Le boulanger menacé avec un couteau pour un sandwich au bacon

Un artisan boulanger du quartier du Pin à Agen, son commis et sa fille ont été la cible, en fin de nuit dernière, d’agressions verbales et menacés avec arme.

Hebergeur d'imageIl était 5 h 50, le commerce n’avait pas encore ouvert qu’un individu se garait sauvagement sur le trottoir devant la devanture et tambourinait. Il avait faim, réclamait de quoi manger. Un des employés expliquait que les en-cas n’étaient pas encore prêts, mais il lui proposait gentiment de lui faire un sandwich.

L’homme patientait. Mais quand il récupérait son sandwich, il s’emportait, insultait les personnes à l’intérieur car le pain contenait du bacon, donc du porc. Une volée d’injures sortait de sa bouche, estimant être victime de provocation de la part de la boulangerie : «Vous voyez pas que je suis basané !». [...]

La Dépêche

Merci à Stormisbrewing

Lille : La boulangerie de la place de Béthune ferme ses fours après 500 ans d’histoire, un kebab la remplacera (màj vidéo)

 

Une histoire, démarrée voilà cinq cents ans, prend fin : il y a un four à pain dans la boulangerie de la place de Béthune depuis le XVIe siècle. La semaine prochaine, Myriam et Alain Sieuw arrêtent. Et c’est un kebab qui prend le relais.

La voix du Nord

Merci à William50

Deux ados tentent de braquer une boulangerie avec un 357 Magnum à Solliès-Toucas

Deux adolescents, les visages masqués par une cagoule et un casque de moto ont tenté de braquer la boulangerie «Banette» située sur la RD 554 à Solliès-Toucas, vendredi soir vers 19h40.

L’un d’eux a menacé le vendeur avec un pistolet 357 Magnum en exigeant qu’il lui remette le contenu de la caisse. Celle-ci était sécurisée et donc inaccessible. [...]

Var Matin

Merci à doudoudidonc

Paris : des cambrioleurs trahis par des bonbons

Six personnes ont été interpellées et placées en garde à vue samedi, soupçonnées d’avoir cambriolé une boulangerie dans le XXe arrondissement de Paris, trahies par des friandises qu’elles ont essaimées pendant leur fuite. [...]

La porte d’entrée a été fracturée et les voleurs sont parvenus à dérober la caisse enregistreuse. Mais les policiers constatent également que les voleurs ont emporté avec eux des « friandises » qu’ils ont malencontreusement répandues pendant leur fuite, selon la PP. Les policiers vont alors suivre la piste laissée par ces bonbons « jusqu’à un stade situé à proximité », explique la PP. [...]

Le Figaro

Le pain parisien est-il devenu halal?

Nombre de boulangeries en région parisienne sont tenues par des Tunisiens. Comment cette communauté s’est appropriée l’un des symboles identitaires français. Reportage.

En France, un symbole culturel bouscule un peu plus chaque jour certaines idées reçues sur la véritable identité française: en moins de dix ans, les boulangerie-pâtisseries dans la région parisienne ont vu nombre de Tunisiens devenir propriétaires. Ils supplantent les Marocains qui avaient investi depuis une quinzaine d’années déjà ce secteur d’activités. [...]

«Moi je n’aime pas le communautarisme. J’aurais aimé embaucher un boulanger français. Il se trouve que ça va plus vite entre Tunisiens. On est toujours en contact. On s’aide les uns les autres c’est normal», explique Taleb.

Devenu propriétaire de deux boulangeries-pâtisseries, comme tous les jours de la semaine, son réveil sonne à quatre heures du matin. «Peut-être que certains Français jugent ce métier trop difficile», s’interroge-t-il. [...]

Autre facilité non négligeable pour Taleb, musulman pratiquant, de plus en plus de «moulins», les centres privés de vente de farine, proposent des «crédits halal». Par le biais de représentants, ces derniers proposent de rétribuer les intérêts des créances —proscrit par l’islam— sous forme de sacs de farine aux boulangers qui en font la demande

[...] Il reste que tous ne voient pas d’un bon œil cette tendance des boulangers tunisiens en France.

Certains professionnels s’interrogent, à tort la plupart du temps, sur les statuts des employés, sur l’origine des fonds d’investissement ou encore, sur les conditions d’hygiène des établissements.

L’un de ces artisans d’origine tunisienne installé à Paris, a également pointé du doigt l’augmentation récente de la population tunisienne dans la capitale. Un constat qui reste néanmoins difficile à vérifier.

D’autres enfin, moins nuancés et qui critiquent cette soudaine «montée communautaire», s’indignent de voir ainsi «s’échapper» l’artisanat français. [...]

Slate Afrique

Lyon : Meurtre de Saint-Jean, 3 suspects interpellés. M-à-J : 15 ans de prison pour Mohammed, auteur des coups mortels

Addendum, 15 juin 2012. Mohammed Chebbab, 29 ans, porteur du couteau, a été condamné à 15 ans de réclusion criminelle. La peine est assortie d’une interdiction du territoire national. Ses deux amis Dijlali Hendi et Karim Zini, 32 et 31 ans, qui avaient porté des coups de pieds, ont été condamnés chacun à 6 ans de prison, avec interdiction des droits civils, civiques et de famille pendant 5 ans.

Le Progrès

(Merci à Antibarbare)

—————————————————

Addendum du 19/01/2010 :

Leur cavale aura duré une semaine. Les trois hommes suspectés du meurtre de Mustapha Rihane, tué de plusieurs coups de couteau le 9 janvier à l’aube devant une boulangerie de la rue Saint-Jean (5e), ont été interpellés hier et lundi. Agés d’une trentaine d’années, et résidant dans l’agglomération, ils auraient tous les trois reconnus les faits.

Deux d’entre eux ont été arrêtés lundi, dont un à l’aéroport de Marseille-Marignane à son retour d’Algérie. Le dernier a été interpellé hier matin. Placés en garde à vue dans les locaux de la brigade criminelle de la sûreté départementale, ils doivent être présentés aujourd’hui au parquet en vue de leur mise en examen, pour violences en réunion et homicide.

20 Minutes

Les photos ont été exploitées à partir des images captées par la vidéosurveillance. Ces documents, dont la diffusion est rarissime, ne sont pas d’une très bonne qualité mais montrent assez précisément trois hommes en train de déambuler tranquillement sur les pavés de la rue Saint-Jean. On les voit ensuite de face, l’un avec le sourire, devant une boulangerie.

C’était dimanche dernier, un peu avant 5 h 30. Dans quelques instants, ces trois hommes vont participer à une rixe qui a été fatale à Mustapha Rahine, un homme de 35 ans demeurant à Caluire.

Les trois suspects sont activement recherchés par les hommes de la brigade criminelle de la Sûreté Départementale. Les enquêteurs, qui ont rapidement disposé de ces images, ont multiplié les recherches et effectué de nombreuses auditions, notamment dans le milieu de la nuit. Malgré toutes leurs investigations, les suspects n’ont pas pu être identifiés. Ce qui porte à croire que ces hommes n’étaient peut-être que de passage à Lyon.

Le Progrès

(Merci à Bell & à buzz)

Nancy : Ils simulent une agression pour braquer une boulangère

Moment d’émotion, hier, devant le tribunal correctionnel de Nancy, quand une boulangère victime d’un braquage, jeudi dernier, à Jarville, s’est tournée vers la détenue debout dans le box.

« Ce n’est pas la première fois que ça m’arrive. Mais là, moi, j’ai eu peur pour vous ! Vous devriez avoir honte d’avoir fait ça… » La jeune femme de 27 ans, debout dans le box, n’a pas répliqué. Le 23 mars, elle est entrée dans la boulangerie Le Moulin de Papy, et a joué son jeu comme elle l’avait déjà fait à deux reprises, quelques heures plus tôt, à la boulangerie Le Carré Saint-Georges, et à celle de la place du Colonel-Fabien, à Nancy. La jeune femme s’est comportée comme une cliente. Mais au moment où la boulangère ouvrait sa caisse, son petit ami a fait irruption dans le commerce, plaçant la lame d’un cutter sur le cou de sa compagne. La jeune femme a fait semblant d’être terrifiée pendant que le garçon hurlait à la boulangère de lui remettre la caisse. Le couple s’est sauvé avec 180 €. [...]

Le procureur a révélé que la jeune femme s’est servie d’une technique de mise en scène de prise d’otage déjà utilisée par son ancien concubin, actuellement en détention. Le casier judiciaire de la jeune femme n’a pas plaidé pour elle. Le tribunal l’a condamnée à six mois de prison à effectuer sur le champ. Son compagnon écope de quatre mois de prison à purger immédiatement.

Est Républicain

Nancy : Une boulangerie braquée au couteau de boucher

La boulangerie Baudet, située au 67 boulevard d’Haussonville à Nancy, a été la cible d’une tentative de braquage ce matin, vers 7 h 45.

Visage dissimulé par une écharpe noire et une capuche, un homme armé d’un couteau de boucher de 40 cm environ a fait irruption en réclamant « la caisse », selon le témoignage de l’unique employée présente dans la boutique. La jeune femme a alors crié avant de se réfugier dans la pièce voisine où se trouvaient ses collègues. Le boulanger a tenté en vain de poursuivre le braqueur qui avait pris la poudre d’escampette à pied… et bredouille. L’enquête a été confiée à la BVU (Brigade des violences urbaines).

Est Républicain

Aix-en-Provence : les accusés font régner la terreur lors de leur procès pour meurtre (vidéo)

http://www.dailymotion.com/video/xjqjo3

Le procès de quatre braqueurs présumés s’ouvre ce lundi sous haute protection policière devant la cour d’assises d’Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), en raison de la pression entourant l’identification de plusieurs « témoins sous X ».

A deux reprises, le procès a été renvoyé au cours des mois précédents. Les quatre hommes sont accusés d’avoir participé au braquage d’une boulangerie des quartiers nord de Marseille, située au Canet. Alain Perez, un commerçant de 36 ans, avait été tué le 26 novembre 2004, alors qu’il tentait de rattraper ses agresseurs. Une balle lui avait perforé le coeur. Particulièrement violents, les malfaiteurs avaient roué de coups leur victime, exigeant d’elle qu’elle leur remettre le coffre, l’assénant de coups de poings et de crosse.

Mais le plus intéressant dans ce procès sera la rôle joué par trois témoins demeurés anonymes, dits « témoins sous X », comme le permet la procédure, baptisés X1, X2 et X3 par les enquêteurs, et qui ont largement aidé les policiers dans leur quête de la vérité.[...]

Ces trois mystérieux témoins sans nom seront entendus par la cour d’assises dans un contexte de sécurité maximale. Leur déposition aura lieu en visioconférence depuis un lieu tenu secret, avec un système de modification des voix pour éviter toute identification en raison d’événements majeurs qui ont entouré récemment le dossier.

Le 23 mai dernier, en effet, le cabinet d’un des avocats de la victime avait été visité et saccagé. Un CD de la procédure a étrangement disparu.

Un autre cambriolage a eu lieu, quelques jours plus tard, dans un lieu judiciaire pourtant sécurisé. Les auteurs espéraient-ils y trouver les noms des « témoins sous X »? C’est la question que se posent depuis les enquêteurs.

Nouvel Obs

Caen : Le boulanger se jette sur le braqueur et le maîtrise

Une boulangerie caennaise a fait l’objet d’une tentative de braquage, ce lundi midi, à Caen.

Armé d’un pistolet, le malfaiteur encagoulé a demandé la caisse. La boulangère a refusé, avant d’appeler son mari à l’aide. Celui-ci n’a pas hésité : il s’est jeté sur le braqueur, l’a maîtrisé avant que la police n’arrive sur les lieux. Un Caennais âgé de 30 ans a été placé en garde à vue. Il devrait être présenté au parquet du tribunal de Caen demain mardi.

Ouest France

Soyaux (16) : Les braqueurs de la boulangerie au pain sec

La présidente Anne-Marie Bouchet fait ce qu’elle peut, mais difficile pour elle d’arracher aux deux prévenus quelques mots autres que les excuses d’usage. Âgés de 20 et 21 ans, Amir Kartita et Tahar Azdine étaient jugés hier après-midi en comparution immédiate, trois jours après le braquage de la boulangerie L’Authentique, avenue Charles-de-Gaulle à Soyaux (« Sud Ouest » de samedi).

Encagoulé et armé d’un pistolet, un vrai, chargé à blanc, le duo avait volé 275 euros dans la caisse avant de s’enfuir à toutes jambes. Intriguée, une automobiliste les avait vus filer d’un côté et revenir de l’autre avant de frapper à la porte d’une maison, 300 mètres plus loin sur la même avenue, près du rond-point qui mène au Champ-de-Manœuvre… Ce jour n’était décidément pas le leur : ainsi étaient-ils passés sous les yeux d’un policier en congé qui attendait son tour au kebab voisin. (…)

Sud Ouest

Merci à lenss