« Il faut supprimer le regroupement familial et surtout on revient sur l’espace Schengen » (Maréchal-Le Pen/RMC)

Immigration, délinquance, Dieudonné, Turquie… Marion Maréchal-Le Pen répond aux questions des GG de RMC.

« Les jeunes jihadistes (de Toulouse), s’ils ont une double nationalité, méritent une déchéance de la nationalité.  Semble-t-il, ce sont des Français de papiers. Je ne vois pas comment on peut aller se battre comme apprenti jihadiste et défendre les valeurs de la République française. C’est d’ailleurs pour ça que l’on se bat contre l’acquisition automatique de la nationalité à 18 ans. » – Marion Maréchal-Le Pen

Olivier Truchot : Dieudonné est un ami d’Alain Soral, et Alain Soral a été un moment donné un compagnon de route du Front National.

Marion Maréchal-Le Pen : Oui, comme Alain Soral a fait partie des Grandes Gueules à l’époque, je crois !

Olivier Truchot : Au tout début…

Incarcérer les voyous dans leur pays d’origine ? « Ça me parait assez nauséabond » (Brunet/RMC)

Alors que Eric Brunet s’alarme du manque de places de prison en France, un auditeur lui soumet une autre solution « économique et pragmatique ».

« De source sûre, par des amis que j’ai dans la police, à peu près 70 % des détenus que nous avons en France sont d’origine étrangère ou français d’origine étrangère. » – Yvon

Langres (52) / Lacaune (81) : l’islamiste assigné Kamel Daoudi « déplacé »

À Fayl-Billot (25 km de Langres), il pointait trois fois par jour à la gendarmerie. Depuis la semaine dernière, c’est une fois de plus. Kamel Daoudi, 37 ans, islamiste assigné à résidence en Haute-Marne depuis un an, à l’hôtel du « Cheval Blanc », a été « déplacé » il y a huit jours dans le Tarn, à Lacaune, et les modalités quotidiennes de son contrôle ont été durcies. [...]

Interpellé le 25 septembre 2001, quelques mois après avoir obtenu la nationalité française, Kamel Daoudi, emploi-jeune dans un cybercafé d’Athis-Mons, est soupçonné d’appartenir au groupe de Djamel Beghal et de préparer un attentat à Paris. Il sera condamné en 2005 à 6 ans ferme pour « association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste » [...]

Sorti de prison en 2008, Daoudi est depuis dans une situation inextricable. Déchu de la nationalité française, il ne peut en effet résider dans l’hexagone car il a écopé d’une interdiction définitive de territoire. La Cour européenne ayant estimé qu’une expulsion en Algérie était éminemment dangereuse pour son intégrité physique, Kamel Daoudi a été assigné à résidence et ce, pour une durée indéterminée. [...]

Seule solution pour retrouver un semblant de liberté : trouver un pays d’accueil, mais les états « démarchés » lui opposent des fins de non-recevoir [...]

L’Est Républicain

(Merci à Hermione)

Fayl-Billot (52) : un ex-islamiste assigné à résidence (France 3)

France 3 Reims le 22 août 2011

Kamel Daoudi, ancien islamiste radical est assigné en résidence dans le village de Fayl-Billot, en Haute-Marne. Il a terminé sa peine de 6 ans de prison. Il a accepté de nous raconter son parcours hors -norme et de nous expliquer sa situation.

L’Assemblée rétablit l’extension de la déchéance de nationalité pour les tueurs de policiers

Des sources parlementaires UMP affirmaient pourtant que Nicolas Sarkozy était prêt à ne pas revenir sur le vote du Sénat supprimant cette mesure du projet de loi.

L’Assemblée nationale a rétabli mercredi 16 février, en commission des Lois, l’extension de la déchéance de nationalité à certains meurtriers de représentants de l’Etat, souhaitée par Nicolas Sarkozy mais supprimée par le Sénat, a-t-on appris de sources parlementaires. [...]

Le texte, voté à main levée, sera examiné pour une seconde lecture par l’Assemblée le 8 mars. Même si de nombreux députés de la majorité avaient eu quelques états d’âme devant les aspects les plus sécuritaires du texte, les mesures-phare du projet initial devraient cependant être rétablies. Le ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux, qui défendait le texte, avait d’ailleurs rappelé que la Constitution donnait le dernier mot aux députés. En cas de désaccord durable, le Premier ministre pourra également convoquer une commission mixte paritaire composée de sept sénateurs et sept députés.

Le Nouvel Obs

(merci à Shazam)

Déchéance de la nationalité: Rama Yade a vérifié qu’elle n’était pas concernée par la loi

La secrétaire d’État Rama Yade, naturalisée française depuis douze ans, a confié jeudi avoir vérifié, par « incertitude », qu’elle n’était pas concernée par la nouvelle loi sur la déchéance de nationalité même si, s’est-elle amusée, « je n’ai l’intention de tuer personne ». (…)

Interrogée sur cette disposition, la benjamine du gouvernement a confié sur France Inter avoir vérifié, après le discours de Grenoble, qu’elle n’était pas concernée. « J’ai vérifié parce que j’ai eu un doute et effectivement je suis française depuis 12 ans. C’était ric-rac. Néanmoins, je n’ai l’intention de tuer personne », s’est-elle amusée.

« Je ne suis pas hostile à la déchéance de la nationalité pour ceux qui peuvent assassiner un gendarme ou un policier… mais c’est vrai que pendant quelques secondes, j’ai ressenti l’incertitude… mais bon, je m’en suis remise », a-t-elle ajouté. Une expérience personnelle qui l’a convaincue qu’il fallait « clarifier les choses » pour « rassurer ceux qui pourraient ressentir la même incertitude ». « Cela suppose quelques gestes qui, je pense, viendront », a-t-elle expliqué en rappelant le parcours du combattant de ceux qui veulent devenir Français.

Le Point

Fadela Amara contre les conditions de la déchéance de nationalité

La secrétaire d’Etat chargée de la politique de la Ville s’est déclarée mardi sur RTL « contre » l’élargissement des conditions de déchéance de la nationalité envisagée par le gouvernement.

La secrétaire d’État a par ailleurs assuré qu’elle ne faisait « pas de lien entre immigration et insécurité » car « nos parents n’ont pas immigré pour que leurs enfants basculent dans la délinquance ». Pour autant, elle n’est pas persuadée « qu’il y ait de lien aussi formel » entre insécurité et immigration dans « la lecture du discours de Nicolas Sarkozy » à Grenoble.

France Soir

(Merci à Roy)