Laurent Berger (CFDT) met Le Pen et Mélenchon dans le même sac

Successeur de François Chérèque (devenu inspecteur général des Affaires sociale et président de Terra Nova), Laurent Berger a peu goûté les critiques de Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon sur l’accord patronat-syndicats de la semaine dernière :

«Ils sont les seuls à avoir utilisé le mot guerre pour parler de l’accord social. Il y a une guerre civile en France? La guerre, c’est au Mali. Il faut faire attention à ce qu’on dit.»

Le JDD

François Chérèque devient le «Monsieur pauvreté» du gouvernement

Selon une information exclusive de La Croix, Jean-Marc Ayrault doit annoncer lundi 21 janvier, à l’occasion d’un Comité interministériel de lutte contre l’exclusion (Cile), qu’il confie à l’ancien secrétaire général de la CFDT la mission de suivre l’application du plan pauvreté du gouvernement, le plan pluriannuel contre l’exclusion qui, d’ici à 2017, devrait coûter pas moins de 2,5 milliards d’euros par an.

François Chérèque avait fait de l’indépendance vis-à-vis du pouvoir une marque forte de son mandat à la CFDT.

Une mission qu’il assumera dans le cadre de ses toutes nouvelles fonctions d’inspecteur général des affaires sociales (Igas). Un pas de plus dans la sphère politique pour celui qui, le 12 janvier, est devenu président du laboratoire d’idées Terra Nova, considéré comme proche du PS.

Durant la course à l’Élysée, le syndicaliste, fils de Jacques Chérèque, ex-numéro deux de la CFDT et ministre de Michel Rocard, avait même positionné son organisation comme «ni neutre ni partisane», à la différence de la CGT qui avait appelé à voter contre Nicolas Sarkozy. Aujourd’hui, il s’apprête à occuper un poste clé pour la gauche – même s’il n’entre pas au gouvernement. […]

Ces derniers jours, les transferts se sont multipliés, avec la nomination de Laurence Laigo, ex-lieutenant de François Chérèque à la CFDT, comme conseillère de la ministre Najat Vallaud-Belkacem, et de Nicole Notat, ex-patronne de la CFDT, comme chef de file du groupe de travail d’un groupe de travail pour les assises de l’entrepreneuriat, organisées par la ministre Fleur Pellerin.

La Croix

François Chérèque (CFDT) : «Nous devons accueillir les immigrés tunisiens»

Le secrétaire général de la CFDT François Chérèque a affirmé dimanche 1er mai sur Europe 1 que la France et l’Europe devaient accueillir «au moins provisoirement» les migrants tunisiens, ajoutant que ce n’était pas «une invasion».

Image de prévisualisation YouTube

Cessons de parler de la France dépassée par cette immigration-là, nous n’en sommes pas là.

François Chérèque a estimé que «dans un premier temps, le problème n’est pas de se demander si on a les moyens de leur donner du travail, mais d’être solidaires et de les accueillir».

«Nous nous devons de les accueillir, ne serait-ce que provisoirement, et quand je dis nous c’est la France et l’Europe», a répondu le leader de la CFDT, ajoutant: «quitte à débattre, à négocier pour le retour de ces personnes lorsqu’ils (les Tunisiens) auront choisi cet été un gouvernement élu démocratiquement».

Pour le responsable CFDT, «on ne doit pas agir tel qu’on le fait actuellement (…), ce n’est pas une invasion». François Chérèque estime aussi que «la France et l’Europe n’aident pas assez la Tunisie économiquement». […] «La France est un des pays d’Europe où il y a le moins d’immigration, les immigrations du travail sont des immigrations régulées et qui sont face à des emplois réels et pourvus», a-t-il poursuivi.

Nouvel Obs