Remaniement du gouvernement : Taubira reste Garde des Sceaux (màj)

Addendum 02/04/14

La liste du gouvernement Valls

  • Benoit Hamon : Éducation
  • Ségolène Royal : écologie et énergie
  • Bernard Cazeneuve : Intérieur
  • Stéphane Le Foll : Agriculture et porte-parole du gouvernement
  • Jean-Yves Le Drian : Défense
  • Laurent Fabius : Affaires étrangères
  • Arnaud Montebourg : Économie finance, redressement productif et numérique
  • Najat Vallaud-Belkacem : droits des femmes ville jeunesse et sport
  • Michel Sapin : Finances
  • François Rebsamen : Travail, emploi et dialogue social
  • Marisol Touraine : Affaires sociales
  • Marylise Lebranchu : décentralisation, réforme de l’État et de la fonction publique
  • Aurélie Philippetti : culture et communication
  • Christiane Taubira : Justice
  • Sylivia Pinel : Logement
  • George Pau-Langevin : Outremer

Le Figaro

Lire la suite

Regroupement familial : Duflot, Placé, Canfin s’opposent radicalement à Valls. «Pas de débat» pour Hollande. Démenti de Valls (MàJ N°3).

Addendum 21/08/13

Manuel Valls, critiqué au sein même du gouvernement, a réfuté aujourd’hui avoir l’intention de remettre en cause le regroupement familial, jugeant que ses propos sur le sujet avaient été déformés.

«Le débat doit être apaisé, il ne s’agit pas de remettre en cause le regroupement familial, on déforme mes propos», a dit à la presse le ministre à son arrivée à Aurillac où il doit assister au festival des arts de rue.

Le Figaro

Pour Hollande, pas de «débat» sur le regroupement familial

Relancée à plusieurs reprises sur les attaques des membres du gouvernement écologistes contre leur collègue de l’Intérieur, la porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, a fini par lancer : «Je vous confirme que le président de la République a estimé que la politique migratoire et le regroupement familial ne faisaient pas partie des débats de cette rentrée».

Quelques instants auparavant, elle avait assuré que «le président de la République n’a pas évoqué le débat autour du regroupement familial, pour une raison simple c’est qu’il n’y a pas de débat autour du regroupement familial».

Le Figaro

Après ses récents propos sur la réforme pénale et le regroupement familial, le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls est durement critiqué à gauche.

Jean-Vincent Placé, sénateur EELV : « Manuel Valls a mis beaucoup de désordre depuis dix jours avec la polémique avec Christiane Taubira», la ministre de la Justice, à propos du projet de réforme pénale, a-t-il ajouté. Il a évoqué la «nécessité absolue de supprimer les peines planchers» instaurées pendant le quinquennat de Nicolas Sarkozy, se mettant du côté de Christiane Taubira.

Il s’est aussi fermement opposé à toute remise en cause du regroupement familial, alors que le ministre de l’Intérieur Manuel Valls a indiqué la veille que la question pourrait être posée à l’avenir en raison de l’augmentation de la population africaine.

Le Figaro

Pascal Canfin, ministre délégué au Développement : «J’ai été surpris par la sortie de Manuel Valls sur la politique migratoire lundi lors du séminaire de rentrée. Pour quelqu’un qui veut incarner l’ordre, c’est lui qui déclenche le désordre. Sur le fond, le regroupement familial est un droit internationalement reconnu. En France, il concerne 15.000 personnes par an. J’ai du mal à croire que c’est un des principaux problèmes de la France, aujourd’hui comme dans 10 ans. »

Le JDD

Cécile Duflot s’oppose radicalement aux prises de position de Manuel Valls. Dans un entretien à Libération publié mercredi, la ministre du Logement et de l’égalité des territoires estime que la question du regroupement familial, dont Manuel Valls a jugé mardi qu’elle « peut être posée », « ne se pose même pas: le droit à vivre en famille ne souffre pas d’exception. Il est garanti par l’article 8 de la convention européenne des droits de l’Homme ». [...]

Hebergeur d'image

TF1 News

______________________________

[...] Interrogés mardi matin sur la proposition de Manuel Valls, les ministres cachaient mal leur gêne.

Hebergeur d'image

La porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, a prétendu sur i-Télé ne pas avoir «entendu» Manuel Valls évoquer la question du regroupement familial lors du séminaire. Sur France 2, la ministre de la Santé, Marisol Touraine, a pris toutes les précautions d’usage, précisant que chaque membre du gouvernement avait «présenté des orientations en fonction de son propre champ de compétences». Ce qui ne l’empêche pas de se désolidariser de la position du ministre de l’Intérieur :

«Pour ma part, je ne crois pas que la mise en cause du regroupement familial soit une manière de faire vivre notre cadre républicain», assure-t-elle.

Manuel Valls, lui, est furieux contre ses collègues du gouvernement qui ont fait «fuiter» ses propos à la presse. [...]

Lors du séminaire de rentrée, Manuel Valls a également évoqué la question de l’islam. A Libération, le ministre explique s’être «appuyé» sur les déclarations de François Hollande à Tunis pour affirmer que la France allait, dans les années à venir, «faire la démonstration que l’islam est compatible avec la démocratie». Or dans son fameux discours, le chef de l’État avait été plus catégorique: «La France sait que l’islam et la démocratie sont compatibles.»

Le Figaro

________________________________

Au micro de Jean-Jacques Bourdin, gêné, Manuel Valls admet être inquiet de la poussée démographique africaine et envisagerait de supprimer le regroupement familial.

Paris : M.B., SDF, clandestin et ancien journaliste algérien attend un logement

Article de 20 minutes sur M. B., SDF, clandestin et ancien journaliste algérien, qui attend depuis seize ans un logement à Paris. Il est hébergé depuis dix mois au centre d’urgence Mouzaïa (19e) géré par l’Armée du salut.

Récemment, après une visite de la ministre dans son centre, le cabinet de Cécile Duflot a transmis son dossier au ministère de l’Intérieur.

«J’y suis arrivé cassé moralement. Petit à petit, je me refais une santé. Ici, c’est un centre 4 étoiles, même si ça se détériore, car nous sommes passés de 40 à 140 résidents en quelques mois», résume cet homme de 79 ans, la larme à l’œil en évoquant ses années d’études à la Sorbonne et sa chambre de bonne rue des Ecoles.

Après l’indépendance de l’Algérie, M. B. retourne dans son pays. Journaliste, il travaille pendant des décennies pour différentes publications, fonde une famille avant de fuir la guerre civile vers la France. Aujourd’hui, il a conservé le récépissé de sa demande de carte de séjour daté du 9 septembre 1997. Sa demande d’asile ayant été refusée, il commence une vie errante, passant des nuits dans le centre de la rue Richard-Lenoir (11e), ancien dépôt mortuaire. […]

«J’espère trouver une solution pérenne pour mon logement, puis mes papiers. Et peut-être rentrer en Algérie la tête haute. Même si j’ai un épais verni de culture occidentale, j’ai un cœur de berbère, fier», résume ce père de deux filles, «qui pensent que je mène une vie d’opulence ici».

20 minutes

Réquisition de logements de Cécile Duflot : Un bilan «peu convaincant

La ministre du Logement Cécile Duflot tire un bilan peu convaincant des réquisitions de logements et de bureaux vides pour remédier à la pénurie immobilière.

Il reste que ce dispositif a effrayé les institutionnels (Axa, Allianz…) propriétaires de grands parcs immobiliers. Et ne leur a pas donné envie d’investir dans le logement.

Fin octobre 2012, Cécile Duflot, la ministre du Logement, avait évoqué la possibilité de procéder à des réquisitions de logements et de bureaux vides. Un instrument efficace, selon elle, pour lutter contre la pénurie de logements. Six mois plus tard, le premier bilan qu’elle tire de cette action n’est pas convaincant. (…)

Le Figaro

Convention-Logement EELV : les « mal-logés en colère » attendent Cécile Duflot (vidéo)

Paris, le 30 mars 2012 – Evacués par la police d’une annexe du Ministère du Logement quelques jours auparavant, les mal-logés reviennent interpeller Mme Duflot et les élus d’EELV Paris qui organisent une convention « ouverte à tous  » sur le logement. Ouverte à tous sauf aux mal-logés puisque l’entrée était barrée par un cordon de police.


Convention-Logement EELV : les mal-logés… par HLMPOURTOUS

Paris : Mais à qui appartient l’immeuble occupé par le DAL ?

Depuis le 29 décembre, l’association d’aide aux mal-logés occupe 2 000 mètres carrés laissés vide, en plein cœur de Paris, érigés en symbole de la spéculation aveugle passant par les paradis fiscaux. La réalité est moins exotique.

«On est dans le schéma classique. Quand on occupe un immeuble, il y a toujours un propriétaire qui se manifeste et qui joue le rôle de la pauvre famille prise au dépourvu ».(Christophe Driesbach du collectif Jeudi noir)

Le 7 janvier, les membres de l’association Droit au logement (DAL) et du collectif Jeudi noir, organisaient une petite visite pour la presse, une semaine après avoir investi les lieux où sont hébergés depuis quatorze familles et onze jeunes précaires. Réquisition citoyenne, clamaient les militants d’une seule voix […].

D’après les associations, ces 2 000 m2 seraient inoccupés depuis deux ans (donc réquisitionnables). Mieux, nous expliquait un militant de Jeudi noir le jour de la visite, «on est complètement dans le cliché du holding spéculant sur des bâtiments vides». […]

Seulement voilà. L’histoire n’est pas aussi caricaturale. […] Libération a pu joindre Ignacio Lasa, 50 ans, un Espagnol parlant français (il était scolarisé au lycée français de Madrid). «Nous n’avons rien d’une nébuleuse internationale, ni aucun lien avec un paradis fiscal», nous écrit-il, trop content de s’exprimer.

Il a monté une société immobilière avec son frère cadet comme associé et sa sœur médecin comme actionnaire. «Nous sommes un petit groupe familial, on a un chiffre d’affaires de 2 millions d’euros environ. Nous achetons des immeubles pour les louer. On en a quatre à Madrid. J’ai décidé d’investir en Europe. Comme je parle français, j’ai choisi Paris.» […]

Pour tenter de débloquer les choses, il a pris contact avec le cabinet de la ministre Cécile Duflot : «Ils étaient très embarrassés d’entendre notre histoire. La ministre ne nous a pas encore répondu, je lui laisse le bénéfice du doute. Elle subit une énorme pression médiatique dans cette affaire. Je respecte le combat contre le mal-logement, mais là les associations se sont trompé de cible.» […]

Libération

80 à 95% des chambres d’hôtels réquisitionnées pour les SDF sont destinées aux immigrés clandestins (MàJ vidéo)

Addendum 23/01 : Hébergement d’urgence à Metz :

« Lundi soir, sur 1 430 personnes hébergées, nous n’avions que 65 personnes de nationalité française, soit 4,5 % du public. »
Le Républicain lorrain

Addendum 21/01 : Maraude à Belfort : Hugo, Romuald, Alexandre… Le Pays

Autre maraude : Marcel, Jacques, Romuald…

Dunkerque : Vanessa et Marcel…

Lire la suite

Cécile Duflot, victime d’une série d’actes de vandalisme

La ministre du Logement a été victime de plusieurs dégradations sur sa voiture et dans sa maison dans le Val-de-Marne. Révélations. [...]

Hebergeur d'image

Dans la nuit du 18 au 19 octobre, quinze véhicules, dont celui de la ministre, ont subi des dégradations dans la rue où est située sa maison à Villeneuve-Saint-Georges. L’enquête a permis d’identifier une trace d’ADN sur une des voitures endommagées.

Rebelote, trois jours plus tard. Mais cette fois, seul le véhicule de la ministre est fracturé. Une plainte est de nouveau déposée par Cécile Duflot. Entre-temps, la ministre du Logement avait été victime d’une tentative d’intrusion dans son jardin. Des faits pour lesquels elle n’a pas souhaité donner suite. Enfin, le 11 décembre dernier, c’est l’ex-mari de la ministre, qui habite dans la même rue, qui a été victime d’un vol par effraction à son domicile. [...]

Selon nos informations, les enquêteurs n’écartent pas non plus l’hypothèse selon laquelle les faits pourraient viser sa relation avec Xavier Cantat, le frère de Bertrand, l’ancien leader de Noir Désir condamné pour l’homicide involontaire de l’actrice Marie Trintignant à Vilnius (Lituanie). [...]

Le Point

Merci à Zatch

Duflot à Valls : «Tue un ou deux manifestants pour montrer que tu es fort»

Les répliques sont si sèches qu’on peine à y croire. Le Journal du Dimanche, qui propose à ses lecteurs un passage en revue des ministres du gouvernement, révèle de graves tensions entre le ministre de l’Intérieur Manuel Valls et sa collègue en charge du Logement, Cécile Duflot.

Le JDD relate ainsi, sans les contextualiser, deux échanges récents prêtés aux deux membres du gouvernement. Le premier concerne le dossier du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, qui divise logiquement la ministre verte et le «premier flic» de France.  «Les forces de l’ordre sont à Notre-Dame des Landes» aurait annoncé Valls à Duflot, qui lui aurait répondu du tac-au-tac «Vas-y, tue un ou deux manifestants pour montrer que tu es fort». (…)

Le Parisien

Marine Le Pen : « Je suis pour la réquisition du château de Fontenay-lès-Briis, qui appartient à la CGT » (Radio Classique)

Radio Classique

Lors de son passage sur radio Classique et en réaction à la proposition de Cécile Duflot de réquisitionner les logements vacants de l’Église, Marine Le Pen a ironisé en demandant à la ministre d’avoir le courage de réquisitionner le patrimoine de la CGT que la cour des comptes a plusieurs fois dénoncé.

 

Duflot appelle l’UDI à soutenir le vote des étrangers

Ce matin, au micro de France Info, Cécile Duflot a appelé l’UDI à soutenir le texte sur le droit de vote des étrangers :  « je crois que sur certains sujets, le clivage politique n’est pas entre la droite et la gauche. Et le droit de vote des étrangers c’est typiquement un de ces sujets, a déclaré la ministre EELV après avoir félicité la naissance de l’UDI.

Elle considère que « c’est très bien pour la démocratie qu’il y ait un parti qui se revendique du centre droit et qui refuse la dérive vers les valeurs et les idées du Front national qu’on a pu constater chez une partie de l’UMP ». [...]

Le Figaro