Algérie : radié par la Banque Mondiale pour corruption, le géant chinois du BTP prospère en Algérie

Si CSCEC prospère en Algérie, pourtant auprès de la Banque mondiale elle figure tout simplement sur une liste rouge contenant plus d’une centaine de compagnies à travers le monde.

Depuis janvier 2009, le groupe chinois de BTP est interdit de contrats par la BM pour une période de six ans. Cependant, l’entreprise continue de prospérer en Algérie. Son dernier contrat fut le marché accordé par le gouvernement algérien pour la construction du centre international de conférences pour un montant de 688 millions de dollars.

Quelques jours plutôt, CSCEC avait obtenu le marché de la réalisation de la grande mosquée d’Alger pour un milliard d’euros. Il ne faut pas oublier une dizaine de contrats lors des dix années passées.[…]

Toutefois, l’entreprise chinoise peut toujours prospérer en Algérie, elle qui est mêlée à des affaires de corruption a même le droit à la construction de la Grande Mosquée. »

eMarrakech

Elections tunisiennes : soupçon de tricherie d’Ennahda ? (RMC)

Christophe Jakubyszyn donne la parole à un auditeur qui accuse le parti islamiste de corruption et de tricherie.

Des internautes appellent à une deuxième révolution [...] En France, il y aurait eu un bureau de vote où quelqu’un aurait profité de l’absence de l’assesseur pour bourrer les urnes en faveur d’Ennahda. » – Medhi

 Image de prévisualisation YouTube

Puteaux (92) : Mise en cause par le « Canard enchaîné », la maire fait acheter tous les exemplaires de l’hebdomadaire

Joëlle Ceccaldi-Raynaud, député-maire de Puteaux (UMP), mise en cause dans une affaire de pots-de-vin relayée par Le Canard enchaîné, a demandé à son équipe d’acheter tous les exemplaires de l’hebdomadaire en vente dans la ville, ont affirmé jeudi un élu d’opposition et un journaliste du Canard. [...]

Dans son édition du 19 octobre, le Canard enchaîné révélait que Mme Ceccaldi-Raynaud avait été entendue en août comme témoin assisté par un juge d’instruction de Nanterre dans une enquête sur des soupçons de commissions occultes dans le cadre de l’attribution d’un marché par le syndicat intercommunal de chauffage urbain de la Défense (Sicudef) à Enerpart. [...]

Mme Ceccaldi-Raynaud a annoncé mercredi qu’elle allait déposer une plainte en dénonciation calomnieuse, tout en se disant « étrangère » à cette affaire.

Le Monde

Emplois fictifs : le parquet requiert la relaxe de Chirac

Le parquet de Paris a requis, mardi 20 septembre, la relaxe de Jacques Chirac, jugé en son absence depuis le 5 septembre pour détournement de fonds publics lorsqu’il était maire de Paris en 1992-1995.

« Les éléments manquent pour caractériser tant l’aspect intentionnel que matériel d’une infraction, c’est pourquoi je requiers la relaxe des dix prévenus », a dit le substitut du procureur Michel Maes.

Le Monde

Paris : Kamel, interpellé avec 500.000 € dans sa voiture

Tout commence, lundi, vers 18h30, rue Vivienne. Des policiers en patrouille repèrent un homme qui semble particulièrement nerveux et effectue plusieurs allers-retours vers une Peugeot 207, stationnée sur une place de livraison. L’homme finit par quitter les lieux.

Les fonctionnaires aperçoivent ensuite une autre personne qui s’approche du véhicule avant de l’ouvrir. Les agents décident alors d’intervenir.

En ouvrant le coffre, les policiers ont saisi 500 000 € en coupures de 50 € et 100 €. Placé en garde à vue, Kamel B., déjà connu pour des faits de vols, de port d’arme et d’association de malfaiteurs, « a juste précisé qu’il devait remettre la voiture et l’argent à une personne dont il n’a pas révélé l’identité. »

L’automobiliste s’est aussitôt adressé en arabe à un des policiers en lui disant que s’il le laissait partir, il lui remettrait une forte somme d’argent déposée dans sa voiture. »

Le Parisien

(Merci à Fab2a)

Un ancien proche de Villepin l’accuse d’avoir reçu des valises de billets (Màj vidéo)

Addendum vidéo

Jacques Chirac est aussi incriminé par Robert Bourgi…

Dominique de Villepin a beau qualifier les accusations de «fariboles», a quelques jours du jugement en appel de l’affaire Clearstream, les accusations de l’avocat Robert Bourgi à son encontre son particulièrement graves.

(…)Il raconte avec forces détails les différentes remises d’expèces de chefs d’Etat africains, dans des contenants plus ou moins folkloriques (comme des djembés bourrés de billets «offerts» par le président burkinabé Blaise Compaoré.

Robert Bourgi assure aussi que les versements ont continuer alors même que Dominique de Villepina vait quitté le secrétariat général de l’Elysée: «Au total, après qu’il eut quitté l’Elysée, j’estime avoir remisà Villepin, en direct, une dizaine de millions de dollars.»

20minutes.fr

Berre-L’Etang (13) : Un maire-adjoint PS écroué pour blanchiment

Un adjoint au maire PS de Berre-L’Etang (Bouches-du-Rhône) a été mis en examen et écroué à Marseille dans le cadre d’un dossier de blanchiment touchant à des marchés publics instruit parallèlement à l’affaire Guérini.
Raymond Bartolini, délégué aux travaux et à la sécurité, a été mis en examen jeudi pour favoritisme, corruption active et passive, blanchiment en bande organisée, avant d’être placé en détention provisoire.

Ce dossier porte sur une nébuleuse de sociétés soupçonnées de liens avec le milieu marseillais et ayant remporté des marchés publics auprès de plusieurs collectivités locales des Bouches-du-Rhône et en Corse.
(…) Le sénateur-maire PS de Berre-L’Etang Serge Andreoni est par ailleurs convoqué par la justice le 14 septembre, sur des soupçons de complicité de trafic d’influence dans le cadre de l’affaire Guérini, un dossier touchant à d’autres marchés publics.

Le Parisien

Fos-Sur-Mer (13) : Le maire-adjoint PS condamné à 2 ans ferme pour corruption

A la veille de la possible mise en examen de Jean-Noël Guérini, sénateur et président du conseil général des Bouches-du-Rhône, pour des malversations présumées touchant à des marchés publics, c’est un élu PS du département qui a été condamné mercredi à de la prison ferme : Bernard Granié, adjoint au maire de Fos-sur-Mer et président d’une intercommunalité des Bouches-du-Rhône, été condamné par la cour d’appel d’Aix à 2 ans de prison ferme, 100 000 euros d’amende et 5 ans d’inéligibilité, pour corruption dans le cadre d’un marché public de collecte des déchets.

La peine est cependant inférieure aux réquisitions de l’avocate générale qui avait réclamé, lors de l’audience du 11 mai, une peine de trois ans de prison ferme, cinq ans d’inéligibilité et 150.000 euros d’amende. (…)

Bernard Granié était accusé d’avoir perçu, entre 2003 et 2006, 300 000 euros en liquide de la société Provence Recyclage, en échange d’informations sur un marché de collecte des déchets attribué par la collectivité. (…)

Le Parisien

L’Haÿ les Roses (94) : Le maire PS en garde à vue

Le maire PS de L’Haÿ-les-Roses, Patrick Sève, est en garde à vue depuis ce mardi dans le cadre d’une enquête ouverte sur les marchés publics de la ville. Il sera présenté ce jeudi à un juge d’instruction du tribunal de Créteil.

Depuis environ cinq ou six ans, la société Yull basée à L’Haÿ obtient tous les marchés de la ville, liés à l’événementiel. En mai dernier, le directeur général des services de la mairie de L’Haÿ, Jean Gautheron a été mis en examen pour recel d’abus de biens sociaux, détournement de biens publics et corruption. Le patron des sociétés Yull et Terroirs et traditions, spécialisées dans l’événementiel a lui aussi été mis en examen sous les mêmes chefs d’accusation. Il est soupçonné d’avoir «payé pour obtenir des marchés publics».

Le Parisien

Martine Aubry : « je ne connais pas l’histoire de Monsieur Guérinni » (vidéo)

http://www.dailymotion.com/video/xks28s

Martine Aubry a profité de son passage à Marseille pour donner point de vue sur « l’affaire Jean-Noël Guérini« , convoqué devant la justice dans le cadre de marché publics présumés frauduleux

Source : BFM TV

Saint-Fons (69) : le financement du PS à nouveau devant la justice

Le procès de la gestion socialiste de la commune s’ouvre aujourd’hui, avec un nouveau rapport chiffré, très lourd. Mais une question de procédure risque de retarder l’échéance. Le dossier traîne depuis dix ans.

(…) Le rapport évoque 372 000 euros supportés par le Comité pour nos gosses (CPNG) et 446 000 euros par la commune. Ce qui donne crédit à l’idée qu’un réseau d’associations à tendance socialiste aurait profité du budget communal, richement doté par les industries chimiques du secteur. Une version combattue de pied ferme par la défense. Avec ce nouveau rapport circonstancié, les prévenus se retrouvent dans une situation beaucoup moins confortable que prévue. Mais les avocats ont encore un tour dans leur toque. Ils vont poser la fameuse QPC. La « question prioritaire de constitutionnalité », demandant l’annulation de la procédure en vertu des modifications récentes inspirées par les normes européennes. Du coup, l’affaire de Saint-Fons risque de se retrouver dans la même situation que l’affaire des emplois fictifs à Paris. Si le tribunal décide de suspendre les débats dans l’attente d’une réponse de la Cour de cassation sur la QPC, le procès ne reprendra pas avant huit mois au moins.

C’est le syndrome Chirac. Un prévenu qui coule des jours heureux. Un dossier qui dure depuis dix ans, qui ne cesse de jouer les prolongations par la grâce d’une justice entravée de réformes incessantes.

Le Progrès