Valls : « la délinquance baisse à Marseille… » (Màj: Belkacem voit « des résultats » – Carlotti: les violences baissent, les choses bougent)

Addendum 22.08.2013: Samia Ghali, sénatrice et maire PS du 8e secteur de Marseille : « j’ai la peur au ventre quand mon fils sort »

« Quand le premier ministre annonce une diminution des arrachages de colliers de 60 %, il oublie de dire que c’est aussi parce que les Marseillaises n’en portent plus. Je pourrais avoir un regard angélique, mais je connais la réalité… En tant que mère, j’ai la peur au ventre quand mon fils sort… »

Le Monde

———————————-

Addendum 20.08.2013: Règlement de compte à Marseille: «Les violences physiques baissent, les choses bougent», selon Marie-Arlette Carlotti

[...] La ministre marseillaise (PS) appelle à un rassemblement de la gauche sur fond de sécurité…

Des trafics de drogue sont démantelés, les violences physiques baissent, les choses bougent.

Nous avons nommé un préfet de police, décidé de faire la métropole et créé les zones de sécurité prioritaires.»

20 minutes

———————————-

Sécurité: Vallaud-Belkacem voit « des résultats » à Marseille

Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole du gouvernement, a assuré mardi que la politique de sécurité de l’Etat à Marseille donnait « des résultats » qu’on commence à voir ».

« Manuel Valls, le ministre de l’Intérieur, a pris à bras le corps ce sujet », avec « des résultats, d’ailleurs, qu’on commence à voir », a-t-elle affirmé sur i>TELE. [...]

[...] « Rappelez-vous les moyens qui ont été déployés à Marseille », a justifié Mme Vallaud-Belkacem, parlant des « 230 agents de police et de gendarmerie » et des « deux zones de sécurité prioritaire qui ont été créées au nord et au sud de Marseille », des « mesures extrêmement concrètes », selon elle.

La ministre était interrogée après un nouveau meurtre dans le quartier de l’Estaque à Marseille.

Le Parisien
(Merci Julius Tomatojus)

———————–

Manuel Valls a vanté mercredi à Marseille des « résultats encourageants » dans la lutte contre la délinquance, en particulier contre le trafic de drogue dans la cité phocéenne, où les élus de droite lui reprochent un manque de résultats.

Le ministre de l’Intérieur s’est rendu dans la matinée dans la cité des Oliviers, au coeur de la zone de sécurité prioritaire des quartiers nord de Marseille, l’une des deux ZSP mises en place dans la deuxième ville de France.

Prenant en exemple cette cité, qui a été le théâtre d’un règlement de comptes mortel en février sur fond de trafic de stupéfiants, il a affirmé que la délinquance baissait à Marseille dans tous les domaines.

Manuel Valls s’est appuyé sur des chiffres qui, sur les sept premiers mois de l’année, montrent des baisses pouvant atteindre plus de 17% dans le cas des vols avec violences.

Seuls les vols à main armée sont en augmentation de 3,39% par rapport à l’année dernière, a-t-il concédé.

Le ministre a tenu une nouvelle fois à donner une image de fermeté dans laquelle l’opposition voit surtout une posture.

« C’est l’honneur de la gauche de mettre en œuvre une politique particulièrement sévère à l’égard de tous ceux qui s’en prennent à l’autorité de l’Etat », a-t-il dit lors d’un point de presse à l’hôtel de police de Marseille. [...]

Ce nouveau déplacement du ministre de l’Intérieur à Marseille intervient quelques jours après la mort d’un étudiant, vraisemblablement poignardé par un déséquilibré de 41 ans.

Manuel Valls a rencontré les parents, le frère et la soeur de la victime pour leur faire part de la « compassion et de la solidarité du gouvernement ».

« A Marseille encore plus qu’ailleurs, la sécurité doit faire l’objet d’un rassemblement de tous. Tous les élus républicains doivent s’engager ensemble plutôt que de polémiquer entre eux », a-t-il dit en qualifiant de « récupération » l’appel à manifester lancé par les élus locaux du Front national.

Capital

Moody’s abaisse la note de la Belgique de deux crans – Fitch abaisse la perspective de note de la France, etc.

Moody’s a invoqué la détérioration des conditions de financement pour les Etats de la zone euro, les risques pour la croissance de l’économie belge et le coût budgétaire que pourrait avoir le sauvetage de banques, dont Dexia. (…)

Le même jour, l’agence de notation française Fitch Ratings a abaissé à négative la perspective de la note « triple A » de la France, et mis par ailleurs sous surveillance négative les notes de l’Italie, de l’Espagne, de la Belgique, de l’Irlande, de la Slovénie et de Chypre.

Lire l’article en entier…

(Màj vidéo) L’impact de la crise sur l’immigration en Espagne

Pour mieux comprendre l’impact de la crise sur l’immigration en Espagne, nous sommes avec Antoni Segura, professeur d’histoire contemporaine de l’Université de Barcelone.

http://www.dailymotion.com/video/xmge50

Euronews : En septembre dernier, la population immigrante a baissé pour la première fois en 13 ans en Espagne. Comment expliquez-vous cette baisse ?
 
Antoni Segura : Ce déclin a beaucoup à voir avec la crise économique actuelle, puisqu’elle touche aussi, et gravement, l’Espagne, et bien sûr il y a eu une augmentation très rapide du chômage en seulement quelques années. Les secteurs les plus fragiles du marché du travail, c’est-à-dire, les immigrés, sont les premiers à être frappés. Et évidemment, s’il n’y a pas de travail, beaucoup de gens cherchent ailleurs, ou bien ils vont dans un pays tiers, ou bien ils retournent dans leur pays d’origine.

Suite et commentaires sur Fortune

Après la Grèce, l’Espagne inquiète les marchés financiers

Les craintes sur l’Espagne font chuter les Bourses internationales et l’euro. A Paris, le CAC 40 a terminé en baisse de 3,64%, son plus bas niveau depuis 2 mois. Les rumeurs de dégradation de la note de l’Espagne continuent d’inquiéter les marchés. Mais, outre une crise économique, l’Espagne vit aussi une crise morale.

L’UE et le FMI viennent tout juste de débloquer une aide financière à la Grèce et voilà que les marchés s’affolent à nouveau. L’Espagne est cette fois-ci dans leur collimateur.

Des rumeurs selon lesquelles d’autres agences de notation allaient dégrader la note de l’Espagne et selon lesquelles Madrid pourrait demander une aide financière colossale au FMI continuent de faire tanguer les marchés financiers. Moody’s et Fitch ont pourtant assuré mardi que cette dernière restait pour l’instant la plus élevée possible, le fameux triple AAA.

La semaine dernière, l’agence de notation Standard and Poor’s, a dégradé la note de la dette à long terme de l’Espagne. Leurs spécialistes estiment que la croissance morose du pays risque d’empêcher le gouvernement de réduire des déficits qui ont explosé à 11,2% du PIB en 2009.

Suite et commentaires sur Fortune

Grèce : les 3 mensonges des médias et des experts (1)

«Les Grecs vivent au dessus de leurs moyens.» «L’économie allemande est plus vertueuse.» «L’Euro nous protège de la crise.» Ces trois affirmations font partie du mantra néolibéral répété en boucle par les économistes invités sur les plateaux. L’économiste Jacques Sapir démolit consciencieusement ces pétitions de principe.

La Grèce serait l’homme malade de la zone Euro

Les récents événements en Grèce et dans la zone Euro ont donné lieu à beaucoup de commentaires, au sein desquels on peut constater que certains mythes ont la vie (très) dure. Sans prétendre leur faire la peau définitivement, il convient de rappeler ici certains faits, par sympathie pour les travailleurs grecs mais aussi par amour de la vérité.

La presse allemande, et même française, a usé de termes, en réalité, bien plus injurieux. On se souvient des « cueilleurs d’olives » et même de l’exécrable calembour (la « mauvaise Grèce ») par lequel un quotidien français s’est déshonoré. Il convient de rétablir ici les faits.

Suite et commentaires sur Fortune

La crise va toucher tout le monde développé

Le trou noir financier s’élargit. Après la Grèce et le Portugal, l’Espagne a vu sa note abaissée par l’agence Standard & Poor’s, le 28 avril. La dynamique négative semble de moins en moins contrôlable.

La Grèce poursuit son vol en spirale vers une sorte de trou noir. Et elle entraîne à sa suite d’autres pays. “La contagion a commencé,” assurait le Secrétaire général de l’OCDE, Ángel Gurria, et la baisse de la note de l’Espagne par l’agence Standard & Poor’s ne fait qu’ajouter aux incertitudes. La dégradation de la dette souveraine d’un pays comme l’Espagne a notamment pour conséquence une hausse permanente du coût des capitaux. Il en résulte un enchérissement de la dette, qu’elle soit publique ou privée. “Dans un pays aussi endetté que l’Espagne, c’est une très mauvaise nouvelle,” résume Carmen Reinhart, économiste à l’université du Maryland. Mais cette fois la donne a changé.

Je crains que le Portugal n’aie déjà les plus grandes difficultés à sortir de cette spirale que constitue une attaque spéculative,” explique Charles Wyplosz, de l’Institut universitaire de hautes études internationales à l’université de Genève. « L’Espagne a encore quelques semaines pour agir. Le plan d’austérité budgétaire n’est déjà plus suffisant (…). Il faut des accords rapides, des mesures d’urgence, profondes, peut-être suivre l’exemple de l’Allemagne et interdire les déficits publics par la loi ; quelque chose de radical.”

Suite et commentaires sur Fortune

La dette publique menace de relancer la crise financière mondiale, selon le FMI

Le Fonds monétaire international a prévenu que la crise financière mondiale pourrait entrer « dans une nouvelle phase, » nourrie par un gonflement de la dette des États qui risque de raréfier le crédit nécessaire à la croissance.

« L’attention s’est tournée vers les risques liés aux dettes des États qui pourraient saper les progrès dans la stabilité et faire entrer la crise du crédit dans une nouvelle phase« , a affirmé le FMI dans son rapport semestriel sur la stabilité financière dans le monde.

Dans cette nouvelle phase, si les États continuent d’emprunter des montants aussi élevés pour combler leurs déficits, les fonds disponibles pour le reste de l’économie seront limités.

« La demande croissante du secteur public risque d’évincer le secteur privé du crédit« , et « une hausse des primes de risque pour les États pourrait faire monter les coûts des emprunts pour le secteur privé« , a expliqué le Fonds.

Suite et commentaires sur Fortune

Le foot français au bord du gouffre ?

La DNCG a adressé un rapport alarmiste sur la situation économique du football français dont le bilan financier pourrait être déficitaire de 100ME à la fin de la saison. Des mesures drastiques sont indispensables selon l’instance sous peine d’une grave crise.

1604511130_small_dbd43La crise est passée par là. Et ses conséquences, conjuguées à une mauvaise gestion des clubs depuis de trop nombreuses années, pourraient directement conduire à la plus grosse crise économique que le football professionnel français n’ait jamais connu. C’est en tout cas ce que semble indiquer un rapport confidentiel de la DNCG (Direction Nationale du Contrôle de Gestion) .

Selon l’instance, qui a transmis ce document au comité exécutif du syndicat des clubs, une énorme crise est à prévoir pour l’ensemble des équipes de Ligue 1 et de Ligue 2, évoquant même une situation « insupportable pour la majorité des clubs et en particulier les petits et les moyens.» A la fin de la saison, le foot pro français devrait être déficitaire de 100ME !

« Si rien n’est fait, l’exercice 2010-2011 pourrait être très difficile pour les deux tiers des clubs, » annonce la DNCG, estimant que les clubs n’ont plus les moyens de leurs ambitions. L’instance estime que pour rectifier durablement le tir, il va falloir rapidement passer à une Ligue 1 à 18 clubs, réduire les effectifs à 23 joueurs par équipe, des salaires en baisse…

Suite et commentaires sur Fortune

Prévisions alarmantes sur la dette des États

Le vieillissement de la population et le déséquilibre entre actifs et retraités vont creuser les déficits.

Obama portant des seaux aux noms évocateurs (banques, AIG, constructeurs automobiles, crédits immobiliers...) et allant traire la vache à lait du Trésor public : "Bon-jour, Rayon de Soleil !" (titre d'une chanson)

Le diagnostic est connu. La crise est historique ; les finances publiques en chute libre. Déficits et dettes ont augmenté de façon exponentielle sous le coup des plans de relance, des sauvetages de banques et de la baisse d’activité. L’OCDE prévoit en 2011 une dette des pays industrialisés à plus de 100 % du PIB. Un niveau difficilement soutenable. Mais si ces dettes s’envolaient à 200, 300, voire 400 %… Ce scénario catastrophe n’est pas tiré d’un livre de science-fiction mais d’une étude de la très sérieuse Banque des règlements internationaux (BRI).

Suite et commentaires sur Fortune

La presse écrite française sous perfusion

Voici la diffusion (payée) en France des principaux quotidiens nationaux 2007/2009, avec [un] estimatif 2010.

Cliquez sur le tableau pour l'agrandir

Il faut cependant noter que la presse quotidienne régionale dépasse largement la presse nationale au niveau des ventes. Selon l’OJD (1er mars 2009), le quotidien le plus vendu était le quotidien Ouest-France avec 768 226 exemplaires vendus(moyenne par jour).

L’association OJD est une association professionnelle française dont le rôle est de certifier la diffusion, la distribution et le dénombrement des journaux, périodiques et de tout autre support de publicité.

Nous avons donc 1 934 261 journaux (payés) diffusés en 2008 et 1 860 732 en 2009 ; donc, 73 529 de moins en un an, soit –3,8% et cela n’est pas près de s’arrêter.

Suite et commentaires sur Fortune

La gauche entre l’Agence Fitch et les classes moyennes de Grèce et d’ailleurs

La radicalisation de la situation en Grèce fait peu réagir les dirigeants socio-démocrates européens et français. Il leur faudra pourtant bientôt choisir leur camp : soit obéir à l’agence Fitch qui menace de baisser la note de la France et [de] la Grande-Bretagne, soit affaiblir son pouvoir en légiférant contre le pouvoir des marchés financiers.

Dans son livre « La dernière bulle », publié cet automne, Jean-Michel Quatrepoint avait parfaitement prévu ce qui se déroule sous nos yeux : les masses financières des banques, renflouées par les plans de relance, vont permettre aux traders de spéculer sur la dette des Etats. Les CDS ont été l’instrument de ces manipulations. Et quand les chefs d’Etat de l’Union européenne s’intéressent enfin au sujet, il est bien tard et ils apparaissent, une fois de plus, à la traîne les opérateurs financiers.

Suite et commentaires sur Fortune