Dijon (21) : rassemblement de soutien aux collégiens et lycéens menacés d’expulsion

Un rassemblement de soutien aux collégiens et lycéens menacés d’expulsion aura lieu mercredi 16 avril à 16 heures place François-Rude à Dijon.

Le communiqué de presse de l’appel au rassemblement :  » Plusieurs lycéens et collégiens de Dijon sont menacés d’expulsion à la suite de l’obligation de quitter le territoire français intimée à leur famille qui est de nature à mettre certains d’entre eux dans une situation de grave danger pour leur vie ou celles de leurs proches.

Ces élèves ont, en quelques années et dans des conditions particulièrement difficiles, entamé un parcours d’intégration scolaire au prix d’efforts remarquables : celui-ci peut être anéanti brutalement aujourd’hui par l’application de ces décisions. Il est pourtant l’un des critères d’appréciation mentionné par la circulaire du 28 novembre 2012 du ministre de l’intérieur relative aux conditions d’admission au séjour des étrangers dans notre pays.

Élèves, parents, enseignants et associations se mobilisent autour d’eux pour obtenir la régularisation de la situation administrative de ces familles et que leur dossier puisse être étudié dans un esprit d’ouverture par la préfecture. Cela seul permettra en effet à ces jeunes bien intégrés dans leurs établissements, de poursuivre sereinement une scolarité porteuse d’espoir et synonyme d’égalité des chances. Aussi, ils appellent à un rassemblement l le mercredi 16 avril à 16h place François Rude à Dijon à l’occasion de laquelle les parents, enseignants et lycéens demandent à être reçus par le préfet« .

le Bien Public

Hayange (57). Un collégien aux urgences après des coups de couteau

Son pronostic vital n’est pas engagé mais le collégien de 13 ans présentait trois plaies, hier, causées par des coups de couteau, lors de son arrivée aux urgences de Thionville.

La bagarre a éclaté au moment de la pause déjeuner, devant l’arrêt de bus, près du lycée Gaspard-Monge et du collège Hurlevent, à Hayange.

Un lycéen de 18 ans n’aurait pas supporté que la victime et quelques amis se moquent de lui, multiplient les remarques quotidiennes à son égard.

Les deux garçons empruntent, en effet, le même bus chaque jour. Ils se sont alors battus et le couteau, d’une lame de dix centimètres environ, est sorti. Le collégien a été blessé à la jambe, au bras et au front [...]

Le Républicain Lorrain

La Rochelle : un collégien tente de s’immoler par le feu, des élèves l’en empêchent

Un adolescent de 16 ans, qui a tenté vendredi, dans un collège de La Rochelle, d’enflammer ses vêtements après s’être aspergé de liquide combustible, en a été empêché par d’autres élèves. Bien que ne souffrant pas de brûlures, il a été hospitalisé. [...]

Les raisons du geste du collégien n’étaient pas immédiatement connues, même s’il a apparemment dit aux secours avoir été influencé par des événements des derniers jours, en référence à des suicides et immolations. [...]TF1 News

Savoie : Agressé à cause de ses cheveux roux, un collégien se suicide (màj vidéo)

Addendum 14/02/13

Régulièrement persécuté par des collégiens à cause de ses cheveux roux, le jeune Mattéo s’est donné la mort à 13 ans.

[Merci à Dredlox pour les vidéos]

_________________________________

L’émotion est extrêmement vive à Bourg-Saint-Maurice (Savoie) après le suicide d’un collégien de 13 ans qui s’est pendu, vendredi après-midi, à son domicile. [...]

Au rectorat de Grenoble, le directeur de cabinet, François Charlon, reconnaît que le jeune garçon avait rencontré des difficultés relationnelles avec ses camarades lors de son entrée en 6 e. Des “difficultés relationnelles” suffisamment graves pour amener ses parents à porter plainte déjà à l’époque. [...] Toutefois, à la fin du mois de janvier un incident s’est produit dans la cour de récréation où l’élève a été frappé. Son agresseur a été sanctionné mais pour nous il s’agissait d’un acte isolé”.

Dans une vidéo qu’il a postée sur le web, la veille du drame, Mattéo, passionné de rap chante : “Il y a aussi la discrimination, oui je le crie fort, j’en ai beaucoup souffert mais il n’y a pas que moi… ” [...]

Les obsèques de Mattéo seront célébrées cet après-midi à Bourg-Saint-Maurice.

Le Dauphiné Libéré

Merci à Mielrubis

_________________________________

Des parents ont retrouvé vendredi leur fils, un adolescent de 13 ans pendu à l’aide d’une corde dans sa chambre. Une enquête est ouverte. Il semblait avoir des difficultés relationnelles avec ses camarades.

L’enquête devra déterminer si c’est un suicide. Un collégien de 13 ans s’est pendu à son domicile de Bourg-Saint-Maurice (Savoie), d’après une information de TV8 Mont-Blanc confirmée par une source judiciaire. Selon cette dernière, il était « en souffrance  de par ses camarades de classe ». [...]

TF1 News

Merci à Melusine et Backterix

Vénissieux : un collégien de 14 ans arrêté pour le viol d’une jeune fille de 12 ans

Un garçon de 14 ans, habitant Vénissieux, a été placé en garde à vue lundi, à la brigade de protection de la famille (BDPF), pour s’expliquer sur des accusations de viol. La victime est une jeune fille de 12 ans, domiciliée dans le 8e arrondissement de Lyon, et qui fréquente le même collège que l’adolescent.

Selon cette dernière, le jeune homme l’a contrainte par la violence à deux reprises à pratiquer une fellation. [...]

Le Progrès

Merci à lisyann

Perpignan : il séquestre des élèves, armé d’un compas (màj)

Addendum

Chez Jean-Jacques Bourdin, Khader est désemparé de la dérive de son fils. Il met en cause le mauvais comportement de la mère, dont il est divorcé. Il veut que « Yann » soit pris en charge.

« On lui a bousillé sa vie ! Il a 14 ans et il est déjà avec des mises en examen ! » – Khader

________________________________

« On se croirait aux Etats-Unis maintenant, il ne manque que les armes à feu pour qu’il y ait des morts. Nos enfants auraient pu être tués. C’est véritablement ahurissant ». Dans la voix de certains parents d’élèves du collège Saint-Exupéry à Perpignan on entend encore le choc. Mais aussi la peur, a posteriori, et la colère. « Déboussolés » « abasourdis », avec le sentiment de ne pouvoir rien faire face au danger, mais aussi de ne pas avoir encore réalisé ce qui s’est passé vendredi dernier. « Une véritable prise d’otage » selon eux.

A l’heure du déjeuner, un des élèves de l’établissement aurait commencé à mettre la panique dans la cour du collège. Un jeune garçon de 15 ans qui serait bien connu à Saint-Exupéry où il rencontrerait de sérieuses difficultés et sèmerait la terreur depuis un bon moment, « insultant, poussant, frappant, menaçant les autres jeunes comme les enseignants et personnels éducatifs ». Le trublion aurait donc saisi des fruits et les aurait jetés au plafond du réfectoire, puis contre les vitres de la vie scolaire et en direction de la salle des professeurs.

Le principal est alors intervenu pour ramener le calme, tandis que l’élève allumait une cigarette devant lui, jouant la provocation et… passant au cran supérieur. Il se serait mis à courir dans tous les sens, poursuivi et cerné par les personnels éducatifs. Là, il se serait saisi d’un extincteur, frappant contre les murs dans les couloirs de l’établissement et dans les portes. A ce moment-là, l’alerte a été donnée. L’ensemble des élèves ont été sommés de s’enfermer dans leurs classes pour se mettre à l’abri. « Nos enfants nous ont téléphoné depuis leur salle de cours en pleurant. C’était comme un acte terroriste, comme s’ils étaient dans un avion détourné. On entendait les hurlements. C’était la panique totale. On a appelé la police sans savoir ce qui se passait. C’était terrible« . [...]

L’indépendant

Khader, le père du voyou, s’excuse et regrette que son fils n’ait pas été mieux suivi.

Une enseignante giflée par un collégien : ni plainte, ni exclusion

Une enseignante du collège de Buxerolles, près de Poitiers, où une de ses collègues avait été agressée mercredi par une mère d’élève, a reçu ce vendredi une gifle d’un collégien, un geste qui n’a été suivi ni de plainte ni d’exclusion, a-t-on appris dans la soirée de source rectorale et syndicale.

Un élève de 4ème, lors d’un cours d’éducation physique en fin de matinée, a giflé son professeur après avoir apparemment mal interprété une remontrance ou un geste de l’enseignante, a-t-on indiqué auprès du rectorat. La direction du collège a procédé alors à l’audition des autres élèves puis a réuni les professeurs de la classe. Elle a convoqué la réunion la semaine prochaine du conseil de discipline qui statuera sur le sort de l’élève dont les enseignants n’ont pas demandé l’exclusion. Ni l’enseignante ni l’établissement n’ont déposé plainte. [...]

Le Figaro

Pau : des restes d’Alexandre identifiés

Alexandre Junca, un collégien disparu le 4 juin à Pau, est bien mort. Un fémur, retrouvé dimanche par des promeneurs dans une rivière à Pau et autopsié jeudi a confirmé cette hypothèse, a annoncé jeudi midi à l’avocate de la famille, Me Pierrette Mazza

(…) Fils de parents divorcés et inscrit au collège Clermont à Pau, Alexandre était décrit comme un garçon « gentil » et ne présentant aucune particularité psychologique notable.

« La dernière fois que je l’ai vu, le 3 juin, avant qu’il parte passer le week-end chez son père, je n’ai rien remarqué d’anormal dans son comportement. (…) S’il avait fugué, il serait parti avec de l’argent, des affaires. Mais il n’a rien pris ! », avait témoigné sa mère, Valérie Lance, au quotidien régional Sud Ouest le 17 juin.

Europe 1

Saint-Ouen : Un collégien agressé et passé à tabac

Un adolescent d’une quinzaine d’années a été passé à tabac par trois personnes ce mercredi matin devant son collège à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) et hospitalisé dans un état critique, a-t-on appris de source proche de l’enquête.Selon les premiers éléments, la victime aurait été rouée de coups et visée par un tir de pistolet à impulsions électriques, devant le collège Jean-Jaurès, a-t-on précisé de même source. Le jeune homme a été conduit dans un état critique à l’hôpital Beaujon de Clichy-la-Garenne (Hauts-de-Seine).

Le Figaro

(merci à Appoline)

Sorgues (84): En retard et énervé, un collégien « de 14 ans en 5éme » frappe son professeur

Un jeune Sorguais de 14 ans, élève de 5 e au collège Diderot de Sorgues, a été entendu dimanche après-midi par la brigade de gendarmerie de la même commune.Jeudi dernier, le jeune garçon est en retard en cours. En arrivant dans la salle, il se montre insolent envers son professeur. L’adolescent, passablement énervé, entreprend de dessiner sur des feuilles de papiers… des croquis considérés comme outrageants.

L’enseignant, en voyant la scène, tente alors de rétablir l’ordre et de récupérer les dessins.L’adolescent, debout, ne se laisse pas faire et s’agite encore. L’homme l’attrape par le sac à dos pour le maîtriser. Mais le jeune homme, en se retournant, donne alors un violent coup de poing sur le bras de son professeur.

Le Dauphiné

Fresnes : Le principal d’un collège frappé au visage par un élève de 14 ans

Le principal du collège Francine-Fromond de Fresnes (Val-de-Marne) a été frappé au visage ce mardi à l’intérieur de l’établissement par un élève de 14 ans qui était convoqué à un conseil de discipline, a-t-on appris de sources concordantes.

Les faits se sont produits vers 9h, alors que l’élève attendait dans les couloirs du collège avec sa mère. Il a donné un coup de poing au visage du principal, qui a été blessé à l’arcade sourcilière, a annoncé le rectorat de l’académie de Créteil dans un communiqué.

Le responsable d’établissement a été transporté à l’hôpital, tandis que l’élève a été interpellé.

20 Minutes

Garges : un collégien dans le coma après un règlement de comptes

Un adolescent de 14 ans du collège Pablo-Picasso de Garges-lès-Gonesse (Val-d’Oise) se trouve dans le coma après être tombé ce mercredi midi dans un guet-apens à la sortie des cours. L’agression se serait déroulée dans une rue adjacente à l’établissement.

L’élève de 3e aurait été victime d’un règlement de comptes entre bandes.Son pronostic vital est engagé. «Rien n’indique qu’il s’agisse d’une agression d’origine scolaire», précise le rectorat de Versailles, qui compte mettre en place une cellule psychologique dans le collège dès jeudi matin.

Le Parisien

(merci à kaos)