Turquie, l’antichambre de l’immigration clandestine

Le nombre de migrants vers l’Union européenne est de plus en plus important. Près de 43 000 clandestins ont été interceptés sur le sol européen au troisième trimestre 2013. C’est deux fois plus que l’année précédente sur la même période.

De plus en plus, les migrants africains abandonnent la route méditerranéenne pour passer par la Turquie. En attendant de rejoindre l’Europe, les migrants vivent ou plutôt survivent dans des conditions terribles, entre travail au noir et marchands de sommeil.

Émission audio à écouter sur RFI

Régulariser un clandestin coûte 1 million d’euros (rediff)

[rediff 2009]
Selon l’institut anglais Migrationwatch, le coût total pour le contribuable à chaque fois qu’un seul immigré clandestin est régularisé est de 893 000 livres sterling, soit 1 044 000 euros. Ce chiffre représente la somme des diverses prestations sociales reçues (moins les impôts payés) par un immigré moyen de 25 ans qui se mariera, aura 2 enfants, prendra sa retraite à 65 ans et mourra à 80 ans.

Migrationwatch est un institut indépendant fondé par Sir Andrew Green, un diplomate à la retraite qui a été ambassadeur de Grande Bretagne en Arabie Saoudite. Cet institut jouit d’une grande crédibilité et d’un bon écho dans les médias. Même un courrier électronique interne et confidentiel du Ministère de l’Intérieur a admis que ses chiffres étaient corrects, voire sous-évalués.

Au cours de sa vie, l’immigré clandestin moyen recevra un total de 1 106 000 euros en prestations sociales s’il est régularisé. Ceci inclut son HLM subventionné par l’État, l’éducation de ses enfants, les traitements médicaux, les allocations familiales, la retraite qu’il touchera après 65 ans, etc. En contrepartie, il paiera 62 000 euros d’impôts et de cotisations sociales. La différence est donc de 1 106 000 – 62 000 = 1 044 000 euros.

Boris Johnson, le maire de Londres veut régulariser tous les clandestins

Ce coût est entièrement à la charge du contribuable. Ce nouveau rapport a été publié au moment où le maire de Londres, Boris Johnson, un conservateur, a dit que ce serait « moralement correct » de régulariser les 725 000 immigrés clandestins de la capitale.

Migrationwatch ajoute que le coût réel pourrait bien dépasser le million, jusqu’à 1 273 000 euros si l’immigré s’installe près de la capitale, où les subventions pour le logement sont encore plus onéreuses. Le coût de l’immigré sera encore plus grand si celui-ci se retrouve au chômage.

Le coût de chaque demandeur d’asile dont le dossier est accepté est aussi d’un million d’euros minimum.

Toujours selon Migrationwatch, un million d’euros, c’est aussi le coût de chaque immigré venant d’un pays sous-développé entré légalement dans le pays sans qualification, par exemple dans le cadre du regroupement familial.

L’immigration clandestine décriminalisée en Italie (Màj : les députés adoptent la loi)

Addendum du 13/04/14 : Les députés italiens ont voté ce 02 avril le projet de loi visant à dépénaliser les immigrés clandestins. Les clandestins peuvent être arrêtés uniquement si ils reviennent en Italie après en avoir déjà été expulsés.

TGcom.24


Le Sénat italien a voté aujourd’hui en faveur de l’abrogation de la loi criminalisant l’entrée clandestine sur le territoire national. La Chambre des députés doit maintenant se prononcer sur ce texte pour qu’il entre en vigueur. Aux termes de la loi adoptée en 2009, tout immigrant entré en Italie sans les papiers nécessaires est considéré comme un criminel et peut être condamné à 5.000 euros d’amende avant d’être expulsé.

S’il a été salué comme une avancée par les organisations de défense des droits de l’homme, le vote du Sénat a provoqué la colère de la Ligue du Nord. «La honte !», écrit le parti anti-immigration sur son compte Twitter. «Préparons-nous à mener la bataille dans la rue», avertit son chef Matteo Salvini.

Selon le nouveau projet de loi, les immigrés clandestins, qui ne seront plus poursuivis que pour délit administratif, seront mieux protégés contre les patrons qui les emploient au noir et les exploitent souvent dans des conditions inhumaines.

Le Figaro

L’Italie est en état d’alerte face à une nouvelle vague de réfugiés

Avec le retour des beaux jours, les départs clandestins de la Libye vers les côtes du sud de l’Italie, qui représentent une des premières portes d’entrée en Europe, s’intensifient.

Entre 400 000 et 700 000 personnes originaires d’Afrique subsaharienne seraient prêtes à s’embarquer. L’opération de secours en mer Mare Nostrum, qui a déjà permis de sauver près de 20 000 migrants, doit donc être intensifiée et l’Italie lance un appel à l’Europe.

Depuis le 18 octobre 2013, 18 546 personnes – adultes, adolescents, enfants et nouveau-nés – ont été secourues par la marine militaire, avec la collaboration de la police financière et des garde-côtes italiens. « La nouveauté, c’est que les personnes qui traversent la Méditerranée ne sont plus des migrants qui tentent leur chance pour vivre dans de meilleures conditions économiques en Europe : 90 % d’entre elles sont des familles entières de Syriens, des Érythréens, des Maliens ou encore des Somaliens et des Gambiens, qui fuient des situations dramatiques et doivent être accueillis comme des réfugiés », constate l’amiral De Giorgi.

Cette opération aéronavale de surveillance et secours, qui coûte 9 millions d’euros par mois au ministère de la défense, a déjà permis d’arrêter 66 passeurs tandis que deux « bateaux-mères » ont été saisis. Elle permet aussi d’accélérer les procédures d’identification.

Dès que les migrants sont pris en charge à bord d’un bâtiment militaire, des équipes de la police scientifique prennent leurs empreintes et envoient toutes les données aux autorités compétentes en Italie et à Interpol. Par ailleurs, les migrants sont immédiatement ravitaillés, auscultés, et soignés si besoin, par des équipes médicales. Pour l’amiral Giorgio, l’opération Mare Nostrum est donc « un succès indubitable, en termes de sécurité humaine ».

Mais pour qu’elle soit poursuivie, « l’Europe doit faire un effort ». D’autant que, selon les déclarations du ministre de l’intérieur, Angelino Alfano, « entre 400 000 et 700 000 » migrants seraient prêts à embarquer depuis la Libye pour rejoindre les côtes du sud de l’Italie. « Totalement hors de contrôle, la Libye est devenue un port franc », relève t-il avec inquiétude.

À l’inquiétude du gouvernement italien, qui entend placer la question de l’immigration en tête des priorités du semestre de présidence italienne de l’UE, s’ajoute celle des préfets siciliens. Ils ont lancé un appel, mardi soir 8 avril, à la Protection civile pour installer des tentes, cuisines et hôpitaux de camps, près des ports dans lesquels débarquent les migrants

La Croix

Dijon (21) : rassemblement de soutien aux collégiens et lycéens menacés d’expulsion

Un rassemblement de soutien aux collégiens et lycéens menacés d’expulsion aura lieu mercredi 16 avril à 16 heures place François-Rude à Dijon.

Le communiqué de presse de l’appel au rassemblement :  » Plusieurs lycéens et collégiens de Dijon sont menacés d’expulsion à la suite de l’obligation de quitter le territoire français intimée à leur famille qui est de nature à mettre certains d’entre eux dans une situation de grave danger pour leur vie ou celles de leurs proches.

Ces élèves ont, en quelques années et dans des conditions particulièrement difficiles, entamé un parcours d’intégration scolaire au prix d’efforts remarquables : celui-ci peut être anéanti brutalement aujourd’hui par l’application de ces décisions. Il est pourtant l’un des critères d’appréciation mentionné par la circulaire du 28 novembre 2012 du ministre de l’intérieur relative aux conditions d’admission au séjour des étrangers dans notre pays.

Élèves, parents, enseignants et associations se mobilisent autour d’eux pour obtenir la régularisation de la situation administrative de ces familles et que leur dossier puisse être étudié dans un esprit d’ouverture par la préfecture. Cela seul permettra en effet à ces jeunes bien intégrés dans leurs établissements, de poursuivre sereinement une scolarité porteuse d’espoir et synonyme d’égalité des chances. Aussi, ils appellent à un rassemblement l le mercredi 16 avril à 16h place François Rude à Dijon à l’occasion de laquelle les parents, enseignants et lycéens demandent à être reçus par le préfet« .

le Bien Public

Calais : une manifestation anti-clandestins interdite

Le préfet du Pas-de-Calais, Denis Robin, a annoncé aujourd’hui l’interdiction d’une manifestation contre les migrants prévue dimanche à Calais par le collectif « Sauvons Calais » en raison d’un fort risque de « heurts ».

Hebergeur d'image« J’ai décidé hier soir d’interdire la manifestation. C’est une décision rare, lourde à prendre. (…) C’est la première fois qu’en tant que préfet je dois prendre une telle décision », a déclaré Denis Robin à la capitainerie du port de Calais.

« Sauvons Calais » avait appelé à une manifestation anti-migrants dimanche après-midi, entraînant « une forte mobilisation de personnes extérieures au département » parmi lesquelles « des responsables de la mouvance ultra-droite » et des personnes connues pour des « faits de violences lors d’attroupements » et des propos incitant à la « haine raciale », détaille l’arrêté d’interdiction.

En face, deux autres contre-manifestations ont été organisées, d’une part par les collectifs « Antifa » et « No borders », d’autre part par le collectif de Calaisiens baptisé « Calais: ouverture et humanité ». [...]

« L’objet même de la manifestation peut être perçu comme une provocation et peut dégénérer en heurts violents entre les manifestants » et les migrants, précise encore l’arrêté.  »L’expression de la violence et de la haine n’est pas une solution pour Calais », a insisté le préfet. [...]

Le Figaro

900 clandestins rescapés au large de la Sicile

Près de 900 migrants en provenance d’Afrique du Nord ont été secourus dans la nuit de jeudi à vendredi par plusieurs bâtiments de la Marine italienne, au large de la Sicile.

Hebergeur d'imageCe sauvetage a été réalisé en coopération avec les garde-côtes et les patrouilleurs de la police financière, dans le cadre de l’opération Mare Nostrum lancée en octobre après deux tragédies en mer.

La frégate Euro a récupéré 336 migrants, qui se trouvaient à bord de deux bateaux menaçant de chavirer à cause du nombre, parmi lesquels 44 femmes et 10 enfants. [...]

Pendant ce temps, la frégate Espero a pour sa part sauvé 198 migrants, dont 17 femmes, tandis qu’un autre bateau, le Stromboli, s’occupait d’en récupérer 108, dont 3 enfants.

Enfin, deux patrouilleurs des garde-côtes ont à eux deux sauvé puis transféré sur un autre bateau 254 réfugiés, dont 53 femmes et 9 enfants.[...]

7sur7


Addendum : le compte twitter de la Marine italienne permet de suivre au jour le jour les sauvetages de clandestins


À Orléans, le maire UMP veut chasser les clandestins

En découvrant la liste des délégations attribuées aux conseillers et adjoints de Serge Grouard, maire UMP d’Orléans réélu haut la main, les militants des associations d’aide aux sans-papiers se sont étranglés. Au même titre que la gestion des appels d’offres ou du tourisme, l’édile local aura désormais un bras armé à « la lutte contre l’immigration clandestine », qui demeure pourtant une prérogative des services de l’État. Et ceci au moment même où le Front national fait son entrée sur les bancs du conseil municipal. [...]

Hebergeur d'imageMilitant du Réseau Éducation sans frontières (RESF), Jean-Pierre Perrin-Martin voit s’écrouler plusieurs décennies d’avancées collectives :

« Dans les années 1990, des étrangers ont obtenu d’être régularisés après des grèves de la faim. Tous réussirent à être débarrassés du nom de clandestins pour prendre celui de sans-papiers. Et aujourd’hui, le maire d’Orléans nous ramène à ce qualificatif. »  [...]

Dans un communiqué transmis aux médias, la municipalité se justifie en dénonçant le « laxisme de l’État » en matière de chasse aux clandestins et précise que, grâce à ses « quelques compétences » (attestations d’accueil, regroupement familial, avis sur la délivrance de la carte de résident de 
dix ans…), elle pourra redresser la barre. [...]

L’Humanité

Aux Etats-Unis, on expulse pour des délits mineurs

Les expulsions d’immigrés ont augmenté sous la présidence Obama, et contrairement à ses affirmations la plupart de ces immigrés avaient commis des infractions mineures, a rapporté lundi le New York Times.

Hebergeur d'imageSelon le quotidien, seulement 20% des près de 2 millions de personnes expulsées depuis l’arrivée de Barack Obama à la Maison Blanche en 2009 avaient été condamnées pour des faits graves, notamment pour trafic de drogue.

Les deux tiers « impliquaient des personnes ayant commis des infractions mineures, dont des infractions au code de la route, ou n’avaient aucun antécédent criminel », ajoute le quotidien. [...]

Barack Obama, dont la promesse d’une grande réforme de l’immigration est enlisé au Congrès, a affirmé que son administration s’occupait des « criminels, des violeurs en groupe, de ceux qui nuisent à la communauté, et non des étudiants, ou des gens qui sont là parce qu’ils essaient juste de trouver une solution pour nourrir leur famille ». [...]

Ces expulsions ont quadruplé, passant de 43.000 pendant les cinq dernières années de George W. Bush, à 193.000 durant les cinq premières de Barack Obama. Les expulsions de personnes étant revenues illégalement aux Etats-Unis ont triplé, passant à plus de 188.000. [...]

7sur7

Yvelines : Le cas de 350 clandestins sera examiné «avec des éléments de bienveillance»

350 clandestins subsahariens qui occupaient vendredi un pôle d’action sociale de Carrières-sous-Poissy (Yvelines) pour demander leur régularisation ont quitté les lieux dans la soirée après avoir obtenu «l’engagement que leur cas sera examiné un par un», a annoncé la préfecture.

Les sans-papiers, dont certains sont sous le coup d’une obligation de quitter le territoire, avaient déjà occupé en octobre 2012 la maison des associations de Mantes-la-Jolie pour demander leur régularisation.

«Après une longue discussion, nous sommes parvenus à un accord, avec l’engagement de la préfecture de reprendre au regard des textes et avec des éléments de bienveillance les dossiers qui nous seront soumis» par le collectif de soutien aux sans-papiers des Yvelines, avait dit dans l’après-midi à l’AFP le préfet des Yvelines, Erard Corbin de Mangoux. […]

Ces sans-papiers, essentiellement des travailleurs originaires de l’Afrique subsaharienne, certains présents en France depuis plus de dix ans, s’étaient rassemblés à partir de 10h00 vendredi «dans le calme» dans cette installation municipale, avait rapporté le maire PRG Eddie Aït. «Il n’y a eu aucune atteinte aux employés ni aux biens» du pôle d’action sociale, avait-t-il précisé.

Libération

Sommet UE-Afrique : moins d’immigration clandestine, plus d’immigration légale ?

Européens et Africains veulent éviter de nouveaux drames comme ceux de Lampedusa. Ils se sont mis d’accord sur des mesures préventives.

Les quelque 80 dirigeants africains et européens réunis en sommet à Bruxelles sont convenus jeudi de lutter contre l’immigration irrégulière, une « avancée » sur un dossier qui a souvent envenimé leurs relations. Dans un « plan d’action » jusqu’en 2017, les participants à ce 4e sommet UE-Afrique « s’engagent à lutter contre l’immigration illégale en promouvant une coopération efficace et complète pour éviter les conséquences dramatiques de la migration illégale et protéger la vie des migrants ». « Il s’agit d’une véritable avancée, d’une déclaration très importante », s’est félicité le président du Conseil européen Herman Van Rompuy. Le dernier sommet UE-Afrique, tenu en 2010 en Libye, avait buté sur la question des migrations, face au peu d’empressement de l’Afrique à verrouiller ses frontières.

Ils s’engagent aussi à « consolider les efforts de lutte contre la traite des êtres humains » et à « renforcer la protection internationale de demandeurs d’asile et de personnes déplacées à l’intérieur d’un même pays ». En contrepartie de ces efforts réclamés surtout à la partie africaine, le plan d’action prévoit « de renforcer le lien entre le développement et les migrations ». Concrètement, les Européens ont promis d’intensifier « les efforts visant à réduire les coûts des envois de fonds » par les émigrés à leurs pays d’origine, et de « promouvoir les migrations légales et la mobilité ».

Cet accord « doit permettre d’éviter des tragédies comme celles de Lampedusa », l’île italienne au large de laquelle des centaines de migrants se sont noyés en octobre 2013, a relevé Herman Van Rompuy. La réorientation par l’UE de son aide au développement en faveur de la formation et de l’emploi des jeunes – 65 % de la population africaine a moins de 35 ans – va également dans le sens d’un frein aux flux migratoires. « Si nous nous concentrons sur la formation de nos populations, investissons sur elles, elles n’auront pas à venir via Lampedusa, elles viendront en avion et seront bien accueillies », a relevé la présidente de la Commission de l’Union africaine, Nkosazana Dlamini-Zuma, dans la conférence de presse de clôture du sommet.

Le Point

A Montreuil, Jean-Pierre Brard conteste le vote de roms et demande l’annulation du scrutin

L’ancien maire de Montreuil Jean-Pierre Brard, défait au deuxième tour des élections municipales, a déclaré vendredi 4 avril, avoir déposé un recours pour annuler le scrutin, contestant notamment le vote d’une centaine de Roms.

« Une quantité importante, 100 à 120 Roms, ont voté sur la base d’adresses qui ne le permettent pas: des sièges d’associations, des bureaux, des terrains ou des logements inhabités », a affirmé M. Brard, ancien communiste sans étiquette, lors d’une conférence de presse.

Pour la première fois cette année, les citoyens roumains et bulgares pouvaient voter aux élections municipales, en leur qualité de citoyens européens.

L’ancien édile de cette commune de Seine-Saint-Denis entre 1984 et 2008 espérait bien revenir aux affaires. Il a toutefois été distancé d’un peu moins de 500 voix par Patrice Bessac (FG), élu à l’issue du deuxième tour à 36,8% des voix avec le soutien des candidats Razzy Hammadi(PS) et Ibrahim Dufriche Soilihi (EELV).

France 3