Syrie : Damas et les rebelles responsables de nouveaux crimes de guerre

[...] Des rebelles et des combattants étrangers venus leur prêter main-forte ont également commis des crimes tels qu’exécutions sommaires, prises d’otages et bombardement de zones civiles, ajoutent-ils dans ce document qui couvre la période allant du 15 mai au 15 juillet.

Hebergeur d'image

« Les auteurs de ces violations et de ces crimes, quel que soit leur bord, ont agi en violation du droit international. […] Il est impératif de les traduire en justice », ajoute la commission d’enquête dirigée par le diplomate brésilien Paulo Pinheiro.

Ouest France

Syrie / émission spéciale : les socialistes français vont-ils une fois de plus, provoquer une nouvelle guerre mondiale ? (Radio Courtoisie)

Radio Courtoisie – Grégoire Boucher – 8 septembre 2013

Avec Aymeric Chauprade, géopoliticien, Christophe de Roscouré et Michel Janva.

Manipulation, provocation, mensonge d’État : Damas sera-t-il le nouveau Sarajevo ?

L’émission rend également hommage à Hélie Denoix de Saint-Marc.

(Merci à Aurélien Terrestris)

___________________________________

Vous avez également la possibilité de retrouver le mp3 de cette émission :

plus d’émissions téléchargeables (Radio Courtoisie) ici

à mettre en correspondance avec la grille de programme
Pour ceux qui souhaitent commenter des émissions de la radio il suffit de créer un compte twitter et de se logguer sur Branch avec son user twitter (ce sont les mêmes créateurs – propriétaires) sauf que Branch permet de mettre beuacoup plus que 140 caractères :

 

Hollande : « La France est prête à punir ceux qui ont pris la décision infâme de gazer des innocents » (màj)

Addendum

La présidente du FN Marine Le Pen, opposée à toute intervention militaire en Syrie, a affirmé aujourd’hui que François Hollande avait « choisi les islamistes » dans ce pays, alors que la France se prépare à une intervention contre le régime de Bachar el-Assad.

« Hollande choisit les islamistes », a réagi Marine Le Pen dans un communiqué, où elle assimile une nouvelle fois les rebelles aux islamistes.

« La charia, la persécution des chrétiens de Syrie, voici ce qui attend ce pays si les États-Unis et la France interviennent », estime la députée européenne, qui avait soutenu l’intervention française au Mali contre les islamistes.

Selon elle, la décision est « précipitée, fondée sur des supputations (…) alors que la lumière n’a pas encore été faite sur les attaques chimiques commises en Syrie ». [...]

Le Figaro

_______________________________

Devant les ambassadeurs réunis à l’Élysée, François Hollande annonce que « la France est prête à punir ceux qui ont pris la décision infâme » de lancer une attaque chimique en Syrie contre des « innocents ».

Hebergeur d'image

« Le conflit syrien menace la paix du monde ».

« Le monde est saisi d’effroi après la confirmation de l’utilisation d’armes chimiques en Syrie. Tout porte à croire que c’est le régime qui a commis cet acte abject qui le condamne définitivement aux yeux du monde », assure-t-il.

« Depuis un an la France a agi en prodiguant sans compter son aide à l’opposition. Aujourd’hui notre responsabilité est d’une autre nature : rechercher la riposte la plus appropriée aux exactions, une fois achevée la mission d’enquête des Nations unies. Le massacre chimique de Damas ne peut rester sans réponse », annonce le président de la République. [...]

Le Figaro

Syrie : Le crime de trop appelle une riposte (Le Monde)

Alors que les inspecteurs de l’ONU ont commencé leur enquête sur les accusations de massacre à l’arme chimique près de Damas, le ministre des affaires étrangères, Laurent Fabius, a assuré sur Europe 1 que la France promet une «réponse proportionnée» et imminente. Pour Natalie Nougayrède, journaliste au Monde, il doit y avoir une « riposte ».

On peut critiquer le fait que la mort de centaines de Syrien tués à l’arme chimique « pèse » plus, au plan international, que celle de 100 000 Syriens victimes d’armes conventionnelles. Et pourtant le massacre de La Ghouta s’apparente à un « Srebrenica syrien ».

L’emploi d’armes chimiques à grande échelle par le régime syrien, le 21 août, dans un faubourg de Damas, ne fait guère de doute. Les déclarations successives venues de Paris, de Londres et de Washington convergent : c’est le constat unanime d’une utilisation d’armes de destruction massive au coeur de la guerre civile syrienne. Les cyniques ou pseudo-réalistes considérant que l’on n’en était plus à une atrocité près dans ce conflit auraient tort de minimiser la signification de ce tournant. […]

Ce qui vient de survenir en Syrie dépasse largement le seul cadre de ce conflit, et même le périmètre du Moyen-Orient. Car l’emploi d’armes de destruction massive signifie qu’un tabou est brisé. La crédibilité des pays occidentaux, qui avaient parlé à des degrés divers de « ligne rouge », est en jeu. Pas seulement. C’est toute la perspective d’un XXIe siècle doté d’un minimum d’organisation internationale qui est aujourd’hui testée. […]

Ne rien faire reviendrait à donner un blanc-seing aux crimes contre l’humanité et à ruiner l’édifice de normes internationales élevé en rempart contre l’emploi d’armes de destruction massive. Le signal envoyé indirectement à l’Iran et à la Corée du Nord serait un message de laisser-faire.

Le Monde

Syrie : les Chrétiens pris pour cible par les rebelles musulmans

À Damas, les habitants semblent résignés à continuer leur vie presque normalement, malgré une guerre dont ils ne voient pas la fin. Reportage des envoyés spéciaux de FRANCE 24 au cœur de la capitale syrienne. [...]

À quelques minutes à pied se trouve le quartier chrétien de la vieille ville, régulièrement pris pour cible. En 48 heures, quatre roquettes, tirées depuis les quartiers rebelles, ont frappé la même rue. [...]

« J’espère que notre gouvernement vaincra ces malfaisants, ces malfaiteurs, ces terroristes qui frappent les populations civiles. »

France 24

Protestations de la Syrie après un raid israélien sur Damas

Le ministère syrien des Affaires étrangères a protesté aujourd’hui auprès des Nations unies après un raid israélien ayant visé la veille un centre militaire près de Damas, selon un communiqué publié par l’agence officielle Sana. Dans ce texte, le ministère des Affaires étrangères dit notamment « protester officiellement contre la violation par les Israéliens de l’accord de 1974. »

(…) Le Figaro

André Glucksmann : «Une part de notre destin se joue à Damas»

Plaidoyer d’André Glucksmann en faveur des révolutions dans le monde arabe et dénonciation de la passivité des Européens sur les «massacres en Syrie».

Foin de naïveté. La mondialisation n’est pas qu’affaire de gros sous, elle ne se borne pas aux flux financiers et aux échanges économiques.

Janvier 2011 – décembre 2012. Après l’euphorie vient la dépression, les révolutions arabes n’auraient-elles entraîné que le passage de dictatures militaires à des dictatures religieuses menaçantes, en Egypte comme en Tunisie ? Nous autres, Européens désabusés, oublions facilement les retournements et les longues péripéties de notre accession à une encore imparfaite démocratie : notre «printemps des peuples» date de 1848. Que de temps, que de sang écoulé depuis ! [….]

De sinistres soubresauts peuvent toujours survenir, ainsi à Kiev et Tbilissi, ainsi à Tunis et au Caire. Il n’en reste pas moins que nous sommes sortis des modèles jacobins, bolcheviques ou nazis. […]

Les Européens ont grand tort d’assister passivement au spectacle des reprises en main et d’observer passivement depuis un an l’extension des massacres en Syrie. Il ne s’agit pas d’obscénités circonscrites et locales, Bachar al-Assad instaure un précédent. […] Au Kremlin, à Pékin, à Téhéran, on compte sur toi, Assad mon frère, pour faire passer le goût insupportable de liberté qui pourrait gagner nos sujets, nos voisins et la planète entière. […]

Les modèles de révolutions douces, style Prague et Varsovie ou Tunis et Le Caire, sont aussi mondialement imitables, tout comme les répressions despotiques sans foi ni loi. Quelle figure de l’ordre du monde s’annonce pour demain ? Entre les revendications libertaires de la rue et la mort qui tombe du ciel, une part de notre destin se joue à Damas. […]

Libération

« Des hiérarques de l’Église chrétienne de Syrie ont tenu des propos incroyables (?!?) en soutien au boucher de Damas » (France Inter)

France Inter, Inter Soir 19, Patrick Boyer le 25/12/2012 
Mais quels sont donc ces propos disqualifiants dont il est question ? Le mystère reste complet : le propos de Jean-François Colosimo ne vient certainement pas étayer l’assertion journalistique, bien au contraire …


(Merci à colonel)