Histoire : L’ADN de la tête d’Henri IV coïncide bien avec celui de Louis XVI

Louis XVI et Henri IV

Coup double pour une équipe de scientifiques franco-espagnole rassemblée autour du docteur Philippe Charlier : ils ont trouvé un profil génétique commun entre la tête momifiée d’Henri IV et du sang séché provenant de son descendant, Louis XVI, validant l’authenticité des deux restes royaux.

Ces travaux, dont les résultats sont publiés ce lundi en ligne par la revue Forensic Science International, «montrent qu’Henri IV et Louis XVI ont le même patrimoine génétique passant par les pères», explique le médecin légiste Philippe Charlier, grand spécialiste des énigmes historiques. [...]

La suite et les commentaires sur le blog Histoire.

1er juin 987 : Hugues Capet est élu roi des Francs

Né vers 940, duc des Francs (960-987), puis roi des Francs (987-996), Hugues Capet fut le premier souverain de la dynastie capétienne. Si son règne fut court et sans événements marquants, ses descendants (directs et collatéraux) occupèrent le trône de France pendant plus de huit siècles et donnèrent naissance à des lignées de souverains en Espagne, au Portugal, au Brésil, à Naples et en Sicile.

Hugues Capet est issu d’une famille de la haute aristocratie carolingienne, de titulaires de charges comtales. Son arrière-grand-père, Robert le Fort, avait été doté par Charles le Chauve d’un commandement qui avait assis sa puissance entre la Loire et la Seine.

A la mort de son père en 956, il est placé sous la tutelle de son oncle, l’archevêque de Cologne. En 960, il reçoit le titre de duc de France en contrepartie de son serment de fidélité au roi carolingien Lothaire. Par héritage paternel, il prend possession des comtés de Paris, d’Orléans, de Dreux et de Senlis.

Lire la suite

13 février 1820 : l’assassinat du duc de Berry

Le 13 février 1820, Charles Ferdinand de Bourbon, duc de Berry et second fils de Charles X, âgé de 42 ans, s’écroule sur les marches de l’Opéra, rue de Richelieu, à Paris. Il vient d’être frappé d’un coup de couteau par un ouvrier républicain, Louis Louvel. Par son geste, il espérait mettre fin à la dynastie des Bourbons.

Le prince mortellement blessé expira le lendemain à six heures du matin, en ayant pardonné à son assassin qui sera guillotiné le 7 juin 1820.

La victime était la seule personne susceptible de donner un héritier à la famille royale. L’autre fils de Charles X, Louis-Antoine d’Artois, duc d’Angoulême, n’eut pas de postérité légitime. Les ultra-royalistes accusent de laxisme le chef du gouvernement Elie Decazes. «Le pied lui a glissé dans le sang», écrivit Chateaubriand.

Pourtant, l’espoir renaît chez les Bourbons. On apprend que l’épouse du duc de Berry est enceinte. Le 29 septembre, elle donne le jour à un fils posthume, Henri qui fut surnommé «l’enfant du miracle».
Lire la suite

31 janvier 1328 : mort de Charles IV le Bel

Charles IV de France, dit Charles le Bel, né le 15 juin 1294 au château de Creil (Oise), fut roi de France de 1322 à 1328. Dernier fils de Philippe le Bel, et n’ayant pas eu de descendant mâle, il fut le quinzième et dernier roi de la dynastie dite des Capétiens directs.
Sa succession engendra une grave crise dynastique et fut un élément déterminant dans le déclenchement de la guerre de Cent Ans.

De 987 à 1316, chaque roi de France eut un fils pour lui succéder. La succession au trône ne soulevait donc aucune contestation, si bien qu’au fil du temps, l’élection par les pairs du royaume n’eut plus lieu d’être.

Philippe Auguste fut le dernier roi sacré roi du vivant de son père en 1179. Depuis 987, les Capétiens avaient toujours transmis la couronne à leur fils aîné, et ce droit d’aînesse devint à lui seul une source de légitimité incontestable.
Lire la suite