Medef : “Il n’est pas question que les entreprises françaises quittent l’Algérie”

« Il n’est pas question que les entreprises françaises quittent l’Algérie », suite à la prise d’otages ayant ciblé mercredi le complexe gazier d’In Amenas, wilaya d’Illizi (Sud-Est), a assuré hier la présidente du Mouvement des entreprises de France (Medef, patronat), Laurence Parisot.

Elle a signalé que les entreprises françaises en Algérie avaient renforcé leur sécurité, mais n’envisageaient pas de quitter le pays après l’attaque du site gazier par un groupe de terroristes.

Ces sociétés « ont su depuis toujours qu’elles avaient quelque chose de particulièrement sensible à gérer », a ajouté la patronne des patrons français, précisant que les entreprises françaises exerçant en Algérie sont en train de « renforcer encore plus toutes leurs procédures pour sécuriser au maximum leur personnel et leur site ». « Pour autant, il n’est pas question pour ces entreprises françaises de quitter la région », a-t-elle martelé sur la chaîne France 2, ajoutant que s’agissant de réduire leur activité, « rien, pour l’instant, n’indiquait ce type de décision ».

Tout en indiquant qu’il y avait plus de 500 entreprises françaises en Algérie, dont beaucoup dans les secteurs de l’énergie et des mines, la présidente du Medef a signalé que ces entreprises « sont très attachées à leur implantation locale ». Pour elle, il est encore trop tôt pour évaluer les conséquences économiques de la prise d’otages sur le site gazier d’In Amenas.

El Moujahid

L’illusion du choc de compétitivité

Par Jean-Yves Le Gallou

« Choc de compétitivité » : c’est la nouvelle illusion à la mode. Industriels et économistes (de l’offre) la réclament et le gouvernement la promet. Le débat sur le calendrier fait rage : pour aujourd’hui, pour demain ou pour les calendes grecques ?

C’est pourtant une illusion de plus ! La question n’est pas de répartir autrement les charges sociales et les impôts, c’est de les diminuer. Or pour baisser les impôts, il faut réduire les dépenses.

Mais pour diminuer les dépenses publiques, il faut s’attaquer aux causes structurelles de leur croissance : le libre-échange intégral et la poursuite de l’immigration.

Car le libre-échange (et les délocalisations) ne sont supportées par l’opinion que grâce aux « amortisseurs sociaux » qui permettent de vivre sans travail : mais ces aides publiques, ces allocations chômage, ces retraites anticipées, ce RSA, qui vont encore croître en 2013, il faut bien les financer. Et donc augmenter les charges.

Suite et commentaires sur Fortune

Délocalisations : Hollande se démarque de Montebourg

Le syndicat des transports d’Ile-de-France a choisi, en vertu du code des marchés publics, un prestataire basé au Maroc pour ses relations clients. Arnaud Montebourg souhaite changer les règles.

L’information ne pouvait pas plus mal tomber pour le gouvernement, et notamment pour Arnaud Montebourg.

Alors que le ministre du Redressement productif s’est engagé à lutter contre les délocalisations en France, l’Ile-de-France songerait à délocaliser un centre d’appels à un sous-traitant installé au Maroc, selon Le Parisien-Aujourd’hui en France . Cette décision aurait été prise le 11 juillet et Arnaud Montebourg était au courant. Mais face à l’urgence du dossier PSA, il n’aurait pas jugé cette affaire prioritaire.

Sur Europe 1, ce vendredi matin, le ministre du Redressement productif a cependant demandé au président du Stif (Syndicat des transports d’Ile-de-France) de revenir sur sa décision. «J’ai dit à Jean-Paul Huchon qu’il était utile de reconsidérer la décision, en remettant l’appel d’offres sur le métier», a réagi le ministre. Et d’ajouter: «Nous nous battons pour relocaliser les emplois, ce n’est pas pour qu’on les délocalise.»

Interrogé sur la question, le président François Hollande est resté prudent et a apporté son soutien à Jean-Paul Huchon. Affirmant que «les règles ont été respectées», il a cependant enjoint les acteurs publics à «faire preuve de responsabilité» pour faire prévaloir le travail en France. (…)

Le Figaro

JO-2012: un élu appelle à brûler les uniformes américains made in China

WASHINGTON – Le chef de la majorité démocrate du Sénat, Harry Reid, a appelé jeudi le comité olympique américain à brûler les uniformes officiels de la délégation des Etats-Unis pour les JO de 2012 à Londres car ils ont été fabriqués en Chine.

Je suis très contrarié. Je pense que le comité olympique devrait avoir honte, a déclaré l’élu lors d’une conférence de presse au Capitole, avant d’ajouter: je pense qu’il devrait prendre tous ces uniformes, en faire un gros tas et les brûler.

M. Reid a estimé que les athlètes américains qui participeront aux Jeux Olympiques de Londres cette année feraient mieux de ne porter qu’un simple maillot avec les lettres USA peintes à la main.

Le président républicain de la Chambre des représentants, John Boehner, a quant à lui simplement déclaré que le comité olympique américain aurait pu faire mieux.

De son côté, la chef des démocrates de la Chambre, Nancy Pelosi, a assuré que les athlètes américains représentent le meilleur (…) et ils devraient porter des uniformes fabriqués aux Etats-Unis.

Par ailleurs, le représentant Steve Israel et la sénatrice Kirsten Gillibrand ont écrit au président du comité olympique, Lawrence Probst, pour protester contre le choix d’uniformes fabriqués en Chine pour la délégation américaine.

Nous vous demandons que le comité et son conseil d’administration prenne des mesures immédiates pour s’assurer que ce problème ne se reproduise pas, en votant pour que tout futur contrat concernant les uniformes olympiques soit passé aux Etats-Unis, insistent les deux élus démocrates dans une lettre commune. Il n’y a aucune raison valable pour que les uniformes ne soient pas fabriqués aux Etats-Unis, ajoutent-ils.

Comme à Pékin et à Vancouver, la délégation olympique des Etats-Unis à Londres doit être habillée par le couturier Ralph Lauren. Les sportifs défileront lors de la cérémonie d’ouverture en blazer bleu, surmonté d’un béret bleu marine.

Les Etats-Unis se rendront aux Jeux Olympiques à Londres (27 juillet-12 août) avec une délégation de 530 athlètes.

Romandie.com

Bernard Guetta : L’horizon arabe de l’Europe

Pour Bernard Guetta, le monde arabe pourrait être pour l’Europe une solution à ses problèmes économiques.

C’est pourtant clair, simple, évident. Loin d’être, pour l’Europe, loin de constituer cette imparable menace migratoire, identitaire et sécuritaire dont tant d’esprits courts agitent le spectre, le monde arabe est pour elle une solution à beaucoup de ses difficultés.

Cela semblera paradoxal mais quel est aujourd’hui le plus grand des maux dont souffre l’Europe ? Source de chômage, de stagnation de la croissance et de montée des nouvelles extrêmes droites et des tensions politiques, c’est la désindustrialisation, drame provoqué il y a maintenant trois décennies par la délocalisation des usines vers l’Asie et, principalement, la Chine. […]

Non seulement le travail fuit l’Europe, mais les délocalisations multiplient les délocalisations car l’arrivée sur les marchés européens de produits à bas coût concurrence et tue les entreprises qui n’ont pas fait ce choix du bénéfice facile et se retrouvent contraintes d’y céder sous peine de disparaître. […]

Sauf à se barricader et vivre en autarcie, sauf à éclater puisque tous ses pays ne feraient pas ce choix, sauf à ce que chacun de ses membres ne puisse plus compter que sur lui-même dans un monde fait d’ensembles continentaux, l’Union européenne n’échappera pas de sitôt aux délocalisations, quelque effort qu’elle fasse pour en limiter l’ampleur. Elles se poursuivront mais en les réorientant au Sud dans le cadre d’une concertation volontariste entre les entreprises et la puissance publique, l’Europe pourrait proposer un donnant-donnant aux pays arabes. En échange des créations d’emplois dont ils ont un besoin vital et d’une aide à la modernisation de leurs infrastructures, ils s’engageraient à donner un accès privilégié aux entreprises européennes et à garantir à l’Union un approvisionnement en matières premières à prix négociés sur la longue durée. […]

Libération

Le Medef prépare t-il les délocalisations de l’après présidentielle ?

Selon maghreb-intelligence, le Medef aurait décidé de se montrer discret sur la visite de sa délégation au Maroc pour ne pas indisposer les candidats à la présidentielle.

http://img217.imageshack.us/img217/9484/laurenceparisotpresiden.jpg

Peut être aussi pour éviter qu’on évoque de nouvelles délocalisations …

Le 14 mars, nous évoquions l’inauguration par Eric Besson de l’usine Renault géante au Maroc. Nous vous expliquions que le ministre qui avait affirmé : que la production de la nouvelle usine marocaine de Renault ne concernerait la France, que de façon marginale, fournirait en fait le monospace Dacia Lodgy aux consommateurs français.

Même s’il est normal que le Maroc puisse bénéficier d’investissements étrangers pour se développer,

ce bien vilain mensonge avait créé une levée de boucliers au moment où le Président candidat et l’UMP ne cessent de nous parler de travailler plus et de produire en France.

Et dans la mesure où la première préoccupation des français reste le chômage, on peut comprendre la discrétion de la délégation du Medef qui se trouve actuellement au Maroc pour y rencontrer des investisseurs. (…)

Marianne2

L’Airbus d’Air France victime d’un vice de révision en Chine

Un A340 d’Air France, à la suite d’une révision en Chine, s’est retrouvé bloqué au sol à Boston. Motif : un technicien avait constaté qu’il lui manquait une trentaine de vis. La compagnie relativise. Le personnel navigant technique d’Air France, qui a révélé l’affaire dans un bulletin du syndicat Alter dont l’AFP a obtenu une copie, n’est pas avare de sarcasmes.

Au bout d’un certain nombre de vols, les appareils des compagnies aériennes doivent subir une inspection complète et minutieuse. Pour des raisons de coûts, cette grande revue de détail se fait souvent en Chine. L’un des leaders mondiaux du grand entretien gros porteurs, qui travaille pour toutes les grandes compagnies mondiales (Lufthansa, British Airways, American Airlines, JAL, Emirates…) a pour nom Taeco.

Or, c’est à la suite d’une visite dans les ateliers de Taeco qu’un A340 d’Air France s’est retrouvé immobilisé à Boston. Motif : il y a une dizaine de jours, un mécanicien a constaté l’absence d’une trentaine de vis sur un panneau de carénage. Une absence qui aurait pu passer longtemps inaperçue, du fait de la présence de joint sur les vis, si le panneau en question n’avait pas commencé à se détacher en vol.

Les A340 font leur grande visite en Chine à Xiamen et le résultat est toujours à la hauteur des ambitions de notre entreprise ! », ironise le personnel navigant technique d’Air France. « Dernièrement, le F-GLZR est rentré de Chine et a volé pendant quelques jours avant d’être arrêté: il lui manquait un tiers des vis sur un panneau de carénage. »

[Lire la suite]

Lci.Tf1.fr

Laurence Parisot : Un référendum en Grèce relève d’un « comportement anormal, qui n’est pas loyal »

La décision de la Grèce d’organiser un référendum sur le plan de sauvetage du pays relève d’un « comportement anormal, qui n’est pas loyal » envers ses partenaires européens, a jugé mardi la présidente du Medef, Laurence Parisot, évoquant une sortie du pays de la zone euro. « Le comportement de la Grèce est un comportement anormal, qui n’est pas loyal, à l’égard des chefs d’État européens, à l’égard des peuples européens », a déclaré Mme Parisot sur la chaîne d’information LCI.

« Depuis déjà un certain temps, la Grèce ne jouait pas le jeu. Il faut en tirer les conséquences », a ajouté la présidente de la principale organisation patronale française, après avoir évoqué la sortie de la zone euro de ce pays au coeur de la crise de la dette souveraine européenne.

« S’il faut un jour envisager la sortie de la Grèce, définissons les conditions juridiques pour que cette sortie, finalement, ne concerne que la Grèce », a-t-elle déclaré. Elle s’est dit « bien persuadée qu’il n’y aura pas d’éclatement de la zone euro ».(…)

Le Figaro

Percée de l’habillement marocain sur l’UE

[...] Cette tendance haussière, qui est amorcée depuis quelques mois, ne cesse de se confirmer, comme le montrent aussi bien les chiffres fournis localement que ceux venus d’ailleurs. Les dernières statistiques en date, publiées récemment par l’Institut français de la mode (IFM), concernant les importations d’habillement de l’Union européenne (UE), montrent bien cette bonne santé du secteur marocain, mesurée à l’aune de ses exportations.

Ainsi, il ressort de ces statistiques que les exportations marocaines de l’habillement vers l’UE ont évolué de 17,8% au premier semestre 2011, soit la progression la plus élevée de l’Espace Euromed, avec 1,3 milliard d’euros, suivi par la Turquie (4,2 milliards d’euros) avec +13,5%. Le Maroc est ainsi en passe de faire mieux que la Tunisie, dont les exportations vers l’UE ont porté sur 1,4 milliard d’euros, n’ayant progressé que de 8,4%, au moment où les exportations égyptiennes ont réalisé à peine 0,2 milliard euros. Dans le détail, on note que la meilleure percée du secteur marocain de l’habillement est réalisée en Espagne où le Maroc est en pôle position des fournisseurs méditerranéens (542 millions d’euros).

Ses réalisations sont en progression de 25% par rapport à la même période de 2010. Il devance la Turquie, seconde avec 500 millions d’euros, la Tunisie 72 millions et l’Égypte 32 millions. De même, les produits marocains se sont bien comportés sur le marché français, réalisant une augmentation de 6% par rapport au premier semestre 2010. [...]

Le Matin.ma