Affaire Cantat : Xavier Cantat cherchait à excuser le geste de Bertrand Cantat en diffamant Marie Trintignant (RMC)

Les GG de RMC abordent le cas de Bertrand Cantat avec le journaliste Stéphane Bouchet, auteur de « Bertrand Cantat – Marie Trintignant. L’amour à mort ». Le chanteur aurait bénéficié de la bienveillance du juge d’application des peines, fasciné qu’il était par l’assassin. Le rôle du frère de Cantat dans la campagne de diffamation à l’encontre de la victime est également abordé. Avec Claire O’Petit, Didier Giraud et Etienne Liebig.

« Bertrand Cantat risquait 15 ans de prison, le procureur en a demandé 9, il en a eu 8, il en a fait 4. » – Stéphane Bouchet

« Le premier à avoir attaqué Marie Trintignant sur ce terrain-là (salir la mémoire de la victime), c’est Xavier Cantat, frère de Bertrand Cantat qui – dans une déposition devant la brigade criminelle à son retour de Vilnius dans les premiers jours d’août, alors que Marie Trintignant venait d’être enterrée – a émis ce genre de propos devant les policiers. Il a été important de salir un peu la mémoire de la victime pour faire comprendre que c’était un geste un peu malheureux, alors qu’avec le recul, on se rend compte que c’était une grande manipulation qui a été orchestrée d’une main de maître à l’époque par Olivier Metzner, qui était l’avocat redoutable de Bertrand Cantat. » – Stéphane Bouchet

Le livre qui accable Bertrand Cantat. Màj : Le message désespéré de sa femme 6 mois avant son suicide (audio)

Addendum : Le message audio de Krisztina Rady, mère de ses deux enfants, avec qui il avait alors renoué. Elle laisse un message désespéré sur le répondeur de ses parents.


«Bertrand est fou» : le message désespéré de… par leparisien

—————————-

Condamné pour le meurtre de Marie Trintignant, l’ancien chanteur de Noir Désir aurait également été violent avec son épouse bien plus tard. Il a beau s’être replongé dans la musique, être en train de préparer un nouveau disque, Bertrand Cantat est poursuivi par son passé, ses errements, sa vie privée qui efface sa vie publique. Loin des lumières du showbiz, un livre qui sort aujourd’hui assombrit une fois de plus la personnalité de l’ex-leader de Noir Désir.

Dans « l’Amour à mort », les journalistes Stéphane Bouchet et Frédéric Vézard reviennent sur les suites de la mort tragique de Marie Trintignant, en août 2003 à Vilnius, pour laquelle Cantat avait été condamné à huit ans de prison avant de bénéficier d’une libération conditionnelle en 2007.

A la lecture de cette nouvelle enquête, difficile de voir dans le drame de la Lituanie un coup de folie passager. Car, révèlent les deux journalistes, l’épouse de Bertrand Cantat, Krisztina Rady, la mère de ses deux enfants, avec laquelle il avait renoué, aurait également subi des violences bien après Vilnius. C’est ce qu’elle raconte dans un long message laissé sur le répondeur téléphonique de ses parents, l’été 2009, six mois avant son suicide.

(…) Le Parisien

Cécile Duflot, victime d’une série d’actes de vandalisme

La ministre du Logement a été victime de plusieurs dégradations sur sa voiture et dans sa maison dans le Val-de-Marne. Révélations. [...]

Hebergeur d'image

Dans la nuit du 18 au 19 octobre, quinze véhicules, dont celui de la ministre, ont subi des dégradations dans la rue où est située sa maison à Villeneuve-Saint-Georges. L’enquête a permis d’identifier une trace d’ADN sur une des voitures endommagées.

Rebelote, trois jours plus tard. Mais cette fois, seul le véhicule de la ministre est fracturé. Une plainte est de nouveau déposée par Cécile Duflot. Entre-temps, la ministre du Logement avait été victime d’une tentative d’intrusion dans son jardin. Des faits pour lesquels elle n’a pas souhaité donner suite. Enfin, le 11 décembre dernier, c’est l’ex-mari de la ministre, qui habite dans la même rue, qui a été victime d’un vol par effraction à son domicile. [...]

Selon nos informations, les enquêteurs n’écartent pas non plus l’hypothèse selon laquelle les faits pourraient viser sa relation avec Xavier Cantat, le frère de Bertrand, l’ancien leader de Noir Désir condamné pour l’homicide involontaire de l’actrice Marie Trintignant à Vilnius (Lituanie). [...]

Le Point

Merci à Zatch

Accusé de violences sur son ex-femme, Bertrand Cantat attaque

Les ex-beaux-parents de Bertrand Cantat, condamné pour coups mortels sur Marie Trintignant, l’accusent dans Paris Match de jeudi de « violence » sur leur fille Kristina, qui s’est suicidée en 2010. Le chanteur s’apprête à engager une action judiciaire contre le magazine.

Malheureux de ne plus avoir de nouvelles de leurs petits enfants, les époux Rady ont reçu l’hebdomadaire. « D’une certaine manière, il la terrorisait. Il avait plusieurs fois cassé ses téléphones, ses lunettes. Il menaçait les hommes qui l’approchaient, il lui avait même cassé le coude », affirme dans cet entretien à Paris Match la mère de la jeune femme, Csilla Rady, au sujet de son gendre. « Elle sublimait Bertrand », renchérit son père, Ferenc Rady. « Elle était prête à tout pour lui, jusqu’à pardonner ses violences ».

(…) Csilla Rady s’est toujours interrogée sur les circonstances de la mort de sa fille, mais elle a renoncé « à connaître la vérité ». Elle et son époux souhaitent avoir des nouvelles de leurs petits enfants.

(…) Le Parisien

Noir Désir : « Bertrand Cantat s’est comporté comme une ordure »

La publication d’une biographie contenant des révélations sur la séparation de Noir Désir suscite une polémique en France, en raison de propos prêtés à l’ex-batteur de la formation, accablants pour son chanteur Bertrand Cantat.

http://imageshack.us/a/img690/9044/319608bertrandcantatpho.jpg

Ecrite par un ancien journaliste des Inrockuptibles, Marc Besse, la biographie « Noir Désir, à l’envers, à l’endroit« , qui tire son titre d’une chanson de l’album « Des visages des figures » (2001), retrace le parcours du groupe, depuis sa création dans les années ’80 jusqu’à sa fin brutale en novembre 2010.

Sept ans plus tôt, Noir Désir avait mis ses activités en sommeil, après l’arrestation à Vilnius de son leader Bertrand Cantat, qui avait frappé mortellement sa compagne, l’actrice Marie Trintignant. Condamné à huit ans de prison en Lituanie, Cantat avait été libéré en 2007.

Pour la partie la plus sensible de l’ouvrage, celle allant de 2003 à aujourd’hui, le journaliste n’a pas recueilli les confidences du chanteur mais s’appuie sur des entretiens réalisés avec des proches, sans toutefois préciser à quelle époque ils ont eu lieu.

La principale révélation du livre, à paraître le 25 octobre, concerne les circonstances de la séparation du groupe, que l’auteur fait remonter à un dîner houleux entre les quatre membres de Noir Désir.

Pour raconter cette soirée, il s’appuie sur le seul témoignage du batteur Denis Barthe, qu’il cite longuement.

« D’un coup, dans la discussion, Bertrand (Cantat) a complètement changé et s’est comporté comme une ordure. Il nous a dit de tout. Il s’est positionné comme une victime« , selon les propos attribués à Denis Barthe.

« D’un coup, il était victime de tout. Vilnius, ce n’était pas de sa faute… Comme si Marie avait glissé sur une savonnette. Kristina (Rady, sa femme qui s’est suicidée début 2010, NDLR), ce n’était pas de sa faute, elle était malheureuse, etc. Il nous a tous accusés d’avoir besoin de sa notoriété« , poursuit la citation.

« Quand il a envie de rompre parce que la situation ne lui convient plus, il pousse les gens au bout de leurs limites pour que ce soient eux qui mettent fin à l’histoire et lui évitent de prendre ses responsabilités« , aurait ajouté le batteur. (…)

RTBF

Bertrand Cantat, de retour en 2013

Il y a ceux qu’il indispose, qui trouvent indécent qu’il l’ouvre encore. Il y a peu, Marianne s’interrogeait en titrant : « Cantat peut-il revenir ? » « Huit ans après la tragédie de Vilnius, ses apparitions suscitent toujours autant de malaise que de fascination. » Et puis il y a les autres. (…)

Le Monde

Zénith de Paris : « La fête à Bertrand Cantat »

Il faut remonter au mois d’octobre 2010, il y a plus d’un an, pour se souvenir d’un passage sur scène de Bertrand Cantat, ex-leader du groupe de rock français Noir Désir. A l’époque, il se produisait dans le cadre des Rendez-vous en Terres Neuves. Non pas avec ses amis du groupe qui l’a révélé au grand public, mais avec Romain Humeau, le leader d’Eiffel, formation à laquelle il a prêté sa voix sur le titre A tout moment la rue.

Ce vendredi 25 novembre, dans le plus grand secret, le chanteur a fait son retour sur scène… Ça se passait au Zénith de Paris, à l’occasion d’un concert du groupe de rock Shaka Ponk. La dernière fois qu’il était monté sur cette scène avec son groupe Noir Désir, c’était en 2002 pour recevoir le prix d’Album rock de l’année pour Des visages des figures, aux Victoires de la Musique. A l’époque, le groupe était au sommet de sa gloire et venait de triompher avec le tube Le vent nous portera.

Si Bertrand Cantat a choisi de monter sur scène aux côtés de cette formation, c’est parce qu’il s’est lié d’amitié avec ses membres à qui il a d’ailleurs offert le morceau Palabra mi amor. Sur ce morceau, extrait du dernier album de Shaka Ponk, Cantat apparaît même en featuring.

C’est d’ailleurs pour interpréter ce morceau en compagnie de ses camarades que l’ancien membre du groupe Noir Désir a investi la scène du Zénith. Visiblement à l’aise sur scène, il a enchaîné en reprenant le titre Instant Karma de John Lennon. [Lire la suite]

Pure People

Violences faites aux femmes : les 25 novembre se suivent et se ressemblent

En 1999 l’Assemblée générale des Nations unies déclarait que le 25 novembre serait désormais la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes. Depuis, chaque année, les associations féministes se rassemblent pour interpeller les gouvernements et faire reculer les violences sexistes. [Lire la suite]

Le Monde.fr

Conseil fédéral des Verts (EELV) : « Un bunker médiatique ? »

EELV tient un Conseil fédéral à Paris après une semaine agitée, entre parachutage de Duflot à Paris et bouderie d’Eva Joly. Les seules images autorisées dans les JT seront celles filmées par les Verts eux-mêmes. Censure ?

C’est un petit écho déniché dans un petit coin du quotidien « Libération ». Une petite info comme on les aime, tant elles en disent plus long qu’il n’y paraît. Jugez-en : ce samedi, se tient le Conseil fédéral des Verts (EELV) à Belleville, réunion cruciale, après une semaine agitée où Cécile Duflot a conclu un accord avec le PS d’Aubry qui a réussi le double exploit de mettre le feu à la gauche parisienne et d’humilier la candidate écolo Eva Joly, tenue à l’écart de tout.

Dans ce contexte, cette réunion est très attendue, notamment par la presse, écrite et audiovisuelle. Et c’est là que le petit écho de Libé devient passionnant : »Le débat au conseil fédéral devant les 150 délégués d’EE-LV dans le local de la CFDT à Belleville se tiendra à huis clos. Devant les seules caméras internes du parti et sans les journalistes(…). »

Le communiqué de presse le confirme: « Les images de l’intervention de Cécile Duflot pendant les travaux et du vote seront produites par nos soins et disponibles dès 19 heures. » [Lire la suite]

Le plus.le nouvel Observateur

Libération.fr

Nantes : des féministes manifestent mais Bertrand Cantat joue tout de même

Après s’être retiré de la programmation du Festival In d’Avignon au printemps dernier (suite à la polémique et à la réaction indignée de Jean-Louis Trintignant), l’ex-leader de Noir Desir Bertrand Cantat joue actuellement au Grand T de Nantes le spectacle de Wajdi Mouawad « Des femmes » qu’il aurait par ailleurs dû honorer de sa présence en juillet dernier à la carrière de Boulbon.

Ce week-end, une dizaine de militantes du Mouvement des femmes solidaires a distribué des tracts à l’entrée des parking de ce théâtre breton, afin de manifester leur mécontentement devant la présence du chanteur qui entraîna la mort de l’actrice Marie Trintignant, tombée sous ses coups en 2003. Cantat est sur scène à Nantes jusqu’au 25 septembre.

La Provence

Bertrand Cantat à l’affiche d’un spectacle sur la violence faite aux femmes

L’association militante et féministe Simone de Beauvoir a tenu à faire savoir son indignation quant à la présence de l’ancien chanteur de Noir Désir dans la trilogie Des femmes, rassemblant les pièces de Sophocle : Antigone, Electre et Les Trachiniennes.

« Nous avons été informées de la venue sur les planches du Grand T de Bertrand Cantat à l’occasion de la trilogie Des Femmes. Cette trilogie met en scène des femmes en butte à l’ordre patriarcal et qui en mourront. »

L’Espace Simone de Beauvoir, association militante féministe nantaise, poursuit  :

« Fallait-il choisir précisément ces pièces de Sophocle, qui traitent notamment de la violence faite aux femmes, pour réhabiliter un homme qui a tué sa compagne ? ! »

Ouest-France

Après Bertrand Cantat, le chanteur Cheb Mami indésirable à Montréal

Après Bertrand Cantat, c’est au tour du chanteur de raï, Cheb Mami, d’être déclaré persona non grata au Canada. S’étant accordé quelques jours de réflexion, le festival du Monde arabe (FMA) de Montréal a annoncé, mardi 9 août 2011, l’annulation du spectacle de l’Algérien. Un spectacle qui était initialement prévu le 26 novembre. Agé de 45 ans, Cheb Mami a été condamné à cinq ans de prison en 2009, pour avoir tenté de faire avorter de force une ex-compagne. Il a été libéré en mars dernier. [...]

La Presse de Tunisie

Bertrand Cantat de retour sur scène : c’est la polémique au Québec

L’ancien chanteur de Noir Désir va se produire dans la pièce d’un de ses amis. Mais au Canada, l’annonce de sa présence sur scène a déclenché un vif débat.L’initiative du Théâtre du Nouveau Monde de Montréal qui a invité l’ancien chanteur de Noir désir, Bertrand Cantat, à se produire sur scène en mai 2012, a suscité de nombreuses réactions négatives au Québec.

Mais la directrice du théâtre Lorraine Pintal a déclaré qu’elle n’avait pas l’intention de revenir sur sa décision d’inviter Bertrand Cantat à composer la musique d’une tragédie de Sophocle et à se produire sur scène dans le cadre de ce spectacle fleuve. C’est le journal Le devoir qui en avait fait l’annonce lundi. Le spectacle est mis en scène par l’ami du chanteur français, le Libano-Canadien Wajdi Mouawad.

Cependant, la directrice du théâtre a admis, vu les réactions, mais aussi la véhémence de certains médias québécois qui lui ont prêté l’intention de vouloir

faire applaudir un criminel »,

que le metteur en scène et le musicien devaient réfléchir à ce qu’il convient de faire. Sur le site Cyberpresse, le Théâtre du Nouveau Monde dit être « dépassé » par les évènements.[...]

Un chroniqueur de La presse affirme carrément que Cantat pourrait se voir refuser l’entrée sur le territoire canadien en vertu d’une loi interdisant l’entrée dans le pays aux « coupables à l’étranger d’un crime punissable au Canada par un maximum de plus de 10 ans »… [...]

Sud-Ouest

Cyber Presse