Créteil : à peine sorti du tribunal, l’exhibitionniste récidive devant la préfecture

Il n’a pas profité longtemps de sa liberté retrouvée et n’a pu s’empêcher de s’adonner à son obsession. Un homme âgé de 26 ans a été arrêté ce vendredi, peu avant 19 heures, pour s’être exhibé… devant la préfecture à Créteil. L’homme se serait entièrement dévêtu avant d’être interpellé par les policiers en faction devant le bâtiment.

L’exhibitionniste n’en était pas à son coup d’essai puisqu’il sortait tout juste du tribunal de Créteil, situé à quelques centaine de mètres, où il avait été déféré la veille… pour avoir montré son sexe dans les allées du centre commercial Créteil-Soleil.

(…) Le Parisien

Créteil : Une jeune femme victime d’un viol collectif

Quatre hommes, soupçonnés d’être impliqués dans une affaire de viols en réunion ont été placés en détention provisoire, ce mercredi 19 juin, après avoir été mis en examen par un juge d’instruction du tribunal de Créteil (Val-de-Marne).

Les quatre suspects, âgés d’une vingtaine d’années, ont été interpellés, le 17 juin, par les enquêteurs du service départemental de police judiciaire (SDPJ) du Val-de-Marne.

Selon les premières investigations, ils auraient abusé, à plusieurs reprises, d’une jeune femme rencontrée le 8 juin dernier dans une boîte de nuit à Paris. Après l’avoir fait boire puis consommer de la cocaïne, ils l’auraient violée à tour de rôle, pendant plusieurs heures, dans un appartement à Créteil. Un des suspects aurait ensuite reconduit la victime, le lendemain des faits, à la gare Montparnasse dans le XVe arrondissement à Paris. Cette dernière, âgée de 24 ans, a aussitôt déposé plainte.

Le Parisien

Panne informatique au tribunal de Créteil (94). un dealer de cocaïne remis en liberté

Un trentenaire soupçonné de trafic de cocaïne a dû être remis en liberté samedi, après une panne informatique au tribunal de grande instance de Créteil.

[...] Samedi, suite à un bug sur le réseau du tribunal de grande instance de Créteil (Val-de-Marne) qui empêché sa présentation devant un juge des libertés et de la détention (JLD), un trentenaire soupçonné de trafic de cocaïne a dû être remis en liberté.

Soupçonné de trafic de stupéfiants, le jeune homme avait été interpellé mercredi 9 janvier à Paris puis déféré vendredi à Créteil, après la découverte à son domicile de Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne) d’environ 200 grammes de cocaïne et d’un pistolet 9 mm. [...]

MetroFrance

Montreuil (93) : un imam soupçonné de viol en garde à vue

Un homme, officiant comme imam remplaçant dans une mosquée à Montreuil-sous-Bois devrait être présenté ce matin à un juge d’instruction du tribunal de Créteil en vue de sa mise en examen dans une affaire de tentative de viol. Les faits remontent à la nuit du 1er au 2 décembre à Fresnes.

Interpellé mardi vers 18 heures à la sortie du lieu de culte, le suspect, qui aurait officié en tant qu’imam en Tunisie, a été placé en garde à vue. Selon nos informations, il a nié les faits reprochés.

« Cet homme, en situation irrégulière sur le territoire et qui se présente comme imam remplaçant dans cette mosquée, est soupçonné d’avoir voulu s’en prendre à une jeune femme qui l’hébergeait, confie une source proche de l’affaire. Selon les déclarations de la victime, son agresseur lui aurait attaché les mains avant de tenter de la violer. Elle s’est défendue en le mordant, ce qui a provoqué sa fuite. Des traces de sang ont été relevées dans le logement où a eu lieu l’agression. D’autres éléments très confondants ont également été recueillis. »

(…) Le Parisien

Merci à chris3818919

Pour une liste de tous les articles sur ce thème : http://imamdirty.wordpress.com/

« Tournantes » : les condamnés font (aussi) appel

Les avocats de la défense réclament cette fois la tenue des audiences en public.

Les quatre hommes condamnés dans l’affaire des « tournantes » comptent faire entendre leur voix. Alors que le ministère public a décidé vendredi de faire appel des condamnations et de certains acquittements, les condamnés ont également fait appel du verdict de la cour d’assises de Créteil.

(…) Europe 1

La boîte de nuit clandestine black faisait danser Créteil

Il pouvait y avoir jusqu’à 300 clients en fin de semaine. Le Kingdom Club, établissement fonctionnant en parfaite illégalité, a été fermé ce week-end.

(…) Pas d’enseigne tapageuse, une localisation particulièrement discrète sur la zone d’activités des Basses-Quintes à Créteil, un entrepôt banal mais une clientèle fidèle qui gonflait au fil des semaines. Durant le week-end, les policiers ont démantelé une boîte de nuit clandestine qui fonctionnait depuis plusieurs semaines dans la plus parfaite illégalité.

C’est par le biais du comité opérationnel départemental antifraude (voir encadré) que les activités illicites ont pu être brutalement interrompues.

L’inspection du travail avait reçu des témoignages faisant état de va-et-vient incessants, toujours en fin de semaine, de gens qui, visiblement, venaient faire la fête. Très vite, la justice est avisée et le parquet diligente une enquête.

Les surveillances ne tardent pas à confirmer les soupçons, d’autant qu’outre le bouche à oreille qui fonctionne à merveille le Kingdom Club fait de la publicité sur Internet pour vanter l’attrait de ses soirées à thème, se présentant même comme le « nouveau club afro généraliste le plus sélect de la capitale ».

A ce compte-là, la clientèle afflue, pouvant compter parfois jusqu’à 300 visiteurs par vendredi ou samedi soir.
(…) Le Parisien

(Merci à Lilib)

Créteil (94). Braquage au centre culturel juif

Deux malfaiteurs ont dépouillé le rabbin et un élève qui étudiait, lundi soir, sur place. La thèse antisémite n’est pas retenue. La sécurité a été renforcée hier.

Il est aux alentours de 22 heures avant-hier. Seul un élève est encore présent dans cet espace ouvert en janvier, qui comprend une salle de réception, une pizzeria, un grill, ainsi qu’une synagogue et un lieu pour étudier la Torah sans contraintes d’horaires.
Selon Rav Elgrabli, le directeur et rabbin du centre, « deux hommes — l’un cagoulé et l’autre le visage dissimulé par une écharpe — sont entrés. L’un d’entre eux avait une arme et ils ont demandé à l’étudiant où était la caisse. Après l’avoir vidée, ils l’ont forcé à m’appeler ». Arrivé sur les lieux, Rav Elgrabli trouve l’élève à genoux, un pistolet pointé sur la tête. « Les braqueurs m’ont dit : Où est le coffre. Comme il n’y en a pas dans le centre, ils m’ont fait ouvrir le bureau. » Les voleurs délestent le directeur du centre culturel du liquide qu’il a sur lui, et d’une montre de valeur pour un préjudice évalué à 2000 €. Ils se font également remettre ses cartes de crédit. « Celui qui avait l’arme était très énervé et répétait : Je te bute si tu ne donnes pas le code. Je l’ai bien évidemment donné, et son complice est parti retirer un maximum d’argent avant de revenir. » Au bout d’une heure qui a semblé durer une éternité, les braqueurs prennent la fuite.

Le parisien

Créteil (94). Tensions dans une cité après la mort d’un jeune motard

Un jeune homme est mort jeudi en fin d’après-midi à Créteil. Le drame s’est produit dans un quartier déshérité et a suscité la colère de jeunes qui ont pris à partie la police. En début de soirée, la situation était toutefois redevenue calme, a précisé la préfecture du Val-de-Marne.

Le jeune homme conduisait son engin à toute allure, faisant des zigzags et roulant sur la roue arrière, lorsqu’il a durement chuté. Il roulait sans casque. Des témoins ont expliqué qu’ils avaient vu la victime tomber seule.

La police a été accusée d’être à l’origine du décès du motard. Des jeunes se sont également rendus à l’hôpital où ils ont menacé de représailles

Mais peu après l’accident, la situation a vite failli dégénérer : « Au moment où les services de secours sont intervenus, ils ont été pris à partie pour des raisons qu’on ignore » a expliqué la préfecture. Prise à partie physiquement par d’autres jeunes du quartier, la police a été accusée d’être à l’origine du décès du motard pour des raisons non éclaircies. Malgré l’intervention du Samu, le jeune homme est décédé des suites de ses blessures à l’hôpital Henri-Mondor de Créteil où il avait été transporté. Des jeunes s’étaient également rendus à l’hôpital où ils ont menacé de représailles.

LCI

(Merci à Dodo et à Jean-Claude78)

Vives tensions dans le quartier Petit-Pré-Sablières à Créteil

L’incendie de six voitures Autolib’, stationnée rue Déménitroux à Créteil (Val-de-Marne), dans la nuit de jeudi à vendredi, serait la réponse des jeunes du quartier voisin du Petit-Pré-Sablières à une interpellation musclée survenue la semaine dernière. Un élément déclencheur qui intervient dans le cadre des relations tendues entre forces de l’ordre et habitant du secteur.

« Sérieusement, je n’avais jamais vu une telle violence dans le coin, du côté des policiers comme celui des assaillants« .

La phrase d’Habib ne trompe pas : beaucoup dans le quartier ont été choqués par l’interpellation, la semaine dernière, d’un groupe d’individus soupçonnés notamment de trafic de stupéfiants. Au cours des interpellations, deux fonctionnaires ont été blessés (provoquant deux arrêts de travail de sept et dix jours) et la mère de l’un des jeunes interpellés compte porter plainte pour violences policières, estimant avoir reçu des coups au ventre alors même qu’elle se trouvait enceinte.

Le quartier est connu des services de police, qui l’ont sous surveillance notamment en raison de la réputation de « supermarché de la drogue » qu’ont certains ensembles du Val-de-Marne. (…)

94.citoyens

Créteil (94). Une station Autolib’ incendiée

Pour la première fois, une station Autolib’ a été la cible d’un incendie. Six véhicules ont été détruits dans la nuit de jeudi à vendredi, à Créteil.

Des traces noires au sol, des lambeaux de pneus, des bris de vitres et des bornes désespérément vides. Triste décor hier matin à la station Autolib’ située rue Maurice-Déménitroux, à Créteil. Dans la nuit de jeudi à vendredi, vers minuit, les six voitures électriques en libre-service sont parties en fumée.

C’est la première fois que pareil incident touche le parc Autolib’. « Jusqu’alors, nous avions été plutôt épargnés. Nous avions plutôt affaire à du vandalisme, fait-on savoir chez Bolloré, l’entreprise qui a mis sur le marché ce système de voiture en location. Evidemment, on se serait passés de cet incident. Mais tous les jours, il y a des véhicules qui brûlent en France. »

Autolib’ ne serait pas directement visé. « C’est simplement une coïncidence liée apparemment à des contrôles de police dans le quartier », indique-t-on chez Bolloré.

Le parisien

(Merci à Derville)

30 ans de réclusion en appel pour le violeur en série M’hamed Rouichi

Jugé en appel à Créteil pour des viols commis à Paris sur au moins treize femmes âgées de 20 à 74 ans, M’hamed Rouichi a été condamné à 30 ans de réclusion.

(…) Le procès, qui s’était ouvert le 22 mars, s’est tenu comme en première instance à huis clos à la demande des victimes de Rouichi, un Français de 52 ans né à Constantine, en Algérie.

(…)Sans domicile fixe, il avait été interpellé le 26 juillet 2006, gare de Lyon, après avoir été confondu par son empreinte génétique, retrouvée sur trois victimes.

Déjà condamné en 1983 à 10 ans de prison pour homicide volontaire,

l’accusé comparaît cette fois pour une série de viols qui duraient parfois une nuit entière et qui étaient pour certains accompagnés de pratiques scatophages, commis sur au moins 13 femmes de 20 à 74 ans entre 1994 et 2006.

Durant la procédure et les audiences, il avait reconnu être l’auteur de plusieurs de ces faits, fréquemment accompagnés de vols.

L’expert qui l’a examiné avait relevé que ses capacités de récidive « apparaissaient maximales« .

TF1 news

« Toutes ces cultures qui font Créteil »

Pendant près d’un mois, Générations Maghreb met en avant les influences arabo-judéo-berbères à Créteil. Une culture qui fait partie de l’histoire de la ville.

Du Maghreb, ils ont apporté leur langue, leur cuisine, leurs amitiés. Et ces bagages, ils les ont posés à Créteil dans les années 1960. A l’époque, la capitale du Val-de-Marne n’était qu’un village au milieu des champs. Les migrants ont contribué à sa construction. Génération après génération, à quoi correspond la culture arabo-judéo-berbère? C’est à cette question que tente de répondre, après une actualité sensible, l’événement Générations Maghreb, organisé par la MJC du Mont-Mesly et le centre socioculturel Madeleine-Rebérioux.

« Nous avons voulu revenir sur toute cette culture qu’ont en commun les juifs, les pieds-noirs, les Maghrébins. Comment aujourd’hui, ces racines se transmettent ou pas et comment elles perdurent et influencent la vie de tous les Cristoliens », résume Ariane Bourrelier, directrice de la MJC. Pour le maire PS de Créteil, il est évident que « le parcours de ces migrants a contribué au développement culturel et social de la ville. Evoquer cette histoire commune permet aussi de faire tomber les préjugés et de renforcer le vivre ensemble », se félicite Laurent Cathala.

Parmi les expositions, les visiteurs pourront découvrir les dessins de Farid Boudjellal. Le dessinateur a croqué avec humour la vie cristolienne. La photographe Sonia Blin a tenté de travailler sur les devantures cristoliennes, casher ou halal. L’artiste Rachid Koraïchi a peint « Créteil aux couleurs de la Méditerranée ».

Isabelle Sfez et son mari ont ainsi pris part volontiers à cet événement. Couple mixte, elle est juive, lui est kabyle. « Au départ, c’était un peu compliqué dans nos familles. Cela remonte à trente ans. Mais on a tous grandi ensemble. Et puis, nos cultures se ressemblent. Même si je ne comprenais rien au kabyle. La musique est différente aussi. » Trente ans plus tard, le mélange est-il plus facile entre les deux communautés? « Le poids de la religion empêche encore la mixité », constate Isabelle Sfez.

Le Parisien

——————–
Complément :
Les premières traces écrites faisant référence à Créteil remontent aux Mérovingiens : Vicus Cristolium. Ce toponyme est formé du préfixe crist et du radical Olium. Ces deux termes sont gaulois : « clairière » pour crist et « crête » pour Olium. La « clairière » de la « crête » du Mont-Mesly se trouve dès avant la romanisation sur la route reliant Paris et Sens