Toulon (83) : Un an au coeur du commissariat central (Vidéo)

Pendant longtemps, la capitale du Var a souffert d’une réputation sulfureuse. Sans doute à cause de son arsenal militaire, qui accueille sous-marins et porte-avions, et de son port, où se croisaient délinquants, marins, prostituées et toute une faune en quête d’aventure et de sensations.

Mais aujourd’hui, la ville fait moins parler d’elle. Il faut dire que les policiers mènent une véritable traque contre les délinquants. Avec trois cibles prioritaires : les vols avec violences, le trafic de drogue et les incivilités.

Pour lutter contre ces trois fléaux, trois unités, aux missions complémentaires : la BAC, spécialisée dans les flagrants délits, Police Secours, qui arrive souvent en premier sur les appels d’urgence et la Brigade Spécialisée de Terrain, une unité de choc en première ligne contre la délinquance.

Des interventions souvent mouvementées, lancées depuis le commissariat central, où sont basées toutes ces unités et qui, jour et nuit, se transforme en véritable ruche “anti-délinquance”.

Partie 1:

Partie 2:

Nice : Une salle de prière ferme pour devenir un commissariat

A Nice, la salle de prière située dans le quartier Gambetta a été définitivement fermée, mercredi 28 août, informe la presse niçoise. Cette salle avait été transformée, sans aucune autorisation, en lieu de culte.

Cette fermeture sans proposition d’un nouvel espace en contrepartie est un coup dur pour les musulmans de Nice et de tout le département des Alpes-Maritimes, qui doivent déjà faire face à un nombre insuffisant de lieux de culte musulman.

L’association El Wajiz, locataire de cette salle depuis 2011, avait reçu plusieurs avis défavorables de la Commission de sécurité de la Ville pour sa transformation en lieu de culte car la municipalité avait constaté des manquements aux règles de sécurité dans le cadre de l’accueil au public. Une association de riverains, qui déplorait le blocage de l’avenue près de la mosquée lors de forte affluence de fidèles, s’était également plainte.

En juin 2012, Christian Estrosi, le député-maire UMP de Nice, avait annoncé vouloir transformer le lieu de culte en un commissariat. «Le Conseil municipal avait alors voté le 25 juillet 2012, une Déclaration d’Utilité Publique permettant de transformer cet espace de 140m2 en poste de police», précise Nice premium. […]

saphirnews

Témoignage : En garde à vue pendant 24 h pour port de sweat de la Manif pour tous

Matthieu Colombani, délégué général du Parti chrétien-démocrate (présidé par Christine Boutin), a passé près de 24 heures en garde à vue au commissariat du XVIIIe arrondissement, rue de l’Evangile. Propos recueillis par «Valeurs actuelles».

«Vous savez, moi j’ai des ordres, je les exécute. Si vous êtes là c’est qu’il y a des raisons, le reste ne me regarde pas. Si j’ai un uniforme, c’est pour exécuter». (Un agent de police)

Le samedi 25 mai, je me promenais sur les Champs-Elysées durant la soirée avant de rejoindre les veilleurs. Aux alentours de 21h15, je croise Luca Volontè [président de groupe PPE à l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe ; NDLR] accompagné de Loïc Lafayette, l’un des cadres de la Manif pour tous. Nous décidons d’observer le rassemblement de jeunes de la Manif et les mouvements des forces de l’ordre.

Aux alentours de 22 heures, alors que nous étions à proximité de l’enseigne Louis Vuitton, deux CRS me prennent par le bras en me disant : «Vous portez le sweat de la Manif, on vous interpelle». C’est donc entouré de deux CRS que j’ai descendu les Champs-Elysées jusqu’au car de police stationné bien plus bas.

Nous étions plus d’une cinquantaine à nous retrouver en état d’arrestation, interpellés chacun à des endroits différents et dans des situations bien différentes. Notre seul point commun : le port de l’emblème de la Manif ou un soutien affiché au rassemblement des jeunes.

Certains agents de police n’hésitent pas à nous provoquer ou à nous démontrer qu’ils ne nous feront pas de «cadeaux».

Les comportements des agents de police étaient très variables selon leur âge et leur grade. Alors que certains d’entre eux n’hésitaient pas à nous menacer «d’outrage à agent», à nous humilier par des allusions à notre éducation ou nos lieux de naissance («Ah, encore un Versaillais, y a que ça ici !»), à notre formation («Vous êtes juriste ? Dites plutôt que vous êtes à la fac de droit parce que des juristes en garde à vue, ça démontre bien votre niveau pitoyable»), d’autres plaisantaient avec nous et nous apportaient discrètement leur soutien. […]

Aux alentours de 21 heures, un gradé est venu nous apporter son soutien : « Bravo les jeunes, c’est beau ce que vous faites. Continuez ! Nous avons des ordres de faire du chiffre alors faites un peu attention à vous, mais ne lâchez rien». Quelques minutes plus tard, nous étions dehors.

Valeurs actuelles

La liste des fermetures de commissariats et gendarmeries provoque la colère des syndicats

Les directions de la gendarmerie et de la police ont arrêté jeudi la liste des fermetures de commissariats et de brigades de gendarmerie programmées dans le cadre de redéploiements, ce qui a suscité vendredi la « colère » des syndicats de police.

Les commissariats de police de Dinan (Côtes d’Armor), Guebwiller (Haut-Rhin), Castelnaudary (Aude), Romorantin (Loir-et-Cher) et Persan-Beaumont (Val d’Oise) devraient être fermés et ces communes passer en zone de gendarmerie dans le cadre de redéploiements. [...]

[...] Jeudi, à Dinan, une manifestation des syndicats et d’élus a ressemblé quelque 200 personnes après une première manifestation de 500 personnes en mars.

Le Dauphiné Libéré

Saint-Fons (69) : Des Roms scolarisés dans un commissariat

A Saint-Fons (69)une vingtaine d’enfants roms âgés de 6 à 12 ans sont scolarisés depuis la mi-novembre dans une salle aménagée dans les locaux abritant les services de police municipale et nationale, provoquant l’indignation des associations qui les défendent.

La sénatrice-maire socialiste de cette commune de la banlieue lyonnaise qui compte sur son territoire plus d’une centaine de Roms installés dans des campements sauvages le long du périphérique a trouvé cette solution après avoir refusé l’inscription des enfants dans les écoles de la commune.

Les associations humanitaires dénoncent cette situation qu’elles jugent contraire aux principes d’intégration. «Alors que l’école devrait être un facteur d’intégration, certains responsables ont décidé d’en faire un facteur d’exclusion», estime le Mrap du département du Rhône, qui dénonce «une nouvelle forme de discrimination».
[…]

Le Figaro (Merci à Zatch)

Agression sexuelle dans une cellule au commissariat

Un étudiant a pris six mois de prison avec sursis pour avoir imposé une gâterie à un tagueur. Les lieux de l’agression ? Une cellule du commissariat de Reims…

Quelle similitude entre les geôles d’un commissariat et les alcôves d’un établissement de plaisir ? Aucune, les premières n’étant pas spécialement connues pour faire frémir d’excitation ceux qui les fréquentent. Et pourtant !

Si l’on en croit un Rémois d’une vingtaine d’années, il s’est trouvé quelqu’un dont la libido fut suffisamment boostée par cet environnement austère pour lui imposer une fellation… à l’intérieur même des cellules de l’hôtel de police de Reims !

L’affaire remonte au 12 février 2011. Tagueur interpellé sous l’emprise de la boisson, Arnaud* se retrouve en cellule de dégrisement avec Amadou*, étudiant nigérien de 26 ans récupéré ivre sur la voie publique. On fait connaissance, on discute pour tuer le temps. (…)

L’officier se dépêche d’ouvrir la geôle et dit surprendre Amadou en délicate posture, le sexe à l’air, à proximité immédiate de son vis-à-vis. Emoi à tous les étages !

« J’étais de permanence ce jour-là », se souvient Me Decarme.

« Quand on m’a appelé pour me demander de venir assister une personne accusée d’agression sexuelle dans les geôles du commissariat, j’en suis resté stupéfait tellement cela m’a paru surréaliste. »

Mais agression, y’a-t-il eu ? L’avocat assure que non. « Ils sont en cellule, donc ils n’ont plus leur ceinture. Les pantalons tombent sans arrêt. Le caleçon de mon client était visible. C’est Monsieur qui l’a sexuellement provoqué en posant un pied entre ses jambes. » (…)

L’Union

Haute-Marne (52) : Suppressions de Commissariats de police (Vidéo)

France 3 Régions – 25 septembre 2012

« Manuel Valls, Ministre de l’Intérieur, a récemment annoncé la suppression de commissariats comme cela s’est déjà fait , le relais étant assuré par les gendarmes. En Haute-Marne, le syndicat de police « Alliance » de Saint-Dizier et de Chaumont, montent au créneau. »

Lyon : Elle fait l’apologie des crimes de Mohamed Merah

Une femme de 20 ans qui s’était rendue mercredi au commissariat du 8e arrondissement, pour apporter un complément à une plainte déposée quelques jours plus tôt à Mâcon, en est ressortie avec une convocation devant le tribunal pour le mois de septembre.

La plaignante avait été dirigée vers l’accueil pour se faire enregistrer puis elle avait été invitée à attendre son tour. Elle s’est alors emportée, trouvant insupportable de ne pas passer devant tout le monde et s’est mise à crier avant de quitter rapidement les lieux : « Je kiffe Mohamed Merah. Il a bien fait de faire ce qu’il a fait. Je l’embrasse pour ce qu’il a fait. Vous ne me recevez pas parce que je ne suis pas Française ». [...]

Le Progrès

(Merci à Alpine)

Tirs de mortiers/pétards contre la police à Champigny (94) et Paris

Plusieurs individus ont été interpellés dans la nuit de mardi à mercredi, à Charmpigny-sur-Marne et à Paris, après avoir visé la police avec des tirs de mortiers. Une fillette a été blessée à Bondy (Seine-Saint-Denis).

Deux personnes ont été interpellées vers 0h50 dans la nuit de mardi à mercredi après avoir jeté des pétards sur des policiers et pour « provocation à un attroupement armé » à Paris, dans le XXe arrondissement [...]

D’autres faits le même soir
Mardi soir, vers 23 heures, le commissariat de Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne) a également été la cible de deux tirs de mortier, dont deux impacts sont visibles sur la façade. La brigade anticriminalité a interpellé sur place deux hommes après avoir essuyé des tirs.

Un peu plus tôt à Bondy (Seine-Saint-Denis), vers 22h45, une fillette de 11 ans a été atteinte à la carotide par un tir de mortier provenant de la rue alors qu’elle se trouvait à la fenêtre de sa chambre, au cinquième étage d’un immeuble.

Metro-France

(NDLR: Le commissariat de Champigny déjà attaqué en 2011 – vidéo BFM)

Image de prévisualisation YouTube

Champigny (94) : Le commissariat de la cité encore sous tension

Placé sous haute surveillance hier soir à la suite d’énièmes échauffourées, le commissariat du Bois-l’Abbé entretient des relations compliquées avec les habitants du quartier.

Dans le ciel, un hélicoptère patrouille; au sol, des CRS en tenue de maintien de l’ordre sont postés à l’entrée de quelques immeubles. L’ambiance restait tendue hier soir dans le quartier du Bois-l’Abbé, au lendemain des affrontements qui ont eu lieu autour du commissariat niché au cœur de la cité. Mardi soir, les forces de l’ordre ont essuyé des jets de projectiles et d’un cocktail Molotov, qui ne s’est pas embrasé.

Selon la préfecture du Val-de-Marne, les heurts se sont déclenchés après la découverte d’engins incendiaires en préparation. Alors qu’ils couraient derrière un petit groupe, « les policiers ont été attaqués par des jeunes plus ou moins par désœuvrement, explique-t-on au cabinet du préfet. Ils ont jeté des pierres et des choses ramassées par terre. Ils ont également lancé un des cocktails Molotov, qui n’a pas explosé ».

Moussa*, 22 ans, a assisté à l’incident entre jeunes et policiers : « Des gars de 11-12 ans ont balancé des cailloux sur le commissariat. De 40 à 50 flics les ont coursés dans le quartier. » (…)

Situé en plein milieu d’un quartier de près de 10 000 habitants, connu pour être une plaque tournante de la drogue en Ile-de-France, le commissariat est régulièrement la cible d’escarmouches. En juillet dernier, le poste de police avait été visé pendant deux nuits. Cinq cocktails incendiaires, des pétards et des feux d’artifice avaient été lancés en direction du parking. Cette proximité, unique dans le département, entre la police et les jeunes, crée des tensions, comme en témoignent habitants et syndicats (…)

* Les prénoms ont été changés.

Le Parisien

Champigny: le commissariat encore visé

4/07/11

Champigny: le commissariat encore visé

Image de prévisualisation YouTube

Le commissariat de Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne) a été de nouveau visé par une attaque la nuit dernière après avoir été la cible de plusieurs jeunes samedi, a-t-on appris auprès de la préfecture, confirmant une information de BFM TV.

Aux alentours de 1h30, quatre engins incendiaires ont été lancés en direction du parking du commissariat de la ville dont certaines cités sont des points chauds du trafic de cannabis. L’attaque n’a fait aucun blessé mais a « légèrement endommagé » un véhicule administratif, d’après la même source. Les fauteurs de trouble ont réussi à prendre la fuite sans être interpellés.

Le Figaro

3/07/11

Addendum vidéo :

Neuf personnes âgées de 15 à 20 ans ont été interpellées et placées en garde à vue samedi soir après s’en être pris au commissariat de Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne), sans faire de blessé, a-t-on appris dimanche de source policière. Vers 22 h 30 samedi soir, une vingtaine de jeunes munis de mortiers, de barres de fer et de « divers projectiles » ont attaqué le commissariat de Champigny, s’en prenant aux locaux et aux fonctionnaires de police présents. « Aucun policier n’a été blessé » lors de l’attaque, selon cette source policière.

Le Point

(Merci à Yohanan et Anne Onyme))