Université de Toulon : l’ex-président conteste sa révocation

Sanctionné pour avoir favorisé l’inscription d’étudiants chinois qui ne parlaient pas français, Laroussi Oueslati a décidé de faire appel de la décision auprès du Conseil d’État.

Hebergeur d'image

C’est une sanction rare. Pour la deuxième fois de l’histoire, un universitaire a été révoqué à vie. Le premier ayant collaboré sous Vichy. Mais «cette révocation à vie de l’ancien président de l’université de Toulon Laroussi Oueslati était aussi injuste qu’attendue», se lon Maître Lionel Moroni, son avocat «étant donné les conditions lamentables dans lesquelles il a été jugé». [...]

Le CNESER lui, a détaillé ses griefs dans le Bulletin officiel du Ministère de l’enseignement supérieur du 20 décembre 2012. Il reproche à Laroussi Oueslati d’avoir «mis personnellement en place un dispositif d’instruction illégal des demandes d’inscription d’étudiants étrangers, en particulier chinois, au sein de l’USTV» . De plus, «en facilitant l’arrivée massive d’étudiants chinois ne maîtrisant pas le français, Laroussi Oueslati a contribué à désorganiser la marche de l’USTV, en particulier pour les enseignements et les examens». [...]

Le Figaro

Succession d’Aubry : la contestation grandit

En proposant aux militants de trancher par un vote entre lui et Jean-Christophe Cambadélis, Harlem Désir a ravivé la polémique sur les conditions de la succession de Martine Aubry à la tête du PS. Rue de Solférino, la contestation agace.

http://img228.imageshack.us/img228/1568/droitfinancespourquoiet.jpg

« Jusque-là tout va bien », s’amusait Jean-Christophe Cambadélis fin août lors de l’université d’été du PS à La Rochelle. Mais depuis, la situation s’est corsée. Ils sont de plus en plus nombreux à critiquer ouvertement le mode de désignation du premier signataire de la motion Aubry/Ayrault. Le match se joue entre Jean-Christophe Cambadélis et Harlem Désir. L’un d’eux sera choisi par la première secrétaire, en concertation avec le Premier ministre Jean-Marc Ayrault. Sans quasiment aucun suspense, il devrait donc être élu par les militants les 11 et 18 octobre. Jusque-là tout va bien.

Sauf que lundi, Harlem Désir a émis l’idée de changer les règles du jeu en proposant que le duel entre les deux hommes soit tranché par le vote des militants. Un appel qui a trouvé écho dans les rangs socialistes. Certains, parmi lesquels le sénateur Gaëtan Gorce – lui-même candidat au poste de premier secrétaire – veulent croire à un tel scénario.

D’autres – comme Marie-Noëlle Lienemann ou Julien Dray – dénoncent un verrouillage du parti. (…)

Le JDD

Toulouse : Interpellés pour avoir chanté du Brassens devant le commissariat (vidéo)

Une trentaine de contestataires ont été interpellés mercredi soir devant le commissariat de Toulouse pour outrage parce qu’ils chantaient l’une des grandes chansons de Georges Brassens contre l’autorité avec son cri de « mort aux vaches », selon leurs propres témoignages.

Du côté du commissariat, on indique que ces « militants de l’ultra-gauche » ne chantaient pas seulement « Hécatombe » (Au marché de Briv’-la-Gaillarde, A propos de bottes d’oignons…) la chanson anarchiste de Brassens, mais d’autres textes offensants et constitutifs d’outrage à la nation et aux forces de l’ordre.

Répondant à des appels à la mobilisation lancés sur internet ou par SMS, les protestataires avaient entrepris de chanter, devant le commissariat de cette ville volontiers frondeuse, la chanson dans laquelle des « mégères gendarmicides » de Brive-la-Gaillarde se ruent sur les représentants de l’ordre et font crier à un maréchal des logis: « Mort aux vaches, mort aux lois, vive l’anarchie ».

Il s’agissait, ont dit les protestataires, de manifester leur soutien à un Rennais de 27 ans condamné le 27 mai pour outrage parce que, selon Ouest-France, il avait entonné la même chanson anarchiste d’une fenêtre de Cherbourg en présence de trois policiers. [...]

Sud Ouest