Un religieux saoudien veut imposer la burqa pour les bébés

Un cheikh saoudien, le Cheikh Abdullah Daoud, a suggéré que toutes les petites filles devaient porter la burka pour les protéger des abus sexuels dès leur plus jeune âge, rapporte Al Arabiya.

L’interview télévisée au cours de laquelle il a fait cette déclaration sur la chaîne islamique al-Majd TV semble dater de la mi-2012, mais récemment, cette suggestion a suscité un regain d’intérêt sur les réseaux sociaux.

Le cheikh avait étayé sa proposition en citant des données statistiques concernant les agressions sexuelles de bébés filles, mais sans fournir les sources des chiffres qu’il avait mentionnés.

Sur la toile, ses propositions ont rencontré une opposition très vive de la part de ses compatriotes saoudiens. (…)

Express.be

Conférence sur la tolérance en islam – bilan : un cheikh à l’hopital (vidéo)

Tunisie : son intitulé était très prometteur, et son seul énoncé insufflait une véritable hauteur de vue, mais c’était sans compter l’irruption d’un extrémiste qui a fait basculer la conférence « Tolérance en islam », organisée à Kairouan, le 5 août dernier, dans la violence propre à l’intolérance bassement humaine.

Dans la chronologie des faits, c’est l’écrivain Youssef Seddik, connu pour sa lecture rationaliste des textes de l’Islam, qui a d’abord eu maille à partir avec certaines personnes du public exigeant son départ.

Une exigence immédiatement condamnée par le cheikh Abdelfattah Mourou, autre invité de marque de la soirée, qui n’est autre que le cofondateur du mouvement Ennahda, lequel a désapprouvé cette attitude d’une partie de l’auditoire en expliquant qu’elle était en contradiction avec le thème même de la conférence.

A ces mots, Mohamed Thameur Wahada, intégriste notoire, a violemment frappé le Cheikh au front avec un verre, celui-ci se retrouvant le visage ensanglanté (voir photo ci-dessus).

« Le cheikh s’est évanoui sur le coup et a été transporté en urgence à l’hôpital. Quant à Youssef Seddik, il a dû quitter les lieux en catastrophe sous la protection des organisateurs », relate le magazine Kapitalis.

Mohamed Thameur Wahada, l’agresseur récidiviste, a la quarantaine et fut déjà condamné en 2007 pour appel à la violence. Quelle était donc sa récrimination qui ne pouvait souffrir aucune discussion ? Ce dernier ne pouvait tolérer la présence de  l’écrivain Youssef Seddik, l’accusant d’avoir offensé la mémoire de Aïcha, l’épouse du prophète (saws). (…)

Oumma

Bruxelles: jugés pour un exorcisme fatal

Trois hommes et trois femmes sont jugés depuis lundi par la cour d’assises de Bruxelles pour avoir tué en 2004 une jeune femme d’origine marocaine en lui faisant subir des rites d’exorcisme afin de la rendre féconde.

Les six prévenus – deux exorcistes autoproclamés, le mari de la victime et trois « soeurs » membres d’une association musulmane radicale – devront répondre durant trois semaines de « tortures ayant entraîné la mort » et risquent de 20 à 30 ans de prison. (…)

Son mari a fini par avouer que sa jeune épouse subissait depuis plus d’un mois

des séances d’exorcisme selon le rite de la « roqya » et destinées à chasser de son corps les « Djinns » (mauvais esprits) qui « l’empêchaient de tomber enceinte ».

Ces rites étaient pratiqués dans l’appartement bruxellois du couple par Abdelkrim Aznagui, un Marocain autoproclamé « Cheikh » et son « disciple », le Belge converti à l’islam Xavier Meert, avec l’assistance du mari et des trois « soeurs » musulmanes de la victime.

Pendant cette période, la jeune musulmane a ingurgité des dizaines de litres d’eau « sainte ». Elle ne mangeait plus que deux cuillères de yaourt par jour et portait en permanence un casque diffusant des versets du Coran. 

Pour « faire sortir les Djinns », les exorcistes lui introduisaient également les doigts dans la gorge, la plongeaient dans des bains d’eau très chaude et la frappaient d’un bâton couvert d’extraits du Coran. (…)

Le Figaro