Mosquée de Nice : les identitaires font annuler le bail, la mairie condamnée à verser 1000€ à P. Vardon

Un groupuscule identitaire niçois, qui jugeait illégal le bail d’une salle de prière signé entre Nice et l’association des musulmans du centre-ville, a obtenu gain de cause aujourd’hui auprès du tribunal administratif.

Il a annulé « la convention d’occupation » de cette salle signée en octobre 2011, tout en condamnant la mairie de Nice à verser 1000 euros à Philippe Vardon, chef de file du mouvement identitaire Nissa Rebela, selon la décision écrite du tribunal. Elle stipule que la ville de Nice « méconnaît les dispositions de la loi du 9 décembre 1905″ qui interdisent à une collectivité locale de subventionner un culte, une décision « entachée d’une illégalité d’une particulière gravité ». La ville de Nice a accordé une ristourne de 50% sur la valeur locative des locaux. Or ce type de décote est consenti par le conseil municipal pour des locaux loués à des associations culturelles ou sociales. [...]

Le Figaro

Lire aussi : Le bail de la salle de prière du centre de Nice illicite ?

Robert Ménard : « Mieux vaut être une Femen qu’un Identitaire ! » (Boulevard Voltaire)

Revenons sur les Femens et leur intervention à Notre-Dame de Paris. Ou plutôt sur les réactions qu’elle a suscitées. Que je sache, si certains – à commencer par les contributeurs de Boulevard Voltaire – se sont scandalisés de ce happening de mauvais goût, si deux plaintes ont été déposées selon le recteur et archiprêtre de la cathédrale – dont l’une pour « profanation d’un espace cultuel » et « profanation d’objets sacrés » -, je n’ai entendu aucune de nos habituelles grandes consciences, personne parmi nos people du monde médiatique exiger un procès, une condamnation, une interdiction. Et c’est fort bien. [...]

Mais que ces gens ont peu de mémoire ! Dois-je leur rappeler leurs cris, leur indignation, leurs menaces quand les jeunes du mouvement Identitaire sont allés occuper une mosquée à Poitiers.

Une mosquée en construction. Sans l’ombre d’un fidèle. Mais, que voulez-vous, ils ne sont pas de gauche et ils touchent à l’Islam. Résultat : garde à vue, contrôle judiciaire – avec interdiction de quitter le département ou de rencontrer d’autres membres du mouvement —, et procès en perspective pour quatre d’entre eux. Accusés notamment de « provocation à la discrimination nationale, raciale et religieuse » et « d’organisation d’une manifestation sur la voie publique sans déclaration »… On a même entendu Harlem Désir demander la dissolution du mouvement, rien que ça ! Et Jean-Marc Ayrault, qui n’avait rien d’autre à faire, se fendre d’un communiqué vengeur alors qu’il était en voyage à… Manille. [...]

Lire l’intégralité du billet sur Boulevard Voltaire

Harlem Désir visé par une plainte pour injure de Génération identitaire (MàJ : les Identitaires sont des « voyous » selon le CCIF)

[...] Le CCIF regrette que Génération Identitaire n’ait pas été dissous par le pouvoir exécutif, et espère que la justice saura, pour sa part, faire fi de cette plainte inepte, et prononcer des condamnations exemplaires contre ces voyous pour leurs discours d’incitation à la haine et les dégradations commises en octobre lors de l’occupation du chantier de la mosquée de Poitiers.

CCIF
________________________________

Le mouvement d’extrême droite Génération identitaire a déposé plainte pour injure contre le premier secrétaire du PS Harlem Désir, qui avait qualifié ce groupe de « fanatiques violents » après leur occupation, en octobre, du chantier de la mosquée de Poitiers.

Dans l’entourage de M. Désir, on indique jeudi qu’il ne retire aucun de ses propos et attend sans crainte cette plainte. [...]

« Ces gens ont toujours combattu Harlem Désir, c’est une obsession pour eux parce qu’il a toujours combattu l’extrême droite », a-t-on ajouté dans l’entourage du premier secrétaire, qui fut le leader de SOS Racisme.

« Il ne cédera en rien à cette tentative d’intimidation et maintient l’intégralité de son propos. Ce groupuscule est violent et s’inspire d’un dialogue raciste et d’intolérance, comme en témoigne son invasion du chantier à Poitiers », selon la même source.

Libération

« Faut-il interdire le Bloc Identitaire ? » : débat avec Philippe Vardon

Hondelatte Dimanche, Numéro 23 (TNT), 16/12/12

Avec Philippe Vardon (BI), Alexis Corbière (FDG), Karim Zéribi (EELV), Elisabeth Lévy (causeur.fr), Alex Ursulet (avocat) et Stéphanie Duncan (France Inter).

Possibilité de commenter le débat sur Facebook

Le CRIF et le MEMRI dénoncent la « musulmano-phobie en ligne » du Bloc identitaire

MEMRI Middle East Media Research Institute – dépêche FR n° 366

Introduction : amalgame, réseaux sociaux et infolettres, les outils privilégiés des musulmanophobes

Le MEMRI, qui couvre de la manière la plus exhaustive possible les phénomènes en rapport avec l´islam en Orient et depuis peu en Europe, sort, dans le cadre de son projet « Islamisme et musulmano-phobie en France », un premier rapport sur la musulmano-phobie.[1]

Difficiles à débusquer, les musulmanophobes jouent avec la frontière ténue qui existe entre islamophobie et musulmanophobie : ainsi, au prétexte de critiquer une religion, une idéologie (il n´y a pas de délit de blasphème en France), les musulmanophobes s´en prendront à l´islam de manière violente et irraisonnée, l´objectif n´étant pas de formuler une critique rationnelle envers une religion, mais de heurter les sentiments des musulmans pieux, par exemple au moyen de vidéos où le Coran est souillé. L´une des caractéristiques de la musulmano-phobie est en effet la confusion délibérée : l´amalgame entre islam et musulmans d´une part, entre islam et islamisme de l´autre.

Un autre aspect caractéristique de la musulmanophobie en ligne est qu´elle ne s´affiche que rarement sous forme d´articles sur des sites référencés : les musulmanophobes sont surtout actifs par infolettres – des infolettres qui peuvent devenir virales sans jamais apparaître sur la Toile.

En outre, si les auteurs musulmanophobes font attention à ne pas dépasser les limites qui pourraient faire tomber leurs propos sous le coup de la loi, ils suscitent des commentaires d´une grande violence, notamment sur Facebook. Or sur Facebook, certaines réactions abusives n´ont jamais été effacées, alors que d´autres commentaires, en désaccord avec les textes de référence, l´auraient été, à en croire certains participants.

[...]

CRIF

rapprochement FN-Bloc Identitaire : discours de Philippe Vardon + article de Métro (MàJ)

Extraits du discours de Philippe Vardon à la Convention :

En 2002, nous nous affirmions complémentaires du FN. N’est-il pas temps à nouveau – et c’est certainement d’ailleurs davantage possible aujourd’hui, au vu de notre évolution, de celle du FN, et de celle de notre pays – n’est-il pas temps à nouveau de nous réaffirmer comme complémentaires et non concurrents ? Comme un ami. Un ami vous conseille parfois, vous critique aussi, pour vous faire avancer. Il est souvent le seul à vous dire certaines vérités, celles qui dérangent. Il arrive même que l’on s’engueule avec un ami.

Comme alors je considère toujours qu’une barricade n’a que deux cotés. Et je le dis à Steeve Briois, à Jacques Bompard, à Marine Le Pen, à Christian Vanneste et à tous ceux qui voudront bien entendre cette voix : nous sommes du même coté de cette barricade !

Vous êtes en uniforme et nous sommes une armée irrégulière, vous opérez selon les conventions, alors que nous avons opté pour la guérilla. Mais nous menons la même bataille face aux mondialistes, au rouleau compresseur global, à l’uniformisation… et nous sommes du coté des peuples en lutte, des racines, de la mémoire, de la liberté et de l’identité, de l’identité!

Novopress

« J’ai envie d’expliquer à Marine Le Pen notre vision régionaliste : nous n’avons jamais rejeté la France, nous ne sommes pas séparatistes. Nous considérons simplement que l’identité s’exprime à trois niveaux : régional, national et dans l’espace civilisationnel qui est l’Europe. Nous croyons en la France des Régions et à l’Europe des Nations. »

Métro

______________

[Steeve Briois : ] « Le Rassemblement bleu Marine dépasse largement le Front national et s’adresse autant aux électeurs déçus par l’UMP qu’aux identitaires, mais à titre individuel, s’ils sont sincères et de bonne foi » (sic).
C’est ainsi que « nous invitons personnellement Philippe Vardon à Nice ». [...]

Le Dauphiné Libéré

(Merci au Colonel Dagrasès)

__________________________________

Marine Le Pen a exclu dimanche toute alliance électorale entre le Front national et le Bloc identitaire (BI), un mouvement d’extrême droite formé selon elle d’«européistes», de «régionalistes», qui « contestent le rôle fondamental de la Nation ».

« Vous savez pourquoi je ne peux pas faire alliance avec le Bloc identitaire ? Pour une raison simple c’est qu’ils sont européistes, (…) régionalistes, et ils contestent le rôle fondamental que j’accorde, moi, à la Nation qui est l’élément central du programme, du mouvement que je dirige », a déclaré la présidente du FN.

Selon elle, il s’agit d’« une divergence de vue trop importante, sur un sujet trop fondamental, pour pouvoir envisager une alliance électorale ». Samedi, à l’occasion de la célébration des dix ans de leur mouvement à Orange (Vaucluse), les dirigeants du BI ont annoncé leur intention d’être présents aux municipales de 2014, notamment « à travers des collaborations » avec le FN au sein du Rassemblement Bleu Marine.

Philippe Vardon, qui dirige à Nice le mouvement Nissa Rebella, associé au BI, avait déjà soutenu Marine Le Pen lors de la campagne présidentielle de 2012. Mais il n’avait pas obtenu, comme il l’espérait, l’investiture du FN aux législatives. Pour Marine Le Pen, le Bloc « est un parti d’agit-prop, (…) d’activistes, ils disent eux-mêmes qu’ils ne sont pas un parti politique ». (…)

Le Progrès

Les identitaires réunis à Orange pour célébrer leurs dix ans (vidéos BFMTV et AFP) : Vers une alliance avec le FN ? (MàJ)

Addendum : Reportage de l’AFP sur la convention identitaire (3/11/12)

Addendum : Le Bloc identitaire veut s’allier avec le FN

Les dirigeants du mouvement d’extrême droite Bloc identitaire ont annoncé aujourd’hui leur intention d’être présents aux municipales de 2014, notamment « à travers des collaborations » avec le FN au sein du Rassemblement Bleu Marine.

« 2014 est pour nous clairement un objectif. Nous considérons que les identitaires doivent désormais passer de l’existence médiatique et politique à l’existence dans la sphère de l’action publique », a expliqué l’un des leaders du Bloc Identitaire, Philippe Vardon. « En 2014, il y aura des élus identitaires, à travers des listes de rassemblement, d’union, d’ouverture (…) à travers des listes dans des logiques d’union des droites (…) et puis bien entendu, à travers des collaborations et des intégrations de listes structurées autour du Rassemblement Bleu Marine de Marine Le Pen », a-t-il ajouté. [...]

AFP/Le Figaro
_______________________________________

Reportage de BFMTV sur la Convention identitaire des 3 et 4 novembre au Palais des Princes d’Orange

Lire aussi l’article de BFMTV

Suivre la convention via Twitter

La convention identitaire, prévue les 3 et 4 novembre à Orange, ne sera pas interdite par la préfecture

La convention du Bloc identitaire, prévue les 3 et 4 novembre à Orange (Vaucluse), ne sera pas interdite par la préfecture. Dans une lettre adressée dimanche au préfet, les communistes du Vaucluse demandaient d’interdire la convention du Bloc identitaire, parti d’extrême droite, qu’ils jugent « dangereux et violent » et dont plusieurs partis de gauche, dont le PCF, viennent de demander la dissolution.

Un « rassemblement unitaire » est organisé par une dizaine d’organisations politiques, syndicales et associatives lundi soir à Orange, pour protester contre la convention qui est, selon elles, une « manifestation de haine, de rejet de l’autre et de division ».

Contacté par l’AFP, le préfet du Vaucluse, Yannick Blanc, n’a pas souhaité s’exprimer sur le sujet.

L’Alsace

Gilbert Collard ne pourra pas défendre les quatre de Poitiers qui encourent 5 ans de prison (MàJ)

Addendum 20H : « Je leur ai répondu que je ne pourrais pas être leur avocat à cause d’une incompatibilité avec mon mandat parlementaire », explique Me Collard à BFMTV.

L’avocat affirme à BFMTV qu’il les aurait défendu sans hésiter « si le code électoral me l’avait permis, bien que je réprouve leurs méthodes : le caillassage de fidèles durant la prière, l’occupation illégale d’un lieu… Car chacun a droit à l’avocat qu’il désire ».

Cependant, à l’instar de Marine Le Pen, Me Collard dit comprendre leurs préoccupations. « Il faudrait être aveugle pour ne pas les comprendre. D’ailleurs, le sondage du Figaro montre que ce n’est pas une pensée isolée ». Ce sondage, paru il y a quelques jours, laisse apparaître que l’image de l’Islam s’est dégradée en France. [...]

BFMTV
___________________________________________

Gilbert Collard envisage de défendre quatre membres du Bloc identitaire mis en examen et placés sous strict contrôle judiciaire à Poitiers, après l’occupation du chantier de la grande mosquée de la ville.

Selon les informations du Lab, Gilbert Collard a fait une demande à la déontologue de l’Assemblée nationale pour savoir s’il a le droit de prendre la défense de ces quatres hommes. L’avocat-député envisage de défendre les quatre personnes s’il en a le droit, d’après son entourage.

Pour le moment, l’équipe du député attend la réponse mais précise que, si des collectivités territoriales se portent parties civiles, l’avocat ne pourra enfiler sa robe pour défendre le groupuscule d’extrême droite.

L’élu du Rassemblement Bleu Marine a été sollicité par Philippe Vardon
, membre de la direction du groupuscule d’extrême droite, afin de prendre la défense de quatre hommes, selon l’agence de presse d’extrême droite Novopress. [...]

Ils encourent cinq ans de prison.

Mise à jour, 26 octobre, 17h24 :

Comme nous l’indique @Maitre_Eolas sur Twitter, Gilbert Collard ne devrait pas être autorisé à défendre les membres du Bloc identitaire. Selon le code électoral, il existe une incompatibilité entre son mandat de député et son métier d’avocat s’il s’agit de poursuites » pénales engagées devant des juridictions répressives pour crimes ou délits contre la nation, l’Etat et la paix publique ou en matière de presse ou d’atteinte au crédit ou à l’épargne ». En droit français, l’incitation à la haine raciale est un délit défini par la loi sur la liberté de la presse du 29 juillet 1881.

Le Lab Europe 1

Christian Vanneste, « invité vedette » de la convention du Bloc identitaire

Pour leur convention qui se tiendra à Orange (Vaucluse) les 3 et 4 novembre, le Bloc identitaire auront deux personnalités politiques comme « invités vedettes » : le député d’extrême droite et maire d’Orange, Jacques Bompard, et Christian Vanneste, ancien député UMP du Nord.

Il ne se réclame plus de l’UMP : « J’ai un mépris abyssal pour ce parti », a-t-il indiqué au Monde.

M. Bompard est un compagnon de route de longue date du Bloc identitaire. Ils avaient lancé ensemble les listes Ligue du Sud pour les régionales de 2010. Les identitaires le prennent souvent en exemple comme modèle « d’implantation locale ».

Quant à Christian Vanneste, c’est une prise que les identitaires cherchent à accrocher depuis longtemps. Lorsque l’ancien député du Nord était encore à l’UMP, il avait été annoncé comme intervenant à un colloque en février contre le droit de vote des étrangers. A l’époque, M. Vanneste avait affirmé n’être au courant de rien et n’avait finalement pas participé à la réunion. [...]

Le Monde