Suisse : 29.200 CHF/mois pour sortir un ado de la délinquance. La réinsertion des mineurs délinquants enflamme tout le pays (màj)

Carlos, un multirécidiviste de 17 ans qui a poignardé un homme a eu droit à un traitement particulier à Zurich: un appartement de 4,5 pièces, une dizaine de personnes pour l’entourer, de l’argent de poche, le financement de ses cours de boxe thaï, des mesures coûtant 29 200 francs par mois (23600 euros/mois).

le MatinLes détails sur les conséquences de cette affaire sont en accès payant

———– ci dessous, un premier article publié le 31 aout ——-

Afin de sortir un adolescent violent de la délinquance, un juge zurichois a renoncé à l’envoyer dans un centre fermé au profit d’un appartement, entouré de spécialistes et d’un entraîneur de boxe thaï. Le coût de l’opération, qui se monte à 22 000 francs par mois (18 000 euros), crée la polémique.

La prise en charge aussi généreuse que coûteuse d’un délinquant violent de 17 ans dans le canton de Zurich suscite un tollé en Suisse. C’est un reportage de la télévision alémanique diffusé dimanche dernier qui a mis le feu aux poudres.

Dans le cadre d’un portrait du juge des mineurs Hansueli Gürber, le documentaire présentait le cas d’un adolescent désigné dans le film du nom de « Carlos ».

Multirécidiviste, ce jeune de 17 ans a écopé de plusieurs mesures pénales prononcées contre lui. Dans le cadre d’une nouvelle condamnation, le juge Gürber a renoncé à l’envoyer en centre fermé. Il a préféré le placer dans un appartement à Liestal, entouré de spécialistes et d’un entraîneur de boxe thaï qui exerce dans le chef-lieu de Bâle-Campagne.

But de l’opération: sortir « Carlos » de la délinquance. Son coût: 22’000 francs par mois, selon le juge des mineurs. Plusieurs médias alémaniques avancent même le montant de 29’000 francs.

La polémique a encore enflé en cours de semaine depuis les révélations sur le passé criminel de l’entraîneur de boxe thaï du jeune homme. Ce dernier avait été condamné pour lésion corporelle.

lenouvelliste.ch

« Où brûlent les voitures ? Où tire-t-on sur les policiers ? Dans la Creuse ou dans le 93 ? » (rediff)

+ Rediff : article de Xavier Raufer (extraits) - Avril 2012

Rappelons la ritournelle des sociologues : dans des “quartiers pauvres” et “territoires de relégation”, croupirait toute une “jeunesse abandonnée et méprisée”… “moins dangereuse qu’en danger”, condamnée à “une vie de galère” et ne recherchant finalement qu’“un peu d’attention et de reconnaissance”.

D’après l’Insee, la Seine-Saint-Denis est le 15e département le plus riche de France –  compte non tenu, par définition, de l’économie souterraine. En y ajoutant les milliards de la drogue, le “9-3” est sans doute en réalité parmi les cinq départements les plus riches de France.

Quels sont les départements les plus pauvres ? L’Ariège, le Cantal et la Creuse. Où brûlent les voitures ? Où tire-t-on à la kalachnikov sur les policiers ? Dans la Creuse ou en Seine-Saint-Denis ?

Quels sont à l’inverse les plus pauvres ? L’Ariège, le Cantal et la Creuse. Lire la suite

De l’efficacité des « mesures éducatives »

Trois suspects âgée de 16, 17 et 19 ans ont été déférés au parquet de Versailles. La justice leur reproche d’avoir séquestré, passé à tabac et agressé sexuellement un adolescent de 13 ans entre mardi et mercredi.

La victime était séquestrée dans une trappe du stade (…) . Il a subi des violences et des attouchements de la part de ses bourreaux qui voulaient l’obliger à voler un téléphone portable et révéler l’adresse de sa grand-mère pour la cambrioler.

Les agresseurs sont tous connus des forces de l’ordre et ont fait l’objet de mesures éducatives [par le passé NDLR]

Le Parisien

La Ciotat : un Marseillais abattu de plusieurs balles par un commando (MàJ)

Avant l’homicide d’Adrien Anigo, un autre règlement de comptes a eu lieu à l’aube à une vingtaine de km de la cité phocéenne, à La Ciotat (Bouches-du-Rhône). Vers 05H30, Kevin El Malki, 24 ans, allait prendre son service dans l’entrepôt d’Urbaser…

AFP

Un homme d’une vingtaine d’années a été abattu de plusieurs balles jeudi à l’aube à La Ciotat (Bouches-du-Rhône), près de Marseille, devant l’entreprise où il allait prendre son service.

La victime, un Marseillais, a été abattue par plusieurs hommes cagoulés devant le siège de la société de collecte d’ordures ménagères Urbaser, vers 5h30.

Intransportable, il a été soigné sur place, où il est décédé vers 6h15.

Le Parisien

Insécurité grandissante à Lambersart (59) : « tout le monde sait qui c’est »

[extraits de deux articles] Le maire de Lambersart a rencontré le procureur de la République et un haut responsable de la police nationale pour évoquer la situation d’insécurité à Canteleu. Une rencontre suivie de l’annonce de la mise en place d’un « dispositif exceptionnel ». (…)

« Depuis quelques mois, le quartier se détériore fortement. Délinquance, cambriolages, menaces, cela n’est pas nouveau ici mais depuis juillet, cela atteint une rare intensité.»

Personne n’a accepté de témoigner par peur des représailles. « Les voleurs sont bien connus. Ils habitent le même quartier. »

Ils nargueraient même les « honnêtes gens ». Un habitant désigne « des jeunes majeurs et des mineurs qui  terrorisent  le quartier », se livrant à des activités de trafic de drogue.

La ville prévoit l’installation de caméras de surveillance.

Un riverain : «les individus en question déambulent souvent la tête sous une capuche, et de toute manière, tout le monde sait qui c’est ».

Certains individus ont été récemment présentés à la justice.

Comme beaucoup sont mineurs, la plupart ont écopé de mesures dites éducatives, donc pas de prison. ils sont revenus dans le quartier.

lavoixdunord.fr (1) +  lavoixdunord.fr (2)

Relire : Lambersart : Samia.B et Mehdi.B, suspectés de 120 vols

Lomme (59) : un homme de 42 ans tué à l’arme automatique avenue de Dunkerque

La victime est décédée des suites de ses blessures. Il a été tué, touché par deux balles tirées – selon nos informations - à l’arme automatique, l’une au niveau de l’épaule, l’autre au niveau du thorax.

Le procureur de la République de Lille, Frédéric Fèvre, était sur place cet après-midi, ainsi que Didier Perroudon, directeur de la Direction Départementale de la Sécurité Publique du Nord.
La victime âgée de 42 ans, gérant d’une station de lavage d’automobiles, Auto 7 Profil, a été tué par balles mardi après-midi à Lomme, a-t-on appris de sources concordantes.

Cet homme d’origine marocaine, qui réside à Lille, est connu des services de police, sans qu’on puisse dire qu’il appartient au grand banditisme, a indiqué une source proche de l’enquête.

France 3

Faits Divers en France : Liste et carte d’Août 2013

Liste « finale » pour Août 2013. Je tiens à rappeler que ces listes ne représentent pas tous les méfaits de France mais juste un relevé non exhaustif d’articles des presses régionales et nationales. Taux de criminalité depuis 1950: ici / Stats ONDRP 2011: ici

Cliquez sur les images respectives pour accéder à la liste et carte interactive.

FaitDiversFrance / Carte fusionnée de Janvier à Août 2013
(Merci à Allalimite pour le système des cartes)

Le Havre : l’expédition punitive du trafiquant irakien fait tomber le réseau

Deux cents grammes d’héroïne et un demi-kilo de cannabis lui avaient été volés. Ne pouvant s’en plaindre aux autorités, le trafiquant irakien basé au Havre a décidé de mener l’enquête seul. Quitte à violer le domicile d’un tiers, qu’il suspectait.

En réalité, le voleur de la drogue était une voleuse : la vague petite amie de Yousef, l’Irakien. Le dealer de 26 ans et la femme de 23 ans partent du Havre fin juin pour Caen où l’homme souhaite faire des « affaires ». Ils sont basés à l’hôtel, mais elle le quitte une nuit. « Défoncée », dit-elle, « il dormait, j’ai pris ce que j’ai pu et je suis partie ».

Toxicomane, elle rêvait avec le contenu du sac noir à « une consommation durant deux à trois semaines », maintient-elle à la barre. Elle réfute avoir souhaité dérober pour revendre à son tour. Se rendant compte du vol, Yousef revient au Havre et se confie à Rafik, 28 ans. Ensemble, ils se rendent le 5 juillet dernier chez la victime au dossier.

Ce trentenaire a hébergé un temps son amie. Yousef pense que la drogue s’y trouve. « Je l’ai suivi pour qu’il ne fasse pas de connerie. Le connaissant, il est capable de tuer quelqu’un », justifie Rafik en garde à vue. Vers 5 heures, les deux tambourinent à la porte de l’appartement. « Police ! », crient-ils. Le duo finit par user d’un pied de biche pour entrer. « Ils voulaient me tuer », affirme la victime aux policiers alertés par des voisins. Un couteau a été placé sous sa gorge.

Engageant leur enquête sur la base de cette scène, les policiers découvrent un trafic portant sur un total de 2 kg de cannabis et 1 kg d’héroïne. Les deals s’effectuaient depuis plusieurs mois au pied d’un foyer d’hébergement havrais, situé rue Gustave-Brindeau, quartier de l’Eure.

Rachid, 40 ans, dernier prévenu, était l’intermédiaire entre Yousef et ses clients. « Pour rendre service », dit l’aîné, il grimpait chercher la drogue commandée dans une chambre au neuvième étage où Yousef Miho la préparait. Ce dernier est condamné à 18 mois de prison dont 12 ferme à purger immédiatement.

Également maintenu incarcéré, Rachid écope de 12 mois dont la moitié ferme. Quatre mois avec sursis sont enfin prononcés à l’encontre des deux autres prévenus.

Paris-Normandie

La feuille de route politique ? Immigration, invasion, référendum !

Tribune Libre de Paysan Savoyard

La rentrée politique offre l’occasion de se livrer à un peu de prospective et de hasarder quelques conjectures. Risquons nous à l’exercice.

 

  • Désormais centre de gravité de la politique française, le FN a le vent en poupe

Incontestablement la conjoncture est favorable à « l’extrême droite ». La délinquance se poursuit sur un rythme soutenu. Les évènements spectaculaires se multiplient, impliquant dans tous les cas des délinquants d’origine immigrée : Trappes, Brétigny, Marignane, Marseille…

Partout en France, les Roms exaspèrent chaque jour un peu plus. Quant au gouvernement il ne tente même pas d’enrayer ces évolutions et se consacre sans relâche au matraquage des classes moyennes.

Dans ce contexte les partis du Système s’inquiètent, semble-t-il, de la montée du « populisme ». Le PS et ses alliés font de la dénonciation de « l’extrême droite » un leitmotiv (par exemple M. Valls a été fortement applaudi en prenant le Front national pour cible principale lors de l’université d’été des socialistes). La droite également dénonce les « mensonges et les illusions » de l’extrême droite. Comme le dit Marine Le Pen, le FN est devenu le centre de gravité de la vie politique: tous les autres partis ne parlent que de lui.

Lire la suite

Gennevilliers : un moteur de scooter lancé sur des policiers du 13ème étage

«L’objet est tombé à seulement un mètre d’un policier. Il aurait pu le tuer», selon une source proche du dossier. Lancé du 13e étage du numéro 20 de la cité Eugène Delacroix, à Gennevilliers (Hauts-de-Seine), bloc moteur de scooter pesant près de 5 kg a atterri la nuit dernière au beau milieu d’une patrouille de police, sans faire de blessé. 

Les agents, en poste dans la commune limitrophe d’Asnières-sur-Seine, avaient été appelés en renfort dans le cadre d’une opération démarrée à cause d’un tapage nocturne. C’est d’ailleurs de l’appartement d’où émanait ce tapage qu’aurait été jetée la pièce métallique. 

Le Parisien

 

Grenoble : gare aux faux plombiers et aux faux policiers !

On appelle cela le vol par ruse. Sur Grenoble, les rusés ne manquent pas de déguisements. En quelques jours, plusieurs personnes âgées en ont été les victimes. La mairie lance un appel à la vigilance.

Le mode opératoire est presque à chaque fois identique. De faux agents des eaux ou de faux plombiers s’introduisent chez une personne âgée au prétexte de faire une vérification sur les canalisations. Ils repartent sans rien dérober. C’est alors qu’arrivent leurs complices, des faux policiers. « Vous avez été victime d’un faux plombier », affirment-ils avant de demander à la victime de faire le tour avec eux de tous les objets de valeur pour soit-disant vérifier qu’il n’en manque pas … et partir avec !
France 3

France : les agriculteurs de plus en plus pillés par des bandes organisées

[extraits] Les vols sur les exploitations agricoles n’ont jamais été aussi fréquents ni aussi importants.

Onze tonnes de pêches ont disparu de deux fermes des Pyrénées-Orientales, six tonnes de blé dans le Vaucluse, six autres dans la Nièvre, durant la seule première quinzaine d’août.

Les 105 hectares de Joël ont été visités quatre fois en deux mois. Il y a quelques jours, les 350 litres du réservoir de son tracteur ont été siphonnés. L’agriculteur a tenté de placer des blocs de béton de 300 kg sur sa citerne. « Mais les voleurs viennent avec des barres à mine, et se mettent à quatre ou cinq pour pousser. » Parfois, plutôt que de siphonner, c’est un coup de pioche dans le réservoir du camion. 450 euros de réparation pour 150 euros de gasoil…

Fer et cuivre sont prisés, eux aussi.

Des champs disparaissent les câbles en cuivre des travées d’irrigation, les piquets des clôtures ou des vignes, les asperseurs, des morceaux de serre, tout le petit outillage qui a le malheur de traîner. Sans compter les tracteurs, ou leurs batteries, les plants de vignes, les animaux d’élevage, parfois dépecés sur place pour leur viande, les fruits et légumes dont des champs entiers sont pillés le temps d’une nuit.

Les camions, les caisses, la main-d’oeuvre pour cueillir, tout est prévu.

« On vient saccager un travail déjà pénible et peu rémunérateur. Les gens deviennent fous ! » A mener une vie sur le qui-vive, « où chaque matin on se demande ce que l’on va trouver », raconte Serge. Où la charge de travail augmente sans cesse – enterrer les câblages, ramener le tracteur à la ferme ou le cacher loin des routes, faire chaque soir le tour des parcelles isolées, des systèmes d’irrigation… Où l’on se claquemure, creuse des fossés, s’entoure de chiens, s’équipe de portails électriques, de systèmes anti-pompage à codes pour les cuves, de caméras de vidéosurveillance analogiques à infrarouge, vraies ou fausses, de systèmes anti-démarrage et de géolocalisation des tracteurs.

On ne porte pas toujours plainte. A quoi bon ? Ces délits sont jugés mineurs par la justice. « En un mot, c’est « Débrouillez vous ! », pense Yves, producteur de fruits dans les Pyrénées-Orientales. Je vous défie de trouver une seule condamnation pour vol de produits agricoles ! Les procureurs classent sans suite ou demandent des peines avec sursis. »

Incompréhension. Sentiment d’injustice. Discours sur l’impunité offerte aux malfrats. Sur ces réseaux de revente auxquels les forces de l’ordre ne s’attaquent pas assez : les ferrailleurs et leurs succursales en Espagne, ceux qui pratiquent la vente directe… Du coup, des rondes de surveillance nocturne s’organisent dont on ne parle pas trop aux journalistes.

« Un jour, ça finira mal ». Parce que les gens n’en peuvent plus.

« Récemment un groupe d’agriculteurs qui « tournaient » a pris sur le fait deux Roumains en train de voler des câbles. Ils les ont pourchassés. C’est très dangereux, ils auraient pu avoir des armes et leur régler leur compte. » Un trufficulteur de la Drôme, fin 2010, a abattu un voleur à coups de fusil à pompe.

Jean-Louis : « Il y a de plus en plus d’alarmes sur les appareils d’irrigation. Quand elles se déclenchent en pleine nuit, les gars n’y vont pas avec un bâton. »

Quelque chose s’est cassé, regrette Hervé. « Le Front national grimpe, chez ces bosseurs qui ne supportent plus le laxisme. »

Le Monde – merci CSM