces saisies est en cours », a-t-elle ajouté, soulignant qu’il faudra attendre plusieurs semaines avant d’en connaître les résultats.

Selon le quotidien, la justice soupçonne ce groupe familial, créé en 1963, de pratiques appelées « remballe » et d’avoir vendu de la viande avariée à des clients, « notamment à des restaurants Flunch ». C’est un ancien cadre de chez Castel Viandes, licencié en 2008, qui est à l’origine de l’enquête. « Directeur qualité de la société, il découvre le 1er décembre 2008 que, le samedi précédent, des employées ont été affectés à une opération de vente de steaks avariés », raconte l’intéressé.

Les Echos

Viande : un éleveur français dénonce les pratiques des abattoirs

Après le scandale de la viande de cheval, voici une histoire qui pourrait jeter un nouveau trouble sur l’industrie agro-alimentaire. Un éleveur laitier a en effet constaté que ses bêtes ont été revendues comme vache à viande.
Les abattoirs concernés se défendent de toute tromperie.

Viande de cheval : l’intermédiaire hollandais avait déjà vendu du faux halal

Dirigeant d’une société-écran chypriote, un homme d’affaires de Breda, aux Pays-Bas est au centre du scandale de vente de viande de cheval à la place de bœuf. En 2012, il avait déjà été condamné à neuf mois de prison ferme pour avoir vendu de la fausse viande halal à des grossistes français.

Après la France et la Roumanie, le scandale de la viande de cheval vendue pour du bœuf dans des lasagnes surgelées mis à jour par la société suédoise Findus s’oriente maintenant vers les Pays-Bas. Car c’est un homme d’affaires néerlandais, Jan Fasen, qui a servi d’intermédiaire entre les deux abattoirs roumains ayant fourni cette viande et la firme française Spanghero qui a approvisionné Comigel le fabricant des lasagnes contrefaites. Comme vient de le révéler le journal anglais « Mirror », la viande de cheval a d’abord été achetée par Draap Trading Limited, une société écran immatriculée à Limassol, dans l’île de Chypre, dont le directeur n’est autre que le néerlandais Fasen.
[...]

Jan Fasen n’est pas un inconnu de la justice. Le 18 janvier 2012, il a été condamné à un an de prison, dont neuf mois fermes, par le tribunal de Breda, pour avoir vendu de la fausse viande de bœuf halal présentée comme d’origine allemande ou hollandaise qui était en fait de viande de cheval en provenance du Mexique, du Brésil ou du Canada.

Selon le jugement, que Paris Match a consulté, les faits se sont déroulés de septembre 2007 à juin 2009. Le tribunal a reproché au négociant d’avoir abusé plusieurs de ses clients – dont une société belge et deux société françaises (dont les noms n’ont pas été divulgués) –, en falsifiant des factures, des formulaires de traçabilité et des certificats halal.

Cette affaire, à l’époque, n’a pas été ébruitée en France.


Paris-Match