Droit de vote des étrangers : «Mon père était Français de souche» (car né avant l’indépendance du Sénégal)

Article de la Voix du Nord sur les étrangers souhaitant voter aux élections municipales.

Ils vivent et travaillent en France depuis plusieurs années. Leurs enfants sont scolarisés à Roubaix. Certains payent même des impôts. Pour cela, les résidents étrangers rencontrés estiment avoir le droit de choisir ce qui se passe dans leur ville. Pourtant aucun ne votera aux municipales. Témoignages.

«C’est lamentable de dire que pour un bout de papier, qui ne retranscrit ni mes idées ni ma citoyenneté, je ne peux pas voter», s’emporte Coumba, une Sénégalaise.

Cette résidente étrangère, âgée de 41 ans, vit en France depuis l’âge de huit ans. Elle travaille depuis treize ans dans une compagnie d’assurance et verse sa part d’impôt à la municipalité.

«Mon père était Français de souche (car né avant l’indépendance du Sénégal) et on nous dit qu’on n’est pas dans notre pays», poursuit-elle. Coumba n’a jamais réussi à réunir toutes les pièces pour finaliser son dossier de naturalisation. D’abord à cause d’un conflit l’opposant à son père. Aussi parce qu’elle dit ne pas avoir supporté les rapports avec la préfecture. «Ils ne nous respectent pas.» Alors, elle n’a jamais été au bout des démarches.

Les personnes rencontrées se questionnent. «Qu’est-ce qu’on attend de nous ? Dès l’instant où l’on respecte les lois de la France, c’est bon», considère Coumba.

Combien sont-ils dans son cas ? Pas évident de dénombrer les résidents étrangers à Roubaix, encore moins de cibler les potentiels électeurs. Selon des chiffres de l’Insee datant de 2010, les résidents étrangers roubaisiens seraient plus de 17 000, toutes catégories d’âges confondues[population de Roubaix 94 000 habitants en 2011, NDLR] .

Les plus âgés sont nés dans des colonies françaises. Ce qui permet d’obtenir plus facilement devenir Français. Souleymane est un Sénégalais, né presque vingt ans avant l’indépendance de son pays, actée en 1960. Il a gardé sa nationalité d’origine. […]

Le Parisien (Merci à Joe Arpaio)

La Grèce va supprimer le droit de vote des étrangers hors UE aux élections municipales

La Grèce s’apprête à supprimer le droit de vote des étrangers aux élections municipales, prévues dans trois mois, afin de se conformer à une décision du Conseil d’Etat l’ayant jugé anticonstitutionnel, a indiqué jeudi 13 février un membre du ministère de l’intérieur grec.

Un amendement dans ce sens a été déposé mercredi à la commission parlementaire avant un vote prévu à l’Assemblée la semaine prochaine, selon la même source. Le droit de vote des étrangers, ressortissants des pays hors de l’Union européenne et possédant un permis de séjour en Grèce, avait été adopté en 2010 et mis en œuvre la même année lors des élections locales grâce à une loi du gouvernement socialiste de Georges Papandréou.

Un an plus tard, le Conseil d’Etat, la plus haute juridiction administrative, a jugé que cette loi était anticonstitutionnelle car le droit de vote n’est réservé, selon la Constitution grecque, qu’aux seuls citoyens grecs.

«Si on ne vote pas cet amendement quiconque pourrait au lendemain des élections recourir à la justice et annuler les élections», a indiqué au Parlement le ministre de l’intérieur, Yannis Michelakis, pour justifier la décision du gouvernement de coalition entre droite et socialistes d’annuler cette mesure.

Toutefois, l’amendement a provoqué l’ire de l’opposition de la gauche radicale, Syriza, qui est au coude-à-coude avec la droite gouvernementale selon les derniers sondages. […] «L’ironie est que les socialistes du Pasok, qui avaient voté cette mesure, vont la supprimer en tant que parti de la coalition gouvernementale» souligne le Keerfa, mouvement regroupant des organisations antiracistes . […]

Le Monde (Merci à quidam)

« Moi je ne vote pas, car je laisse la France aux Français » (RMC)

Dans Bourdin & Co, un auditeur Irakien s’offusque contre une intervention militaire en Syrie. Jean-Jacques Bourdin lui demande pourquoi il ne retourne pas chez lui.

« Je ne peux pas retourner en Irak parce que je suis chrétien ! » – Paul

Libération : « Une mesure forte et symbolique pour la jeunesse : le droit de vote à 16 ans »

François Hollande a fait à juste titre de la jeunesse la principale priorité de sa campagne présidentielle de 2012.

[...] [Aujourd'hui], il semble manquer une mesure forte et symbolique pour la jeune génération, une de ces mesures qui marquent une génération − tel que l’abaissement de la majorité de 21 à 18 ans en 1974 ou l’abandon du service militaire en 1997 −, une mesure qui démontre que le pouvoir est en phase avec elle et comprend aussi ses attentes.

L’instauration du droit de vote à 16 ans peut être cette mesure. Elle s’adresserait directement aux jeunes et marquerait historiquement leur génération.

Pour donner la priorité à la jeunesse comme le souhaite aujourd’hui le gouvernement, nous devons lui faire confiance en la responsabilisant. Instaurer le droit de vote à 16 ans viendrait consacrer le caractère de plus en plus précoce de son autonomie tout en rééquilibrant le rapport entre ses droits et ses devoirs.

Aussi, cette mesure suivrait le mouvement d’un abaissement de l’âge des majorités dans divers domaines : sexuelle, militaire, pénale, fiscale, bancaire… [...]

Libération

Rejet du droit de vote des étrangers : «C’est, de fait, rejeter le métissage de la société française»

Danielle Simonnet est Conseillère de Paris et candidate tête de liste Parti de Gauche pour les élections municipales de 2014. Adjointe au Maire du 20e en 2001, elle avait créé le premier Conseil de la Citoyenneté des Habitant(e)s Non Communautaires dans le 20e, ne participera pas à la grande réunion publique de ce soir pour le droit de vote des étrangers à Paris. Il est temps de cesser les hypocrisies et de faire face à nos responsabilités.

Ne soyons pas naïfs. Référendum ou pas, la droite et l’extrême droite ont décidé de batailler contre le droit de vote pour tous. Il faut donc mener campagne pour. Leur objectif n’est pas simplement de refuser cette avancée démocratique. C’est, de fait, rejeter le métissage de la société française et attiser son rejet.

Je ne participerai pas au débat sur le droit de vote des résident(e)s étranger(e)s organisé par le collectif Votation Citoyenne ce mardi, à Paris, au Grand Parquet. Non pas, évidemment, que le thème me gêne. Au contraire : mon parti milite pour depuis sa création et c’est pour moi un combat de toujours ! Mais je refuse qu’on l’instrumentalise politiquement. […]

Et de réaffirmer, toujours et encore, qu’il fallait maintenant qu’il soit accepté par les 3/5ème des parlementaires réunis en congrès. La belle affaire ! Comme s’il n’y avait que la voie parlementaire pour modifier la constitution et enfin arracher ce droit ! Et le peuple dans tout ça ? Pourquoi en ont-ils si peur ? C’est lui qu’il faut solliciter et mobiliser sur ce sujet, comme sur bien d’autres. […]

Ce n’est pas le droit de vote qui divise la population, c’est le refus de l’accorder aux résident-e-s étranger-e-s qui divise le peuple et provoque des antagonismes ethniques qui n’ont pas lieu d’être. En République, on assume la confrontation démocratique et on respecte la souveraineté populaire en lui laissant le pouvoir de trancher in fine. D’autant plus quand l’unicité du peuple est en jeu.

Marianne

Le Sénat octroie symboliquement le droit de vote aux étrangers

Les parlementaires écologistes Esther Benbassa et Sergio Coronado ont organisé lundi au Sénat une « cérémonie d’octroi symbolique du droit de vote et d’éligibilité des résidents étrangers aux élections locales » 

« Il s’agit d’une piqûre de rappel à nos dirigeants qui promettent et mettent du temps à la réalisation de leurs promesses », a lancé la sénatrice du Val-de-Marne devant quelque 300 élus et représentants d’associations.

« Ce droit, adopté en 2000 à l’Assemblée nationale, a été voté par le Sénat le 8 décembre 2011″, a-t-elle poursuivi. Mais il faut maintenant qu’il soit accepté par les 3/5e des parlementaires réunis en congrès.

« Nous pensons que la France est prête, que les citoyens sont prêts à faire en sorte que les résidents non communautaires bénéficient enfin de ce droit de vote aux élections locales ».

nouvelobs.com - merci Alexandre L.

————-

Complément: Née à Istanbul dans une famille descendante de Juifs expulsés d’Espagne en 1492, Esther Benbassa a émigré en Israël à l’âge de quinze ans et est arrivée en France en 1972. Elle a été naturalisée française en 1974, ce qui fait d’elle une trinationale. Elle a fait son cursus d’études supérieures d’abord en Israël puis en France. Wiki

 

Benbassa et Coronado (EELV) organisent une cérémonie «d’octroi symbolique» du droit de vote des étrangers au Sénat

Les parlementaires écologistes Esther Benbassa (née en Turquie, naturalisée en 1974) et Sergio Coronado (né au Chili, naturalisé en 1994) organisent le 24 juin au Sénat une «cérémonie d’octroi symbolique du droit de vote et d’éligibilité des résidents étrangers non communautaires aux élections locales».

Dans un communiqué, la sénatrice et le député se disent «convaincus» que l’idée de ce droit de vote peut réunir «une large majorité de citoyens attachés à une extension et à un affermissement du champ de notre pratique démocratique». […]

Cette initiative a provoqué une vive réaction du député UMP Claude de Ganay qui demande au président du Sénat Jean-Pierre Bel (PS) «de faire annuler cette cérémonie au nom de la neutralité et du respect dus aux institutions républicaines».

Le député du Loiret juge cette cérémonie «contraire à notre tradition républicaine et à l’état actuel du droit». Pour lui, «le droit de vote est depuis toujours indissociable de la citoyenneté». «C’est en accédant à la nationalité française qu’on accède au droit de vote jusqu’à nouvel ordre» et «une telle cérémonie est un affront fait au Parlement !» s’indigne-t-il.

Libération (Merci à artichaud)

Hollande : Un an après, espoirs déçus, musulmans désabusés

Il y a un an jour pour jour, le 6 mai 2012, François Hollande était élu président de la République. Un bilan de la première année de son quinquennat s’impose et n’est pas des plus reluisants de la 5e République. Saphirnews estime que le bilan est décevant, particulièrement pour les musulmans.

La montée inexorable de l’islamophobie à laquelle le gouvernement ferme les yeux nourrit toujours plus le sentiment de déception.

La déception demeure vive chez beaucoup d’électeurs de Hollande. La promesse emblématique du droit de vote des étrangers extra-communautaires a été jetée aux oubliettes, tout comme les mesures en vue de lutter contre les contrôles au faciès. Et l’intransigeance du ministre de l’Intérieur Manuel Valls sur le volet de l’immigration est une désillusion pour les associations de défense des sans-papiers qui espéraient bien mieux avec l’arrivée de la gauche au pouvoir.

Quant aux musulmans qui ont voté majoritairement pour François Hollande lors de la présidentielle 2012, ils peuvent être légitimement déçus d’un président qui a dernièrement estimé nécessaire le vote d’une loi pour interdire les signes religieux dans les crèches après l’annulation, par la Cour de cassation, du licenciement d’une salariée voilée de la crèche Baby Loup. […]

saphirnews

Affaire Cahuzac : Un «effet dévastateur» en Seine-Saint-Denis

Pour Stéphane Troussel, Président PS du Conseil Général de Seine-Saint-Denis, l’affaire Cahuzac est insupportable et plus particulièrement dans son département. Il souhaite «des mesures qui seules garantiront le renouvellement de la démocratie», dont le droit de vote des étrangers.

Face au soupçon, aux promesses non tenues, qui font dangereusement le lit du décrochage notamment des catégories populaires, de l’abstention puis du populisme et de tous les extrémismes, s’il n’y a plus de mots, il doit donc y avoir des actes.

Au-delà du dégoût que m’inspirent tant le délit lui-même que le mensonge dont Jérôme Cahuzac s’est rendu coupable, c’est la colère qui m’anime, quand je songe aux effets dévastateurs que la révélation de cette «impardonnable faute morale» va avoir dans notre pays.

Et tout particulièrement en Seine-Saint-Denis, dont les habitant-e-s subissent de plein fouet la violence inouïe de cette crise économique qui les plonge dans le désespoir. Comme tous les élus locaux qui ont le sens de l’intérêt général chevillé au corps, et qui se battent au quotidien à leurs côtés, que vais-je pouvoir leur dire à présent ? […]

Le Nouvel Obs

Vote des étrangers : Le Monde ouvre ses colonnes à la comédienne Jeanne Moreau

Tribune de Jeanne Moreau (comédienne) et François Durpaire (historien, membre du collectif Droit de vote 2014).

L’engagement 50 du candidat Hollande ne doit pas seulement engager les citoyens qui ont voulu y croire. Nous en avons eu la démonstration lors des débats au sujet du mariage pour tous : le volontarisme et la pugnacité peuvent venir à bout des résistances !

Au début du mois de mars, dans l’indifférence quasi générale, le gouvernement a renoncé au droit de vote des étrangers non européens aux élections locales. Matignon et l’Elysée ont opté pour des projets de réforme jugés plus consensuels (comme la suppression de la Cour de justice de la République, etc.). […]

au moment où les économistes tâtonnent pour trouver les solutions de la reprise, l’amélioration de notre vivre-ensemble ne constituerait-elle pas la condition de notre redressement collectif ?

Les étrangers ont le droit de travailler, de payer leurs impôts, de contribuer à la richesse nationale. Ils ont le droit d’être responsables d’associations, d’être délégués de parents d’élèves, délégués syndicaux. Ils ont le droit de nous soigner (face aux déserts médicaux, les hôpitaux font venir des médecins notamment algériens). Ils ont le droit d’éduquer nos enfants, de contribuer au rayonnement de nos universités et de nos grandes écoles. […]

Le Monde (Merci à Zizanion)

Aubervilliers (93), carrefour de la «diversité culturelle»

L’association des artistes des couleurs et de la diversité (AACD), basée à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) vient d’organiser une «manifestation culturelle grandiose» selon le quotidien algérien El Watan.

La députée PS de la 6ème circonscription de Seine Saint-Denis (Aubervilliers et Pantin), Elisabeth Guigou a rendu visite aux participants où elle a félicité les initiateurs de cette manifestation culturelle.

Lors de ce moment privilégié, j’ai pu apporter mon expérience de présidente de la commission des affaires étrangères de l’assemblée nationale, et partager mes engagements, en faveur des femmes et du droit de vote pour tous aux élections locales. (Elisabeth Guiguou)

Il s’agit d’une activité sur la diversité en musique à l’opéra bleu de la ville. Ce rendez-vous artistique s’est articulé sur une rencontre et échanges entre artistes, une scène ouverte pour la production artistique ainsi que la présentation de la chorale Anzar qui active sous la houlette du musicien Rabah Ticilia. […]

El Watan

Sondage : 56% des Français opposés au droit de vote des étrangers

La majorité des Français (56%) est opposée à l’octroi du droit de vote aux étrangers non européens résidant en France depuis plus de cinq ans pour les élections locales contre 44% qui y sont favorables, selon un sondage Ifop paru dimanche 3 février dans le JDD. Cette mesure nécessite une modification de la Constitution mais aucune majorité ne se dégage pour l’instant au Parlement.

Parmi les opposants 32% se disent « très opposés » et 24% « assez opposés ». En face, 29% des personnes interrogées sont « assez favorables » et 15% « très favorables ».

Les sympathisants de l’UMP sont à 78% hostiles à l’octroi de ce droit de vote et le pourcentage s’élève à 92% chez les sympathisants du Front national.

En revanche, une forte majorité (69%) des sympathisants de gauche souhaite que les étrangers puissent participer aux élections locales contre 31% qui sont d’un avis opposé. [...]

Le Nouvel Obs