New-York : rassemblement en faveur du projet de mosquée à Ground Zero

Quelque deux mille personnes se sont rassemblées hier soir près de Ground Zero, lieu des attentats du 11 septembre 2001 à New York, pour soutenir le projet controversé de construction d’une mosquée non loin de là.

Portant des bougies, les manifestants ont dénoncé ceux qui s’opposent à la construction d’un vaste centre culturel islamique près du site où s’élevaient les deux tours détruites, les accusant notamment de diaboliser les musulmans et de violer les droits fondamentaux américains.

«Nous sommes ici ensemble pour rejeter les stéréotypes» a lancé à la foule Susan Lerner, directrice de l’organisation de défense des droits de l’homme Common Cause. «La chose importante ici à New York, ce n’est pas vraiment (cette affaire autour de) Ground Zero, c’est la montée de l’islamophobie. C’est une sorte de racisme qui est tout à coup OK», a estimé pour sa part Rebecca Vilkomerson, directrice de Jewish Voices for Peace.

Les partisans et adversaires du projet de mosquée près de Ground Zero manifesteront samedi à New York. Le projet est soutenu par le maire de New York Michael Bloomberg et le président Barack Obama, mais pour ses opposants il constitue une insulte au «sol sacré» de Ground Zero.

Le Figaro/AFP

Bienvenue à la Grande Correction

Par Bill Bonner

Nous allons rebaptiser notre théorie. Nous vivons plus qu’une dépression ; c’est plutôt un phénomène économique et financier. Il inclut un transfert du pouvoir… un retour à la normale après quatre siècles d’aberrations… et l’échec de toute une série de sottises économiques récompensées par des prix Nobel — dont l’Hypothèse des marchés efficients et la Théorie du portefeuille moderne. Appelons cette phase la « Grande Correction »… et attendons que les événements nous donnent raison.

Les tendances profondes se poursuivent. L’influence gouvernementale augmente… et file tout droit vers la faillite. La plupart des pays développés accumulent de gigantesques déficits dans leurs finances publiques. C’est la Grèce qui fait les gros titres en ce moment. Les autres pays à la périphérie de l’Europe, observent avec attention. Ce que la Grèce vit maintenant, ils vont probablement le subir plus tard.

Jour après jour, les roues grincent et cahotent… en route vers des gouvernements toujours plus présents, avec des dettes plus grandes… Un gouvernement se tourne vers un autre lorsqu’il a besoin d’aide. Ce dernier se tourne vers un autre encore. Un pays dépend de sa Banque centrale… et sa Banque centrale dépend de la Réserve fédérale américaine, le capo di tutti capi de toutes les banques centrales de la planète.

Suite et commentaires sur Fortune