Saint-Brieuc : l’évêque et sa maison diocésaine ouverte aux migrants™

[extraits] A Saint-Brieuc, la maison diocésaine s’ouvre aux migrants.

Marina, 37 ans, et Omar, 43 ans, peuvent enfin souffler. Depuis deux ans, ils sont hébergés avec leurs deux enfants de 4 et 3 ans dans l’ancienne maison du vicaire général de Saint-Brieuc. Plusieurs familles, roumaines, tunisiennes et tchétchènes, y ont posé leurs valises.

Dans la petite longère, Houda, 32 ans, prépare un thé à la menthe. Avec son mari Tarek et sa fille de 4 ans, elle a quitté la Tunisie fin 2012. « Après la révolution, j’ai perdu mon travail. Un oncle installé en France nous a conseillé de venir, en nous disant qu’il y avait du travail. »

« La première aide, c’est d’être hébergés ici », souligne Houda, qui, depuis, a accouché d’une petite fille. Celle-ci souffrait d’une malformation cardiaque nécessitant une intervention chirurgicale. Le vice-président du Secours catholique, s’est chargé d’emmener Houda à Nantes pour l’opération.

La Croix

De plus en plus de jeunes quittent la France

La France perd-elle ses forces vives ? La chambre de commerce et d’industrie de Paris-Ile-de-France (CCIP), qui représente 800 000 entreprises, commence à s’inquiéter de voir de plus en plus de jeunes cadres faire leurs valises. Formés dans un pays où la morosité est quasiment devenue un art de vivre, ils se laissent aspirer par une course aux talents devenue mondiale.


« Depuis quelques mois, constate la CCIP, ces questions majeures font la ‘‘« une » des médias, en particulier étrangers. Devant d’évidents signes d’une mobilité accrue des jeunes, des cadres dirigeants de grands groupes, des grandes fortunes ou d’entrepreneurs, des observateurs français s’inquiètent de ce qui pourrait s’apparenter à une hémorragie. »

LE MOUVEMENT D’EXPATRIATION S’ACCÉLÈRE

Pour y voir plus clair sur la réalité du phénomène, la CCIP a analysé les informations disponibles. Un document, que Le Monde a pu consulter, sera rendu public le 12 mars à l’occasion de deux tables rondes organisées à Paris. L’étude montre que le mouvement d’expatriation s’accélère. La population des Français établis à l’étranger est estimée de 1,5 à 2 millions de personnes. « Qualifiée et active », elle a augmenté de « 3 % à 4 % par an au cours des dix dernières années (soit environ de 60 000 à 80 000 personnes par an) ». Dans le même temps, la population française croissait de 0,6 % en moyenne.

(…) Le Monde

«Dans le Limousin, la croissance démographique redémarre»

[Le Limousin est  composée de la Corrèze, de la Creuse et de la Haute-Vienne]

« Longtemps en perte de vitesse, la démographie limousine retrouve une certaine dynamique depuis 2006, avec un déficit naturel moins marqué et une plus grande attractivité migratoire. Les grandes villes, et plus précisément leurs périphéries, sont les principales bénéficiaires de ce renouveau. » Lire l’article

et relire

«Soluble ou pas, l’islam est désormais bien présent en Europe d’une manière durable et substantielle»

Bilan de l’immigration arabo-musulmane en Europe, «fait désormais irréversible», par René Naba, ancien responsable du monde arabo-musulman au service diplomatique de l’Agence France Presse, ancien conseiller du Directeur Général de RMC/Moyen orient, chargé de l’information. Extraits de son article intitulé « Le plus important bouleversement démographique de l’histoire de l’humanité »

Cinq siècles de colonisation intensive à travers le monde n’auront ainsi pas banalisé la présence des «basanés» dans le regard européen, ni sur le sol européen, pas plus que dans l’imaginaire occidental.

Au-delà de la polémique sur la question de savoir si «l’Islam est soluble dans la République ou à l’inverse si la République est soluble dans l’Islam», la réalité s’est elle-même chargée de répondre au principal défi interculturel de la société européenne au XXIe siècle. Soluble ou pas, hors de toute supputation, l’islam est désormais bien présent en Europe d’une manière durable et substantielle, de même que sa démographie relève d’une composition interraciale, européenne certes, mais aussi dans une moindre proportion, arabo-berbère, négro-africaine, turque et indo-pakistanaise: quatre mille mosquées, douze millions de fidèles, et 2,6 % de la population européenne est d’origine musulmane, selon les statistiques officieuses concernant les 15 pays de l’Europe occidentale communiquées avant l’adhésion massive des 12 pays de l’Europe centrale et orientale. Premier pays européen par l’importance de sa communauté musulmane, la France est aussi, proportionnellement à sa superficie et à sa population, le plus important foyer musulman du monde occidental. […]

Avec près de cinq millions de musulmans, dont deux millions de nationalité française, elle compte davantage de musulmans que pas moins de huit pays membres de la Ligue arabe (Liban, Koweït, Qatar, Bahreïn, Emirats Arabes Unis, Palestine, Iles Comores et Djibouti). Elle pourrait, à ce titre, justifier d’une adhésion à l’Organisation de la Conférence Islamique (OCI) , le forum politique panislamique regroupant cinquante-deux Etats de divers continents ou à tout le moins disposer d’un siège d’observateur.

Une France plongée dans la pénombre, en pertes de repères, en quête de sens, victime des remugles de sa mémoire. Le contentieux non apuré en France à propos de Vichy et de l’Algérie continue de hanter la conscience française, de même que son passif post- colonial.

En vingt ans (1980-2000), près de trois mille associations ont été fondées et mille cinq cents lieux de culte édifiés, parmi lesquelles cinq grandes Mosquées, dont trois dans la région parisienne Paris, Evry et Mantes-La-Jolie, ainsi qu’à Lyon et Lille. […]

Socle principal de la population immigrée malgré son hétérogénéité linguistique et ethnique, avec près de 20 millions de personnes, dont cinq millions en France, la communauté arabo-musulmane d’Europe occidentale apparaît en raison de son bouillonnement -boutade qui masque néanmoins une réalité- comme le 28ème Etat de l’Union européenne. […]

Au seuil du IIIe millénaire, la France souffre d’évidence d’un blocage culturel et psychologique marqué par l’absence de fluidité sociale. Reflet d’une grave crise d’identité, ce blocage est, paradoxalement, en contradiction avec la configuration pluriethnique de la population française, en contradiction avec l’apport culturel de l’immigration, en contradiction avec les besoins démographiques de la France, en contradiction enfin avec l’ambition de la France de faire de la Francophonie, l’élément fédérateur d’une constellation pluriculturelle ayant vocation à faire contrepoids à l’hégémonie planétaire anglo-saxonne, le gage de son influence future dans le monde.

oumma

Grande-Bretagne : Un bébé sur dix naît dans une famille musulmane

Pour le site oumma, «le visage multiculturel de la Grande-Bretagne est en train de se redessiner pour prendre les traits poupons de bambins nés musulmans». Un récent recensement met en effet lumière une évolution démographique : un bébé sur dix voit désormais le jour dans un foyer de confession musulmane selon les données chiffrées produites par l’Office National des statistiques.

A la question de savoir si la Couronne britannique comptera bientôt en son sein plus de sujets musulmans que chrétiens, le démographe de renom de l’université d’Essex, David Voas, a répondu au Times : «Ceci n’est pas inconcevable».

Alors que les chrétiens composent le plus grand groupe religieux national, toutes tranches d’âge confondues, une nouvelle génération encore en couches-culottes est en passe de changer la physionomie de la perfide Albion, telle que persistent à la qualifier ses détracteurs hexagonaux qui auront là une raison de plus de la trouver si proche et si lointaine à la fois…

Une réalité que l’on imagine cauchemardesque pour les meutes de blousons noirs qui tentent de saper les fondations de la monarchie parlementaire

Ibrahim Mogra, secrétaire général adjoint du Conseil musulman britannique, soucieux d’anticiper les peurs qu’une telle croissance démographique pourrait exacerber à dessein a déclaré : « Je ne voudrais pas que nos concitoyens soient alarmés par cette augmentation du nombre de musulmans, car cette génération se sent très britannique et se réclame des valeurs nationales », insiste-t-il, renchérissant : «Il ne s’agit pas que la Grande-Bretagne devienne un pays musulman, mais qu’elle permette la pratique de l’islam au même titre que les autres religions.»

oumma

Média, Suisse et démographie : comparez

1) Article de 20 minutes.ch du 3 septembre 2013

La Suisse se porte bien grâce à sa démographie
La croissance de la démographie est un des facteurs qui expliquent pourquoi l’économie suisse résiste mieux que les pays européens depuis 2007.

La croissance de la démographie a une influence directe sur l’évolution des agrégats macroéconomiques, comme la consommation des ménages et la construction, selon Bruno Parnisari, chef du secteur conjoncture au Secrétariat d’Etat à l’économie. 20min.ch

————

2) Publication de Office fédéral de la statistique suisse – Aout 2012

80% de la croissance démographique en Suisse résulte du solde migratoire

En 2012, la Suisse a passé le cap des 8 millions d’habitants. Depuis le début des années 2000, le solde migratoire est le principal facteur de l’évolution démographique de notre pays. (PDF)

Démographie, délinquance : Faut-il abandonner le «boulet marseillais» ?

Pour Joris Karl, journaliste, Marseille est un exemple de ces zones où les Français disparaissent, et une nouvelle culture a pris la place. «Sauf à envisager une folle reconquête militaire, qu’y pouvons-nous ?»

Marseille est autant une ville française que l’étaient les villes de l’Algérie d’avant 1962. Un déni de réalité. Bien sûr, la majorité arabo-africaine est encore officiellement sous la coupe de la République française, mais plus pour longtemps, ne rêvons pas.

Le vieillissant Jean-Claude Gaudin est probablement le dernier ou l’avant-dernier maire français de souche ; après, il faudra passer la main. C’est le vent de l’Histoire ! D’ailleurs, depuis quelques mois, les médias mettent fortement en avant Samia Ghali, maire actuel du huitième secteur.

Candidate pour les municipales de 2014, elle a le bon profil pour diriger la phase de transition. Algérienne d’origine, socialiste, et visiblement imprégnée de culture républicaine, Samia Ghali sera le symbole parfait.

En 2016 sera achevée la plus grande mosquée de France à Marseille (7.000 places). La construction a été lancée le 5 juillet dernier, jour anniversaire de l’indépendance algérienne. Tout un symbole.

En attendant, continuellement à la une des faits divers, la deuxième ville de France, pourrie jusqu’à l’os par la corruption et les divers trafics, est devenue un véritable boulet pour la nation. Économique et humain. La bataille démographique est définitivement perdue. Plus de 50 % des jeunes de moins de 18 ans sont d’origine afro-maghrébine.

Soyons lucides : Marseille est chaque année moins française. Il faut peut-être envisager le dégagement. Rapidement. Des accords pourraient être trouvés pour que la minorité européenne qui vit sur place puisse conserver la nationalité française si elle le désire, et tout du moins, qu’elle soit protégée à l’avenir. […]

Boulevard Voltaire

Montélimar : « son dynamisme démographique provient de son fort excédent migratoire »

(extrait) Le bassin de Montélimar est situé aux portes de la Provence. Une étude réalisée par l’INSEE Rhône-Alpes indique que ce territoire, bien qu’il soit en croissance, connaît une forte précarité.

Depuis 1962, ce territoire connaît une croissance démographique forte, de 76% entre cette date et 2009. Cette croissance est visible en particulier dans la communauté de communes du pays de Marsanne (92%), et dans la communauté d’agglomération de Montélimar-Sésame (83%). Mais depuis 1999, cette croissance s’accélère.

Alain Dupré, chef de projet à l’INSEE Rhône-Alpes et co-auteur de cette étude explique que « ce dynamisme démographique provient en particulier de son fort excédent migratoire ».

lyonpoleimmo.com

Liban. Le ministre Mansour s’inquiète : Bientôt un habitant sur deux ne sera pas libanais

Le ministre des Affaires étrangères Adnane Mansour lance un cri d’alarme sur le nombre croissant d(étrangers (réfugiés et immigrés).

Au début, selon le ministre des Affaires étrangères, l’État libanais n’a pas vraiment pris au sérieux ce dossier, comme s’il croyait que le nombre resterait limité. Pourtant, dans tous les coins du monde, les déplacés sont toujours une source de problèmes pour les pays d’accueil.

Aujourd’hui, le Liban compte 570 000 réfugiés syriens enregistrés auprès du UNHCR, mais le nombre total de Syriens présents au Liban s’élève à un million deux cent mille. Le 6 mars 2013, les réfugiés syriens enregistrés étaient encore 130 000 et le Liban avait demandé une réunion urgente de la Ligue arabe pour traiter ce dossier. Elle a eu lieu le 30 mars à Koweït et déjà, le nombre de réfugiés syriens avait augmenté de 50 000 en 24 jours seulement !

De plus, il a fallu leur ajouter les Palestiniens ayant fui le camp de Yarmouk en Syrie et dont le nombre est estimé à 50 000. En plus des 430 000 réfugiés palestiniens enregistrés auprès de l’Unrwa en tant que résidents au Liban, cela signifie que sur le territoire libanais, 40 % des résidents ne sont pas libanais, sans oublier les travailleurs étrangers d’autres nationalités. Ces chiffres inquiètent grandement le ministre Mansour qui estime que le problème des non-Libanais au Liban est dangereux, en raison notamment du manque de moyens disponibles et des capacités limitées de l’État, ainsi que des aides internationales insuffisantes.

Il rappelle à cet égard que seul le Koweït a versé toute sa part de l’aide aux réfugiés décidée au sommet du 30 mars. Le ministre se demande d’ailleurs comment le Liban peut traiter ce dossier, surtout dans cette atmosphère particulièrement sensible. Il ajoute que la politique de distanciation ne signifie pas que le Liban doit devenir le flanc faible de la Syrie, et il rappelle que le Liban est avec les revendications des peuples et les réformes démocratiques, mais il ne peut pas intervenir directement.

L’Orient-Le Jour

« L’objectif est la remigration et l’inversion des flux migratoires »

Vidéo : extraits choisis d’une interview de Laurent Ozon de fin 2012, non diffusée sur Fdesouche. 7 minutes.

« La France – et l’Europe – ont encaissé des flux de population d’origine marocaine et algérienne dans des proportions invraisemblables et anormales. Je ne fais pas partie des gens qui pensent que nous pourrons dissoudre cette population dans l’espace français. L’objectif que nous devons poursuivre est celui de la remigration et de l’inversion des flux migratoires. »

(entretien complet ici)

« L’immigration est une chance pour la France ! Une démonstration tous les jours ! » (Maillot/RMC)

Rebondissant sur ces élus qui parrainent des lycéens clandestins, les GG affirment qu’il faut des immigrés pour sauver la France. Avec Jacques Maillot, Didier Giraud et Pascal Perri.

« Un tas de jeunes étrangers font leurs études en France, c’est quoi le problème ? Qu’ils soient africains ? » – Maryse Ewanjé-Epée

« Nous allons avoir besoin d’étrangers, ils ont besoin de nous, on a besoin de leur compétence. Le monde est ouvert aujourd’hui, ceux qui vous disent qu’il faut tendre des barbelés autour de ce pays sont de joyeux plaisantins ! Mais l’immigration ça se maîtrise. » – Pascal Perri