Prostestations contre le licenciement de l’ex-patron de Mozilla opposé au mariage homosexuel (màj vidéo)

mise à jour du 15 avril 2014 :

Mobilisation des défenseurs de l’ancien patron de Mozilla (Firefox)

Désinstaller le logiciel Firefox de leur ordinateur… c’est l’engagement qu’ont pris plus de 40000 internautes en signant ce texte disponible sur le site citizengo.org. Une mesure destinée à protester contre la démission, la semaine dernière, de Brendan Eich, le patron de Mozilla. En effet, pour les défenseurs du désormais ex-PDG de la société américaine, ce dernier aurait été poussé vers la sortie uniquement en raison de son opposition affichée au mariage gay. Une situation inadmissible pour de nombreux utilisateurs des réseaux sociaux qui ont donc décidé de monter au créneau sur la Toile pour exprimer leur mécontentement.(…)

Et les utilisateurs du web sont également invités à s’adresser directement aux équipes de Mozilla via le site Firefox Input pour leur faire part de leur colère. Une page où les messages d’internautes déçus par l’attitude de l’entreprise ne cessent d’affluer et où ils sont nombreux à promettre de ne plus utiliser ses services tant que la société américaine ne respectera pas la liberté de penser de ceux qui y travaillent.

source : SUR LE NET – France 24 du 10 avril 2014


article d’origine du 4 avril 2014 :

La fondation américaine Mozilla, qui développe le navigateur internet Firefox, a annoncé jeudi le départ de son patron à peine entré en fonctions, au coeur d’une polémique pour son soutien à une initiative contre le mariage homosexuel.

Hebergeur d'image« Brendan Eich a choisi de démissionner de son poste de directeur général », a indiqué Mozilla sur son blog officiel. L’annonce de sa nomination remontait seulement au 24 mars.

Brendan Eich était l’un des co-fondateurs de Mozilla, où il avait occupé plusieurs fonctions avant de devenir patron.

Mais après sa récente promotion, il s’est retrouvé au centre d’une polémique du fait d’un don qu’il avait effectué pour soutenir une campagne contre le mariage homosexuel menée en 2008 en Californie. [...]

« Mozilla se targue d’avoir une norme différente et, cette dernière semaine, nous n’avons pas été à la hauteur. Nous savons pourquoi les gens sont blessés et en colère, et ils ont raison : c’est parce que nous n’avons pas été fidèles à nous-mêmes », reconnaît jeudi sur le blog de Mozilla Mitchell Baker, la présidente exécutive du conseil d’administration de la fondation. [...]

« Nous acceptons des contributions de n’importe qui, quel que soit son âge, sa culture, son ethnicité, son identité sexuelle, sa langue, sa race, son orientation sexuelle, sa position géographique et ses opinions religieuses » et « nous avons des salariés avec une grande diversité d’opinions », fait-elle valoir.

Principalement connu pour avoir créé le langage JavaScript, Brendan Eich est longtemps resté directeur technique de Mozilla. En fin de mois dernier, l’homme avait été nommé PDG afin de succéder à Gary Kovacs.

Morandini et Clubic

Caroline de Haas : «Pourquoi je quitte le Parti socialiste»

Dans un courrier adressé à Harlem Désir «ou celui (celle?) qui [le] remplacera», Caroline De Haas, une des fondatrices d’Osez le féminisme annonce qu’elle quitte le Parti socialiste «après 13 ans de militantisme».

Voir son parcours

Si je pars, c’est que je constate que le Parti socialiste tel qu’il existe aujourd’hui n’est plus cet outil de transformation de la société. Il suffit d’ailleurs de regarder avec un peu de lucidité ce qui se passe au sein même de cette organisation : j’ai vu pendant des années une reproduction implacable des inégalités (sociales, de sexe, d’origine, etc…) que nous combattons à l’extérieur.

Depuis deux ans que la gauche est au pouvoir, j’ai le sentiment que nous avons plus géré que transformé. […]

Un autre chemin était possible. François Hollande l’avait d’ailleurs dit lors du discours du Bourget : le changement, c’était pour maintenant. Changer la société, changer la vie. Nous aurions pu, fort des 18 millions de voix du 6 mai, imposer ce changement en Europe et renégocier le traité budgétaire. Nous aurions pu nous appuyer sur les nombreux travaux de celles et ceux, parmi lesquels des prix Nobel, qui appellent à refuser le dogme de l’austérité. Nous aurions pu prendre appui sur les manifestations en France et en Europe, syndicales ou associatives, qui revendiquaient plus de justice et de protection sociale. Au lieu de nous nourrir de la force donnée par le suffrage universel et les mouvements sociaux, nous avons choisi de les ignorer.

Nous avons payé le prix fort lors des dernières élections municipales. Avons-nous tiré les leçons de ce scrutin ?

Non, pas plus que nous ne l’avions fait après le 21 avril 2002 ou le 29 mai 2005. La seule chose que nous avons dit, c’est «ne vous inquiétez pas, on va mieux vous expliquer». Comme s’il s’agissait simplement d’un problème de communication ou de casting.

Les citoyennes et citoyens ne sont pas idiots, ils ne sont simplement pas d’accord. Et pour une raison très simple : les politiques que mène actuellement la gauche au pouvoir vont à l’encontre de leurs intérêts. […]

Libération ; Blog de Caroline de Haas

Jean-Louis Borloo a décidé de mettre un terme «à ses fonctions et mandats» politiques

Selon les informations recueillies par Le Point auprès de son entourage, Jean-Louis Borloo a décidé de démissionner de la présidence de l’UDI et du Parti radical. Il abandonne également la présidence du groupe UDI à l’Assemblée nationale. L’ex-ministre considère que son état de santé ne lui permet plus d’assumer ces charges.

Fin janvier, Jean-Louis Borloo avait été hospitalisé en urgence pour une « pneumonie aiguë frontale ». Son entourage évoquait alors « quelques semaines d’absence ».

Jean-Louis Borloo, 62 ans, ancien maire de Valenciennes et ancien ministre de Jacques Chirac et de Nicolas Sarkozy, a lancé cet été le rassemblement des centristes. L’UDI et le MoDem de François Bayrou se sont ainsi réunis début novembre sous la bannière « l’Alternative » pour proposer une « alternative » à droite de l’échiquier politique notamment pour les élections européennes de fin mai.

Le Point

PS : Harlem Désir refuse de démissionner

Le nouveau premier ministre, Manuel Valls, devrait assister à la prochaine réunion du Conseil national du Parti Socialiste, a indiqué aujourd’hui son premier secrétaire, Harlem Désir qui, contesté par des membres de son parti, a repoussé l’idée de convoquer un congrès extraordinaire ou de démissionner. [...]

Hebergeur d'imageHier, le député Henri Emmanuelli, premier secrétaire de 1994 à 1995 et ancien président de l’Assemblée Nationale, a appelé à la tenue d’un congrès extraordinaire ou à une démission de Harlem Désir, estimant, dans une interview à Mediapart, que ce parti, « parc à moutons », était plongé « dans un coma profond ». Aujourd’hui, Frédéric Cuvillier, non reconduit comme ministre des Transports dans le gouvernement de Manuel Valls, a également lourdement critiqué le parti et son premier secrétaire dans les colonnes du Parisien : « cette campagne (municipale, ndlr) a révélé au grand jour l’absence totale du PS national. Nous n’avons reçu aucun soutien de sa part. Le PS n’a eu aucune stratégie. Le malaise est général. Voilà vingt-deux mois que le parti est inaudible, absent« .  »Si on considère qu’il faut tirer des leçons de la lourde défaite aux municipales, alors il faut le faire à tous les niveaux, y compris à la tête du PS. Certes, Harlem Désir a été élu par les militants socialistes, mais il y a une forme de responsabilité électorale qui doit être prise en compte aujourd’hui. Il y a besoin d’un électrochoc », a poursuivi Cuvillier. [...]

Le Figaro

Laurent Joffrin démissionne du Nouvel Observateur

Directeur du Nouvel Observateur depuis 2011, Laurent Joffrin a donné sa démission ce matin. Il restera toutefois éditorialiste au sein de l’hebdomadaire. [...]

Hebergeur d'imageConfronté à une érosion de ses ventes, le journal vit une crise existentielle. Nathalie Collin, coprésidente du groupe Perdriel, éditeur de l’hebdomadaire Le Nouvel Observateur, membre du comité éditorial, et directrice générale du groupe Le Nouvel Observateur, avait également annoncé il y a quelques jours son départ du groupe qu’elle codirigeait avec Joffrin. [...]

Le Point

Nicolas Demorand annonce sa démission de Libération

Dans un entretien accordé au Monde , Nicolas Demorand annonce sa démission de Libération, où il occupait le poste de directeur depuis mars 2011.

Hebergeur d'imageRappelons qu’il a dû faire face ces derniers temps à quatre votes de défiance.

Il explique : « Ma décision est d’abord dictée par la situation de ces derniers jours. Libération vit désormais une crise ouverte, je cristallise une partie des débats et j’estime qu’il est de ma responsabilité de patron de redonner des marges de manœuvre et de négociation aux différentes parties. J’espère que mon départ permettra aux uns et aux autres de retrouver la voie du dialogue. » [...]

Nicolas Demorand explique également ses absences au journal, qui lui ont été reprochées: « J’ai découvert en arrivant que mon boulot serait de chercher de l’argent tous les jours. Donc ça a été l’essentiel de mon activité et c’est très chronophage. (…)

J’ai réussi à équilibrer les comptes deux années de suite. J’ai cherché des actionnaires en étant aux limites de mon mandat. J’ai suscité des rapprochements potentiellement féconds. Mais les choses ne se sont pas concrétisées. Ce n’est pas de mon fait, n’étant pas actionnaire de Libé. » [...]

Morandini

Nouvelle grève annoncée à Libération pour demander le départ des dirigeants dont Nicolas Demorand

Les salariés de Libération voteront jeudi en fin de matinée sur un préavis de grève déposé par les représentants des salariés et l’intersyndicale, notamment pour réclamer à nouveau le départ des dirigeants, Philippe Nicolas et Nicolas Demorand. Le vote sur la grève pour le jour même aura lieu après la réunion du Comité d’entreprise vers 11 heures, a expliqué Hervé Marchon, délégué SNJ.

Hebergeur d'image« Nous demandons le départ de Philippe Nicolas et Nicolas Demorand, et que les investisseurs dont on nous parle se fassent connaître. Pour le moment on nous demande des efforts et nous n’avons que des mots. Nous demandons aussi un vrai projet rédactionnel. La rédaction est inquiète et en a marre de ne rien voir venir », a-t-il dit à l’AFP. [...]

Morandini

Dégoûté, Vincent Morelle quitte le FN moins d’un an après son adhésion (màj vidéo n° 2)

Mise à jour du 28/01/2014



——————————————————–

 

mise à jour du 23 janvier 2014 11H50

Compilation de l’intervention de Vincent Morelle et de l’analyse de Canal+


lien direct de la vidéo sur : VK
source : Le Grand Journal – Canal+ – 22-01-14

——————————————————————————–

Vincent Morelle a 24 ans et a adhéré au FN en avril 2013. Dans Libération ce mercredi, il fait le récit de propos racistes, antisémites ou homophobes qui viennent de le pousser, non sans amertume, à quitter le parti de Marine Le Pen.

C’est le témoignage d’un homme déçu. En avril 2013, fatigué par la « guéguerre » Copé-Fillon à l’UMP dont il est membre depuis plusieurs années, Vincent Morelle décide de prendre sa carte au FN. Le discours souverainiste de Marine Le Pen lui plaît.  Ces derniers mois, il était le directeur de campagne de la candidate frontiste Béatrice Roullaud qui se présente aux municipales à Meaux.

Mais moins d’un an après son arrivée, Vincent Morelle a quitté le FN avec fracas après avoir entendu, affirme-t-il, beaucoup trop de propos extrêmement choquants tenus par des militants. Ce mercredi, il vide son sac dans Libération :

« En réunion départementale, j’ai entendu des propos qui m’ont choqué. On ne parle pas de Copé mais de ‘Copélovici, ce gros fils de pute’, j’entends aussi ‘Merci aux Roms, ces voleurs de ferraille’ (…), j’ai aussi entendu ‘Taubira, la sale guenon’ ou ‘Riester, cette pédale on ne sait même pas si c’est un homme ou une femme’ ». [...]

« Le coup de Kärcher de Sarkozy, c’est au FN qu’il faut le passer », conclut-il. Le Front national a d’ores et déjà annoncé son souhait de porter plainte contre Vincent Morelle pour diffamation.

Un «anti-Hollande» interpellé pour un dirigeable en forme de quenelle

Le leader d’un mouvement qui réclame la démission de François Hollande, David Van Hemelryck a gonflé un ballon d’environ six mètres de long et d’un mètre de diamètre, dimanche. Son tort : le ballon d’environ six mètres de long et d’un mètre de diamètre avait une forme évoquant une quenelle, selon la police.

David Van Hemelryck a ensuite été placé en garde à vue pour incitation à la haine raciale au commissariat du 3e arrondissement. «Il y a toujours un bon motif pour l’interpeller. Ca devient préoccupant sur l’état de notre démocratie», a déclaré son avocate, Martine Baheux.

David Van Hemelryck, a été interpellé à Paris, dimanche 19 janvier. Les policiers présents place du Châtelet, vers 14 heures, ont estimé que l’objet « était susceptible de constituer un trouble à l’ordre public » et apparaissait « provocateur », compte tenu du contexte après les polémiques suscitées par Dieudonné.

Fervent opposant au Mariage pour tous, David Van Hemelryck, polytechnicien, s’est fait connaître par plusieurs actions militantes ces derniers mois. Il s’est notamment fait remarquer lors de la commémoration du 11 novembre 1918. Accompagné de plusieurs personnes, il avait hué le président de la République à son passage sur les Champs-Elysées.

francetvinfo.fr

Un maire des Vosges démissionne après des menaces de viol et l’installation illégale de gens du voyage

Christiane Simonet, maire de Mont-lès-Neufchâteau (88), a remis sa démission au préfet ce jeudi 12 septembre 2013. Elle s’est sentie impuissante suite à l’installation illégale de gens du voyage sur sa commune qui se sont montrés menaçants.

« Je suis respectueuse des lois de la République. Et là je considère qu’elles sont bafouées et que, semble-t-il, on ne peut rien faire. Mais si, on peut ! J’estime qu’il faut faire quelque chose avant qu’on ne voit en France des milices se constituer ou des dérives extrémistes dans les prochains votes. », Christiane Simonet, ex-maire de Mont-lès-Neufchâteau.

(…) france 3 Lorraine

Un ULM appelant à la démission de Hollande survole les plages (MàJ vidéo). L’appareil sérieusement endommagé ?

Addendum 18.08.2013 : Parti samedi de Biscarosse, le périple a connu un sérieux coup d’arrêt lorsque, mardi après-midi, l’appareil a raté son décollage de l’aérodrome du Château-d’Olonne selon Ouest-France.

L’ULM a décroché et est tombé en bordure de la piste. Si le pilote s’en est sorti indemne, l’appareil, par contre, a été sérieusement endommagé. David Van Hemelryck reste toutefois décisé à repartir en direction de La Baule, une fois les réparations effectuées.

Ouest-France (Merci à Dieub29150 )

Lu sur le site http://hollande-demission.fr : Depuis quelques temps, une rumeur circule selon laquelle l’avion de notre pilote ce serait crashé. Ceci est totalement faux. L’avion à certes connu des dommages lors du décollage de Château d’Olonnes le 13 août, mais ces ennuis sont derrière nous depuis longtemps, l’avion réparé a survolé hier La Baule, et aujourd’hui Quiberon, et notre pilote coule des jours heureux malgré les diverses pressions de la gendarmerie. (Merci à oreliane )

17.08.2013 :

Un militant anti-mariage gay survole depuis une semaine les plages du littoral atlantique avec un ULM tractant une banderole appelant à la démission du président François Hollande. La banderole, longue d’une vingtaine de mètres, porte l’inscription « Hollande-démission.fr », du nom d’une pétition en ligne appelant à la destitution du chef de l’Etat, via un référendum d’initiative partagée.


Il poursuit son combat dans les airs par ITELE (via Salon beige)

Piloté par l’entrepreneur parisien David Van Hemelryck, 33 ans, un opposant au mariage pour tous qui avait notamment coorganisé le «camping pour tous» dans le jardin du Luxembourg pendant l’examen du texte par le Sénat, l’ULM a démarré sa tournée à Biscarosse (Landes), avant de remonter vers le nord.

«Le but n’est pas de choquer, mais d’envoyer un petit électrochoc et de faire passer un message, celui de la responsabilité du citoyen au nom duquel toutes les décisions sont prises», indique M. Van Hemelryck. [...]

Le site Hollande-démission.fr revendiquait samedi 11.626 signatures. Parmi les griefs faits au chef de l’Etat, la pétition lui reproche de «ne mener aucune réforme qui permettrait le redressement économique du pays de manière durable et stable», mais aussi de «bafouer l’image de notre République en permettant d’outrager l’un de ses symboles : notre Marianne, la présentant sous les traits d’une prostituée ukrainienne ». M. Van Hemelryck entend poursuivre son survol du littoral jusqu’à la fin du mois.

Le Figaro