Paris 18e : Mobilisation pour Idriss Bakayoko, un lycéen menacé d’expulsion

Ce n’est pas la première fois que Mme Dumas, la proviseure du lycée Camille-Jenatzy à Paris, dans le 18e arrondissement, se bat contre l’expulsion d’un de ses élèves sans-papiers. En octobre 2013, elle avait défendu Khatchik Kachatryan, 19 ans, dont le départ contraint vers l’Arménie, son pays d’origine, avait beaucoup ému. Si elle monte de nouveau au créneau, c’est pour protester contre la menace qui pèse cette fois sur Idriss Bakayoko, 20 ans, inscrit en première, qui prépare un bac professionnel de logistique dans son établissement.

Si elle estime avoir plaidé « trop tièdement» en faveur de Khatchik Kachatryan, elle ne pas compte pas baisser les bras pour Idriss. «Je le connais mieux», justifie-elle. Le premier n’a passé qu’un mois au lycée ; le second y étudie depuis deux ans. «C’est un excellent élève, absolument irréprochable. Il a même reçu les félicitations du conseil de classe. » Idriss vit seul en France. Il est hébergé gracieusement par un ami.

Le 23 février 2011, il a fui la Côte d’Ivoire pour « où il a été passé à tabacproche de l’opposition pendant la crise ivoirienne de 2011». Afin d’échapper à la police ivoirienne, Idriss aurait, grâce à l’aide d’un quidam, pris l’avion pour Paris muni d’un faux passeport. L’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra) n’a accordé que peu de crédit à ce récit, selon RESF. Le 30 avril 2012, sa demande de droit d’asile a été rejetée. L’Ofpra n’a pas souhaité répondre au Monde au titre de la confidentialité du dossier. […]

Blog/Le Monde

L’UE accorde 60 millions d’euros d’aides au Maroc et 60 millions d’euros à la Côte d’Ivoire

L’Union européenne (UE) vient d’approuver un projet d’aide de 60 millions d’euros au Maroc, une contribution financière inscrite au titre de leur coopération bilatérale dans le domaine de la gouvernance et des droits de l’homme, a indiqué, mercredi, le ministère marocain de la Justice dans un communiqué. Les montages administratif et technique de cette aide -en cours d’élaboration par le Groupe interservices d’appui à la qualité- seront clos en juin prochain, selon la même source. A rappeler que l’UE a contribué à la rénovation ou à la construction de 40 tribunaux dans le cadre d’un financement de 34 millions d’euros accordés entre 2003 et 2010, toujours selon la même source.

Le 360

La Côte d’Ivoire va bénéficier d’un appui budgétaire de 60 millions d’Euros, soit environ 36 milliards FCFA, de la part de l’Union européenne (UE), pour soutenir la mise en œuvre de la loi sur le foncier rural.

Selon un communiqué du ministère publié mercredi, la première tranche porte sur la moitié, soit € 30 millions (20 milliards de FCFA) sur trois ans. « Nous avons eu une bonne discussion technique. Il est prévu de faire un appui de 30 millions d’euros pour aider la côte d’Ivoire dans l’application de la loi sur le foncier rural », a annoncé mardi à Bruxelles, le responsable des politiques de développement rural, sécurité alimentaire, nutrition, Pierre-Yves Baulain.

Abidjan.net

 

Côte d’Ivoire : Les homosexuels veulent immigrer en France pour se marier

Le projet de loi sur le mariage pour tous adopté en France, en mai dernier, a suscité un débat bien au-delà de ses frontières, plus précisément en Côte d’Ivoire. Les autorités affirment leur refus de légaliser le mariage pour les homosexuels. Des homosexuels qui souhaitent vivre au grand jour leur amour rêvent d’immigrer en France, afin de se marier.

La Côte d’Ivoire est actuellement saisie d’un débat passionnant autour de l’homosexualité. En effet, depuis l’adoption de la loi portant sur le mariage pour tous en France, en mai, les Ivoiriens se demandent si cette loi peut être proposée et applicable dans leur pays.

Un débat houleux s’est emparé des Ivoiriens à la suite du don de la France 30 millions FCFA (environ 46.000 euros) à une ONG ivoirienne de défense des droits des homosexuels. Un journal ivoirien a même titré «la France encourage l’homosexualité en Côte d’Ivoire». Le soupçon s’est emparé du pays. Dans certains milieux, il est même dit que la Côte d’Ivoire pourrait être tentée d’imiter la nouvelle loi française. Les Ivoiriens se sont en effet posé de multiples questions à savoir si le pays se dirigeait vers l’adoption du mariage homosexuel ou encore si la reconnaissance de l’homosexualité allait se faire dans le pays. Ces suspicions ont eu de fâcheuses conséquences à l’égard des homosexuels qui ont été victimes d’agressions verbales.

Face aux interrogations de la population ivoirienne, le gouvernement a dû monter au créneau. Le président de la République, Alassane Ouattara, au courant du mois de juillet, a opposé une fin de non recevoir sur une éventuelle légalisation du mariage homosexuel, répondant ainsi à un journaliste. Il a déclaré que «la Côte d’Ivoire a des lois, des traditions et la France à les siennes». […]

afrik.com

Côte d’Ivoire : Plusieurs agressions anti-blancs à Abidjan

Les effets de la crise sont encore palpables et les agressions racistes anti-blancs sont toujours d’actualité en Côte d’Ivoire même si le sujet demeure médiatiquement aussi tabou que peu mis en lumière.

Ce mercredi soir encore un nouveau cas, les « sales blancs » et autres insultes plus dures, que nous ne relèverons pour des raisons de pudeur, retentissaient à Treichville après qu’un malheureux occidental eut failli effleuré la voiture d’une femme entrain de s’alimenter dans un maquis du quartier appolo.

En effet, sur les lieux au moment des faits aux alentours de 22H gmt, nous étions nous même dans un maquis voisin en attente d’être servi, c’est attiré par les cris émis par trois femmes à l’encontre d’un blanc que nous nous sommes rendus sur la scène qui ameutait tout le quartier sans pour autant que défense de l’agressé soit entreprise par la foule, bien au contraire.

C’est sans nul doute ce climat favorable à la haine anti-blanc, sans quasi aucune obstruction populaire, qui motiva les femmes à accentuer la teneur de l’agression.

Sur les lieux nous découvrirons un jeune européen plutôt beau garçon seul attablé entrain de déguster une soupe d’écrevisse avec de l’attiéké entrain de subir la foudre raciste quant à sa couleur.

Pire une des femmes le menacera même devant l’assemblée, qu’il ne sortira pas vivant d’Abidjan, le sumum à l’encontre de l’occidental resté calme et qui semblait bien se demander ce qui était entrain de se passer.

Informations prises auprès des témoins, le tort du blanc aura été de tenter de se garer en face du maquis derrière la voiture de l’une des femmes.

En pleine manœuvre ce dernier était sur le point d’effleurer l’arrière du véhicule des femmes attablées juste en face. Sans nul doute interpelé par des cris de contestation, l’homme blanc baisa la vitre pour s’excuser et informer les femmes qu’il paierait la réparation si éventuellement son véhicule rayait le parechoc arrière de la voiture de la femme, une mercredes Classe B noire immatriculée 4152 EQ 01, comme nous le relèverons.

Une des femmes l’aurait alors traité de « chien » et c’est après que l’homme blanc lui ai demandé le pourquoi de cette insulte gratuite que la foudre s’est abattue.

Ce cas concret vécu en direct nous rappelle que le racisme anti-blanc est une réalité palpable en Côte d’Ivoire où ces derniers représentent une infime minorité de la population.

Il n’est pas rare que des cas similaires soient portés à notre connaissance par des témoins.

Il y a deux semaines, un français était frappé à Koumassi par ce qu’il avait osé interpeller une femme alors que cette dernière était passée devant lui sans gêne dans un rang d’une boulangerie. L’homme s’était vu se faire ensuite ruer de coups par une dizaine de personnes sans qu’aide ne lui soit apporter. Laissé à terre, blessé au dos et au visage il réussira ensuite à quitter les lieux sous les crise racistes.

Si en occident les agressions racistes sont susceptibles de poursuites ici elles sont, à l’évidence, tolérées voire, dans un passé récent, motivées.

Un tendance de société qui espérons le, trouvera écho en occident où on aurait parfois naïvement tendance à penser que le racisme est unilatéral et que les noirs sont des victimes permanentes.

Un petit tour en Côte d’Ivoire permettra de vous rendre compte que le contraire, émanation de la bêtise la plus aiguë, existe, la seule différence étant que les blancs eux, se taisent et n’en font pas une affaire publique…

Koaci.com
(Merci à Zatch)

Côte d’Ivoire : la population révoltée par le tapage nocturne de la mosquée

Ils n’en peuvent plus. Les habitants du quartier central d’Abidjan subissent les tapages nocturnes de la mosquée principale.

Cette nuit encore, dès 4h30 du matin, puis à 5h, leur nuit a été une nouvelle fois subitement stoppée par les décibels islamiques sortis des puissants hauts parleurs de l’édifice religieux.

Prévenus par nombre de plaintes, nous avons constaté les faits en nous rendant sur les lieux : à 4h30, alors que le muezzin réveillait tout le quartier dans un vacarme digne des plus pénibles cauchemars, nous comptions à peine cinq fidèles entrain de prier.

« Ce sont des malades, je suis chef d’entreprise, j’ai besoin de me reposer, vous avez été témoin, vous avez vu ce que l’on subit, c’est inadmissible » livre, énervé, un habitant d’un immeuble.

« Ils se croient où? Dans une République islamique ou quoi ? Y’a des règles ici quand même ! Mes enfants sont systématiquement réveillés et mon petit dernier est  effrayé, il faut que ça cesse au plus vite » déclare Mme Kouamé.

Un collectif d’habitants du quartier serait en train de voir le jour pour porter plainte.

koaci.com

————————–

Complément :

1) L’appel du muezzin à Strasbourg. Le 4 mars 2011, très tôt, les habitants ont eu la surprise d’entendre l’appel du muezzin. Il s’agissait d’ une mise en garde organisée par le candidat aux élections cantonales pour avertir les habitants du canton de ce qui sera leur quotidien dans quelques années si le projet de construction de mosquée avec minarets aboutit.

Image de prévisualisation YouTube

2) Réveil des Clermontois au son de l’appel du Muezzin par les jeunes identitaires d’Auvergne, pour sensibiliser l’opinion à la construction du minaret de la grande mosquée de Clermont-Auvergne

Image de prévisualisation YouTube

Dakar : «Je suis en quête de mon blanc, afin d’aller vivre avec lui en Europe »

A la suite des conflits qui ont secoué la Côte d’Ivoire, plusieurs milliers d’européens se sont réinstallées au Sénégal et principalement à Dakar. Cette situation a provoqué un afflux de jeunes ivoiriennes candidates à l’immigration par le mariage.

Se trouver un mari européen, de préférence un Français et par la suite obtenir la possibilité de se retrouver en Europe, voilà le rêve que caressent plusieurs jeunes filles ivoiriennes.

Nombre d’entre elles poursuivent cette quête jusqu’à Dakar, devenue pour elles la nouvelle plate forme des rencontres multiraciales, dans l’espoir de se trouver un « mari » ou « amant » européen qui peut les aider à rejoindre ‘’l’eldorado’’ Européen. «

Une fois installées, ces jeunes femmes vont sillonner les lieux fréquentés par les européens et autres expatriés.

Céline Digbeu, une Ivoirienne : « je ne suis pas venue à Dakar pour être serveuse de bar. Je suis à la quête de mon blanc, afin d’aller vivre avec lui en Europe ».

(…) Parmi les endroits très prisés par les ‘’chercheuses’’ de mari ‘’Blanc’’ sont les nombreux sites balnéaires de Dakar et de ses environs. Elles sont nombreuses, les jeunes filles à venir se baigner, «histoire de se faire remarquer »

Certaines n’hésitent pas à faire le premier pas. « Si tu vois que tu lui plais et qu’il n’ose pas se décider, il faut l’aider ». (…)

« Cela fait 5 ans que je suis là mais je n’arrive pas à avoir mon blanc qui est prêt à aller jusqu’au mariage», explique Ghislaine.

fratmat.info

Pourquoi le tableau offert à Guéant par Ouattara pose problème

L’ancien ministre de l’Intérieur de Nicolas Sarkozy a « privatisé » la toile de James Houra qu’Alassane Ouattara lui a offerte en novembre 2011. Ce faisant, il a manifestement violé une circulaire gouvernementale qui régit l’utilisation des « cadeaux offerts aux membres du Gouvernement ». C’est un signe de l’incroyable confusion qui règne, entre la France et l’Afrique, sur ce qui relève des intérêts privés et des relations d’Etat à Etat.

Le Nouveau courrier

Gap : En grave difficulté financière à cause d’un amour ivoirien

Il pensait vivre une belle histoire d’amour. C.H., Gapençais d’une cinquantaine d’années, a été escroqué par celle qui l’aimait aussi, croyait-il.

C’est en septembre 2012 qu’il fait la connaissance via la messagerie instantanée MSN d’une certaine Roxane Chalayer. Celle-ci se dit Française, installée en Côte d’Ivoire. Ils discutent par ordinateur interposé, elle lui envoie sa photo : c’est une ravissante blonde. Au fur et à mesure, C.H. – qui est célibataire – tombe amoureux. Elle lui dit qu’elle aimerait le rejoindre, mais que, petite commerçante qu’elle est, elle ne peut quitter Abidjan. Sauf s’il peut l’aider financièrement. [...]

Le Dauphiné Libéré

Cavaillon : un couple achète une adolescente 4 500 euros

Depuis le mois de septembre, cette enfant était la bonne à tout faire d’un couple sans histoire. Âgés tous les deux de 25 ans, lui étant Ivoirien et elle Française, ils s’étaient rendus en Côte d’Ivoire spécialement pour y acheter une jeune fille susceptible de faire le ménage chez eux et de s’occuper de leurs deux enfants en bas âge. C’est ainsi qu’ils avaient acheté Charlotte à sa famille pour 4 500 euros. [...]

Au terme de 24 heures de garde à vue, la femme du couple a été laissée libre, alors que son mari et l’un de leurs amis, un Togolais de 31 ans en situation irrégulière en France qui habitait aussi chez eux, ont été renvoyés devant le tribunal correctionnel d’Avignon pour y être jugés en comparution immédiate. [...]

Le Dauphiné Libéré

Merci à Mielrubis

En Côte d’Ivoire, des escrocs pourrissent le Net

Depuis plus de dix ans, des cyber-criminels ivoiriens sévissent sur la toile et extorquent des milliers d’euros à des internautes essentiellement européens et francophones. [...]

Hebergeur d'image

Le Nigéria et la Côte d’Ivoire sont les pays d’Afrique de l’Ouest où se concentrent ces fraudeurs. Ici, en 2011, 39 % des arnaques l’ont été à l’héritage, 21 % au love tchat (des sites de rencontre), 14 % à la loterie et 9 % par des spams sur les messageries électroniques, comme l’arnaque qui sévit en ce moment sur EDF. [...]

« Les jeunes considèrent malheureusement cette activité comme noble, remarque Yao N’cho, un hacker. Beaucoup veulent devenir des cyber-escrocs car ils gagnent de l’argent et ils ne vont pas en prison. Il leur suffit d’aller dans un cybercafé, de rencontrer un de ces hommes et ce dernier leur explique les techniques. »

Ouest France

Merci à anargyre

Chantage sur Internet : deux escrocs arrêtés en Côte d’Ivoire

Depuis le début de l’année 2012, plusieurs utilisateurs d’Internet, domiciliés dans le canton de Vaud, ont porté plainte à la suite de chantage «à la webcam» et d’escroquerie via Internet dont ils ont été les victimes. Dialoguant sur des sites de rencontre, ils ont accepté de commettre certains actes d’ordre sexuel devant leur webcam.

Après ces gestes, ils ont rapidement reçu un courriel avec un en-tête officiel, leur indiquant qu’ils avaient effectué ces agissements devant une personne mineure et qu’ils devaient verser rapidement une somme d’argent pour éviter toute poursuite pénale. La vidéo des «ébats» était mise en ligne (lien secret) sur des sites tels que Youtube. De plus, le message les menaçait, stipulant qu’en cas de non paiement, la vidéo serait rendue publique voire transmise à d’autres contacts. Ainsi, plusieurs victimes ont versé des montants allant de 100 à 4000 francs.

La Police cantonale vaudoise a identifié depuis 2012 plus d’une vingtaine de plaignants. Sous la direction du Ministère public central (MPC) vaudois, les inspecteurs de la Police de sûreté se sont faits passer pour une victime. Ils ont ainsi versé plusieurs acomptes pour un montant total de 1000 francs, permettant de localiser, en collaboration avec la Police locale, l’auteur lorsqu’il allait récupérer l’argent dans un établissement bancaire international en Côte d’Ivoire.

Le Matin

Afrique : « Des entités bâtardes que l’on s’obstine à désigner comme des états »

[ Sur la situaton en cote d'Ivoire ] [Article de Cameroonvoice ][extraits]

La Cour Pénale Internationale et sa procureure en carton-pâte d’arachide, Fatou Bensouda, ont intimé l’ordre aux autorités de leur livrer Simone Gbagbo (…)

« L’optimisme béat du mouton-citoyen trépané par le mondialisme et ses sirènes chantant le métissage. »

Bensouda, négresse indigne appartenant à une espèce loin d’être en voie d’extinction, celle de l’ennemi objectif de l’Afrique, coopère en bonne intelligence avec l’autocrate président ivoirien. (…)

Ces analyses, qu’elles versent dans l’optimisme béat du mouton-citoyen trépané par le mondialisme et ses sirènes chantant le métissage, l’humanité une et uniforme (informe serait plus approprié), ou qu’elles versent dans la colère du pan-âne-fricain, analysant le monde selon le prisme déformant senghorien (la soi-disant émotivité nègre), au-delà d’être fondamentalement erronées, ne sont d’aucun secours pour comprendre et agir. (…)

Les enseignements tirés depuis plus de 60 ans n’empêchent pas les africains de se taper la tête contre les pans du même mur.

« Des entités bâtardes que l’on s’obstine à désigner comme étant des états.»

Que ce soit celui des conséquences du refus d’une réponse violente et méthodique, dirigée contre l’Occident et ses intérêts situés en Afrique, ou celui des conséquences de la tolérance envers les pantins installés à la tête des entités bâtardes que l’on s’obstine à désigner comme étant des états (…)

Il n’y a pas de négociation, d’entente ou de relation possible avec la France ou tout autre représentant de l’Occident en Afrique pour la simple raison que ne négocient entre eux que des égaux.

Nulle âme sensée ne se piquerait d’organiser une table ronde avec des ovins pour discuter des quotas d’abattage. Pourtant les chefs des entités bâtardes africaines, occupant la position de l’ovin sur la scène internationale, raffolent de la comédie de relations avec l’Occident qui seraient basées sur le respect de leurs pseudo-souverainetés. (…)

Il n’y a plus à disserter sur les solutions, nous les connaissons : le recours à la force par la mise à mal systématique et rationnelle des intérêts économiques occidentaux en terre africaine.

La destruction effective et hautement symbolique de son emprise sur l’Afrique et ses populations passe par le dynamitage de ses moyens de pompage des richesses continentales.

« Les solutions, nous les connaissons : le recours à la force par la mise à mal systématique et rationnelle des intérêts économiques occidentaux en terre africaine.»

Ces solutions, extrêmes en ce qu’elles instaurent un point de non-retour dans les relations Sud-Nord, sont évidentes pour qui se donne la peine de réfléchir et de faire abstraction du sentimentalisme, ce sédatif de l’action révolutionnaire. (…)

Il ne pourra à terme y avoir deux maîtres en Afrique : soit eux ou soit nous.

Source