Besançon : un élu de la majorité PS en garde à vue pour exhibition sexuelle. Màj : l’élu avoue

Addendum : L’homme, âgé d’une quarantaine d’années, a reconnu avoir exhibé son sexe devant une jeune fille de 19 ans.

(…) France 3 Franche Comté

———————————

Soupçonné d’exhibition sexuelle devant une jeune femme de 19 ans, un conseiller municipal de Besançon était en garde à vue ce samedi. L’homme âgé de 41 ans a été interpellé vendredi en milieu d’après-midi. La jeune femme a prévenu la police et raconté que l’élu lui avait montré ses parties génitales dans un passage souterrain de la ville. Le suspect, lui, réfute ces accusations.

De son côté, le maire (PS) de Besançon, Jean-Louis Fousseret, a précisé dans un communiqué qu’il laissait « la justice se prononcer sur cette affaire ». « Si ces faits étaient avérés et au regard de leur gravité, je retirerais immédiatement sa délégation et lui demanderais de démissionner de ses fonctions d’élu », a ajouté l’édile.

(…) Le Parisien

Besançon : tête de porc devant une mosquée

Une tête de porc a été retrouvée dimanche matin devant une mosquée de Besançon, déjà visée ces derniers mois par des actes islamophobes. La tête a été découverte vers 02h30 devant le portail de la mosquée Sunna par la police, dont les patrouilles sont renforcées autour du bâtiment. Plusieurs oreilles de cochon ont également été retrouvées, selon le parquet.

Une enquête a été ouverte et les policiers vont procéder à des relevés d’empreintes, a précisé le sous-préfet Éric Pierrat, qui s’est rendu sur place pour rencontrer les responsables musulmans. « L’Etat condamne avec vigueur de tels actes et il est important de ne pas céder à la provocation » a-t-il ajouté, soulignant que « la vigilance accrue portée à la sécurité des lieux de culte va se poursuivre. »

La même mosquée, déjà visée par des tags en février, avait encore été ciblée début novembre. (…) « Ce sont des actes à répétition, nous avons un sentiment de dégoût et de colère » a déclaré le président le président de l’Observatoire national contre l’islamophobie, Adbdallah Zekri. « Il y a un racisme latent, contre l’autre, contre l’étranger » a-t-il estimé.

(…) Le Figaro

Besançon : une église évangélique cible d’un incendie criminel

Une tentative d’incendie criminel a ciblé les locaux de l’église évangélique de Pentecôte, 4, rue Larmet, cette nuit vers 3 heures du matin.

Le sinistre qui n’a fait que de très faibles dégâts au premier niveau de la cage d’escalier et à la porte a été rapidement maîtrisé par les sapeurs-pompiers.

Toutefois, il semble qu’un bidon d’essence ait été utilisé pour mettre le feu. On ne compte  aucun blessé. L’enquête a été confiée à la sûreté départementale du commissariat de Besançon.

L’Est Républicain
(Merci à Antibarbare)

Besançon : pneus crevés et caillassage pour les pompiers

BESANÇON : VENUS SECOURIR UNE PERSONNE, LES POMPIERS SE FONT INSULTER ET CAILLASSER


Les sapeurs-pompiers qui intervenaient pour secourir une personne coincée dans un ascenseur bloqué, dans le quartier de la Grette, ont eu une très désagréable surprise à la fin de leur mission. De retour à leur véhicule, ils ont constaté que les quatre pneus en avaient été crevés durant l’intervention.

Hier, vers 17 h 30, la situation s’est rapidement envenimée. Les pompiers ont également été pris à partie, insultés et caillassés depuis des fenêtres de l’immeuble le long duquel ils étaient stationnés, au point que des renforts de police ont été réclamés pour calmer le jeu.

L’Est républicain

 

Guet-apens pour un chauffeur de bus bisontin. Màj vidéo

Addendum vidéo :

——————————————————

De mémoire de Bisontin, jamais une telle agression n’avait frappé un chauffeur du réseau de bus Ginko de la ville.

De mémoire de Bisontin, jamais une telle agression n’avait frappé un chauffeur du réseau de bus Ginko de la ville. S’il est arrivé trop fréquemment que des chauffeurs soient victimes d’incivilités, d’insultes, d’agressions physiques et aussi parfois de braquages dans l’exercice de leur fonction, les malfrats ont mené cette fois-ci une véritable opération commando.

(…)

À scooter

L’employé arrivait rue Belin et se dirigeait vers le dépôt Ginko, situé au bout de cette artère parallèle à la rue de Dole, qui alimente une zone d’activités, pour prendre son service lorsqu’il a été bloqué par un premier scooter sur lequel était juché un seul individu.

Un second deux-roues est alors arrivé à hauteur de la porte passager de son véhicule avec deux hommes. L’un d’eux a gazé le conducteur à l’aide d’une bombe lacrymogène avant de s’emparer de sa mallette réglementaire contenant sa monnaie et des tickets, qui se trouvait sur le siège passager. Le préjudice avoisinerait 800 € voire 1.000 €, selon nos informations.

Transporté au centre hospitalier tout proche, le chauffeur de bus en est ressorti en fin d’après-midi, apparemment sans séquelles.

Deux agressions en août

C’est la seconde agression d’une chauffeur Ginko ce mois-ci. La précédente, mercredi 14 août, s’était déroulée dans le bus. Un jeune homme de 16 ans, qui voulait voyager sans payer, avait asséné plusieurs coups de poing au conducteur qui lui réclamait son billet. L’agression, qui s’était déroulée vers 7 h du matin, avait entraîné une paralysie totale du réseau, les collègues du chauffeur exerçant aussitôt leur droit de retrait, las des agressions tant physiques que verbales « en hausse », selon eux.

Depuis quelques jours, la trêve estivale semble achevée et les agressions reprennent à Besançon.

[...]

L’Est républicain 

 

Besançon : Un chauffeur de bus roué de coups par 2 Albanais (vidéo)

Un chauffeur de bus a été roué de coups ce matin. Tous les conducteurs ont fait jouer leur droit de retrait. Plus aucun bus ne circule sur la ville… Les agresseurs ont été arrêtés. Le trafic reprendra demain matin.

A 0’46 : « Pour les conducteurs, pas de doutes, la tension qui règne désormais dans leur bus s’explique pour beaucoup par le manque d’informations des clients: retards pour cause de traveaux, bus annulés… »

Aux environs de 7 heures ce matin, à l’arrêt Fontaine-Ecu, trois personnes sont montées dans un bus. Quand le conducteur leur a demandé leurs titres de transport, deux d’entre elles se sont énervées, l’ont tapé, roué de coups.

L’un des trois individus est même monté sur le tableau de bord pour s’en prendre violemment au conducteur.

Suite à cette agression, les chauffeurs ont fait jouer leur droit de retrait, [...] Conséquences : peu de bus circulaient. La direction craignant le mécontentement des usagers qui se retrouvent sans moyen de transport, a pris la décision de rappeler tous les bus qui circulaient encore. La cinquantaine de chauffeurs de bus a donc cessé le travail.

Selon Mickaël Mouette, délégué FO, il s’agit de la 10 ème agression de ce type depuis le début de l’année. [...]

Les trois personnes, deux hommes et une femme, enceinte, ont été interpellés par la police. Seuls les deux hommes ont participé à cette agression. Il s’agit de deux cousins Albanais, l’un majeur, âgé de 24 ans, l’autre mineur de 17 ans et de passage à Besançon.

Selon nos confrères de France Bleu, le majeur a été conduit au centre de détention de Lyon, d’où il sera expulsé. Quant au mineur, il sera présenté à un juge à Rennes, où il réside habituellement. [...]

France 3
(Merci à Martin)

Besançon : le corps d’un étudiant de 21 ans repêché dans le Doubs avec un hématome à la tête

Il était 7 heures 15 quand la police a été appelée : une personne flottait sur le Doubs. Les pompiers ont dépêché sur place des moyens nautiques et des plongeurs. Ceux-ci ont remonté un homme… Le médecin légiste n’a pu que constater son décès. La victime est morte noyée. Pour le, moment, impossible de déterminer les circonstances du décès : noyade, accident ou autres… (…) A priori, son corps porte la trace d’un hématome à la tête, mais les enquêteurs n’en tirent aucune conclusion hâtive.

(…) France 3 Franche Comté

Besançon : une sexagénaire poignardée à mort, un jeune homme interpellé

Un jeune homme de 23 ans a été placé en garde à vue après la découverte, dimanche à Besançon (Doubs), du corps d’une femme de 60 ans tuée de plusieurs coups de couteau à son domicile. Le suspect a reconnu avoir mortellement frappé la sexagénaire.

D’après les premiers éléments de l’enquête, la victime hébergeait le suspect depuis environ six mois. Selon l’«Est Républicain», les locataires de l’immeuble étaient même « habitués à voir la victime, qui recevait des soins psychiatriques, accueillir chez elle des gens en mal d’insertion sociale et livrés à eux-mêmes ». Hébergé, le jeune homme devait en échange participer aux tâches ménagères. D’après ses déclarations, une énième remontrance à ce sujet a provoqué sa colère et il tué la femme.

(…) Le Parisien

Doubs : le maire de Deluz agressé par des «jeunes»

Sylviane Barassi, maire de Deluz, commune du Doubs de quelque 650 habitants, se déclare « très choquée et traumatisée » par les faits dont elle a été victime.

Appelée par une conseillère municipale qui venait d’être copieusement injuriée par un groupe de quatre jeunes qui étaient en train de vandaliser des massifs de fleurs, elle s’est rendue sur les lieux afin d’obtenir des explications.

Une fois face au jeune homme et à ses trois cousines, l’élue a été accueillie par « des insultes et des insanités d’une rare violence. C’était immonde ! », relate-t-elle.

S’approchant du jeune garçon, demeurant au village et âgé de « 17 ou 18 ans », elle lui a alors demandé de répéter ce qu’il venait de dire. « Je pensais avoir mal entendu tellement je n’en revenais pas de son arrogance et du caractère ordurier de ses propos. C’est alors qu’il m’a attrapée par le bras et me l’a retourné dans le dos. C’est comme ça que je me suis tordu le pied avant de tomber sur la dalle du lavoir. »

Le tout avant l’intervention du premier adjoint qui a mis en fuite les quatre sauvageons, les trois jeunes filles n’ayant pas été, elles non plus, avares d’insultes.

« Nous avions déjà eu quelques problèmes d’incivilité avec la famille de ce jeune homme, qui habite la commune avec ses parents depuis environ deux ans, indique Sylviane Barassi, mais ça n’était jamais allé jusqu’à des violences physiques. »

« Au-delà de notre cas particulier, se pose la question de l’avenir de jeunes comme lui qui semblent grandir sans valeurs ni repères. Une telle violence gratuite ! C’est aussi leur devenir qui est en jeu. C’est vraiment très inquiétant. Ce n’est pas tant pour moi que je vais déposer plainte que pour la société en général.

C’est préoccupant de voir le degré de violence et d’arrogance de ces jeunes qui ne respectent rien, et s’en prennent tant aux personnes qu’aux biens. »

Estrepublicain.fr

Medias : « Le maire (PS) de Besançon cavale derrière un mouflet et gagne son étoile de sherif»

A Besançon, Jean-louis Fousseret [maire PS de Besançon] a gagné son étoile de marshall en cavalant derrière un mouflet [© Est républicain] qui venait de briser une vitre d’abri de bus, quasiment sous ses yeux, samedi après-midi.

« Je regagnais mon véhicule lorsque je me suis aperçu des dégâts. J’ai remarqué cet adolescent qui prenait la fuite. Je l’ai rattrapé et lui ai mis la main au collet, exigeant qu’il me donne l’instrument avec lequel il avait fait ça », explique le maire qui a ensuite « fait la morale au jeune et à ses copains, en leur expliquant que c’était inadmissible car c’est toute la collectivité qui paie. En attendant la police, je lui ai fait balayer les débris de verre. »

Depuis jeudi dernier et au cours du week-end, une nouvelle vague de vandalisme contre des panneaux publicitaires d’abris de bus s’est soldée par plus d’une centaine de vitres brisées ce qui porte au-delà du millier leur nombre depuis 3 ans.

Estrepublicain.fr

Besançon. Ismaël n’a pas encore 18 ans et il se présente aux élections municipales !

Ce jeune homme, Ismaël Boudjekada, a déjà fait parler de lui : il a créé un mouvement politique il y a deux ans, il a écrit des livres et le voilà maintenant qu’il s’attaque à la mairie de Besançon ! Il dit être sans appartenance politique…

Il aura 18 ans le 10 juillet prochain, il est actuellement en terminale Economique et Social, il habite Montbéliard mais déménagera à Besançon dans l’été pour se consacrer à son nouvel objectif : la mairie de Besançon. Il dit ne pas manquer d’audace. On confirme. Posé, s’exprimant bien, s’intéressant à la chose publique et voulant s’y investir.

(…) France 3 franche Comté