Allemagne : un demandeur d’asile refoulé menace l’hôtesse de l’air. L’avion fait demi-tour

Un demandeur d’asile kosovar, expulsé d’Allemagne, a menacé une hôtesse de l’air de la compagnie aérienne Lufthansa avec un objet coupant, contraignant le pilote à faire demi-tour pour revenir à Munich.

Ce Kosovar âgé de 28 ans avait été mis sur le vol avec 82 personnes à bord et sans escorte policière dans le cadre d’une reconduite aux frontières.

Peu après le décollage, il a menacé une hôtesse de l’air avec un objet coupant . Le pilote a alors décidé de faire demi-tour pour revenir à l’aéroport de Munich.

Une fois l’avion atterri, les passagers ont été évacués de l’appareil. Des policiers aidés par un interprète ont toutefois convaincu le jeune homme de se rendre.

L’hôtesse de l’air souffre d’une rougeur au cou tandis qu’une autre a été légèrement blessée à une main et une troisième était en état de choc.

La police a expliqué que le jeune homme ne voulait pas retourner en Hongrie où il a déposé une demande d’asile. Il était entré illégalement en Allemagne et avait été arrêté.

Le Matin.ch

Malaysia Airlines : Perquisition au domicile du pilote. L’avion pourrait servir de «missile de croisière» ? (MàJ N°2)

Addendum 16.03.2014 :

Le Boeing de Malaysia Airlines mystérieusement disparu depuis une semaine pourrait avoir été détourné et caché pourrait servir plus tard de «missile de croisière», a déclaré dimanche 16 mars le président de la commission de Sécurité Intérieure à la Chambre des représentants américaine, Michael McCaul.

«Toutes les pistes mènent au cockpit, avec le pilote lui-même et le copilote», a déclaré McCaul sans pouvoir donner d’autres précisions.

Michael McCaul a souligné qu’à l’heure actuelle il n’est pas sûr que la disparition du Boeing 777 dans d’étranges circonstances soit liée à un acte de terrorisme, dans une interview à la chaîne Fox News. Mais selon lui les autorités américaines sont soucieuses à l’idée que l’avion ait pu atterrir quelque part pour être caché et ensuite réutilisé comme une puissante arme de destruction.

L’avion a pu prendre deux directions après sa disparition : une au nord, vers le Kazakhstan, mais l’appareil aurait certainement été repéré par des radars. L’autre hypothèse est qu’il soit allé atterrir dans un pays comme l’Indonésie, et il pourrait être réutilisé par la suite comme un missile de croisière, comme l’ont fait les terroristes du 11-«Septembre», a déclaré Michael McCaul. […]

Nouvel Obs


Addendum 15.03.2014 :

Zaharie Ahmad Shah est un vétéran de l’aviation, qui compte plus de 18 000 heures de vol. Les enquêteurs se penchent donc sur les personnes à bord de l’appareil pour savoir qui avait les compétences techniques pour piloter un Boeing 777. La vie des pilotes est également étudiée.

Le Parisien

Les mouvements du vol MH370, disparu il y a une semaine, après avoir quitté la route qu’il aurait dû suivre, ont été provoqués par «une action délibérée», a annoncé samedi 15 mars le Premier ministre malaisien Najib Razak, qui n’a cependant pas confirmé un détournement. Le radar a continué de détecter un appareil pendant plusieurs heures, après que le vol MH370, avec 239 personnes à bord, a disparu des écrans des radars civils

Les systèmes de transmission de données du Boeing 777 «ont été désactivés», a-t-il ajouté lors d’une conférence de presse, mais des contacts satellites ont été relevés pendant quelque six heures après la disparition de l’avion des écrans radars civils. L’appareil était alors à mi-chemin entre les côtes de Malaisie et du Vietnam, une heure après son décollage de Kuala Lumpur, à destination de Pékin, avec 239 personnes à bord.

«Malgré des informations de presse évoquant un détournement, je souhaite être très clair : nous en sommes encore à enquêter sur toutes les possibilités qui ont pu provoquer le changement de direction du MH370», a-t-il dit.

Il a également annoncé l’arrêt des recherches en mer de Chine méridionale, en raison de ces informations indiquant que l’appareil avait dévié sa route vers l’ouest de la péninsule malaisienne. […]

Le Nouvel Obs

Charles-de-Gaulle : La sentinelle du Golfe (Vidéo)

Quelque part au large des côtes iraniennes, les avions de chasse de l’armée française décollent jour et nuit du pont du Charles-de-Gaulle.

A bord du porte-avions, la tension est palpable. Protégé par deux frégates et un sous-marin nucléaire, le ” Charles ” participe à des manœuvres à grande échelle en compagnie de la Marine de guerre américaine dans le golfe d’Oman.

Des pilotes aux matelots, en passant par le commandant du navire, Aurélien Chapalain a pu partager le quotidien des 1.900 hommes et femmes du seul porte-avions français.

Ivre, Joey Starr est débarqué d’un vol Nice-Paris. Màj : Air France porte plainte

Addendum : Nouveau déboire judiciaire en perspective pour l’ex-chanteur de NTM. Air France a porté plainte contre le rappeur et acteur Didier Morville, alias JoeyStarr, débarqué samedi d’un vol Nice-Paris pour « comportement inacceptable sous l’emprise de l’alcool ». (…) L’acteur est un habitué des prétoires. Il a été condamné 14 fois notamment pour avoir agressé une hôtesse de l’air.

(…) Le Parisien

——————————–

Joey Starr fait encore parler de lui dans la rubrique faits divers. Ce samedi, le rappeur et comédien a dû être débarqué d’un vol Nice-Paris pour « comportement inacceptable sous l’emprise de l’alcool ». Il a été placé en début d’après-midi en cellule de dégrisement par les services de la police aux frontières.

C’est le commandant de bord lui-même qui a dû prendre cette décision compte tenu l’état du comédien, actuellement en tournage à Cannes pour « 36 heure à tuer », le prochain film de Tristan Aurouet.

(…) Le Parisien

Centrafrique : Hollande et l’incident secret de Bangui

Mardi soir, alors que François Hollande s’apprête à repartir de Centrafrique après une halte éclair, des Séléka armés jusqu’aux dents se plantent devant le Falcon 7 X du président. Récit.

Coup de chaud à Bangui ! Lors de son escale express en Centrafrique, au retour de l’hommage à Nelson Mandela en Afrique du Sud, François Hollande a peut-être échappé au pire. Il est 19h15 mardi quand son Falcon 7X se pose sur le tarmac de l’aéroport M’Poko, dans la capitale Centrafricaine Cette étape à haut risque, l’Elysée l’a calée dimanche dans le plus grand secret, sécurité oblige. Chef d’état-major particulier du président, le général Benoît Puga, qui a servi en Centrafrique, a tout préparé avec les militaires français sur place pour sécuriser la zone. Car les hommes du président savent la situation chaotique… Dans la nuit précédant la visite, deux soldats français de 22 et 23 ans sont morts dans une embuscade, sans doute tendue par les Séléka. « Et ça tirait encore autour de l’aéroport quand l’avion s’est posé », confie une source en haut lieu.

Dans l’appareil qui compte une quinzaine de sièges, François Hollande, Laurent Fabius, Valérie Trierweiler, Benoît Puga, la Madame Afrique de l’Elysée Hélène Le Gal, une conseillère com, un photographe et, côté « bodyguards », la chef du GSPR (Groupe de sécurité de la présidence de la République) Sophie Hatt, ainsi qu’un officier qu’on appelle le Siège, chargé de porter la valise de protection en kevlar.

Deux 4 x 4 et cinq pick-up font irruption dans la nuit

Dans le pavillon présidentiel de la base militaire qui jouxte l’aéroport, sorte de zone VIP, le président français s’entretient depuis une quinzaine de minutes avec Michel Djotodia, président de transition imposé par les Séléka, ces miliciens musulmans qui ont chassé le président Bozizé en mars. Depuis, ils sèment la terreur. Et se plient de très mauvaise grâce à l’opération Sangaris de désarmement engagée à Bangui il y a quelques jours.

« Djotodia était en panique de rencontrer Hollande. Il avait peur qu’il lui demande de dégager », confie-t-on à Paris.

D’où, dans l’air, une certaine électricité… Hollande, de fait, se montre inflexible sur l’organisation d’élections d’ici un an, mais fait savoir à son « homologue » qu’il restera en fonctions d’ici là.

A l’extérieur, les hommes de Djotodia l’ignorent. Ont-ils alors tenté une manœuvre d’intimidation? Le Falcon 7X est stationné sur le tarmac quand, soudain, deux 4 x 4 et cinq pick-up font irruption dans la nuit. Ils se postent en face de l’avion présidentiel. « Ça a été la panique du côté des forces spéciales qui protègent l’appareil », témoigne une source locale en décrivant la scène. A bord de chaque véhicule, une dizaine d’hommes en uniforme, armés jusqu’aux dents. Ils sortent des pick-up, kalachnikovs à la main. Personne n’est mis en joue, mais la situation reste très critique. Hollande n’est qu’à quelques dizaines de mètres des canons de leurs mitrailleuses. Et dans l’un des véhicules, un jerrican fait craindre le pire aux militaires français…

Un général soudanais de la Séléka sort d’un des véhicules et discute avec eux. Puis finit par ordonner à ses acolytes de remonter à bord des pick-up et de quitter les lieux. Plus de peur que de mal, certes. La scène ne dure que cinq minutes. Mais malgré le couvre-feu et l’interdiction de sortir armé, les Séléka sont parvenus à s’approcher dangereusement du chef de l’Etat, à deux pas d’un camp militaire français! « On a eu chaud, raconte un témoin de la scène. On ne sait pas comment ils ont fait pour arriver là. Cet aéroport est une vraie passoire… » « Ça a été très, très tendu », avoue-t-on à l’Elysée…

Le Parisien

Avion/violences : Johnny B., Johnny C. et Dimitri S. condamnés à des travaux d’intéret général (màj)

Addendum 28/08/13

Ce mardi, le tribunal correctionnel d’Arras jugeait trois individus interpellés lors de heurts avec la police à Avion (Pas-de-Calais) qui ont eu lieu du 13 au 16 août après un accident où un jeune pilote de scooter avait été grièvement blessé. Les prévenus devront effectuer des travaux d’intérêt général.

Hebergeur d'image

Ce ne sont «pas des incendiaires, ni des émeutiers», comme le souligne la procureur Élise Bozzolo, qui étaient jugés, ce mardi soir, par le tribunal correctionnel d’Arras (Pas-de-Calais). Les trois prévenus sont plutôt des individus lambda qui, par effet d’entraînement ou par défi, ont participé aux heurts qui ont agité la ville d’Avion durant trois nuits de la mi-août. C’est lors de la deuxième que Johnny B., 20 ans, Johnny C., 30 ans, et Dimitri S., 19 ans, ont été interpellés par les forces de l’ordre, au cœur de «faits qui ont fait grand bruit», estime encore la procureur. [...]

Aux deux premiers, dont les casiers sont vierges, c’est la «participation armée à un attroupement après sommation de se disperser». Pour le troisième, c’est «sans arme» qu’il a refusé de se disperser, mais avec un laser bleu pointé vers les forces de l’ordre pour les aveugler. [...]

Le Figaro

________________________________

16 août 2013 : A l’origine, des propos racistes d’un policier ?

Tout commence peu après l’accident de scooter. Un bus passe à proximité et selon plusieurs jeunes habitants du quartier demande aux policiers ce qu’il s’est passé. « Un de moins » répond un policier toujours selon plusieurs témoignages de personnes présentes sur les lieux à ce moment. Des propos qu’ils jugent clairement racistes et qui déclenchent de la colère. Des personnes racontent que le policier se serait ensuite réfugié dans sa voiture. Voiture bousculée par plusieurs jeunes. La tension monte. Un autre policier tente de calmer le jeu : « C’est un bleu. Il est nouveau… » Devant la colère des jeunes, un policier aurait même conseillé de porter plainte.

Voilà ce que racontent depuis 3 jours de nombreux habitants du quartier. Une rumeur trop vite répandue ? Un malentendu ? Ou une histoire qui mérite qu’on s’y attarde ? Plusieurs jeunes habitants répètent en tout cas inlassablement que ces propos jugés racistes ont tout déclenché et provoqué les tensions des nuits suivantes. Une façon de « justifier leurs actes » délictueux.

(…) France 3 Nord Pas-de-Calais

——————————————–

Addendum 16.08.2013: 

La ville d’Avion a connu de nouveaux incendies criminels dans la nuit de jeudi à vendredi, mais hors du quartier République, sous surveillance policière après deux nuits de violences urbaines, et quatre personnes ont été interpellées, a-t-on appris auprès de la préfecture.

(…) Le Point


Addendum 15.08.2013: 
Avion (Pas-de-Calais) a connu entre mercredi et jeudi sa deuxième nuit consécutive de tensions entre jeunes et policiers, visés par des pierres dans un quartier sensible. Quatre personnes ont été arrêtées.

La nuit dernière n’a pas été aussi chaotique que la précédente, mais une centaine de jeunes ont à nouveau provoqué les forces de l’ordre dans le quartier République à Avion.

Le maire, Jean-Marc Tellier, espérait mercredi matin avoir rétabli le dialogue avec les habitants de ce quartier sensible mais « calme depuis plusieurs années ». Malheureusement, ils avaient décidé d’aller à nouveau à l’affrontement avec les policiers. [...]

LCI/TF1 / La Voix du Nord

—————–

Un quartier sensible d’Avion (Pas-de-Calais), près de Lens, a connu dans la nuit de mardi à mercredi des tensions entre jeunes et policiers.

A 0’46: « Y’a un policier qui l’a parlé, il a dit comme ça, mot pour mot, un arabe en moins, un de moins [..] c’est des propos racials ! c’est des propos racials ! [...] « 

Les tensions ont débuté mardi en fin d’après-midi alors que des policiers se rendaient sur les lieux d’un accident, dans lequel un jeune, qui habiterait le quartier, a été grièvement blessé après avoir percuté un véhicule en stationnement alors qu’il roulait à vive allure, a indiqué Georges Bos, directeur adjoint du cabinet du préfet du Pas-de-Calais.

Les policiers ont été pris à partie par des jeunes présents sur place, dans le quartier République, et la situation « a commencé à dégénérer », a-t-on ajouté de même source.

Une cinquantaine de jeunes, organisés en petits groupes, ont dans la nuit brûlé quatre poubelles, deux véhicules de particuliers et ont mis le feu à une friterie, où une bouteille de gaz a explosé, ainsi qu’à la réserve d’un magasin Leader Price, selon M. Bos. Les pompiers, arrivés sur place une première fois, ont dû appeler les forces de l’ordre en renfort pour intervenir, ont-ils expliqué. Une trentaine de policiers ont été envoyés en renfort dans la nuit, mais il n’y a pas eu « d’affrontements directs entre les jeunes et les forces de l’ordre », ni « de jets de quoi que ce soit », a déclaré M. Bos.

(…) Le Parisien

Merci à Antibarbare et Marino

Un passager clandestin mort dans un train d’atterrissage à l’aéroport de Roissy CDG

Le corps d’un homme jeune, de type africain, a été découvert ce lundi matin dans le train d’atterrissage d’un boeing 767 de la compagnie Camair-Co à l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle. Il est probablement mort de froid.

Une autopsie aura lieu ce lundi ou demain mardi. Le corps a été repéré dans le train d’atterrissage avant par le personnel de l’aéroport. L’avion venait du Cameroun, de l’aéroport de Yaoundé. Il avait atterri à Paris, ce matin, à 8h27. Les enquêteurs n’ont retrouvé aucun papier d’identité sur la victime.

France Bleu
(Merci à Gonedesouche)

Un député néo-zélandais interdit aux musulmans l’accès aux compagnies aériennes occidentales

[...] C’est depuis la lointaine Nouvelle-Zélande qu’une injonction infâme a fusé, sous la plume corrosive d’un député néo-zélandais Richard Prosser, qui a appelé à frapper tous les hommes musulmans, dans la force de l’âge, d’interdiction de vol à bord des compagnies aériennes occidentales. Rien que ça !

« Si vous êtes un jeune homme, entre 19 et 35 ans, et que vous êtes musulman, ou que vous ressemblez à un musulman, et si vous venez d’un pays musulman, alors, sachez que vous n’êtes pas le bienvenu à bord des compagnies aériennes occidentales », fulmine le parlementaire dans une généralisation outrancière et inconséquente, qui contribue à alimenter le sinistre fantasme du musulman terroriste en puissance.

A trop forcer le trait, l’élu du peuple, grand pourfendeur de l’islam, achèvera de se discréditer en signant une métaphore raciste que n’aurait pas reniée la dynastie Le Pen : « Je ne vais pas tolérer que les droits de mes filles et les libertés des autres Néo-Zélandais et Occidentaux soient piétinés par une meute de troglodytes misogynes de Wogistan. » [...]

Hebergeur d'image

Oumma

Merci à Zatch

Des islamistes jugent le film Spider-Man trop osé : incident sur un vol Egyptair (màj)

Addendum :

Selon le quotidien Arabophone Akhbar Al Yaoum et des passagers présents sur le même vol, les députés islamistes marocains hommes et femmes, ont  été scandalisés par la diffusion d’un film, qui n’était autre que Spiderman, selon eux ce film  comportait des  scènes jugées ‘obscènes ». [...]

Hebergeur d'image

Hebergeur d'image

Achnoo

Merci à Neuneu.

_________________________________

La diffusion d’un film comportant des scènes jugées trop osées par certains passagers a entraîné un incident lors d’un vol Egyptair entre Le Caire et Casablanca transportant une délégation du parti islamiste au pouvoir au Maroc, qui exigé l’interruption du film.

L’incident, relaté dans un quotidien marocain, « s’est déroulé jeudi dernier » à bord d’un vol Egyptair parti du Caire à destination de Casablanca au Maroc. Les faits sont par ailleurs confirmés par un député du parti marocain Justice et développement (PJD), qui était à bord de l’appareil.

A l’origine de l’affaire, un film jugé trop osé diffusé pendant le vol. Ce film comportait « des scènes portant atteinte à la pudeur, et nous avons protesté, ainsi que d’autres voyageurs, pour en changer », explique le député, coordinateur de la délégation du PJD qui rentrait d’un séjour officiel à Gaza. [...]

TF1 News

Marignane (13). Un avion braqué en pleine nuit

Cinq malfaiteurs lourdement armés ont réussi à pénétrer dans l’enceinte de l’aéroport de Marignane, cette nuit vers 3h30, après avoir défoncé le grillage avec une BMW volée. Ils se sont dirigés vers la zone de frêt et ont braqué le pilote et le copilote d’un avion en provenance de Paris, appartenant à la société Europe Air Post. Ils sont finalement repartis avec les sacs de voyage des pilotes…

La Provence

Merci à NP2