Italie : un hôpital afro-musulman pour les Afro-musulmans ?

[extraits] Italie – Comment faire face aux complications de santé liées à des pratiques culturelles ?

200 personnes meurent chaque année à Rome et dans sa région des suites d’interventions chirurgicales pratiquées hors des établissements hospitaliers normaux.

Des femmes qui accouchent loin des structures adaptées parce que la religion interdit qu’elles soient examinées par des hommes. Des fillettes qui meurent parce que les parents tiennent à tout prix à ce qu’elles soient excisées mais qui ne trouvent aucun médecin acceptant de commettre un tel « crime » [noter les guillemets ndlr].

Des chirurgiens qui rechignent même à la circoncision des enfants au nom de l’objection de conscience : toutes les personnes qui se sont retrouvées devant ce mur d’incompréhension [sic ndlr] s’en sont remises aux praticiens clandestins.

C’est pour contrer ce phénomène que l’AMSI, l’association italienne des médecins étrangers a fait une proposition choc, relevant d’une certaine volonté de « discrimination » positive :

Créer un hôpital où les barrières de langues et de coutumes ne seront pas un frein parce que les praticiens y seront des Africains ou des Asiatiques connaissant les coutumes.

Le Dr Jessica Faroni en est convaincue : beaucoup de morts pourraient être évitées si les malades étaient assurés de ne pas enfreindre l’interdit culturel et religieux quand la nécessité de se rendre dans une structure de santé se fait sentir.

D’où l’idée « d’aider les personnes qui ont de la difficulté à mener une vie en conformité avec leurs us et coutumes » quand ils se rendent à l’hôpital.

« Dans un hôpital géré par des médecins étrangers, les citoyens auront toutes les garanties scientifiques de la prestation sanitaire », affirme le Dr Faroni.

L’hôpital international INI sera inauguré dans quelques semaines. Les médecins sont des spécialistes originaires d’Asie et d’Afrique.

Les patients seront respectés dans leurs coutumes et leurs religions.

Lucien Mpama Adiac-Congo

 

Docteur Cuzin, urologue : « La circoncision reste une mutilation »

Béatrice Cuzin, urologue-andrologue-sexologue, exerce à la clinique de Saint-Germain-en-Laye. Spécialisée dans le domaine des mutilations sexuelles, elle a un avis bien tranché à propos de la circoncision rituelle.

[extraits] En consultation, j’ai déjà rencontré plusieurs jeunes hommes qui ont perçu la circoncision comme une mutilation. Beaucoup n’en gardent pas un bon souvenir. Ils ont le sentiment d’avoir subi un acte barbare.

Ces circoncisions rituelles sont-elles pratiquées par des médecins ? La plupart du temps, même si cela est interdit, oui. C’est interdit par la législation et la déontologie médicale.

La circoncision est la première dépense de la sécurité sociale au niveau de l’urologie. Cela représente environ 2 millions d’euros par an. Sur tous ces actes, il y a largement plus de circoncisions rituelles. Mais cela se fait dans la clandestinité, donc nous ne disposons pas de chiffres officiels.

La circoncision reste une mutilation des organes sexuels.

Nouvelles.fr

Circoncision : débats houleux au Conseil de l’Europe

(extraits choisis) L’adoption en octobre par l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe d’une résolution qualifiant la circoncision d’acte de « coercition et de violation des droits de l’enfant » avait provoqué un émoi considérable au sein des communautés juives et musulmanes. (…) Un débat instamment demandé a donc été ouvert le mardi 28 janvier à l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe

(…) Selon l’American Academy of Pediatrics « un urologue pédiatrique passe 20 % de son temps à réparer des enfants qui ont été circoncis ».

(…) Un praticien américain a affirmé que la circoncision pouvait constituer un traumatisme ayant des répercussions à l’âge adulte.

(…) Le pédiatre allemand Wolfram Hartmann (président de la Fédération allemande des pédiatres) a déclaré :

« les jeunes garçons ont le même droit à la protection de leur intégrité physique que les jeunes filles. Un enfant n’est pas un objet, ni pour ses parents, ni pour une communauté religieuse »

(…) Les mots d’antisémitisme ou de racisme ont fusé.

Le grand rabbin de Strasbourg René Gutman s’est fait grave en déclarant que « pour la première fois depuis la Shoah, nous nous interrogeons sur notre avenir au sein de l’Europe ».

Journal international de médecine

Pourquoi la circoncision pose problème à l’Europe

Mardi, le Conseil de l’Europe a organisé une audition publique sur la circoncision, pratique qui divise depuis plusieurs mois les pays membres. Partisans de la liberté religieuse et défenseurs des droits de l’enfant s’opposent depuis de longs mois sur cette pratique…

Une disparition qui poserait cependant un «problème théologique pour le judaïsme, car celui qui n’est pas circoncis ne peut pas être juif», rappelle Patrick Banon (chercheur associé à la chaire Management & Diversité de l’université Paris-Dauphine).

En juin 2012, un tribunal allemand l’a ainsi jugé illégale sur les jeunes enfants pour des raisons religieuses, et le 1er octobre dernier, l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE) a adopté la résolution 1952 la classant parmi les «violations de l’intégrité physique des enfants». Cette décision, qui n’a pas valeur d’oblgation pour les Etats membres, avait soulevé un tollé au sein des communautés juives et musulmanes, qui jugeaient qu’elle représentait une atteinte à la liberté religieuse. […]

Pour Nicolas Maubert, fondateur du mouvement Droit au corps, qui lutte contre la circoncision infantile, il s’agit simplement d’assurer à tous les enfants leur intégrité physique. «Comment peut-on aujourd’hui justifier légalement qu’on puisse couper le sexe d’un enfant ? », s’exclame-t-il. «Qu’un adulte le fasse, cela ne pose pas de problème : chacun est libre de faire ce qu’il veut avec son propre corps. Mais cela en devient un quand on prend la décision pour autrui, pour un enfant qui ne peut pas dire non.»

Linda Weil-Curiel, avocate au barreau de Paris et animatrice à la Commission pour l’abolition des mutilations sexuelles (Cams) souligne que cette «atteinte au corps des enfants n’est pas une obligation dans l’Islam, mais une pratique traditionnelle. Ces traditions peuvent disparaître sans altérer pour autant le sentiment d’appartenance religieuse ou identitaire».

Nicolas Maubert espère pour sa part que la résolution du Conseil de l’Europe tiendra, et que le débat incitera les Etats membres à la réflexion, voire à interdire la circoncision infantile. […]

Pour l’heure, c’est plutôt la légalisation qui gagne du terrain : en octobre 2012, l’Allemagne a voté une loi protégeant le droit de circoncire les enfants, pourvu que l’opération soit effectuée de la manière la moins douloureuse possible pour l’enfant et avec le consentement éclairé des parents.

20 minutes

Selon le Crif, «un journal norvégien publie la caricature antisémite d’une circoncision»

Un quotidien norvégien a publié une caricature décrivant ce qui peut être interprété comme un dessin de Juifs torturant un bébé au cours d’une circoncision. La caricature a été publiée mardi 28 mai 2013 dans le journal Dagbladet.

On y voit des policiers regardant un homme barbu portant un chapeau noir et un manteau noir, poignardant un bébé ruisselant de sang avec un trident tout en tenant un livre.

Un autre homme invisible est en train de hacher le pied du bébé avec un outil et une femme portant un chemisier à manches longues et un chapeau présente aux officiers de police un autre livre entaché de sang en leur disant:

« Maltraitance? Non, il s’agit d’une tradition essentielle dans notre foi ». Les officiers de la police « S’excusent pour avoir dérangé ».

Le rabbin Abraham Copper, du Centre Shimon Wiesenthal, a dit que la caricature était « tellement antisémite et destructrice qu’Hitler et Himmler en versaient des larmes de joie ». Manfred Gerstenfeld, chercheur sur l’antisémitisme et l’ex- président du Centre de Jérusalem pour les Affaires publiques et nationales, a dit : « On ne peut ne pas voir cette caricature séparément de cent ans de diffamation dans les cercles chrétiens tentant d’établir un lien entre les mauvais traitements rituels de sang et la foi juive ».

Crif

Complément : extrait du documentaire à charge « Silence on coupe ». En savoir plus ici

Vingt-trois garçons sud-africains morts lors de circoncisions traditionnelles

Vingt-trois garçons sud-africains sont morts cette semaine lors de circoncisions traditionnelles, rite qui marque le passage à l’âge adulte.

Les rites d’initiation, courants chez les Xhosas, les Sothos et les Ndébélés, ont fait des centaines de morts ces dernières années en Afrique du Sud.

Le gouvernement sud-africain a présenté ses condoléances aux familles des victimes, encourageant les parties prenantes à améliorer les conditions d’hygiène et de sécurité.

direct.cd

France : «L’identité collective et nationale du fait juif» menacée ?

Intervention de Dov Maimon, chercheur au au Jewish People Policy Institute (Jérusalem), lors de la Convention du CRIF, dimanche 13 janvier 2013. Il s’inquiète de l’avenir de la «communauté juive» en France et de ses pratiques religieuses (circoncision, viande casher…).

Fondamentalement, nous sommes confrontés à un lent processus d’exclusion du fait juif en tant qu’identité collective et nationale.

Le constat sans complaisance que je souhaite partager avec vous aujourd’hui, reprend dans ses grandes lignes le compte rendu que j’ai présenté au gouvernement israélien, puis à la Knesset, au congrès des ambassadeurs israéliens, à l’Agence Juive et, enfin, aux dirigeants juifs américains, rencontrés au cours de l’automne dernier. […]

D’emblée, j’aimerais souligner qu’en dépit de l’évidente bonne volonté des pouvoirs publics, et malgré leurs efforts visant à assurer la continuité de la vie juive – l’espace français n’est pas propice au développement d’un judaïsme «à l’aise dans ses baskets».[…]

À défaut d’une décision politique courageuse, le scénario pour les juifs de France sera probablement le suivant : 10% se relocaliseront vers Israël et l’Amérique du Nord; 10-20%, du moins ceux qui en ont les moyens, se replieront dans des quartiers «à eux» - comme cela se passe d’ores et déjà au Mexique, au Venezuela ou encore au Brésil. […]

Les Juifs de France vivent à l’heure de la suspicion, et n’affichent pas aisément leur identité, ni leurs sentiments par rapport à Israël, afin, disent-ils de ne pas «susciter le malaise autour d’eux». […]

Concrètement, les pouvoirs publics peuvent intervenir sur plusieurs plans essentiels. Pour illustrer mon propos, j’en citerai aujourd’hui deux :

1.Veiller à ce que les juifs qui le désirent puissent pratiquer leur culte. Cela passe par des mesures fortes au titre desquels il y aurait à protéger légalement les pratiques de la circoncision, de l’abattage rituel, mais aussi trouver des solutions pour que les juifs pratiquants puissent sortir de leurs immeubles le samedi, et adapter le calendrier des examens publics pour leur permettre d’étudier librement dans les universités françaises, comme cela se fait déjà en Italie.

2. Soutenir les efforts de la communauté. Avant même de parler de discrimination positive, il s’agit d’aligner les conditions des différentes minorités culturelles. [...]

Le Crif

Algérie : opération humanitaire de « circoncision collective au profit des enfants défavorisés »

Le comité communal du Croissant rouge algérien organise, à l’occasion de la fête du « Mouloud », une opération de circoncision collective au profit des enfants défavorisés.

« Nous sommes actuellement en train de recueillir les dossiers. Nous ciblons prioritairement les enfants orphelins, mais si nos listes ne sont pas encombrées, nous essaierons de satisfaire toutes les demandes », nous a fait savoir un responsable du CRA d’Akbou.

Notre interlocuteur nous indiquera qu’en sus des tenues de circonstance, les enfants circoncis seront gratifiés de friandises et d’autres cadeaux.

Circoncision collective : cette opération humanitaire aura lieu le 24 janvier prochain en étroite collaboration avec les responsables de l’établissement hospitalier.

L’opération humanitaire, qui aura lieu le 24 janvier prochain, se déroulera dans l’enceinte de l’hôpital d’Akbou, en étroite collaboration avec les responsables de cet établissement hospitalier. Une équipe de chirurgiens a, d’ores et déjà, donné son assentiment pour assurer, à titre gracieux, les interventions chirurgicales.

Source

Les députés allemands votent une loi autorisant la circoncision

Le Parlement allemand a voté à une large majorité une loi qui autorise la circoncision des enfants pour des motifs religieux. (…) Cette loi met fin à l’insécurité juridique dans laquelle se trouvaient les juifs et les musulmans d’Allemagne depuis une décision du tribunal de grande instance de Cologne (Nord-Ouest).

Le tribunal avait alors assimilé la circoncision religieuse à un acte passible de poursuites pénales, au nom du droit de l’enfant au respect de son intégrité physique. Des associations de défense de l’enfance et de pédiatres étaient aussi montées au créneau pour s’opposer à la circoncision non justifiée médicalement.

Source

Richard Prasquier : «Si on interdit la circoncision, les juifs quitteront l’Europe»

“Si la circoncision venait à être interdite en Europe, cela signifierait la fin d’une présence religieuse juive en Europe. Que l’on soit juif orthodoxe ou pas, toute atteinte à cette pratique religieuse signifiera que les juifs feront leurs valises et quitteront l’Europe”, a déclaré Richard Prasquier, président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) lors d’un séminaire sur la liberté religieuse en Europe organisé jeudi 29 novembre 2012 au Parlement européen à Bruxelles.  

Pour M.Prasquier les religions subissent aujourd’hui des attaques inattendues qui mettent en cause certaines de leurs pratiques, citant aussi l’abattage rituel des animaux.

“De ce point de vue l’Islam et le judaïsme qui ont beaucoup de pratiques communes sont mises en cause de façon analogue”, a ajouté M.Prasquier qui participait à un séminaire sur la liberté de religion, le racisme et l’antisémitisme en Europe, en compagnie de l’imam de Drancy, Hassen Chalgoumi.

“Il faut que l’arsenal legislatif de chacun des pays en Europe autorise l’abattage rituel pour des raisons religieuses, sinon il faut en tirer les conclusions et ells sont extrêmement graves en ce qui concerne la possibilité de preserver une diversité religieuse à l’intérieur de notre continent”, a-t-il ajouté, mentionnant la récente decision de la cour constitutionnelle de Pologne qui a statué qu’il n’y a aucun accord légal permettant cet abattage dans le pays en réponse à une demande de groupes de défense des animaux.

« Il faut savoir resister à ceux qui veulent entraîner un veritable combat contre des pratiques religieuses qui sont absolument indispensables »,

a souligné le president du CRIF qui a toutefois admis les critiques « légitimes » faites à certains aspects d’une religion quelle qu’elle soit « à condition qu’elles soient honnêtes et qu’elles ne blessent pas les gens qui la pratiquent ». (…)

CRIF

Médecine : la circoncision en question dans un congrès d’urologie

[extrait] « Sur le plan éthique, la circoncision pose des interrogations: on ne recueille pas le consentement de l’enfant et c’est un acte chirurgical sans but thérapeutique » explique le Dr Castagnola. Toutefois, « en France, la pratique de la circoncision rituelle est tolérée » d’un point de vue légal, souligne-t-il.

On ne recueille pas le consentement de l’enfant et c’est un acte chirurgical sans but thérapeutique

Le ministre de l’Intérieur Manuel Vals a réaffirmé dans le numéro d’octobre du magazine Information Juive qu’il était « hors de question de revenir sur (…) les pratiques traditionnelles » juives. « Le débat sur la «remise en cause» de la circoncision relève de la méconnaissance la plus totale de ce que sont l’identité et la culture juive. Une telle remise en cause est idiote et indigne », selon cette interview.

En Allemagne, Berlin a adopté en octobre un projet de loi pour encadrer la circoncision religieuse qui avait été remise en cause par une décision de justice. Un tribunal de Cologne avait estimé au début de l’été que la circoncision relevait de « coups et blessures aggravés » et qu’elle était donc passible de poursuites pénales.

Un tribunal de Cologne a estimé au début de l’été que la circoncision relevait de « coups et blessures aggravés » et qu’elle est passible de poursuites pénales.

source

Circoncision et halal : les habits universalistes de l’intolérance et du nationalisme

Dans notre vie publique, les dangers du communautarisme sont aisément soulignés, et avec la force de l’évidence : soumission des individus au groupe et à sa loi, domination masculine, risques de violence entre communautés, mise en cause de la démocratie, du droit, de la raison.

Les risques qui procèdent d’un nationalisme échevelé, d’extrême droite, justifient des inquiétudes du même type : fermeture du pays sur lui-même, appel à l’homogénéité et à la pureté du corps social, tentation du recours à la violence.

Communautarisme et nationalisme constituent les deux faces d’une même médaille, l’une minoritaire, l’autre majoritaire.

Réelle ou fantasmée, la menace, communautaire comme nationaliste, est généralement localisée du même côté dans les commentaires et analyses, située alors dans l’espace de la tradition et des valeurs particulières, en opposition au progrès et aux valeurs universelles.

Depuis près d’un demi-siècle, pourtant, nous nous interrogeons et apprenons à penser autrement la modernité en considérant les particularismes qui s’expriment dans la vie sociale, et qui ne sont pas tous nécessairement facteurs de communautarisme et de rejet des valeurs universelles.

Le multiculturalisme est apparu dans les années 60 comme une réponse possible à cet enjeu. (…)

Rue 89