École : l’offensive des mères voilées

Partout en France, des collectifs demandent l’abrogation de la circulaire Chatel de 2012 sur les sorties scolaires.

Hebergeur d'imageLes mères voilées repartent à l’offensive. Estimant que la circulaire Chatel de 2012 interdisant les sorties scolaires aux accompagnatrices voilées les «exclut de la vie scolaire de (leurs) enfants», que la charte de la laïcité de la rentrée 2013 n’a fait «qu’ajouter à la confusion» et que l’avis du Conseil d’État, rendu en décembre dernier, n’a rien réglé, ces mamans musulmanes, soutenues par le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), se mobilisent contre une réglementation générale qu’elles considèrent comme «discriminatoire».

Regroupées en collectifs, elles «marquent des points», disent-elles, et font peu à peu «plier» les chefs d’établissement. [...]

Au CCIF, on affirme avoir reçu, «depuis la rentrée 2013, des centaines de demandes de mamans voilées exclues de sorties scolaires». «Des dizaines de cas se sont réglés après un travail de médiation, ajoute-t-on. Et, pour d’autres, on met en place une stratégie juridique.» Les mamans de «Sorties scolaires: avec nous !» ont, elles aussi, été contactées par d’autres mères de famille. «On leur explique qu’il faut se regrouper et réclamer un écrit des inspecteurs d’académie, raconte Ferouz Benamar, l’une des signataires de la lettre à Vincent Peillon. À Lyon et à Bordeaux, elles ont réussi.»

Dans la banlieue de Lyon, Ayche acquiesce : «Après une réunion avec l’inspecteur, il a accepté de faire passer un mot à toutes les écoles», précise cette mère voilée. Même succès dans le Nord, à Noyelles-sous-Lens. Sauf que les «ateliers lecture», qui ont lieu à l’intérieur des établissements, sont toujours interdits aux porteuses de foulard.

«On a juste droit aux sorties et on ne peut pas rentrer dans les classes !, s’énerve Naima Maalou. Moi, j’en resterai pas là !» [...]

Le Figaro

«Aux urnes, citoyens !», un appel pour inciter les «habitants des banlieues» à voter

Après la campagne «On ne marche plus, on vote», le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) appuie l’appel de quatre mouvements incitant les habitants des quartiers populaires à aller voter aux prochaines élections municipales.

Le simple fait de se rendre aux urnes est un pouvoir, estiment les collectifs. Ainsi, dans des zones où l’abstention est très forte, «la participation de ces habitants peut faire basculer les résultats du vote», fait remarquer Nadiya.

A moins d’un mois des élections municipales, prévus pour les 23 et 30 mars, quatre mouvements citoyens – le Collectif Citoyens, le Mouvement Citoyen Ensemble Nous Sommes Sevran, le Collectif Citoyens Musulmans et le Collectif On ne marche plus, on vote (ONMPOV) – ont décidé de mener ensemble une campagne baptisée «Aux urnes, citoyens !» afin d’inciter les habitants des quartiers populaires à aller voter.

Des séries de porte-à-porte sont prévues dans cinq villes d’Île-de-France (à Sevran, Montreuil, Montfermeil, en Seine-Saint-Denis ; à Trappes, dans les Yvelines ; et à Meaux, en Seine-et-Marne) pour mobiliser le plus grand nombre d’électeurs au scrutin. Pour cela, des bénévoles sont appelés à participer à cette action soutenue par le Collectif contre l’Islamophobie en France (CCIF), qui a joué un «rôle de coordinateur» entre les différents mouvements, nous indique Babacar Sene, le chargé de communication. […]

L’objectif était de frapper à la porte de 1 000 logements par week-end, indique-t-elle, en précisant que 60 personnes ont été mobilisées à chaque opération. Elle, qui a arpenté les rues de Trappes, fait savoir que les habitants étaient très «réceptifs» à leur message et «courtois». Mais nombreux d’entre eux, notamment parmi les « très jeunes », ont fait part de leur « défaitisme » en estimant que voter ne servait à rien.
Dans les quartiers populaires, cette idée est largement partagée comme en témoignent les taux records d’abstention. […]

saphirnews

Six militants à la conquête du Mont Blanc pour dénoncer l’islamophobie

Le Collectif Contre l’Islamophobie en France (CCIF) organise à partir du 26 août l’ascension du Mont Blanc par six alpinistes pour dénoncer l’islamophobie.

Six hommes, six compagnons de cordée, six citoyens indignés, vont faire corps comme jamais, dès le 26 août, pour gravir pas à pas le versant escarpé du Mont Blanc avant d’atteindre l’objectif suprême : mettre en berne le drapeau de la haine, et planter l’étendard de la tolérance, de la paix, de la liberté sur le toit de l’Europe.

Tout en haut des cimes enneigées, l’air est pur et vivifiant, la perception des choses d’en bas bien plus aérienne, et la dénonciation de l’islamophobie revigorée en prenant de l’altitude…

Le compte à rebours est lancé pour six alpinistes pas comme les autres, qui dans six jours, partiront à la conquête d’un sommet de légende, le Mont Blanc, pour crier à la face du monde en espérant faire écho au-delà des chaînes montagneuses : «Non, à l’islamophobie !». A la croisée de l’aventure humaine et de l’exploit sportif, cette ascension à couper le souffle (4 810 mètres) aspire à pulvériser le plafond de verre des discriminations et de la violence islamophobes à leur paroxysme.

ajib

Orléans : prison ferme pour un « islamophobe »

Un homme a été condamné aujourd’hui par le tribunal correctionnel d’Orléans (Loiret) à deux ans d’emprisonnement, dont six mois fermes, pour des agressions à caractère islamophobe.

Le 14 juin, sur une route du département, l’homme s’en était pris verbalement à trois femmes, dont l’une portait un voile, avant de les rouer de coups, puis de prendre la fuite.
Selon les victimes, ses insultes avait un caractère clairement raciste, sexiste et islamophobe.

« Ce sont des faits très graves qui vont au-delà des seuls jours d’interruption temporaire de travail », a dit le procureur de la République dans ses réquisitions. « C’est un véritable déchaînement d’insultes et de violence, un passage à tabac en bonne et due forme », a-t-il ajouté. Le prévenu, qui affirme souffrir de schizophrénie, a nié une partie des insultes, mais reconnu les violences physiques. [...]

« Il est certain que six mois fermes ne vont pas couvrir le préjudice subi, mais il y a quand même la satisfaction qu’après une dizaine d’agressions sur le territoire français, on mette enfin des agresseurs hors d’état de nuire », a dit à Reuters Lila Charef, responsable juridique pour le CCIF. [...]

Le Figaro

L’islamiste Marwan Muhammad nie avoir tenu un prêche polémique à Orly (RMC)

Les GG de RMC invitent l’islamiste Marwan Muhammad du CCIF, et reviennent sur les émeutes de Trappes et sur « l’islamophobie » ambiante en France. Alors que le débat stagne sur les signes religieux, le porte-parole du CCIF nie avoir espéré l’islamisation de la France dans un prêche à Orly. Avec Elina Dumont, Marie-Anne Soubré et Johnny Blanc.

« Demander aux musulmans de choisir entre leur citoyenneté et leur religion, c’est comme demander à quelqu’un de choisir entre être blond et être allemand ou suédois. » – Marwan Muhammad

« Cette citation, elle est tirée d’un blog d’extrême-droite puis recitée à droite et à gauche, en m’imputant ce propos-là que j’aurais tenu à la mosquée d’Orly en aout 2012. Donc je l’annonce à la radio RMC pour la première fois : le CCIF n’a absolument jamais donné de conférence à la mosquée d’Orly, et encore moins moi en août 2011. » – Marwan Muhammad

« Qui a le droit de dire que la France dans trente ou quarante ans ne sera pas un pays musulman ? Qui a le droit ? Personne dans ce pays n’a le droit de nous enlever ça. Personne n’a le droit de nous nier cet espoir là. De nous nier le droit d’espérer dans une société globale fidèle à l’islam.
Personne n’a le droit dans ce pays de définir pour nous ce qu’est l’identité française. »

Et pourtant le porte-parole de l’association communautariste était bien à Orly et a bien tenu le prêche incriminé, avant de le supprimer du site de la mosquée d’Orly.

Hebergeur d'image

A lire, l’article de Novopress sur le sujet, où le prêcheur se réfugie derrière l’extrême-droite, Photoshop et Steven Spielberg.

Trappes : un Collectif contre l’islamophobie aux méthodes contestées

Le CCIF continue d’accuser les forces de l’ordre de violences lors du contrôle d’une femme voilée à Trappes, mais se garde de porter plainte.

L’information, pourtant démentie, figure toujours en français et en anglais sur le site de l’association: les violences de Trappes seraient dues à un «abus de moyens physiques à l’encontre d’une personne qui coopérait», en raison de sa religion, selon le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF). À en croire ce communiqué diffusé samedi, au lendemain du contrôle d’identité d’une femme en voile intégral qui a marqué le début de ces violences urbaines, les policiers se seraient montrés brutaux et insultants. Une «bavure», résument même les quelques sites qui reprennent cette thèse. [...]

Hebergeur d'image

Parmi les combats passés de ce collectif, qui persiste dans ses accusations, figure l’affaire de la crèche Baby Loup de Chanteloup-les-Vignes (Yvelines), ainsi que l’affaire du «pain au chocolat» lancée par Jean-François Copé (Marwan Muhammad, porte-parole du collectif, avait alors réagi en distribuant des viennoiseries devant une gare), ou encore une procédure en diffamation contre RTL, un de ses animateurs et un chroniqueur du Figaro en novembre. [...]

L’association a été fondée, et reste présidée par Samy Debah, un discret «professeur d’histoire», ainsi qu’il est présenté dans les vidéos de l’association. Mais, en 2010, le CCIF prend un tournant, avec l’arrivée de Marwan Muhammad, son porte-parole, doué d’un certain appétit pour les affaires médiatiques.

«Que savent-ils de ce qui s’est passé vendredi soir à Trappes ?, s’emporte Abdallah Zekri, qui dirige l’Observatoire de l’islamophobie du très officiel CFCM (Conseil français du culte musulman). Il ne s’agit pas de nier les actes islamophobes, mais si cette femme a été agressée ou insultée, elle aurait dû porter plainte.» Les chiffres récoltés par le CCIF et le CFCM, sont parlants. Pour 2012, le CFCM comptabilise 201 actes islamophobes, en augmentation de 28 %. Le CCIF, lui, en voit 469, en hausse de 57 %… «Leur objectif est de faire peur à la communauté musulmane. Ils allument le feu en permanence… Nous, vendredi, nous appelions au calme», conclut Abdallah Zekri.

En mai, l’association a fêté ses dix ans en grande pompe : un colloque d’anniversaire à Sciences Po, une tribune dans Le Monde signée par des universitaires et Samy Debah, un «dîner de gala» avec Tariq Ramadan en invité d’honneur. Autant de revendication de respectabilité pour une association jusqu’alors marginale qui revendique trois juristes, huit antennes en France, plus de 1000 dossiers traités et 700 adhérents.

Le Figaro

Selon le CCIF, « les actes islamophobes sont en hausse de 57% » (màj)

Note préalable : le rapport 2013 du CCIF ne donne que très peu de détails sur la nature des « actes islamophobes » et se contente de donner quelques exemples symboliques. Les auteurs n’ont pas commis la même erreur qu’en 2012, où le rapport donnait la liste intégrale des « faits » incriminés. Ce qui permettait de mieux apprécier leurs critères… Exemple : « un écrivain français déclare sur RMC : c’est l’islam qui est un problème, pas la burka, ça me parait évident » est retenu comme acte islamophobe. Des dizaines d’autres sont de la même eau… Voir d’autres exemples plus bas. NDLR

———————–

Le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) a annoncé ce mercredi avoir recensé 469 actes islamophobes en 2012, soit une augmentation de 57% par rapport à 2011. Pour Marwan Muhammad, le porte-parole de l’organisation, on assiste à « une explosion des actes islamophobes ».

Hebergeur d'image

Le « statisticien » Marwan Muhammad

Plus nombreux, mais aussi plus graves. D’après le CCIF, les actes islamophobes seraient aussi plus violents avec par exemple des « menaces avec armes à feu ». Par ailleurs, les femmes en sont les principales victimes puisqu’elles représentent « 84% des cas visant des individus ». [...]

BFMTV

————————
Rappel : Quand Marwan Muhammad prêchait à la mosquée d’Orly…

« Qui a le droit de dire que la France dans trente ou quarante ans ne sera pas un pays musulman ? Qui a le droit ? Personne dans ce pays n’a le droit de nous enlever ça. Personne n’a le droit de nous nier cet espoir là. De nous nier le droit d’espérer dans une société globale fidèle à l’Islam.
Personne n’a le droit dans ce pays de définir pour nous ce qu’est l’identité française. »

Islamineurope

——————–

Relire  « Nous sommes la nation » (CCIF) : La campagne a été financée par George Soros 
———————

Exemples d’actes « islamophobes » retenus par le CCIF pour ses statistiques :

• Un agent de la police administrative de la mairie de Paris demande à une usagère de retirer son hijab pour récupérer une pièce d’identité.
• Intervention radio d’un écrivain Français (RMC):  » c’est l’islam qui est un
problème, pas la burka ( … ) ça me parait évident »
• A Angers, un GRETA interdit à une jeune femme de porter le voile durant un stage d’apprentissage de la langue française. Elle est menacée de renvoi si elle ne le retire pas.
• Création sur Facebook d’une page intitulée « Se torcher le cul avec le Coran« .
• Dans le Val d’Oise, une directrice d’école élémentaire interdit à une mère de famille voilée d’accompagner une sortie scolaire, refus qu’elle lui oppose depuis quatre ans.
• Une école maternelle et primaire dans le 94 (VAL de MARNE) propose aux enfants de manger de la viande contre le gré de leurs parents.
• Dans une école élémentaire de l’Essonne, deux mères d’élèves voilées sont exclues des sorties scolaires pour port du voile.
• Dans le Nord Pas de Calais, la conseillère d’un demandeur d’emploi d’origine maghrébine, portant la barbe lui a demandé: « s’il lui arrivait de se raser » car c’est un obstacle à la recherche d’emploi et que: « les patrons n’aiment pas ça ».

Les statistiques sont basées sur ce genre de faits. Combien ?Ci-dessous les chiffres 2011 qui permettent de déclarer que l’ »islamophobie a explosé en France »


Télécharger le rapport d’activité annuel (année 2011)
———————-
Image de la campagne du CCIF « Nous sommes la nation »

Rioufol : Pourquoi je suis convoqué par la Police Judiciaire

Le Figaro 10 juin 2013 

Tandis que la gauche alerte sur une loufoque montée du « fascisme », au prétexte d’une rixe hélas mortelle entre extrémistes de droite et de gauche, l’islam radical prend de plus en plus d’assurance dans ses exigences de soumission.

 

Je me permets d’illustrer cette constatation avec mon cas personnel. Pour la première fois de ma carrière journalistique (débutée en 1976), j’ai reçu, samedi, une convocation pour être entendu par la Police Judiciaire, suite à une plainte déposée par le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF). Je vais devoir répondre de propos tenus le 15 novembre 2012 dans l’émission OnIvan Rioufol refait le Monde, animée par Marc-Olivier Fogiel, sur RTL également visés par la plainte.

Le CCIF, qui oeuvre à l’islamisation des musulmans, me reproche d’avoir critiqué sa campagne d’affichage : « Nous sommes la nation ».

(…) Financée à hauteur de 35.000 euros par l’Open Society Institute du milliardaire américain George Soros, qui a des comptes à régler avec l’Europe, la campagne avait pour but de promouvoir la visibilité islamique dans la République laïque, en revendiquant un refus de l’assimilation et de l’intégration, au profit d’une « inclusion » intimant d’accepter les musulmans tels qu’ils sont. Avec sa plainte, le CCIF porte évidemment atteinte à l’élémentaire liberté d’expression. La lutte contre l’islamophobie dont il se réclame revient à interdire tout débat. (…)

 

lire la suite Le Figaro

[Samedi à Sciences Po] Colloque sur l’islamophobie organisé par le CCIF et Salaam Sciences Po

Événement conjointement organisé par Salaam Sciences Po et le CCIF, sous la direction scientifique du sociologue, chargé de recherche à l’EHESS, Marwan Mohammed.

Entrée libre de 9H30 à 17H30 dans la limite des places disponibles.

Programme et liste des autres intervenants (dont le sociologue Raphaël Liogier, à 14H, et Marwan Muhammad, porte-parole du CCIF, à 15H40)

Rappel : Quand Marwan Muhammad, l’actuel porte-parole du CCIF, prêchait à la mosquée d’Orly…

« Qui a le droit de dire que la France dans trente ou quarante ans ne sera pas un pays musulman ? Qui a le droit ? Personne dans ce pays n’a le droit de nous enlever ça. Personne n’a le droit de nous nier cet espoir là. De nous nier le droit d’espérer dans une société globale fidèle à l’Islam.
Personne n’a le droit dans ce pays de définir pour nous ce qu’est l’identité française. »

Islamineurope

Le CCIF incarne un «islam identitaire agressif», explique un expert reconnu.
«Conduit par une jeune génération de musulmans nés en France, il s’est affranchi des grandes fédérations instituées et travaille en réseau avec une stratégie médiatique moderne, peu soucieux des questions du culte, mais en pointe pour une présence musulmane dans la société civile.»

Le Figaro

Le CCIF : Un «islam identitaire agressif» (Le Figaro)

Dans son rapport 2011, la simple demande d’un agent de l’ANPE à une femme voilée pour savoir si elle garderait son voile pour travailler est répertoriée comme islamophobe.

(…) Même s’il y a, à ce titre, une divergence entre le CCIF et le Conseil français du culte musulman (CFCM), qui, lui, a signé une convention avec le ministère de l’Intérieur créant un Observatoire de l’islamophobie. Abdallah Zekri, président de cette structure, commente:

«Le CCIF nous reproche de “collaborer” avec le ministère, mais oublie de dire qu’il a essayé, par notre intermédiaire, d’être reconnu comme partenaire officiel. Le minis­tère de l’Intérieur a refusé.»

Un «islam identitaire agressif»

(…) Le CCIF incarne un «islam identitaire agressif», explique un expert reconnu. «Conduit par une jeune génération de musulmans nés en France, il s’est affranchi des grandes fédérations instituées et travaille en réseau avec une stratégie médiatique moderne, peu soucieux des questions du culte, mais en pointe pour une présence musulmane dans la société civile.»

En attendant, plusieurs interlocuteurs représentant les grandes sensibilités de l’islam de France, assurent que la campagne publicitaire du CCIF est «très appréciée» par la communauté musulmane, qui se plaint à l’unisson d’une «montée en flèche» de l’islamophobie en France.


Droit de réponse du CCIF

À la suite de l’article du 15 novembre 2012 intitulé «Le CCIF, une association qui milite pour le port du voile», le Collectif Contre l’Islamophobie en France (CCIF) souhaite préciser la chose suivante:

Membre spécial consultatif de l’ONU, le CCIF est une association antiraciste, non confessionnelle. Il n’encourage ni ne décourage le port du voile par les femmes musulmanes. Le CCIF défend simplement le droit de manifester ses croyances religieuses, protégé par les conventions internationales et le droit national, notamment la loi de 1905. Ce droit appartient à tout(e) croyant(e): aux porteurs / porteuses de kippa, d’une croix, d’un voile ou d’un turban…

C’est pourquoi le fait pour une conseillère du Pôle Emploi, agent public assujetti au devoir de neutralité, de demander à une candidate à l’emploi voilée si elle ôterait ou non sa coiffe dans l’exercice de son travail et d’affirmer qu’elle ferait mention du port de son voile, constitue une violation flagrante de la loi.

En réalité, le CCIF ne se focalise nullement sur le voile, ce sont certains éléments de notre société qui le sur-médiatisent. Le CCIF ne fait que défendre, parmi d’autres, les femmes qui choisissent librement de le porter, et qui constituent les premières victimes de l’islamophobie. Il s’oppose à la manipulation du voile comme prétexte pour refuser la participation de ces femmes dans la société.

Enfin, contrairement à ce qu’affirme, dans votre article, un «expert reconnu» mais anonyme, le CCIF n’incarne nullement un «islam identitaire agressif». Association non confessionnelle, le CCIF n’incarne pas l’islam, et encore moins un islam «identitaire agressif». il défend les droits d’individus de confession musulmane en tant que citoyens à part entière et non à part, droits expressément garantis par la Constitution française et les traités internationaux.

Samy DEBAH

Président du CCIF