Le député Alain Marsaud sur l’Ukraine et BHL lors d’une commission à l’assemblée nationale (vidéo)

Le député Alain Marsaud lors d’une série de questions de députés pendant l’audition de Laurent FABIUS par la commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale.

« je voulais vous poser une question concernant la responsabilité d’un de nos amis (…) monsieur Bernard-Henri Lévy dans les opérations de Kiev, mais je ne la poserai pas compte tenu de la présence de la presse »


source : extrait de l’émission Travaux en Séance sur LCP diffusée le 16 04 2014

BHL : « Français, vous devez savoir… « 

Tribune de Bernard Henri-Levy

Français, vous devez savoir que Louis Aliot, candidat FN à Perpignan, est le patron d’une revue, NationsPresse Magazine, dont il a confié la rédaction en chef à un ancien de l’Oeuvre française, le groupuscule antisémite dissout en 2013.

Hebergeur d'imageFrançais, vous devez savoir que Laurent Comas, qui se présente dans le cinquième secteur de Marseille, avait comme directeur de campagne, lors des dernières cantonales, un homme condamné pour détention illicite d’armes à feu et d’éléments entrant dans la composition d’une bombe.

Français, vous devez savoir que son petit camarade Jean-Pierre Baumann, tête de liste dans le troisième secteur de la ville, préside l’association de soutien aux trois colleurs d’affiches qui, le 21 février 1995, ont assassiné de sang-froid un jeune Comorien de 17 ans.

Français, vous devez savoir que Gilbert Collard, candidat à Saint-Gilles, et qui aimerait tant passer pour le visage humain du parti de Jean-Marie Le Pen, était là, le 3 décembre dernier, aux obsèques de Paul Aussaresses, le général tristement célèbre pour s’être glorifié d’avoir, en Algérie, pratiqué la torture sans remords – « sa plus noble décoration, c’est celle de l’opprobre », déclara, ce jour-là, dans l’église, devant quelques dizaines de vieux paras, souvent passés par l’OAS, l’avocat candidat. [...]

Français, vous devez savoir que Laurent Lopez, candidat à Brignoles, est quelqu’un qui, selon un document produit, le 16 octobre 2013, par lepoint.fr et, à ma connaissance, pas contesté, professe une certaine admiration pour le personnage d’Adolf Hitler. [...]

Cette énumération, qui pourrait être plus longue, beaucoup plus longue, donne la nausée. Et l’on tremble de colère à la pensée d’avoir eu à imprimer, ici, le nom de ces personnages et la trace de leurs infamies.

Tous ces faits, pourtant, sont documentés, attestés, recoupés. Ils ont été publiés sur laregledujeu.org, le site de ma revue, et n’ont pas été démentis.

Puissent en prendre acte, avant qu’il ne soit trop tard, les lecteurs de ce bloc-notes qui croiraient, de bonne foi, à la prétendue « dédiabolisation » du FN.

Puissent en tirer les conséquences ceux des candidats républicains qui, arrivés en troisième position, songeraient à se maintenir au second tour pour ne pas avoir à choisir entre leurs deux adversaires.

Le Front national – cela peut être vérifié, d’un clic, par tout citoyen de bonne foi – n’est, ni pour la droite ni pour la gauche, un adversaire comme un autre.

Le Front national, je le dis avec calme, en m’en tenant aux faits, n’est pas la solution pour ceux que désespère le climat délétère où baigne la vie politique française.

On peut, si l’on est de droite, combattre sans merci la gauche.

On peut, si l’on est de gauche, vouloir la défaite de la droite. On ne peut pas, si l’on est républicain, donner les clés de nos villes à des femmes et à des hommes qui sont, eux, du côté du pire.

Le blog de BHL

Meeting du CRIF ‘contre l’antisémitisme’ : Un journaliste juif antisioniste se fait tabasser par la LDJ (vidéo)

Déjà beaucoup de tension lors de la présentation du rassemblement du CRIF dans On ne va pas se mentir sur ITélé avec Sophie de Menthon et Émilie Frèche :

Le rassemblement du CRIF avec Manuel Valls, BHL, Harlem Désir, Claude Goasguen, Meyer Habib (député UDI), Ibrahim Sorel Keita (président de SOS Racisme), Hassen Chalghoumi (imam de Drancy), Louis-Georges Tin (président du CRAN), Serge Klarsfeld,
Père Thierry Vernet (cardinal archevêque de Paris), Nathalie Kosciusko-Morizet, Anne Hidalgo, Bertrand Delanoë, David Assouline, etc…


lien direct de la vidéo sur : VK
source : inconnue à cette heure, le lien de la référence est mort, peut être l’Agence Info Libre ou InfoCritiqueWeb ?

Alors qu’il est lui-même juif, Jonathan Moadab de l’Agence Info Libre a été agressé par un groupe de la Ligue de Défense Juive .

BHL a présenté, chez lui, l’opposition ukrainienne à des artistes, des patrons de presse et aux candidates à la mairie de Paris

À quoi sert Bernard-Henri Lévy ? Quand on le voit grimper les marches du perron de l’Élysée vendredi 7 mars en compagnie de Vitali Klitschko, candidat à la présidence ukrainienne, et Petro Porochenko, lui aussi candidat et ancien ministre des Affaires étrangères de l’Ukraine ainsi que figure très atlantiste et pro-américaine de la révolution de la place Maïdan, médias et observateurs se posent des questions.

À quoi sert Bernard-Henri Lévy ? Quand on le voit grimper les marches du perron de l’Élysée vendredi 7 mars en compagnie de Vitali Klitschko, candidat à la présidence ukrainienne, et Petro Porochenko, lui aussi candidat et ancien ministre des Affaires étrangères de l’Ukraine ainsi que figure très atlantiste et pro-américaine de la révolution de la place Maïdan, médias et observateurs se posent des questions. Récupération ? Volonté de se faire de la pub ? De provoquer le buzz ? Pas du tout, il est l’homme sans qui cette rencontre n’aurait pas eu lieu. C’est à son initiative que les deux frères ennemis de la révolte ukrainienne sont venus à Paris. L’ancien boxeur en provenance de Dublin et l’ex-homme d’affaires venu de Kiev sont arrivés en milieu de journée au salon Signature de l’aéroport du Bourget. BHL leur a ensuite organisé une série de rencontres avec les hommes et des femmes qui comptent pour populariser leurs causes.

L’après-midi, des artistes, des patrons de presse et les candidates à la mairie de Paris Anne Hidalgo, Nathalie Kosciusko-Morizet et Marielle de Sarnez ont pu discuter au domicile de l’écrivain avec ces visages de l’opposition. Le soir, le cinéma Le Saint-Germain était archi-comble pour un grand meeting populaire. Entre-temps, François Hollande a reçu le trio. La rencontre a duré 1 h 30. Les Ukrainiens en sont sortis rassurés et heureux, avec le sentiment d’avoir – enfin – été écoutés et peut-être même entendus.

Comme avec le président bosniaque Alija Izetbegovic et François Mitterrand, comme avec les figures de l’opposition libyenne et Nicolas Sarkozy, BHL a joué le rôle de « diplomate pirate ». Il est l’auteur du premier acte de la pièce. Les autres scènes appartiennent désormais à l’histoire…

 Le Point

Ukraine : Jean-François Kahn répond à BHL sur l’appel au boycott des JO (maj avec Henri Guaino)(vidéo)


source : Questions d’info avec de Henri Guaino sur LCP le 19 02 2014

Dans le HuffingtonPost.fr, Bernard Henri-Lévy appelle à quitter les jeux de Sotchi. Que vous inspire cette prise de position ?

Jean-François Kahn: Tout d’abord Bernard Henri-Lévy déteste le sport: il n’aime ni le football, ni l’athlétisme, ni les sports d’hiver. Tous les prétextes sont donc bons pour faire interdire les compétitions sportives! Plus sérieusement, on peut s’interroger sur sa légitimité et sur la complaisance des médias à son égard. BHL n’a aucune responsabilité politique, il n’est pas élu. Dans ces conditions, comment expliquer qu’il lui suffise d’un coup de téléphone pour bénéficier d’une dépêche AFP?

Sur le fond, je rappellerais simplement que BHL nous a entrainés dans la guerre en Libye dont nous payons aujourd’hui les conséquences, notamment au Mali. Nous attendons toujours son autocritique. Je trouve extraordinaire qu’un philosophe soit à ce point incapable de faire preuve de recul sur ses propres actes. Comme tout le monde, je suis choqué par la violence des évènements qui se déroulent en Ukraine. Mais je refuse totalement la vision simpliste et néostalinienne de BHL. Sait-il par exemple qu’une partie des manifestants de Kiev appartiennent à un parti d’extrême droite qui se revendique «national socialiste»? BHL, pour qui la pensée est une forme de guerre, a une fâcheuse tendance à plaquer sur tous les sujets le manichéisme qu’il y a dans sa tête.

Comme vous l’avez rappelé Bernard Henri-Lévy aurait eu une influence déterminante dans la guerre en Libye. Est-il sorti de son rôle d’intellectuel ?
C’est un photomontage humoristique qui circule sur le Net mais réalisée à partir d’une vraie photo :

Bernard Henri-Lévy a parfaitement le droit de prendre position et même de s’engager. En revanche, je suis choqué par la facilité avec laquelle il parvient à convaincre les hommes politiques. Après avoir été le conseiller en politique étrangère de Nicolas Sarkozy, il est en train de devenir celui de François Hollande. Le rôle d’un intellectuel est de s’exprimer au nom d’une vision éthique et morale tandis que le politique doit tenir compte de la réalité. Un dirigeant responsable ne peut pas faire de la géopolitique avec une vision du monde en noir et blanc comme celle de BHL. Pour légitimer une intervention en Syrie, le philosophe n’a pas hésité à repeindre les rebelles syriens en anges immaculés alors même que ces derniers comptent des djihadistes dans leurs rangs. BHL est incapable d’admettre que même chez les bons, il y a des méchants. Cette réalité heurte son système binaire.

De Sarajevo à la guerre en Syrie, BHL a toujours milité pour le droit d’ingérence. A-t-on assez mesuré les conséquences tragiques de cette idéologie ?

On ne peut nier les conséquences catastrophiques des ingérences en Irak et en Libye où le djihadisme n’a jamais autant prospéré et où les massacres continuent tous les jours. BHL n’a jamais reconnu qu’il s’était trompé et le dossier a été enterré par les médias. Pour autant, dire que l’interventionnisme est par essence condamnable est aussi manichéen que l’inverse. En matière de géopolitique, tout dépend des circonstances et du contexte, même s’il faut tirer les conséquences de l’histoire. Il est difficile de citer une intervention qui a réussi, surtout lorsque c’est l’occident qui intervient en orient.

source : Le Figaro

c’est un montage humoristique qui circule sur le Net depuis le week-end dernier

Des milliers de Libyens fuient vers la Tunisie

Depuis le renversement, en 2011, du régime de Mouammar El Gueddafi par une coalition occidentalo-qatarie, la situation sécuritaire va de mal en pis en Libye.

Cette instabilité chronique trouve en grande partie ses raisons dans la prolifération, à travers le pays, de milices lourdement armées engagées dans une terrible lutte pour le pouvoir, l’implantation de cellules terroristes liées à Al Qaîda et, surtout, l’incapacité du gouvernement à asseoir son autorité.

La multiplication, ces dernières semaines, des attentats terroristes et combats fratricides entre différentes tribus rivales a d’ailleurs poussé des milliers de familles libyennes à fuir de nouveau le pays. Et c’est en Tunisie que les Libyens se réfugient le plus souvent. Le terminal terrestre de Ras Jdir, à la frontière de la Libye avec la Tunisie, a enregistré un important mouvement de transit. Le nombre de Libyens ayant foulé le sol tunisien a dépassé les 3000 ces derniers jours, a souligné à ce propos, mardi soir, la radio locale tunisienne Tataouine.(…)

El Watan

Bernard-Henri Lévy : L’Unesco et les juifs , le «scandale de la semaine»

L’Unesco avait programmé, à Paris, de longue date, une exposition intitulée «Les gens, le Livre, la Terre : la relation de 3 500 ans du peuple juif avec la Terre sainte». Elle a été brutalement suspendue suite à une lettre de 22 pays arabes «préoccupés» par le «possible impact négatif» de l’événement sur «le processus de paix et les négociations en cours au Proche-Orient». Grosse colère de Bernard-Henri Lévy dans le Nouvel Obs.

Bien sûr, nous sommes résolument cosmopolites. Bien sûr, tout ce qui est terroir, béret, bourrées, binious, bref, «franchouillard» ou cocardier, nous est étranger, voire odieux. (Bernard-Henri Lévy, 1985, Edito dans la revue Globe).

Ne nous attardons pas non plus sur l’aveuglement d’une Ligue arabe qui […] ne voit qu’une menace sérieuse planer sur la région : Israël, toujours Israël, le tout petit Israël, dès lors qu’il a la prétention de se pencher, comme tous les peuples du monde, sur son histoire, ses récits fondateurs ou l’ancienneté de sa présence sur la terre où il est établi. […]

Le Point

Syrie : pour en finir avec la BHLisation des esprits

Le dossier syrien est pollué par une approche manichéenne du problème, marqué par le règne de l’émotion et de la com. Cela porte un nom : la BHLisation des esprits.

On se croirait revenu plusieurs années en arrière, au temps de l’éclatement de l’ex Yougoslavie ou du conflit au Kosovo.

Comme à cette époque, les médias sont investis par deux sortes de personnages : des « experts » de la chose militaire transformés en commentateurs, et des éditorialistes prompts à chausser leurs rangers pour régler un conflit complexe au moyen de solutions simplifiées à l’extrême. Le « Moyen Orient compliqué »(De Gaulle) ? Foutaises. « Y’a qu’à » bombarder Assad et tout sera réglé.

C’est la forme supérieure de la BHLisation des esprits. Elle consiste à ériger l’émotion en guide suprême, à vider l’ONU de son contenu et à faire de quelques va-t-en guerres les shérifs attitrés d’une nouvelle police internationale autoproclamée. Bernard-Henri Lévy écrit dans sa dernière chronique du « La force est le dernier recours pour faire entendre raison aux assassins ». Au nom de quoi il faut « faire bloc autour du chef des armées ». A vos ordres, mon général. Ces paroles viriles sont dignes des chambrées nationalistes de 1914. [...]

Marianne