David Assouline appelle à une contre-manifestation, Julien Dray à une «réaction» de la gauche

Sur BFM-TV, le porte-parole du PS David Assouline a appelé à une contre-manifestation de la «France de la fraternité» pour défendre le «vivre-ensemble». Un peu plus tôt, sur Radio J, le socialiste Julien Dray a également plaidé pour une «réaction» de la gauche.

«Il est nécessaire désormais qu’une réaction se mette en place, une réaction à la réaction», a-t-il dit.«Il y a cette formation de ce bloc réactionnaire au sens littéraire du terme, un bloc qui réagit à quelque chose, qui prend corps, qui se coagule. Comme face à ce bloc réactionnaire, nous avons une gauche qui a été plutôt léthargique, avec certainement des questions légitimes sur l’exercice du pouvoir, ce bloc n’a fait que se renforcer et il est en train d’emporter un certain nombre de digues», a analysé Julien Dray.

Le Figaro

Forum du PS contre l’ »extrémisme » le 5 octobre à Paris

Le Parti socialiste organisera le 5 octobre à Paris un forum « pour la République contre l’extrémisme », a annoncé lundi le porte-parole du PS, David Assouline.


Ce forum réunira « universitaires, intellectuels , militants associatifs et syndicalistes », a précisé le porte-parole en appelant à « la vigilance et à l’unité de toute la gauche pour porter une offensive contre cette dérive, l’extrême-droite mais aussi l’extrême-droitisation de la droite ».
« La banalisation du FN à l’oeuvre depuis quelque temps a et aura des conséquences très lourdes pour notre démocratie, s’il n’y a pas une réaction forte, d’abord de la gauche unie, mais aussi de tous les républicains », a dit aussi le porte-parole lors d’une conférence de presse.
David Assouline venait de critiquer les propos tenus dimanche par François Fillon. L’ancien Premier ministre UMP disait qu’en cas de duel PS/FN aux municipales, il conseillait de « voter pour le moins sectaire ».

AFP

Manuel Valls élu « Melon d’or 2013″, Harlem Désir « langue de bois d’or »

Les PS d’or couronnent les leaders socialistes qui se sont distingués ces derniers mois. Comme souvent, Montebourg, Valls, Désir et Hollande se détachent. [...]

Hebergeur d'image

Énorme. Historique. Prodigieux. Harlem Désir réussit l’exploit de remporter pour la 5e année consécutive la « langue de bois d’or ». « Il faudrait désormais le sortir du concours pour laisser une chance aux autres », suggère un journaliste. Quoi qu’il en soit, le trophée s’appellera désormais le prix « Harlem Désir de la langue de bois ». Notons la percée, juste derrière, du porte-parole du PS David Assouline.

Le « planqué de l’année » est le ministre délégué à la Consommation Benoît Hamon. « L’ex-étoile montante a été engloutie pour un plat de lentilles », note un peu cruellement un journaliste. Il a failli se voir détrôner par Martine Aubry, « en retraite à Lille de la tentation ». L’ancienne première secrétaire du PS n’a qu’une voix de retard.

Le « melon d’or 2013″ est attribué à Manuel Valls, « pour son oeuvre et celle à venir ». C’est un ministre « bientôt président à la place du président ». [...]

Le « lèche-cul d’or » est le président du groupe PS à l’Assemblée nationale Bruno Le Roux. Il est décrit comme le « président du fan club du FC Hollande ». [...]

Hebergeur d'image

Bruno Le Roux manifestement content

Le Point

David Assouline (PS) : Mélenchon a «une stratégie absolument suicidaire»

Interrogé par Radio Classique et Public Sénat sur celui qui avait appelé à voter François Hollande dans l’entre-deux tours de 2012, le sénateur de Paris David Assouline a relevé que Jean-Luc Mélenchon avait «sonné la charge dès la fin du mois d’août l’année dernière, parce qu’il est dans une stratégie à mon avis absolument suicidaire».

Cette stratégie consiste «à miser sur l’échec de la gauche», selon David Assouline. «Il a tort parce que dans l’Histoire, à chaque fois que la gauche de la gauche a considéré que c’était la stratégie à employer, l’alternative a toujours été la droite».

« Il y a une gauche et une droite dans le pays, et la gauche, c’est François Hollande», selon le porte-parole socialiste.

Le Front de Gauche, dont Jean-Luc Mélenchon fut le candidat à l’Elysée, a appelé à une manifestation nationale dimanche à Paris.

Le Figaro

Antisémitisme au congrès du Parti de Gauche ? Le Crif veut des excuses publiques. Mélenchon fustige la «caste médiatique» (MàJ)

Addendum 26/03 : Jean-Luc Mélenchon, a assuré sur France Inter que «le peuple en colère», avait besoin de dirigeants qui « parlent dru et cru», pas «prout-prout».

«Il y a quinze jours, vous étiez tous rassemblés autour de la momie d’Hessel, en train d’agiter vos palmes et vos engins à encens : indignez-vous, c’est magnifique !», a poursuivi le responsable Front de gauche.

L’eurodéputé a ironisé sur «le cuir sensible de la société convenue», s’en prenant notamment à la une de Libération : « Avec des gens comme vous on allait au bûcher au Moyen Age», a lancé l’ex-candidat Front de gauche à l’Elysée à l’adresse des médias qu’il juge «irresponsables». Il a fustigé « la caste médiatique, les curés médiatiques qui disent comment on doit parler, de quoi on doit parler, et à la fin vous êtes des tyrans». Libération

Le Crif choqué par les déclarations de Jean Luc Mélenchon.

Ces déclarations […] rappellent les insinuations antisémites de l’extrême droite des années 30. […] Le Crif n’avait jamais accusé M. Melenchon d’être antisémite et ne pense pas qu’il le soit.

M. Mélenchon, dont la maitrise du verbe est connue, a commis un dérapage inacceptable dont il doit s’excuser publiquement.

Crif

Addendum 24/03 : Moscovici répond à Mélenchon :

«Je suis Français par tous mes pores et je ne raisonne pas finance internationale.» Le Parisien

Jean-Luc Mélenchon, s’est dit dimanche «blessé», expliquant qu’il ignorait alors «quelle était la religion» du ministre, d’origine juive, et n’avait pas l’intention «d’en tenir compte. ».Le Figaro

Réaction d’Harlem Désir :

« Jean-Luc Melenchon vient de déclarer que Pierre Moscovici aurait le ‘comportement de quelqu’un qui ne pense pas français qui pense finance internationale’ », a rapporté Harlem Désir à l’AFP. « Je lui demande de retirer ces propos inacceptables ».

« C’est un vocabulaire des années 30 que l’on ne pensait plus entendre de la bouche d’un républicain et encore moins d’un dirigeant de gauche », a-t-il lancé, rajoutant:

« Cette attaque sur l’identité française de Pierre Moscovici donne le haut le coeur. Elle signe une dérive dangereuse qui doit cesser dans l’injure et la mise en cause personnelle. Elle franchit les limites de l’acceptable et ne peut être tolérée par aucun républicain ».

Huffington Post


Reactions socialistes aux propos de François Delapierre, secrétaire national du Parti de Gauche

 

(Merci à Michel Soudais)

Mariage gay. David Assouline (PS) : L’Église «n’est pas vraiment dans son rôle»

David Assouline, porte-parole du Parti socialiste, critique le cardinal André Vingt-Trois qui s’oppose au mariage homosexuel.

Ce qui anime cette réforme c’est l’égalité de tous.

Dans un communiqué à l’AFP, le sénateur de Paris rappelle que l’ouverture du droit au mariage et à l’adoption pour les couples homosexuels était un engagement de campagne de François Hollande, le 31e de ses «60 engagements pour la France».

«Le suffrage universel s’est exprimé», ajoute David Assouline, «l’Église n’est pas vraiment dans son rôle quand Mgr Vingt-Trois appelle à s’opposer à la volonté du législateur, d’autant qu’il s’agit du mariage civil dans la République laïque». [...]

Le Figaro

La dictature de la niaiserie ou de l’angélisme nous mène-t-elle droit à la guerre civile ?

Extrait d’un débat sur Atlantico sur les caricatures de Charlie Hebdo entre David Assouline, sénateur de Paris et porte-parole du Parti socialiste, et les journalistes Elisabeth Lévy et Jean-François Kahn.

Cessons d’expliquer à nos concitoyens d’origine africaine ou maghrébine que nous leur avons fait beaucoup de mal et que nous avons une dette envers eux. L’histoire n’est pas un bilan comptable !

Avec la progression du FN d’un côté et la montée des intégrismes ou des revendications communautaires de l’autre, doit-on prendre au sérieux le risque de la guerre civile ?

David Assouline : Voilà encore un épouvantail ! Ce n’est pas sérieux d’évoquer un tel risque aujourd’hui. 150 salafistes la semaine dernière qui tentent de manifester à Paris, en rapport avec les millions d’hommes et de femmes d’origine musulmane qui vivent paisiblement en France. De l’autre une Marine Le Pen qui aimerait bien faire croire à un tel scénario catastrophe pour capitaliser les peurs.

Par le passé, l’extrême droite française s’attaquait frontalement à la laïcité. Aujourd’hui, toute la stratégie de Marine Le Pen consiste à habiller sa xénophobie, et ses stigmatisations de certaines populations, du mot de «laïcité», alors qu’elle le dévoie radicalement.

Elisabeth Lévy : Non, je ne crois pas, je ne veux pas croire à la guerre civile. Mais deux facteurs alimentent les fractures. Le premier est le divorce croissant entre l’opinion médiatique et l’opinion tout court. La plupart des gens en ont assez de se faire sermonner par des journalistes qui leur disent qu’ils ne vivent pas ce qu’ils vivent et les somment de penser convenablement. Ils peuvent se laisser intimider pendant un temps et dire aux sondeurs qu’ils sont favorables au droit de vote des étrangers extra-communautaires aux élections locales, mais le risque est qu’ils se vengent ensuite dans les urnes par un vote de plus en plus radical. [...]

Jean-François Kahn : Non, je ne crois pas. En revanche, toutes les conditions sont réunis pour que Marine Le Pen fasse un énorme score lors de la prochaine élection présidentielle. Dans certains pays européens les partis populistes dépassent les 20%. Je crois que c’est une possibilité qu’il ne faut pas écarter.

La stratégie d’apaisement menée par la gauche est-elle la bonne ? Ne faut-il pas faire preuve plus de fermeté ?

Elisabeth Lévy : Bien entendu, c’est la pire stratégie qui soit. Que ce soit à l’école ou dans l’espace public, il ne faut pas céder un pouce de terrain sur la règle commune. Mais ce qui est encore plus important, c’est d’en finir avec l’auto-flagellation et la repentance. [...]

Atlantico

Hollande en campagne chez les « potes »

Un honneur que le candidat PS à la présidentielle réserve lundi soir au dîner annuel des parrains de SOS Racisme. Au menu : foie gras, suprême de volaille, filet de capitaine et cheese-cake en dessert.

La foule est éclectique. Il y a bien sûr Pierre Bergé, parrain historique de SOS Racisme, et Dominique Sopo, l’actuel président. Il y a Harlem Désir, qui présida l’association tout comme Malek Boutih, qui, lui, n’est pas présent. En revanche, Julien Dray, qui fonda SOS Racisme en 1983 et qui est très en froid avec son ancien ami Boutih, est lui bien présent.

Il y a leurs camarades du PS, David Assouline, Laurence Rossignol, Henri Weber. Il y a l’ex-candidat à la primaire, le président du PRG Jean-Michel Baylet, et puis l’essayiste Caroline Fourest et encore le médiatique psychanalyste Gérard Miller.

Geneviève de Fontenay et Anne Lauvergeon

À mille lieues de Dijon, où Hollande a passé la journée sur le thème de la sécurité, loin du théâtre Dejazet, où une heure plus tôt il dévoilait son programme justice, le candidat croise aussi ici Geneviève de Fontenay. En robe noire et blanche, coiffée d’un large chapeau assorti, mais sans Miss France (ni Miss Nationale) à ses côtés, elle fait des pieds et des mains pour atteindre Hollande, se glisser sur un cliché à ses côtés, et lui faire la bise. Dans un autre style, Hollande discute ensuite avec Anne Lauvergeon, ancienne patronne d’Areva, mais surtout ancienne sherpa de François Mitterrand, aujourd’hui membre du conseil de surveillance du quotidien Libération. (…)

Le Point

Cérémonie de parrainage de clandestins à la mairie du 20e

Vendredi 20 novembre, la salle des mariages de la mairie du 20e arrondissement est comble. Au mur, une fresque représente la République, portée en triomphe par la Paix et les droits de l’Homme.

Autour de Frédérique Calandra, Anne-Charlotte Keller adjointe aux Affaires scolaires et périscolaires, Danielle Simonnet déléguée auprès de la maire chargée de la lutte contre les discriminations, de l’intégration, du handicap, et du monde associatif, George-Pau Langevin, députée de la 21e circonscription, et David Assouline, sénateur de Paris.

Monsieur K. travaille dans la sécurité et le bâtiment. Il est marié et père de trois enfants. En situation irrégulière, il vient de recevoir le parrainage de Mathilde D., professeur de lettres, habitante du 20e. « Si j’ai des problèmes, je peux appeler. » En cas d’arrestation, le fait d’être parrainé par un citoyen français complique la tâche de l’administration.

Pour George Pau-Langevin, ce qui est important dans ce parrainage républicain, c’est « la solidarité directe de Monsieur et Madame Tout-le-monde. Cela montre l’ouverture d’esprit de nos concitoyens et le fossé qu’il y a entre eux et Monsieur Besson. Source : le75020.fr