Une Femen perturbe la messe de minuit à Cologne : «I am God» (Vidéo)

Cette fois, c’est à Cologne qu’une Femen a perturbé la messe de minuit. Elle a surgi des premiers rangs, sauté sur l’autel sur lequel elle s’est dressée, bras en croix et seins à l’air, la poitrine peinturlurée du slogan «I am God» («Je suis Dieu»). Maîtrisée à grand-peine par les prélats, elle a été, selon Le Point, mise dehors sans trop de précautions.

Depuis quelques jours, des actions similaires se succèdent. Car les Femen l’ont décrété : «Christmas is canceled» (Noël est annulé). Le jour commémorant la naissance du Christ, elles entendent protester contre les positions anti-avortement de l’Église.

Le Point

Une ministre allemande propose que Dieu soit neutre

La ministre allemande de la Famille, Kristina Schröder, a déclenché une polémique à la veille des fêtes de Noël en suggérant d’accorder à Dieu une neutralité grammaticale plutôt que le genre masculin.

Priée de dire par l’hebdomadaire Die Zeit comment expliquer à sa fille le recours à l’article masculin « der » pour désigner Dieu, elle a répondu : « L’article n’a pas d’importance ».

Elle a ajouté qu’on pouvait se servir tout aussi bien du « das » neutre que du traditionnel « der ».

Ces propos ont immédiatement suscité la colère de membres de la CDU-CSU, la coalition de droite de la chancelière Angela Merkel auquel la ministre appartient aussi.

« Cette sottise intellectuelle me laisse sans voix », a réagi Christine Haderthauer, ministre des Affaires sociales du land de Bavière, dans les colonnes du journal à grand tirage Bild.

Stefan Müller, un élu de la CSU, la branche bavaroise de la CDU, s’est déclaré « perplexe » par ce genre de propos qualifiés d’ »inopportuns ». (…)

Reuters

Grande-Bretagne : L’islam gagne du terrain face au christianisme

La religion musulmane est la religion qui progresse le plus en Grande-Bretagne. C’est ce que révèlent les résultats du recensement 2011 de l’Office National Statistics (ONS), publiés mardi 11 décembre.

Cette montée de l’athéisme est perceptible dans plusieurs pays occidentaux, tout comme l’augmentation du nombre de musulmans en Europe, qui, en Angleterre, est visible notamment avec le succès du prénom Mohammed.

En Angleterre et au pays de Galles, les musulmans représentent à présent 2,7 millions de personnes, sur un total de 56,1 millions d’habitants, soit 4,8 % de la population alors qu’en 2001, selon les chiffres de l’ONS, ils étaient 1,5 million et représentaient 3 % de la population totale.

Si l’islam est la religion qui connaît la plus forte croissance (1,8 %), d’autres religions prennent également une part plus importante dans le paysage britannique comme l’hindouisme et le bouddhisme.

Le christianisme, la première religion du pays, connaît à l’inverse une baisse du nombre de fidèles. En effet, en 2011, 33,2 millions de personnes des Anglais se sont déclarés chrétiens alors qu’ils étaient 37,2 millions, en 2001 soit une chute de 12 %.

L’athéisme gagne du terrain avec une augmentation de 10 % des personnes qui déclarent ne pas croire en Dieu. Les athées représentent 25 % de la population totale du pays.

saphirnews

Turquie : Les Simpson punis pour manque de respect envers Dieu

Une chaîne de télévision turque a été sanctionnée pour avoir diffusé un épisode des Simpsons (23 ans cette année) jugé irrespectueux envers Dieu. C’est une chaîne privée, CNBC-E, qui a dû payer une amende de 22.600 euros. La décision est venue du Haut Conseil turc de l’audiovisuel (RTÜK) qui estime que la série s’est « moquée de Dieu. »

Hebergeur d'image Le rapport émis par l’organisme précise : « L’un des personnages abuse des croyances religieuses d’un autre pour lui faire commettre des meurtres. La Bible est publiquement brûlée et Dieu et Satan sont montrés sous la forme d’humains. » En clair le premier personnage n’est autre qu’Homer et le second son voisin Ned Flanders, un homme jaune pour le moins croyant. [...]

L’humour du plus mauvais père de famille de l’histoire (de Springfield) n’est donc pas au goût au tout le monde. La décision a ceci d’étonnant que la Turquie est une république laïque, même si la majorité de la population est de confession musulmane. Les membres du conseil de l’audiovisuel vont préciser leur verdict dans les jours à venir, et la chaîne privée devrait elle-aussi donner son point de vue. [...]

 actualitte.com

Le plus vieux drapeau de la Révolution française retrouvé : «Dieu et la Patrie»

A Quintigny, dans le Jura, le plus vieux drapeau de la Révolution française connu à ce jour, a été retrouvé par le maire de la commune, Yves Moine, et montré au public pour la première fois. Il sera bientôt peut-être classé au titre des Monuments historiques.

Déniché dans un recoin du grenier de l’Hôtel de Ville, il porte encore beau pour son âge. Un peu effiloché sur les bords, enroulé autour d’un simple bâton, il arbore fièrement ses devises, «Valeur et bonne foi», brodée sur sa face rouge, la couleur des martyrs, «Dieu et la Patrie , sur sa face blanche, la couleur du roi.

Selon les historiens, ce drapeau a été fabriqué par les habitants de Quintigny, à l’occasion de la fête de la Fédération, célébrant le premier anniversaire de la prise de la Bastille, le 14 juillet 1790, à Paris, au Champs de Mars. La République n’existe pas encore et, pour l’heure, comme les autres sujets de Louis XVI, ils ne remettent pas en cause la monarchie. Le drapeau tricolore a déjà fait son apparition dès les premiers événements de la Révolution, mais il n’est pas encore l’emblème officiel de la France. On y retrouve le blanc, la couleur de la royauté, encadré par le rouge et le bleu de la ville de Paris. […]

historia.fr

Le Moyen Âge et l’argent

Le Moyen Âge n’a pas inventé le capitalisme. C’est un univers exotique dans lequel le don l’emporte sur le gain, le salut sur l’enrichissement, rappelle Jacques Le Goff dans un ouvrage lumineux.

Le Moyen Âge et l’argent, de Jacques Le Goff, est né d’une conversation entre notre grand médiéviste et un autre historien, Laurent Theis, son ancien élève et éditeur. Alors que celui-ci lui demandait, en pleine crise des subprimes, si l’argent avait une place comparable dans le déclenchement des crises au Moyen Âge, Le Goff se lança dans un de ces grands dégagements, clairs, précis, savants, dont il a le secret.

L’argent au Moyen Âge, expliqua-t-il, n’a pas le sens englobant actuel de richesse. Le terme désignait alors le métal. Quant à la monnaie, elle mesurait la valeur des choses avant d’être un instrument d’échange.

Dans le système féodal, son usage est limité. Les biens sont distribués sous la forme de redevances en nature. La monnaie est donc rare jusqu’au XVIIIème siècle, même si elle est plus abondante entre les XIIIème et XVème siècles – période d’essor commercial et urbain – qu’aux siècles précédents. Dans la conscience d’un homme du Moyen Âge, la richesse se mesure en terres, en hommes, en pouvoir, pas en argent monétisé.

Le clivage est entre le faible et le puissant (humiles/potentes), pas encore entre le pauvre et le riche (pauper/dives). L’enrichissement terrestre n’est d’ailleurs pas concevable. Le plus bel « investissement » est dans le salut, par l’aumône. Dans l’échelle des valeurs, le don l’emporte sur le gain, la charité sur le profit…

Suite et commentaires sur Fortune