Chennevières (94) : Un chauffeur agressé au Bois-l’Abbé, son bus incendié (Màj vidéo)

Addendum du 31/12/2013

Un bus articulé de la ligne 208 a été incendié ce dimanche soir dans le quartier du Bois-l’Abbé, en lisière de Chennevières et de Champigny.

Trois malfaiteurs auraient mis le feu au véhicule, au niveau de la villa Normandie, peu après 20 heures. Ils ont également roué de coups le chauffeur du bus, qui souffre de diverses blessures dont des brûlures aux jambes. Son pronostic vital n’est toutefois pas engagé. (…) L’ambiance n’était pas particulièrement tendue, ce dimanche soir, dans ce quartier réputé sensible.

(…) Le Parisien

France Culture nous invite à admirer l’architecture en banlieue (vidéo)

Philippe Trétiack, spécialiste d’architecture, journaliste à ELLE et chroniqueur sur France Culture, nous suggère d’aller voir des réalisations d’architecte à Champigny-sur-Marne, tout en nous prévenant des risques inhérents à cette exploration…

(Toutes les images et vidéos d’illustration proviennent de la cité en question).

Champigny (94). Un enfant de 3 ans grièvement blessé par un chauffard

Un automobiliste est activement recherché après avoir renversé, samedi soir, un petit garçon qui se trouvait avec sa mère sur un passage piétons à Champigny. Un drame qui survient après une série d’accidents tragiques provoqués par des chauffards.

La série noire continue. Entre lassitude et colère, les habitants de Champigny-sur-Marne désignent du doigt le passage piétons où un garçon de 3 ans a été renversé par un chauffard samedi soir. L’enfant, grièvement blessé, a été conduit à l’hôpital, mais ses jours ne sont désormais plus en danger. Vers 18h40, alors qu’il traversait ce passage protégé en compagnie de sa mère, enceinte de cinq mois, le petit garçon a été fauché par une camionnette. Après le choc, le conducteur du véhicule est d’abord sorti, mais n’est pas resté auprès de sa victime. (…)

Le Parisien

Tirs de mortiers/pétards contre la police à Champigny (94) et Paris

Plusieurs individus ont été interpellés dans la nuit de mardi à mercredi, à Charmpigny-sur-Marne et à Paris, après avoir visé la police avec des tirs de mortiers. Une fillette a été blessée à Bondy (Seine-Saint-Denis).

Deux personnes ont été interpellées vers 0h50 dans la nuit de mardi à mercredi après avoir jeté des pétards sur des policiers et pour « provocation à un attroupement armé » à Paris, dans le XXe arrondissement [...]

D’autres faits le même soir
Mardi soir, vers 23 heures, le commissariat de Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne) a également été la cible de deux tirs de mortier, dont deux impacts sont visibles sur la façade. La brigade anticriminalité a interpellé sur place deux hommes après avoir essuyé des tirs.

Un peu plus tôt à Bondy (Seine-Saint-Denis), vers 22h45, une fillette de 11 ans a été atteinte à la carotide par un tir de mortier provenant de la rue alors qu’elle se trouvait à la fenêtre de sa chambre, au cinquième étage d’un immeuble.

Metro-France

(NDLR: Le commissariat de Champigny déjà attaqué en 2011 – vidéo BFM)

Image de prévisualisation YouTube

Champigny (94) : Le commissariat de la cité encore sous tension

Placé sous haute surveillance hier soir à la suite d’énièmes échauffourées, le commissariat du Bois-l’Abbé entretient des relations compliquées avec les habitants du quartier.

Dans le ciel, un hélicoptère patrouille; au sol, des CRS en tenue de maintien de l’ordre sont postés à l’entrée de quelques immeubles. L’ambiance restait tendue hier soir dans le quartier du Bois-l’Abbé, au lendemain des affrontements qui ont eu lieu autour du commissariat niché au cœur de la cité. Mardi soir, les forces de l’ordre ont essuyé des jets de projectiles et d’un cocktail Molotov, qui ne s’est pas embrasé.

Selon la préfecture du Val-de-Marne, les heurts se sont déclenchés après la découverte d’engins incendiaires en préparation. Alors qu’ils couraient derrière un petit groupe, « les policiers ont été attaqués par des jeunes plus ou moins par désœuvrement, explique-t-on au cabinet du préfet. Ils ont jeté des pierres et des choses ramassées par terre. Ils ont également lancé un des cocktails Molotov, qui n’a pas explosé ».

Moussa*, 22 ans, a assisté à l’incident entre jeunes et policiers : « Des gars de 11-12 ans ont balancé des cailloux sur le commissariat. De 40 à 50 flics les ont coursés dans le quartier. » (…)

Situé en plein milieu d’un quartier de près de 10 000 habitants, connu pour être une plaque tournante de la drogue en Ile-de-France, le commissariat est régulièrement la cible d’escarmouches. En juillet dernier, le poste de police avait été visé pendant deux nuits. Cinq cocktails incendiaires, des pétards et des feux d’artifice avaient été lancés en direction du parking. Cette proximité, unique dans le département, entre la police et les jeunes, crée des tensions, comme en témoignent habitants et syndicats (…)

* Les prénoms ont été changés.

Le Parisien

Champigny-sur-Marne (94) : Leur casier judiciaire va redevenir vierge

A l’initiative d’une association de la ville, des jeunes sont venus rencontrer hier soir une juriste pour savoir comment effacer leur casier judiciaire.

Installée dans le hall de la maison pour tous du Bois-l’Abbé à Champigny, Soumicha, la juriste de l’association Agence Initiatives Cités répond inlassablement aux questions des jeunes du quartier. Si les jeunes savent qu’un éventuel casier judiciaire peut les bloquer dans leur avenir professionnel, rares sont ceux qui ont conscience qu’ils ont la possibilité d’effacer leurs « bêtises de jeunesse ».

« Ce soir, l’objectif de cette rencontre défichage est de faire prendre conscience aux jeunes que cela n’est pas irrémédiable, mais qu’il faut s’y prendre suffisamment tôt pour qu’ils ne soient pas bloqués lorsqu’ils vont postuler pour une formation ou pour un emploi. » Et les jeunes se succèdent. (…)

« Dans le secteur, toutes les familles sont contaminées par ces problèmes avec la police, constate Saliou Dia, directeur de l’association, mais maintenant, les jeunes se prennent en charge, ils osent venir pour évoquer leurs difficultés. Aujourd’hui, un tabou est tombé. » Autour de la table, les jeunes n’hésitent pas. Les uns après les autres, ils viennent s’inscrire pour rencontrer la juriste. (…)

Le Parisien

Champigny-sur-Marne (94) : 150 kg de drogue et 25 000 € saisis, quinze interpellations

Les policiers de la Sûreté territoriale du Val-de-Marne ont interpellé, dimanche matin, quinze personnes soupçonnées d’appartenir à un vaste réseau de trafiquants de drogue à Champigny-sur-Marne. Les enquêteurs qui agissaient sur commission rogatoire d’un juge d’instruction de Créteil ont saisi 133 kilos de résine de cannabis ainsi que 13 kilos d’herbe de cannabis.

Au cours des perquisitions de plusieurs appartements des suspects, ils ont également retrouvé 25 000 € en argent liquide avant de mettre la main sur trois véhicules de grosses cylindrées, signalés volés. Neuf membres présumés de ce réseau qui agissaient sur la cité des Boullereaux à Champigny ont été placés en garde à vue. Les investigations se poursuivent.

Le Parisien

Champigny : un boucher veut résister au racket

A deux reprises, dimanche, des jeunes ont agressé Kamal, boucher de l’avenue de la République à Champigny (Val-de-Marne) et saccagé sa boutique. Le message est clair : «Si tu payes pas, t’es un homme mort.»

« Ils m’ont dit qu’ils n’avaient pas peur de la loi, que de toute façon, la loi c’était eux qui la faisaient »

«Je ne me laisserai pas faire. Tout ce que je demande, c’est qu’on me laisse travailler honnêtement. Chaque jour, je me bats pour m’en sortir, pour payer mes impôts et mes factures. Les huissiers m’envoient sans arrêt des courriers et aujourd’hui, on vient me racketter. »

Dimanche, à deux reprises, des jeunes ont fait irruption dans sa boutique pour lui extorquer de l’argent. «La première fois, vers 17 heures, ils étaient deux, âgés d’une vingtaine d’années. Ils m’ont menacé et m’ont dit : « Tu payes ton billet et tu travailles, sinon tu travailles pas ! » Je leur ai répondu qu’il était hors de question que je paye. Ils sont repartis en me menaçant.» Deux heures plus tard, trois autres jeunes, un peu plus âgés, surgissent à leur tour.

Suite sur Le Parisien

Insécurité : le gratin de la police se déplace à Champigny (94)

Une dizaine de hauts fonctionnaires se sont déplacés hier après-midi à Champigny (Val-de-Marne) pour rencontrer les habitants excédés par les problèmes de délinquance. Parmi eux, Christian Lambert, directeur de cabinet du préfet de police de Paris et futur préfet de Seine-Saint-Denis.

Confronté à 200 habitants venus vider leur détresse face à une délinquance de plus en plus présente dans leurs cités, Christian Lambert est venu réaffirmer la détermination des autorités de police. Il a affirmé, hier en mairie de Champigny : «Nous ne céderons pas de terrain aux délinquants!».

Pour en assurer la municipalité et la population, il s’était entouré d’une dizaine de hauts fonctionnaires de la police, directeurs, sous-directeurs qui, chacun, ont précisé la mission de leurs services respectifs. «Votre commissariat n’est plus isolé, a insisté le préfet Lambert, à tout moment, il peut profiter de l’appui d’effectifs départementaux mais aussi de fonctionnaires de la direction de la sécurité publique de l’agglomération parisienne (DSPAP). »

Suite

Violences scolaires : le ras-le-bol des enseignants du Val-de-Marne

Agressions, intrusions, insultes, menaces… Les violences se multiplient dans les collèges et les lycées du département. Hier, un jeune lycéen s’est fait violemment passer à tabac au lycée Adolphe-Chérioux de Vitry-sur-Seine. Dans le même temps, des profs de Champigny ont exercé leur droit de retrait après avoir été menacés par des parents, lundi soir.

Il y a trois semaines, c’est un lycéen du Kremlin-Bicêtre qui était mortellement poignardé dans l’enceinte de son établissement. Des événements marquants parmi d’autres, qui s’inscrivent dans un climat de tension grandissante depuis le début de l’année et qui posent la question de la sécurité des personnels et des élèves dans les établissements.

Suite : Le Parisien