Charente : un maire veut armer son village

Le maire d’une commune rurale de Charente, dont un administré vient de se faire agresser à son domicile, va proposer aujourd’hui au conseil municipal de doter les quelque 300 foyers d’une bombe lacrymogène afin d’éviter  que ne « ressortent les fusils ».

« Tout le monde a des fusils ici », assure Didier Jobit, le maire de Magnac-Lavalette-Villars, 450 habitants, auprès duquel la population, choquée par cette agression, a dit son intention de s’armer. Dimanche, un retraité de 72 ans a reçu un coup de fusil sans trop de gravité dans la mâchoire après s’être débattu avec un homme cagoulé qui a sonné à sa porte en lui demandant « de l’argent ». « On était pas loin de la carotide », a soufflé la victime, Lucien Sénillout, dit « Lulu », une large entaille sous la mâchoire.  »Lulu a bien fait de résister, s’il ne l’avait pas fait, on ne sait pas où ça se serait arrêté », a soutenu le maire, estimant cependant qu »‘une arme chargée chez soi ce n’est pas normal, on peut commettre l’irréparable, agression à domicile ou pas ». [...]

Le Figaro

Le braqueur de Nice venait de bénéficier d’un aménagement de peine, la légitime défense écartée (MàJ)

Addendum 13/09/13

Le braqueur de Nice venait de bénéficier d’un aménagement de peine

Après l’émotion, les questions. Quarante-huit heures après la mort d’un jeune homme de vingt ans, mortellement blessé mercredi par le propriétaire de la bijouterie niçoise qu’il braquait avec un complice, le passé de la victime – et son suivi judiciaire – pourrait provoquer un début de polémique.

Selon nos informations, Anthony A. possédait un casier judiciaire déjà bien fourni, au regard de son jeune âge. Ainsi, la victime avait déjà été condamnée à quatorze reprises (dont treize fois par le tribunal des mineurs) entre janvier 2006 et octobre 2011. Toujours selon nos informations, le jeune homme aurait effectué son dernier séjour en prison à Grasse entre les mois d’octobre 2011 et d’août 2013, avant de bénéficier d’un placement sous bracelet électronique. Une surveillance qui a pris fin moins de quinze jours avant le braquage dans lequel le jeune homme a perdu la vie.

Le Point

 

 

: Le procureur de la République de Nice, Eric Bedos, n’a pas retenu la thèse de la légitime défense. Lors d’une conférence de presse, il a estimé que « la vie d(evait) être préservée en toutes circonstances ». Le procureur a par ailleurs requis l’assignation à résidence avec un bracelet électronique de ce père de famille de 67 ans sans antécédent judiciaire.

(…) Le Parisien

——————————————————

Page de soutien Facebook au bijoutier : ici (déjà 483 000 likes à 17h00)

Lire la suite

« Nous savons très bien que la délinquance est liée à l’immigration » (RMC)

Dans les GG de RMC, un policier à la retraite rebondit sur le drame de Marignane pour aborder le laxisme de la France face aux voyous et la question de l’auto-défense. Alors qu’il dénonce les délinquants issus de l’immigration, c’est la panique chez Marie-Anne Soubré et le sociologue Serge Dufoulon.

« Je pense que l’évolution de cette société est liée également à un multiculturalisme et à une immigration qu’on n’a pas contrôlée. » – Denis

« Je voudrais rappeler qu’en France, un journaliste a été condamné pour avoir dit que majoritairement dans les prisons, il y avait un certain type de population. C’est quand même le seul pays d’Europe dans lequel on conteste une réalité statistique ! » – Pascal Perri

« Tu peux faire tous les constats du monde ! Que en prison il n’y ait que des manchots, des manchots soient des criminels. Où qu’il n’y ait que des gens d’origine maghrébine etc. Ça ne prouve aucun lien entre immigration et délinquance ! [...] C’est pas parce qu’ils sont maghrébins ! Faut arrêter avec les maghrébins ! » – Serge Dufoulon

A relire :

Une vidéo confirme que Clément Méric a agressé Esteban Morillo par derrière (MàJ)

Addendum 03.08.2013 :

Clément Méric, victime d’un coup monté ?

Un certain nombre d’indices convergents semble attester que l’affaire « Clément Méric » serait bien un coup monté, planifié à l’avance avec la complicité de la police et de ses services de Renseignement intérieur. La thèse, qui n’est pour l’instant qu’une hypothèse, semble énorme. Pour l’étayer, il nous faut répondre à plusieurs questions : pourquoi ?, comment ?, quels sont les faits ?, à qui profite le crime ?

Pourquoi organiser médiatiquement la mort de Clément Méric de Bellefon ?

Une constante sociologique bien connue, notamment en Histoire des religions mais aussi des courants politiques, stipule que la fabrication d’une martyrologie est un passage obligé pour lancer un mouvement idéologique à partir de rien. Il est entendu que les mouvements d’idées ne naissent pas tous de rien, ex nihilo : certains expriment une vraie nécessité populaire ancrée dans le réel et leur émergence est spontanée. Ils se diffusent ainsi de façon quasi naturelle, mémétique, par le bouche à oreille, et leur succès est indépendant du Pouvoir en place. À l’opposé, « l’antifascisme » spectaculaire qui essaye d’exister dans les médias dominants depuis quelques mois est un phénomène hors sol, sans ancrage dans la population et sans référent objectif dans le réel ; cet « antifascisme » ne relève que d’une bulle spéculative virtuelle, celle des « remue méninges » et des brainstormings des salles de rédaction et des think tanks de consultants où s’élaborent les scénarios et les virus mentaux que l’on tente ensuite d’inoculer au peuple (le storytelling). Lionel Jospin interviewé par Alain Finkielkraut avouait un jour que la « menace fasciste » dont on nous cause en France depuis les années 1980 était entièrement fictive et que l’antifascisme n’était que du théâtre. Notre ex-premier ministre sait de quoi il parle, ayant été lui-même un acteur de premier rang de cette mise en scène étalée sur des décennies. Dans ces conditions, il n’est guère étonnant que le couple « menace fasciste + antifascisme » ne rencontre aucun écho dans la population française. Mais le Pouvoir dispose de gros moyens et ne ménage pas ses efforts pour répondre à la question : « Comment faire exister en représentations quelque chose qui n’existe pas dans le monde réel ? »
La suite sur Scriptoblog
Addendum 01.08.2013 : Giuseppe Di Bella*, historien, «citoyen engagé», n’apprécie pas l’interview de Serge Ayoub par Dieudonné.

Trente longues minutes entrecoupées d’extraits de vidéos où les militants antifacistes d’extrême-gauche sont présentés comme des ennemis de la démocratie, de la liberté. […]
Des propos indigestes qui ont vraiment du mal à être digérés pour quiconque ayant un minimum d’intelligence, de bon sens.[…]

Dieudonné va trop loin. Il salit la mémoire de Clément Méric et laisse le beau rôle aux véritables ennemis de notre démocratie : l’extrême-droite la plus abjecte et ses groupuscules violents. L’humoriste qui ne fait plus rire grand monde – à part un noyau dur de fans fidèles – se roule allègrement dans la fange et semble s’y complaire. C’est certainement là qu’est sa véritable place…

Le Nouvel Obs
*Giuseppe Di Bella
Ma bio
Je suis engagé dans la lutte contre l’homophobie (mais pas que…). Ex-responsable, ex-chroniqueur d’un important relais d’informations gay et lesbien. Vous pouvez également me retrouver chaque mardi, à partir de 21 h, dans l’émission « Egalité », en compagnie de Cyrille et Christophe, sur Lyon Radio. L’émission n’est pas diffusée en juillet-août, rendez-vous à la rentrée pour une nouvelle formule.
Historien, j’ai longtemps collaboré au BMD (Bulletin Mensuel de Documentation) de feu S.M. le roi Norodom Sihanouk du Cambodge.

Addendum 30/07/13

Affaire Méric : interview de Serge Ayoub par Dieudonné :

Addendum 01/07/13

Dans son émission « On est pas couché » du 29 juin dernier, Laurent Ruquier a évoqué le traitement médiatique et politique idéologique et partisan de l’affaire Méric, dans sa rubrique des « Top Flops » :

[Pour la 1ère fois à notre connaissance, France Télévision fait bloquer une vidéo sur Youtube] :

Heureusement, nous l’avons trouvée sur Rutube :

(Merci à Panoramix)

Addendum 28/06/13

Le « non-violent » Clément Méric était déjà impliqué dans une bagarre le 1er mai.

Lire la suite

Suède : des habitants en colère expulsent une famille Rom de la ville

Le bourg de Storfors en Suède a décidé de se faire justice lui-même. Les habitants en avaient assez des agissements d’une famille qui s’était récemment installée dans la commune. Un soir, vers minuit, un groupe d’une trentaine de personnes se sont rassemblés devant le domicile de la famille en question.

« L’ambiance était très menaçante » a déclaré l’un des agents de police dépêché sur les lieux. La famille a été évacuée et la police l’a aidée à trouver logement temporaire dans une autre commune.

Les habitants estimaient que cette famille s’était rendue coupable de dégradation sur des véhicules, de vols et de troubles à l’ordre public.

[le traducteur de l'article d'origine en suédois indique : l'article ne mentionne pas l'origine ethnique des personnes incriminées, mais il suffit de lire entre le lignes pour comprendre qu'il s'agit de Roms.]

Article en suédoisarticle en anglais.

Violeur de Lyon 8e : face à la peur les étudiantes commencent à « s’armer »

Les armuriers voient passer chaque jour des dizaines d’étudiantes venues s’équiper de bombes de défense. La psychose du « serial violeur » commence à s’installer.

« J’ai acheté une bombe au poivre à ma fille à cause du violeur du 8e arrondissement. C’est elle qui me l’a demandé », lâche Antoinette, une habitante de la rue Lacassagne, dans le 3e arrondissement de Lyon. « Ma fille est étudiante en 2e année de Lettres modernes à l’université Lyon 3. Beaucoup de ses copines se sont équipées. Je lui ai conseillé de l’avoir toujours dans son sac et de l’avoir à porté de main le soir », explique cette maman.

Depuis plusieurs semaines, le « serial violeur » de Lyon 8e affole le milieu étudiant lyonnais. Il ne se passe pas un jour sans qu’une nouvelle rumeur apparaisse sur les réseaux sociaux. Face à la peur, de nombreuses étudiantes ont décidé d’agir. Et beaucoup ont franchi la porte d’un armurier.

« C’est le défilé des étudiantes. Je vends une quinzaine de bombes de défense par jour », explique Cédric Gaggiano, armurier professionnel à Bron. Situé avenue Camille-Rousset, à deux pas de la ligne de tramway T2, c’est l’armurier le plus proche de Grange-Blanche. Et depuis plusieurs jours, il n’arrête pas : « En une semaine, j’ai vendu autant de bombes de défense qu’en un mois normal », commente-t-il. [...]

Le Progrès

Merci à cerisecerise69

Valréas : par « peur de se faire agresser », il sortait lourdement armé

Un homme de 71 ans a été interpellé mardi dans le Vaucluse après avoir effrayé deux adolescentes en leur montrant ses armes. Les gendarmes ont découvert un arsenal dans son coffre. [...]

Le septuagénaire s’est présenté avec son véhicule devant une banque de Valréas avec l’intention de garer sa voiture sur un emplacement occupé par deux jeunes filles âgées de 17 ans, fumant une cigarette adossées à leurs scooter, et peu enclines à lui céder la place.

« L’homme a exhibé une arme de poing, un 6.35, ainsi qu’une bombe lacrymogène » pour faire fuir les deux adolescentes, a raconté à l’AFP un gendarme. Alertés, ces derniers ont interpellé « le retraité irascible » et ont découvert dans son voiture un véritable arsenal : « deux Taser, une bombe lacrymogène, une arme de poing chargée de 7 cartouches, une dague et 24 couteaux ». [...]

Cambriolages : des auditeurs de RMC excédés

Dans Bourdin & Co, des auditeurs victimes de cambriolages récemment  racontent leurs déboires.

« Les cambrioleurs se parfument avec de l’urine d’animaux sauvages qui annihile les chiens domestiques. » – Edouard

« Faut pas s’étonner qu’il y  ait des gens qui prennent des armes et qui tirent. On va en arriver là. […] Moi à deux heures du matin, y a quelqu’un qui force la porte chez moi, il va être reçu… » – Alex

Bourgoin-Jallieu : il asperge d’essence ses agresseurs

Du cran et de la présence d’esprit, ce Beaurepairois en a fait preuve lors d’un minable car-jackinq qui a viré au fiasco.

Dans la nuit de mardi à mercredi, il est 23 h 50 quand cet automobiliste fait le plein pour son Alfa Roméo 156, à la station-essence Leclerc à Bourgoin-Jallieu. D’un coup, trois jeunes gens, le visage encapuchonné, déboulent. L’un, armé d’une matraque électrique, hurle : « Bouge pas ou je tire ». Avant de s’engouffrer dans l’habitacle, place du conducteur. Son premier complice s’engouffre à son tour dans l’Alfa. Mais la victime, le pistolet d’essence à la main, ne va pas se démonter : il asperge d’essence le troisième agresseur. [...]

Le Dauphiné Libéré

Merci à Mielrubis

L’Algérie gangrenée par la délinquance

Deux exemples de la délinquance qui ne cesse de croitre en Algérie, dans le quotidien algérien El Watan.

Wilaya d’Oran : Les habitants de Haï El Nour décident de s’auto-défendre

Agressions l’arme blanche, crimes, rixes, vols avec violence, cambriolages et autres délits sont commis dans ce genre de quartier, et cela, de jour comme de nuit.

A la résidence El Nour, les habitants ont, semble-t-il, trouvé le moyen de se défendre. «On a opté pour l’autodéfense, à eux seuls, les services de sécurité n’arrivent pas à faire face aux délinquants». Dans cette cité, qui a été prise en exemple par d’autres dans le même quartier, des agents de sécurité sont recrutés pour le gardiennage de jour comme de nuit.

A la résidence El Nour, le projet de création d’un poste de contrôle à l’entrée de la cité a été adopté par les habitants qui se sont constitués en comité pour se prendre en charge. «Le poste de contrôle permettra de contrôler les allées et venues dans notre cité, et surtout de ne pas laisser le champ libre aux voleurs».[…]

El Watan

Wilaya de Sétif : recrudescence des vols et agressions à El Eulma

La délinquance sous toutes ses formes, ainsi que de nouvelles mœurs, qui étaient étrangères à la ville d’El Eulma (région de Sétif) il y a à peine quelques années, semblent s’inscrire avec force, notamment ces derniers temps, dans les traditions reconnues de la ville, au grand désarroi d’une population qui ne sait plus quoi faire pour se préserver et préserver ses biens. Agressions quasi quotidiennes à l’encontre des visiteurs du quartier commercial Dubaï, vols à l’arraché, vols par effraction, rixes et meurtres sont devenus monnaie courante et ne surprennent plus personnes en dépit des drames qu’ils provoquent, lesquels ont endeuillé ces derniers temps un grand nombre de familles. […]

El Watan

Nantes : Stages d’auto-défense demandés par les personnels des bus et des trams

Transports Les agressions auraient augmenté de 22 % en un an, et les dégradations de 70 %.

Demain, 36 % des conducteurs de la Semitan seront en grève, selon la direction. Trams et busways passeront toutes les dix minutes, et aucun service ne sera assuré sur 17 des 47 lignes de bus. Les syndicats Sud et CGT, soutenus par la CFTC, réclament en effet des moyens techniques et humains, après la recrudescence des agressions dont les personnels de la Semitan sont victimes.

Il faut dire que les statistiques font froid dans le dos. Selon nos informations,les agressions contre les agents ont augmenté de 22 % en un an (dont + 6 % pour les agressions physiques), tandis que les dégradations (tags, bris de glaces…) contre les biens de la Semitan auraient elles flambé de 70 %.

L’éventualité d’organiser des stages d’auto-défense a ainsi été évoquée mardi en comité d’entreprise par les élus du personnel.
En attendant, la direction a d’ores et déjà lancé le recrutement d’une trentaine d’agents de prévention d’ici à novembre. Une « vitre anti-agression amovible » pour les chauffeurs de bus, réclamée par les syndicats, la laisse en revanche sceptique.

20 Minutes

(Merci à Requi)

Beauzac (43) : ils capturent leur voleur

Les faits se sont déroulés à Beauzac, dans la nuit de mercredi à jeudi, à 23 h 30.Accompagné de son fils, le responsable de la STTB Saby Bernard (travaux publics) effectuait un tour de veille nocturne dans son entreprise, située à la ZA de « Pirolles ». Ils auraient surpris un individu, visiblement affairé à siphonner du carburant.

Sans plus attendre, tous deux se sont lancés à la poursuite du voleur présumé et sont parvenus à le maîtriser. Prévenus, les gendarmes se sont rendus sur place, afin de procéder à l’interpellation et mener leur enquête.
L’homme aurait été découvert le tuyau dans la bouche, avec dans sa voiture plusieurs bidons censés accueillir le carburant dérobé, ainsi que tout le matériel du parfait siphonneur. Ce Stéphanois, âgé seulement de dix-neuf ans, n’en serait pas à son coup d’essai.

Dans la même nuit et dans le même arrondissement, il se trouve que d’autres entrepreneurs se sont plaints de vols de carburant.L’enquête diligentée par les gendarmes permettra d’établir s’il existe un lien entre les différentes affaires.

Le Progrès