Les drôles de « business » du gendre de Guéant

Déjà englué dans plusieurs affaires, Claude Guéant pourrait être rattrapé par les imprudences de son gendre. Jean-Charles Charki, ancien banquier reconverti dans le conseil en 2010, aurait, d’après les documents en notre possession, profité de la position de son beau-père à l’Élysée pour faire fructifier son business.

Hebergeur d'imageAinsi, dans le contrat que Jean-Charles Charki signe le 1er avril 2010 avec l’homme d’affaires libanais Johnny Saadé, il est question d’organiser une « prise de contact avec les autorités publiques pour leur communiquer la position du groupe Johnny Saadé et toute information à même de faciliter l’aboutissement du dossier ». Une mission à 150 000 euros qui, sous le couvert de conseils financiers, évoque un possible trafic d’influence.

Quand « M. Gendre », fort de ses relations au sommet de l’État, ne joue pas les lobbyistes, on le retrouve comme investisseur dans d’étonnants placements. En septembre 2011, il rafle la mise en confiant 2,5 millions d’euros à un financier libanais. Grâce à un taux de rendement miraculeux de 17 %, Jean-Charles Charki empoche en deux mois un bénéfice de 425 000 euros. [...]

Le Point

Pourquoi le tableau offert à Guéant par Ouattara pose problème

L’ancien ministre de l’Intérieur de Nicolas Sarkozy a « privatisé » la toile de James Houra qu’Alassane Ouattara lui a offerte en novembre 2011. Ce faisant, il a manifestement violé une circulaire gouvernementale qui régit l’utilisation des « cadeaux offerts aux membres du Gouvernement ». C’est un signe de l’incroyable confusion qui règne, entre la France et l’Afrique, sur ce qui relève des intérêts privés et des relations d’Etat à Etat.

Le Nouveau courrier

Canular de l’imitateur Gérald Dahan : en faux Manuel Valls il appelle Patrick Devedjian, puis Claude Guéant (audio)

Canular de l’imitateur Gérald Dahan : en faux Manuel Valls il appelle Patrick Devedjian, puis Claude Guéant

Patrick Devedjian

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Claude Guéant

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

500.000 euros découverts chez Claude Guéant

Des juges s’interrogent, selon Le Canard enchaîné à paraître demain, sur le versement de plus de 500.000 euros depuis l’étranger sur un compte de Claude Guéant, qui a démenti aujourd’hui tout lien entre cet argent et un éventuel financement libyen de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007.

L’hebdomadaire satirique révèle que les enquêteurs avaient découvert ces versements d’argent à la faveur d’une perquisition en février dans le cadre de l’enquête, alors conduite par le parquet de Paris, sur les accusations de financement libyen de cette campagne. [...] Le parquet n’a fait aucun commentaire. De son côté, M. Guéant justifie le demi-million d’euros reçus par une vente de tableaux en 2008. [...]

Le Figaro / AFP

Le MRAP salue la décision de la Cour d’Appel de Paris en faveur de Sihem Souid

Communiqué du MRAP du 6/03/13

 

« Le MRAP salue la récente décision de la Cour d’appel de Paris, en faveur de la jeune policière Sihem Souid.

La Cour d’appel de Paris, comme précédemment les juges de première instance, a relaxé la jeune femme, auteure du livre « Omerta dans la police ». Elle était poursuivie pour « violation de secret professionnel », et six mois de prison avaient été requis à son encontre. Ses avocats évoquaient un « montage » du fait que, pour certains, « on n’a pas le droit dans la fonction publique de critiquer sa hiérarchie ».

En effet, son livre paru le 14 octobre 2010 critiquait tant certains abus de pouvoir, que le climat de racisme et de discrimination homophobe dont elle avait été témoin lorsqu’elle était en service à la Police aux frontières (PAF, ex-Police de l’air et des frontières). Elle y décrivait notamment les ravages d’une politique « du chiffre » visant à augmenter le nombre des reconduites à la frontière, citait aussi bien que les réflexions racistes de certains agents – « Je vais contrôler des bougnes » – ou encore évoquait des humiliations à l’encontre de ressortissants étrangers.

Le MRAP, qui s’est toujours affirmé solidaire de Sihem Souid, a notamment organisé avec elle des conférences de presse conjointes et participé à des rassemblements de soutien, en particulier lors de son passage en conseil de discipline, le 24 mai 2011, en présence de deux membres de la co-présidence du MRAP. Aujourd’hui, Sihem Souid demande à l’ex-ministre de l’Intérieur, Claude Guéant des « excuses publiques ». C’est en effet sous sa responsabilité ministérielle que la jeune policière avait été suspendue de sa fonction en juillet 2011 et privée de six mois de salaire.

Le MRAP demande, aujourd’hui, que soit réparée cette injustice et que des excuses lui soient présentées. »

MRAP

Claude Guéant rejoint la Droite forte

L’ancien ministre de l’Intérieur, Claude Guéant, a annoncé qu’il rejoignait la Droite forte, le premier courant de l’UMP s’affichant comme celui qui désire « le plus » le retour de Nicolas Sarkozy. [...]

L’ancien ministre a également affirmé qu’il se sentait « très proche des valeurs de la Droite forte : l’attachement à tout ce qui fait l’identité, le souci de solidarité, le volontarisme, le travail et sa récompense, le sérieux en matière de gestion… »

Le Figaro

Merci à Nico le Viennois

Expulsions : un record en trompe-l’œil pour Valls

[...] Selon nos informations, le rythme d’expulsions sous Guéant était de 3500 clandestins par mois, les quatre premiers mois de 2012 (3300 par mois pour le premier semestre), tandis que la moyenne des éloignements sous Valls était de 2750, «soit 17% d’expulsions en moins sous la gauche», commente l’ancien ministre de l’Intérieur.

Hebergeur d'image

La droite espérait 40.000 expulsions pour 2012 et le rythme imprimé à l’époque, les premiers mois, laissait penser que l’objectif était réalisable. «On nous objecte aujourd’hui qu’il s’agissait d’une politique d’affichage liée à la campagne présidentielle, mais il n’en est rien», assure Claude Guéant.

Selon lui, «la loi de 2011 qui réglait la question des conflits entre les juridictions administratives et judiciaires en matière d’éloignements commençait simplement à produire ses effets».

Car souvent, les juges des tribunaux correctionnels ordonnaient la mise en liberté des clandestins avant même que l’ordre administratif ait pu se prononcer sur le cas des clandestins. [...]

Les expulsions de clandestins effectivement réalisées ne représentent guère plus d’un tiers des expulsions prononcées. Dans une majorité de cas, le refus d’accorder un laisser-passer au clandestin par les autorités consulaires de son pays d’origine justifient l’impossibilité de le renvoyer.

Par ailleurs, en juillet 2012, la Cour de cassation transposait en droit interne la jurisprudence européenne qui interdit de placer en garde à vue un clandestin au seul motif qu’il enfreindrait les règles de séjour des étrangers. [...]

Le Figaro

L’UMP envisage d’envoyer Claude Guéant à Hénin-Beaumont face à Marine Le Pen

PARACHUTAGE – Défait dans les Hauts-de-Seine en juin dernier, Claude Guéant pourrait servir de recours à l’UMP à Hénin-Beaumont face à Marine Le Pen, avance le JDD. Au cas où l’élection de Philippe Kemel serait invalidée.

Il s’était inscrit au barreau de Paris et ne s’imaginait pas forcément poursuivre en politique, surtout après sa défaite dans la 9e circonscription des Hauts-de-Seine face au dissident UMP Thierry Solère.  Un scrutin sur lequel le Conseil constitutionnel a statué, fin octobre, validant l’élection malgré 334 voix d’écart au second tour et un recours déposé par trois particuliers de Boulogne-Billancourt.

Mais Claude Guéant pourrait-il revenir dans le jeu politique ?

C’est en tout cas l’idée qu’avance le Journal du Dimanche daté du 4 novembre. « C’est une idée qui commence à germer chez certains fillonistes », écrit l’hebdomadaire. Mais ce ne sera pas à Boulogne-Billancourt, mais dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais, à Hénin-Beaumont, fief de Marine Le Penl’élection du socialiste Philippe Kemel pourrait être invalidée.

Parachuter l’ancien ministre de l’Intérieur – né dans le Pas-de-Calais – face à Marine Le Pen et face à Philippe Kemel permettrait à l’UMP d’envoyer une personnalité avec « une image un peu forte ».

De son côté, Jean-Luc Mélenchon n’est pas certain de retourner au charbon. (…)

Europe 1

France : Les socialistes veulent enrayer la chute du nombre de naturalisations

Un rapport du député PS Patrick Mennucci, présenté ce mercredi, dénonce le «durcissement de l’appréciation des critères» de naturalisation, opéré «en catimini» par le précédent gouvernement. Et appelle à une révision des procédures d’instruction des dossiers.

Objectif affiché par Manuel Valls : «redresser la courbe» et «retrouver le rythme d’avant», c’est-à-dire 100.000 naturalisations par an.

La chute est impressionnante : entre 2010 et 2011, le nombre de naturalisation a chuté en France de 30 % ! […] «Il est très préoccupant que l’administration ait agi de la sorte sur une décision politique de Nicolas Sarkozy et de Claude Guéant motivée par une stratégie électorale en direction du Front national», déplore Patrick Mennucci. Des reproches qu’avaient aussi été récemment formulés le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls (lui-même naturalisé après sa majorité). […]

Il y a quinze jours, le ministre, a déjà adressé une circulaire aux préfets visant à assouplir les conditions d’accès à la nationalité. Plus besoin désormais impérativement d’un CDI pour devenir français, un CDD ou emploi en intérim pouvant suffire. Les étudiants étrangers systématiquement retoqués ces dernières années pour manque de ressources bénéficient d’un traitement plus compréhensif. De même que les «jeunes de moins de 25 ans» qui résident dans l’Hexagone depuis au moins dix ans. […]

Les Echos (Merci à pierrelermite)

Guéant : des minorités « criminogènes »…

L’ancien ministre de l’Intérieur Claude Guéant (UMP) a déclaré jeudi qu’il ne fallait pas inciter des minorités « très criminogènes » d’origine roumaine ou bulgare, à s’ancrer en France.

Interrogé par Canal + sur un prolongement de sa politique par son successeur socialiste Manuel Valls, ce proche de Nicolas Sarkozy a parlé d’ »une continuité dans le verbe », observant qu’ »en matière de sécurité, il faut adopter un certain réalisme ». Mais « ce n’est pas tout à fait la même chose », a-t-il estimé, citant « l’expulsion des personnes qui constituent des campements irréguliers ».

Il n’a pas employé le mot « Roms »: « je ne l’utilise jamais, j’ai toujours dit des personnes de nationalités roumaine et bulgare, je ne fais pas de distinctions ethniques ». « Nous appliquions nous aussi les décisions de justice », a dit M. Guéant. « Mais nous ne créions pas d’incitation à leur ancrage sur le territoire. Nous savons que ce sont des minorités très criminogènes, d’une criminalité extrêmement cruelle d’ailleurs, parce qu’elle utilise beaucoup les enfants », a argumenté l’ex-ministre. [...]

Le Figaro

Présomption de légitime défense : « Je crois que les choses ont changé » (Guéant/RMC)

Claude Guéant est questionné sur son revirement d’opinion sur la présomption de légitime défense pour les policiers, proposée par Marine Le Pen en janvier dernier.

« La France a toujours été ouverte à l’immigration.  il est absolument vain, irréaliste de prôner l’immigration zéro ou de réduire à 10.000 comme Marine Le Pen l’a proposé. Ça voudrait dire que la France ne peut même plus accueillir ! » – Claude Guéant

Un « réfugié politique » interpellé

Le ministre de l’Intérieur Claude Guéant a annoncé aujourd’hui sur Europe 1 qu’une personne sous « statut de réfugié politique » avait été interpellée hier dans le cadre des opérations anti-islamistes des derniers jours et qu’elle « sera assignée à résidence ».

« Hier après-midi, nous avons interpellé une personne, qui fait l’objet d’une mesure d’expulsion et qui, compte tenu de son statut de réfugié politique, sera assignée à résidence », a déclaré le ministre, sans donner plus d’informations. [...]

Le Figaro