Rodez : « Une convention » pour lutter contre les vols de métaux

Le cours des métaux a fait un bond ces dernières années, notamment sous la pression de la Chine, grosse consommatrice de cuivre. Du coup, les vols se multiplient sur les chantiers, et une convention a d’ailleurs été passée au niveau national, en 2008, entre le ministère de l’Intérieur et les représentants du BTP.[...]

Car, même si le phénomène n’a pas pris une importance démesurée dans le département, cette signature, qui se place sous l’angle de la prévention, arrive en quelque sorte à point nommé après le vol de cuivre qui a récemment été constaté sur l’aire des gens du voyage, à Millau. Depuis le premier janvier dernier, ce sont, en tout, vingt et un vols qui ont été enregistrés (métaux, mais aussi carburant ou engins de chantier), soit un tiers de plus par rapport à la même période en 2010. Il est à remarquer que quinze de vols ont eu lieu sans effraction. Ce qui fait dire à la préfète que, dans le département,

il faut lutter contre le sentiment de sécurité ».[...]

Il leur appartiendra de conseiller les représentants des entreprises concernées, celles-ci pouvant signaler systématiquement les chantiers prévus, grâce à des “fiches navette”. La fédération du bâtiment, de son côté, incitera à prendre en compte la sécurité des chantiers, ainsi qu’à l’implantation des systèmes de géolocalisation sur les engins susceptibles d’être volés.[...]

Le Midi Libre

Oise : une carte professionnelle BTP pour lutter contre le travail au noir

Afin de lutter contre le travail au noir, une carte professionnelle pour les salariés du secteur du bâtiment a été créée. Depuis un chantier, les contrôleurs pourront interroger un serveur vocal et vérifier immédiatement sa validité.

Bannir les ouvriers clandestins des chantiers et mettre les entrepreneurs véreux à l’amende. Voilà le pari lancé par l’Etat aux acteurs du bâtiment et des travaux publics. Pour relever le défi, la Fédération française du bâtiment (FFB) a choisi d’étoffer son arsenal. Hier, à l’occasion d’une visite du préfet sur un chantier de Beauvais, Claude Michaux, président de la FFB de l’Oise, a dévoilé la nouvelle carte BTP.

Sorte de carte d’identité professionnelle, celle-ci devrait permettre aux organismes de contrôles (Urssaf, inspection du travail, gendarmerie) de traquer plus efficacement les salariés en situation irrégulière. (…)

« En 2009 déjà, nous avons relevé 342 salariés non déclarés ou suspectés d’être en situation irrégulière, contre 94 en 2008, signale l’Urssaf de l’Oise. Cette tendance ne veut pas dire que les travailleurs illégaux sont plus nombreux. Elle témoigne juste d’une plus grande intensité des contrôles. »

Suite

« Modernisation » de l’État : rupture ou révolution culturelle à la chinoise ?

La réforme de l’État constitue l’un des axes de la présidence de Nicolas Sarkozy. Elle est activement conduite par l’Élysée sous le nom de code RGPP : Révision générale des politiques publiques. La méthode est simple : on change tout, on lance tous les chantiers en même temps. C’est la rupture, pilotée par les grands corps de l’État, qui se placent par la même occasion hors de portée du séisme qu’ils provoquent chez les autres.

Le bouleversement est en effet considérable : fusion progressive des grands corps techniques et des services déconcentrés de l’État, fusion des services d’assiette et de recouvrement de l’impôt, modifications statutaires tous azimuts, externalisations, réforme des concours administratifs « pour plus de diversité, » suppressions d’emplois, recrutements de contractuels à tous les niveaux etc.…

Certaines réformes, prises isolément, sont parfois bienvenues. Mais leurs bénéfices sont dilapidés par la dynamique d’ensemble de « la réforme de l’État » : car le parti pris de tout changer en même temps, crée le chaos. La RGPP ne débouche pas sur l’efficience mais sur une gabegie contagieuse.

Le tout, conduit à un rythme d’enfer : les audits, les réformes, les réorganisations se succèdent. De quoi faire apparaître la révolution culturelle chinoise comme une paisible transformation.

Suite et commentaires sur Fortune