Sondage : Valls favori pour Matignon

Pour 49% des Français, Manuel Valls serait le premier ministre rêvé, selon un sondage Ifop pour Paris-Match et révélé par RTL. Ségolène Royal serait bien vue à la place actuelle de Manuel Valls, ministre de l’Intérieur.  [...]

Hebergeur d'imageLes Français positionneraient Elisabeth Guigou au ministère de la Justice, Bertrand Delanoë à l’Education. Michel Sapin et Pierre Moscovici perdraient quant à eux leur place au sein du gouvernement.

Le Figaro

Feu d’artifice du 14 juillet : La Tour Eiffel aux couleurs LGBT (MàJ : la mairie de Paris dément)

Addendum : La mairie de Paris dément toute référence au mariage gay

tour eiffel mai 2013
La Tour Eiffel aux couleurs de l’Afrique
du Sud, en mai dernier.

[...] Doit-on y voir une référence à la «nation arc-en-ciel», surnom de l’Afrique du Sud, dont c’est l’année en France ? Ou bien un rappel du «rainbow flag», drapeau de la communauté gay et lesbienne, deux mois après la promulgation de la loi sur le mariage pour tous ? La mairie de Paris coupe court à toute polémique. Interrogée par LeParisien.fr, elle affirme qu’«il n’y a pas d’autre interprétation à aller chercher» qu’une référence à l’Afrique du Sud. «Ce sont les couleurs liées à la saison sud-africaine qui a débuté en mai dernier».

La Tour Eiffel avait par ailleurs déjà arboré les couleurs de cette nation le 28 mai. Apparaissaient alors le jaune, vert, bleu, rouge et noir du drapeau officiel de l’Afrique du Sud. Dimanche soir, on pouvait aussi apercevoir une bande violette sur la dame de fer. [...]

Le Parisien

___________________________

tour eiffel LGBT

C’est une image qui a provoqué la colère de certains sur internet, mais également provoqué les applaudissements et les félicitations des autres…

Hier soir, lors du feu d’artifice, un peu après 23h30, la Tour Eiffel semble avoir pris les couleurs du drapeau arc en ciel de la communauté gay.

Pas de confirmation officielle qu’il s’agissait d’un message de la part du Maire de Paris, mais pour France Télévisions qui a sorti l’extrait sur son site internet, cela ne fait aucun doute. Ce dernier est même intitulé: « 14 juillet: la Tour Eiffel aux couleurs du mariage gay ». [...]

Jean-Marc Morandini

(Merci à Bill Gates)

Frigide Barjot et son époux sommés de quitter leur logement pour « occupation anormale »

Frigide Barjot et son époux, Basile de Koch, ont été priés de quitter leur appartement, un duplex de 173 m2 (plus une terrasse) géré par la Régie immobilière de la ville de Paris (RIVP), a fait savoir celle-ci dans un communiqué jeudi, confirmant une information de L’Express.

« Une assignation a été délivrée à (l’)encontre (des époux Tellenne) pour obtenir la résiliation des baux des logements occupés, suite à l’utilisation continue des lieux à usage commercial par la société Jalons ainsi que la sous-location. Ces deux motifs constituent des manquements graves aux obligations des baux d’habitation consentis à M. et Mme Tellenne », affirme le bailleur social.

(…) Huffington Post

Meeting de Anne Hidalgo : Paris, ville «attractive», «innovante», «multiculturelle»

Anne Hidalgo était mardi soir en meeting dans la salle du Bataclan à Paris. La candidate socialiste à la Mairie de Paris a mis en avant la mise en place des vélib’ et de Paris Plage par son «peut-être prédécesseur Bertrand Delanoë.

«Nathalie Kosciusko-Morizet représente une droite peu soucieuse des milieux populaires et nous comptons sur Anne Hidalgo pour défendre les plus nécessiteux.»

Il est 20 heures lorsque nous entrons au Bataclan. La salle est bondée, la température quasi-caniculaire et une forte odeur de bière nous attaque les narines. L’ambiance est décontractée : boule à facettes, musique funky, on se croirait à une soirée de retrouvailles d’anciens étudiants. Seuls les journalistes trouvent le moyen de se bousculer, massés par dizaine au devant de la scène, à la recherche du moindre visage connu : Lionel Jospin, Harlem Desir, Jean-Paul Huchon, Yamina Benguigui, et bien entendu Bertrand Delanoë. […]

Anne est une femme dont Paris n’est pas l’origine mais l’horizon. En effet notre candidate est une femme, elle a d’ailleurs beaucoup insisté sur ce point. Elle est également de nationalité française et espagnole. Comme elle l’a dit, elle peut aussi bien comprendre le mal être des Français que celui des étrangers parisiens, au nombre de 300 000 au sein de la capitale. C’est un nouveau profil de politicien.»

Le maire de Paris remémore à la foule ses victoires politiques telles la mise en place des vélib, l’aménagement des voies sur les berges de la Seine ou encore le fait que Paris soit la ville la moins endettée de France.

C’est enfin au tour de la candidate aux élections de la mairie de Paris de prendre la parole. […] Elle souhaite se montrer comme un élément fédérateur en tendant la mains «aux écologistes, aux communistes, aux gaullistes» en citant la Commune de Paris ou encore la résistance française. […]

Nous demandons à Morgane, du Mouvement des Jeunesses Socialistes, en la taquinant un peu si il y a des choses qu’elle pourrait reprocher à ce meeting. Elle nous répond : « […] Nous avons eu le droit aux jeunes artistes, se montrant mal à l’aise sur la scène politique. Nous avons eu également la séquence émotion avec ce jeune couple d’homosexuels qui se sont fait récemment agressés, ces derniers nous rappelant le rôle de l’UMP et de ‘leurs amis douteux’ attisant les haines discriminatoires. J’ai trouvé que ces profils ne représentaient pas forcement la totalité la jeunesse parisienne, ou tout simplement n’y avait-il pas assez de jeune présents sur cette scène. »

Bondy Blog

——————————-

Comparer avec cet article du 25 mai :

«Paris est en train d’acquérir une réputation d’insécurité absolue. Il faut vraiment une prise de conscience (…) car le tourisme étranger est une manne pour notre ville et cette insécurité est une attaque directe contre l’emploi», (relire)

Paris : Grande mobilisation contre les petits voleurs «souvent originaires des pays de l’Est»

Alors que la préfecture de police s’apprête à lancer une opération de prévention à destination des touristes, Myriam el- Khomri, l’adjointe (PS) de Bertrand Delanoë chargée de la sécurité, a proposé la mise en place d’une vaste coopération entre la Ville, les services de l’Etat et les responsables des lieux publics les plus touchés par ce type de délinquance : SNCF, RATP et les musées. Une initiative bien évidemment soutenue par la première adjointe au maire de Paris et candidate (PS) à l’élection municipale, Anne Hidalgo

Butte Montmartre (XVIIIe), hier. Un groupe de jeunes roumaines part à l’assaut des touristes, armés de fausses pétitions. Un phénomène contre lequel la préfecture de police vient de lancer une campagne de sensibilisation. Les sites touristiques sont leur terrain de jeu favori. Le lieu de toutes les arnaques.

Les bandes de jeunes garçons et filles, parfois mineurs, souvent originaires des pays de l’Est, sont désormais incontournables dans au moins cinq grands secteurs parisiens et les transports en commun les desservant : Notre-Dame (IVe) et le musée du Louvre (Ier), le quartier de l’Opéra et les grands magasins (IXe), la butte Montmartre (XVIIIe), les Champs-Elysées (VIIIe), le Champ-de-Mars (VIIe) et le Trocadéro (XVIe).

Faux sourds, faux muets, faux pétitionnaires, faux représentants d’associations caritatives : l’arnaque est à tous les coins de rue. Les papiers tendus aux touristes pour qu’ils y apposent leur signature et donnent quelques euros au passage ne sont bien souvent que le prétexte à une fouille en règle des poches et des sacs.

« C’est effrayant de les voir débarquer en bande, comme cela, confie une mère de famille, habituée du jardin de la butte Montmartre. Ce sont souvent des jeunes filles, par équipe de cinq ou six, parfois plus. Elles encerclent les touristes pour les dépouiller et repartent à toute vitesse. J’ai l’impression qu’elles sont de plus en plus nombreuses dans le quartier… » Le mois dernier, les agents du Louvre ont même débrayé pour protester contre l’invasion des pickpockets dans le plus grand musée du monde.
[…]

Le Parisien

Antiracisme : la ville de Paris adepte du coup du balai (vidéo)

Ses concepteurs ont certainement voulu échapper au palmarès des Y’a bon awards en mettant en scène un balayeur blanc qui ramasse le détritus d’un grand bourgeois… noir. Je sais ce que vous pensez, toute mauvaise langue que vous êtes : le balayeur leucoderme est une espèce aussi rare que le commis de cuisine auvergnat ou le restaurant italien tenu par des transalpins.

Pas besoin de lire Christophe Guilluy pour comprendre que la géographie sociale de la capitale met aux prises grands bourgeois, bobos et immigrés, légaux ou non, à l’exception de tous ceux qui n’ont plus les moyens de se loger dans la termitière francilienne. Au contraire du reste de la France, le néoprolétariat parisien est souvent « divers » et vit de menus boulots dans la fonction publique, la restauration ou ailleurs. C’est cette réalité peu reluisante que Paris a voulu occulter avec son balayeur Potemkine au teint blafard. Comme pour démentir l’adage de Marx, le boomerang de cette farce pourrait lui revenir tragiquement en pleine face. Car d’aucuns estimeront qu’en voulant figurer un monde renversé où les balayeurs seraient blancs, la ville de Paris épingle le Noir sale. C’est du propre !

Causeur

Les Femen ont été conduites au commissariat «simplement pour la forme» (MàJ)

Ajout du 15 février 2013

Réaction très créative des Femen au cadeau de St Valentin du Projet Apache.


Réaction de Jean-Marie Le Pen

Ces femelles qui s’exhibent ainsi, pourquoi portent-elles des slips ? Quand on provoque par la nudité, on va jusqu’au bout. Cette réserve me parait très rétrograde et presque fascisante.


En guise de Saint Valentin, 6 militants de Génération identitaire sont venus visiter le Lavoir moderne, siège des FEMEN, hier soir. Pour déposer des fleurs et un petit mot « La galanterie n’est pas une obsession ». Façon de dire : nous ne serons pas toujours aussi courtois à l’avenir… L’un des responsables du Lavoir qui les a suivi pour les prendre en photo a été molesté.

A ceux qui ne comprennent toujours pas la différence entre envahir le toit d’une Mosquée au nom de l’identité en déployant une banderole se référant à Charles Martel, et mener des actions seins nus au nom du droit des femmes contre toutes les religions, il est vraiment temps d’apprendre à faire la différence entre blasphème et racisme, comme au moment des caricatures sur Mahomet…

Caroline Fourest

NDLR : Contrairement à ce que raconte Fourest, personne n’a été molesté.

Lire la suite

Le Maghreb des livres débarque à Paris les 16 et 17 février

Pendant deux jours, l’Hôtel de Ville de Paris accueillera près de 130 auteurs et une librairie de plus de 5 000 ouvrages qui mettent à l’honneur le Maghreb.

Après la Tunisie en 2011 et les lettres marocaines en 2012, le festival mettra à l’honneur les lettres algériennes lors de l’édition 2013.

Organisée par l’Association Coup de soleil, cette manifestation à 100% littéraire réunira plusieurs écrivains maghrébins. Cette association aspire à rassembler les gens originaires du Maghreb et leurs amis.

Elle a aussi pour objectif de mettre en lumière les apports multiples du Maghreb et de ses populations à la culture et à la société françaises.

Coup de soleil a privilégié, depuis 1985, une action culturelle spécifique en tentant de mettre en valeur toute la production des créateurs originaires du Maghreb… La présentation de livres et la projection de films ont ainsi illustré de nombreuses rencontres littéraires ou cinématographiques de Coup de soleil, en présence des auteurs et des réalisateurs. Les rencontres avec des écrivains se sont aussi concrétisées de manière encore plus massive dans des manifestations comme le Maghreb des livres qui est devenu le rendez-vous annuel incontournable de quelque cent cinquante auteurs avec des milliers de leurs lecteurs.

Source

La ville de Paris décerne deux bourses de recherche de 15 000€ contre la xénophobie et l’antisémitisme

La Ville de Paris encourage la recherche et la diffusion des travaux contre la xénophobie et l’antisémitisme, en décernant chaque année deux bourses de recherche d’une valeur de 15 000 € chacune.

Ces travaux ont vocation à contribuer non seulement à une réflexion sur des thèmes dont les phénomènes perdurent, mais aussi, en les comprenant mieux, d’aider à les combattre et à conduire des politiques publiques plus efficaces.

Le jury présidé par Jean-Louis Missika**, adjoint chargé de l’innovation, de la recherche et des universités et Claudine Bouygues, adjointe chargée des droits de l’homme, de l’intégration de la lutte contre les discriminations et des citoyens extra-communautaires, était composé de deux conseillers de Paris et de quatre chercheurs: Dominique Bourel, Jean-Yves Camus, Nonna Mayer et Judith Olszowy-Schlanger.

Le jury a distingué deux lauréats-es :

Kamel Boukir, doctorant en sociologie à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales – EHESS, pour son projet intitulé « Démembrer le corps politique. La citoyenneté à l’épreuve du faciès entre Paris et la banlieue »

Laure Fourtage, doctorante en histoire contemporaine à l’Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne, pour son projet intitulé : « Les survivants juifs des camps dans la France de l’immédiat après-guerre (1945-1948) – Rapatriement, Réinsertion, Migrations ».

Les deux lauréats-es recevront chacun-e une dotation de 15 000€.

Source

• Voir le CV de Laure Fourtage
• Voir le CV de Kamel Boukir - (Capture)
————————-

** Jean-Louis Missika est un homme de télévision et sociologue français. Il est membre du Conseil de Paris et adjoint (PS) au maire de Paris chargé de l’innovation, de la recherche et des universités. (Wikipedia)

Cliquer pour agrandir


Cliquer pour agrandir

Cliquer pour agrandir
(source)
Cliquer pour agrandir
(source)
J.Y. Camus parle d’intégrisme avec sa Kippa sur la tête

J.Y. Camus parle d’intégrisme avec sa Kippa sur… par confiteor-II
—————————-

Lauréats 2011 :

- Huda ASAL, docteur en socio-histoire et chercheuse au Centre de recherches historiques de l’EHESS, pour son projet intitulé « Débat sur la notion d’″islamophobie″ en France : presse, usages savants et pratiques militantes »,

- Silvia FALCONIERI, docteur en histoire du droit, chercheuse au Centre d’études des normes juridiques, pour son projet intitulé « Le droit de la race. Apprendre l’antisémitisme dans la faculté de droit de Paris (1940-1945) ».
Source

Jury 2011 présidé par Jean-Louis Missika, et Yamina Benguigui, et quatre chercheurs : Dominique Bourel, Anny Dayan-Rosenman, Judith Olszowy-Schlanger et Vincent Tiberj.

Cliquer pour agrandir
(source)