Le Qatar : les autres pays arabes, les Frères Musulmans, la France, les morts des chantiers (vidéo)

Reprochant au Qatar ses « ingérences » dans les affaires de ses voisins, trois pays du Golfe, l’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et Bahreïn, ont décidé de rappeler leurs ambassadeurs à Doha, mercredi 5 mars.

Cette décision sans précédent dans les relations entre pays arabes du Golfe a été annoncée au lendemain d’une réunion « houleuse », selon la presse, des ministres des affaires étrangères des monarchies arabes du Golfe à Riyad.

Ce mini-sommet, à l’initiative de l’émir du Koweït, était destiné à surmonter le profond désaccord entre Doha, d’une part, et Riyad, Abou Dhabi et Manama de l’autre, sur la conduite à suivre face au nouveau pouvoir installé par l’armée en Egypte en juillet 2013 après l’éviction du président islamiste Mohamed Morsi.

Doha trop proche des Frères Musulmans

Le Qatar s’est rangé ouvertement du côté des Frères musulmans qui ont perdu le pouvoir en Egypte, tandis que les trois autres pays ont apporté un soutien massif, tant politique que financier, au nouveau pouvoir égyptien.

source : Le Monde


source : extrait de Politique Matin – LCP – 06 03 2014


source : Extrait de Politique Matin – LCP – 06 03 2014


source : extrait de Politique Matin - LCP – 05 03 2014

Reportage à l’occasion de la visite officielle au Qatar en juin 2013

source : elysee.fr

bonus :
l’interview complet de Marine Le Pen par Patrick Chêne sur LCP le 6 mars 2014
http://youtu.be/Zoho5kFJk0A

Angleterre. Foot : 66% de joueurs étrangers

Le football anglais croule sous l’argent et attire les meilleurs joueurs du monde. Anciens joueurs, sélectionneurs ou dirigeants s’en inquiètent mais pas les supporters.

En France, plus de la moitié [55,9%] des titulaires de la première journée de Ligue 1 étaient de nationalité française – les nombreux binationaux étant comptabilisés comme étrangers.

Lundi soir, en clôture de la première journée de Premier League, affiche alléchante : Manchester City contre Newcastle. Le match est plaisant, il y a beaucoup de bons joueurs sur la pelouse. Le Belge Kompany, l’Argentin Agüero, le Français Ben Arfa, le Sénégalais Cissé ou l’Espagnol Navas.

L’entraîneur de City, l’Argentin Manuel Pellegrini, s’adresse en espagnol à la plupart de ses joueurs. Dans le camp d’en face, la plupart des conversations se font en français, langue commune de sept joueurs sur 11. Ca ressemble à un match caritatif avec deux sélections « All Stars ». Sur les 28 footballeurs foulant la pelouse ce soir-là, quatre seulement sont britanniques. [...]

Gary Neville et Peter Taylor, ancien sélectionneur des Espoirs anglais, sont en faveur de quotas de joueurs britanniques en Premier League mais le droit communautaire complique les choses.

Selon une étude du Guardian, Il n’y a plus qu’un tiers de joueurs anglais parmi les titulaires dans l’élite [34,1% - calcul réalisé sur les compositions d’équipe lors de la première journée]. C’est un record mais pas une nouveauté : il y a dix ans, ils n’étaient déjà plus que 35%. […]

La quasi-totalité des supporters s’en fichent. Il n’y a pas d’attachement à la nationalité des joueurs, pas plus qu’en France. Le niveau global monte, les stades sont plein malgré des tarifs prohibitifs, les audiences ravissent les diffuseurs. Ceux qui contestent le modèle actuel de la Premier League se plaignent du coût des abonnements, pas d’une pseudo-identité perdue.

Pourtant, l’Angleterre du football – anciens joueurs, sélectionneurs ou dirigeants– s’inquiète. Elle voit en parallèle ses sélections nationales péricliter. Les Espoirs ont perdu tous leurs matches à l’Euro cet été, les moins de 20 ans n’en ont pas gagné un à la Coupe du monde remportée par les Français. L’équipe A est menacée par le Montenegro et l’Ukraine dans les éliminatoires pour la Coupe du monde 2014. […]

Rue 89

Coupe du monde de foot 2010 : Toulalan se confie… à moitié

Jérémy Toulalan, le milieu de terrain de l’AS Monaco, a affiché une certaine amertume, mardi, au moment d’évoquer l’équipe de France et le fiasco de Knysna. Dans un entretien accordé à France Football, l’ancien Lyonnais a estimé que toute la lumière n’avait pas été faite sur l’épisode sud-africain.


Jérémy Toulalan en a trop dit. Ou pas assez… Le milieu de terrain de l’AS Monaco, de retour en France cet été après un exil espagnol de deux ans, a déterré l’épisode Knysna lors d’un entretien accordé au magazine France Football ce mardi. Placé sur le banc des accusés après avoir reconnu que son agent avait, parmi d’autres, écrit la lettre lue par Raymond Domenech à la sortie du bus de la honte, l’ancien Lyonnais a révélé que toute la vérité n’avait pas été dite sur ce chapitre.

« Personne ne sait vraiment. Ce dont je suis sûr, c’est qu’il y a un mec qui a assumé, et c’est moi. J’ai dit ce que j’avais fait mais les autres, on ne les a pas entendus, déplore-t-il d’abord. Je ne regrette rien, j’ai dit ce que je pensais. Moi, je peux me regarder dans une glace. » Mais plutôt que de dénoncer le ou les véritables frondeurs du groupe tricolore, Toulalan a choisi de tourner autour du pot et de laisser le public dans l’ignorance. « Je pourrais vous expliquer ce qui s’est passé, réellement, mais ce n’est pas à moi de le faire. J’ai assumé ma part. Les autres ? J’aurais pu en tuer, je ne l’ai pas fait. »

Toutefois, la rancoeur de celui qui ne se voit plus forcément jouer avec les Bleus paraît ciblée. « Si je vous réponds, je vends la mèche. Si je donne un nom, ça fera mal à cette personne. Et je pense qu’en plus, ça ferait pas mal de bruit, dévoile le milieu de terrain. »

(…) Football.fr

Football : France 0 – 1 Espagne (+vidéo)

La France (maillot blanc) contre la prestigieuse équipe Roja au match aller

Même s’il reste trois matches éliminatoires à jouer à l’automne pour chacune des deux équipes, l’Espagne et la France savent bien que ça se joue ce soir.

Destination Brésil. Alors que la Roja (deux réceptions, un déplacement) et les Bleus (une réception, deux déplacements) auront encore trois matches à gagner cet automne, afin d’éviter si possible une deuxième place synonyme de barrages, la «finale» du groupe I qui emmènera son vainqueur sous les tropiques, c’est ce soir et c’est au Stade de France, dans une ambiance que l’on souhaite enfin exceptionnelle, parce qu’ils le valent bien.

On ne peut pour l’instant pas reprocher grand-chose à l’équipe de France de la deuxième reconstruction, même pas le mutisme actuel de Benzema. L’arrivée de Deschamps a ramené tout le monde sur le pré, là où se situe la seule vérité du sport, et le sélectionneur a pris soin de penser au Mondial-2014, en incorporant certains jeunes que l’on devrait a fortiori revoir à l’Euro-2016.

On pense à Varane et Pogba, aujourd’hui en Bleu, et sans doute demain, on peut leur ajouter les Sakho, Capoue, Sissoko, Yanga-Mbiwa, Ménez, Gonalons, tous moins de 25 ans, sans oublier tous ceux qui poussent déjà derrière, en 20 ans et en 19 ans.

L’Espagne de Del Bosque, bien plus expérimentée que la France de Deschamps (il faudra aussi en tenir compte ce soir), est une équipe qui gagne pratiquement tout, depuis cinq longues années. Contre elle, on est obligé de défendre, mais Deschamps ne veut pas que ce soit à l’excès.[...]

La Dépêche

France Football et le « Qatargate » du Mondial 2022

Itélé – 29/01/13

Avec une formule pour secouer le monde du football : « Mondial 2022, le Qatargate »… Une longue enquête d’une vingtaine de pages. France Football y fait état de lourds soupçons de corruption autour de l’attribution de la coupe du monde de football 2022 au Qatar, autrement dit des votes pour désigner le Qatar auraient été achetés. Lire la suite

Equipe de France: Raymond Domenech et la « bande de débiles »

L’ancien sélectionneur des Bleus sort un livre qui évoque l’épisode de Knysna…

Attention, Raymond revient et il balance. Dans un livre disponible à la vente à partir de mercredi, l’ancien sélectionneur des Bleus décrit comment il a vécu de l’intérieur le Mondial sud-africain de 2010 et le fiasco de Knysna. «Je sentais que quelque chose de lourd se préparait. L’équipe s’était bouclée sur elle-même. Les palabres tournaient au complot», se souvient Domenech qui avoue avoir eu envie de tout plaquer à ce moment-là et de n’avoir eu «rien à foutre de cette bande de débiles».

Domenech raconte également sa version de l’incident avec Nicolas Anelka dans les vestiaires à la mi-temps du match contre le Mexique (0-2).

Si le journal L’Equipe avait mis dans la bouche du joueur un «Va te faire enculer, sale fils de pute» la version de Domenech évoque un «Enculé, t’as qu’à la faire tout seul ton équipe de merde! J’arrête, moi…».

Sur l’épisode du bus des grèvistes, Domenech explique avoir tenté de dissuader ses joueurs. «J’ai tenté un dernier geste, comme une bravade, pour sauver la situation qui m’échappait. Je me suis placé devant l’entrée du bus et j’ai regardé dans les yeux chacun des joueurs qui passaient devant moi.» Une mesure sans aucun effet. Dans le car, l’ex-sélectionneur tentera encore de convaincre ses joueurs d’aller s’entraîner sans qu’aucun ne manifeste la moindre envie d’y retourner. (…)

20 minutes

Qatar: On boira tous de l’eau en 2022 !

Il y a peu de temps, la FIFA a accordé l’organisation de la Coupe du Monde 2022 au Qatar, qui semble prendre de plus en plus de place au sein du football européen du fait de leur portefeuille très bien garni.

Une nouvelle acquisition après le PSG, les droits TV de la Ligue 1 et de l’Euro 2012, qui fait du bruit ces temps ci, à cause d’une question très simple, mais qui concerne beaucoup de supporters: L’alcool sera-t-il permis sur place pour cet évènement ? (…)

Cela soulève un problème bien plus profond. premièrement, était-il bien judicieux d’accorder cet évènement au Qatar.

La réponse n’est cependant pas difficile à trouver: Évidemment que non. Évidemment que non. Il fait trop chaud l’été, et les deux seules idées pour régler ce problème ont été de jouer en hiver ou de climatiser les stades. C’est les écolos qui vont être contents.

http://img846.imageshack.us/img846/6826/quatar5m.jpg

De plus, la Coupe du Monde doit se dérouler dans un pays qui ait quelque chose à voir avec le football, ce qui n’est certainement pas le cas du Qatar. Deuxièmement, Le vrai problème qui se pose finalement est: « La laïcité doit-elle être mise à l’écart du sport ? ». La religion est présente dans le football, indéniablement. Mais il n’existe pas de règle qui permet d’en faire un argument pour interdire tel ou tel produit. De plus, elle reste le meilleur moyen que tout le monde puisse pratiquer ses croyances comme il le souhaite.

Dans ce cas, cette interdiction est parfaitement illégitime. A mon sens, la laïcité ne doit pas être un pilier du foot, mais elle doit être garante des libertés individuelles de chacun.

Si les Qataris n’acceptent pas ça, cela voudra dire qu’ils ne sont pas prêts à s’ouvrir aux autres cultures, et qu’ils organisent la Coupe du Monde 2022 juste pur l’argent qu’elle rapportera.Mais cela parait improbable, c’es pas le genre de la maison…

« Il est important pour nous de veiller à ce que tous nos visiteurs vivent un grand moment et s’amusent.

En même temps, il nous faut mettre en avant la culture du monde arabe », a souligné ce même Hassan al Thawadi.

Et bien non. Le Mondial ne doit pas être une vitrine de la culture du pays, mais un évènement universel où se rencontreront toutes les cultures autour du plus beau sport. Cette citation montre à elle seule que les Qataris se trompent.

Par contre, les français se feront-ils refouler à la douane s’ils ont un saucisson dans leurs bagages ?

Que se passera-t-il si par malheur, quelqu’un porte un chapelet, ou autre signe d’une appartenance à d’autres cultures ? Sera-t-il sanctionné, ou contraint de le retirer ?

Parce qu’avec cette polémique, on en est arrivé là, pourra-t-on appartenir à une autre culture que celle des Qataris en 2022 ?

Football.fr

Rugby : les Bleus à l’amende pour entrave au rituel du haka

La France, battue par la Nouvelle-Zélande (8-7) en finale de la Coupe du monde de rugby dimanche, a écopé d’une amende de 2 880 euros. Objet de la sanction : le XV de France avait franchi la ligne médiane du terrain alors que les All Blacks exécutaient le haka avant le match.

Les Bleus ont ainsi contrevenu à un «protocole rituel et culturel».

Le Parisien

(Merci à Zatch)

Anelka avoue avoir insulté Domenech

Dans les colonnes du Parisien, Nicolas Anelka revient aujourd’hui sur la grève de Knysna et surtout le clash à la mi-temps de France-Mexique, en Afrique du Sud. « Ce qui s’est passé dans le vestiaire à la mi-temps du match contre le Mexique, cela arrive dans tous les clubs ou équipes nationales, à tous les niveaux, dans tous les vestiaires. Il y a eu un désaccord tactique entre le coach et moi. C’est tout. »

Pour ce qui est des noms d’oiseaux, Nicolas Anelka réfute toujours ceux parus dans le journal L’Equipe. Il confesse, toutefois, avoir lâché un mot de trop. « Dans ce que j’ai dit ce soir-là, il y avait un seul mot à caractère insultant et personne ne sait si c’était envers le coach ou envers sa tactique. » Nous y voilà… Nicolas Anelka a donc bien été grossier ce soir d’été 2010. Reste à connaître la teneur de ce propos : enculé, pute, con, relou, flute. Les débats de fonds sont ouverts. (…)

le10sport

Merci à walder

Slate.fr : « Comment le Qatar a acheté la France (et s’est payé sa classe politique) »

Dans la stratégie d’influence de ce micro Etat richissime, la France occupe une place à part. La simple addition des liens établis en France par le Qatar et des intérêts acquis a pourtant de quoi inquiéter. (…)

Tout cela n’empêche pas nos hommes et nos femmes politiques de se succéder en rangs serrés au Qatar. On peut citer pêle-mêle parmi les habitués des séjours à Doha: Dominique de Villepin, Bertrand Delanoë, Philippe Douste-Blazy, Rachida Dati, Ségolène Royal, Fadela Amara, Claude Guéant, Jean-Louis Debré, Gérard Larcher, Hubert Védrine, Frédéric Mitterrand, Hervé Morin, Jean-Pierre Chevènement, Dominique Baudis, Jack Lang… (…)

Slate

Merci à Fiatlux

Anelka réclame 150 000 euros à « L’Équipe »

Le joueur de foot nie avoir tenu à l’encontre de Raymond Domenech les propos injurieux retranscrits à la une du quotidien sportif le 19 juin 2010.

Le parquet de Paris requiert la relaxe des dirigeants du quotidien sportif L’Équipe, poursuivi par l’ancien international de football Nicolas Anelka en raison de propos tenus dans les vestiaires durant la Coupe du monde 2010. Le 17 juin, L’Équipe avait fait sa une avec une phrase injurieuse imputée à Nicolas Anelka et qui aurait été prononcée à l’adresse du sélectionneur Raymond Domenech dans les vestiaires, à la mi-temps du match France-Mexique que les Bleus devaient perdre 2-0. [...]

[...] Les journalistes de L’Équipe ont dit au procès, où Nicolas Anelka n’était pas présent, qu’ils avaient plusieurs sources pour rapporter ces propos. L’Équipe souligne que la diffusion de propos de vestiaires dans le documentaire Les yeux dans les Bleus, à l’occasion du triomphe de la France en Coupe du monde 1998, n’avait choqué personne. [...]

Le Point

Raymond Domenech n’a toujours pas renoncé à ses primes de la Coupe du monde

Le débat sur les primes n’est pas clos pour tout le monde. Alors que Fernand Duchaussoy a sifflé unilatéralement la fin de la partie, vendredi dernier, en annonçant que «la fédération ne fera plus aucun autre commentaire sur ce dossier qu’elle juge désormais refermé», Raymond Domenech pourrait contre-attaquer, avant la fin du mois.

A ce jour, l’ancien sélectionneur ne peut renoncer à la prime dans la mesure où il n’en a pas reçu et la question n’a pas été évoquée lors de son licenciement. C’est ce qu’explique son conseiller, Pascal Irastorza à 20minutes.fr, le jour de la publication de son interview à L’Express.

«On va essayer de savoir de quoi il s’agit. Pour renoncer à quelque chose, il faut savoir de quoi on parle. Et pour l’instant, on ne sait pas. En fonction de la réponse, on prendra une décision.» Selon son conseiller, le problème vient du timing. «L’affaire» des primes est survenue après le licenciement de Domenech. [...]

News Yahoo