Mélenchon : « Pourquoi tu te déguises en Afghan ?  »

Extrait de « Viens dîner dans ma cité » du 28 février 2012 – France 4

Membre fondateur du groupe 113, le chanteur Mokobé propose de faire découvrir sa ville natale, Vitry-sur-Seine, et ses habitants en organisant un dîner. Certains des invités sont célèbres, comme le footballeur Jérémy Ménez qui a fait ses classes à Vitry-sur-Seine, d’autres ont grandi dans le quartier, comme Djilali. Au cours du repas, les convives sont rejoints par deux hôtes de marque, Audrey Pulvar et Jean-Luc Mélenchon.

(Merci à Marc Herrstalle)

Audrey Pulvar (ex Inrockuptibles) rejoint Fogiel (RTL ORLM)

(…)

L’émission comprend déjà de nouvelles « voix » comme Fadela Amara, Raymond Domenech, Charles Beigbeder ou Philippe Besson, a rappelé RTL dans un communiqué.

A la rédaction de RTL, l’arrivée d’Audrey Pulvar est plutôt vécue comme un non-événement. Comme l’explique un journaliste de la première radio française, « ce n’est pas dans l’ADN de la rédaction de se mettre vent debout contre un recrutement.

Et puis il l ne faut pas non plus exagérer, Audrey Pulvar ce n’est pas le diable, ce n’est pas comme si on avait recruté Marine Le Pen comme chroniqueuse

Et de poursuivre, « l’arrivée d’Audrey de Pulvar, c’est sûrement un coup à la Fogiel, il a du flair pour les bons coups! ».

ce n’est pas la première fois que RTL, première radio de France, se porte au secours de journalistes sur le carreau. En 2008, Patrick Poivre d’Arvor, tout juste remercié par TF1, avait trouvé refuge lui aussi dans l’émission On refait le Monde, à l’époque animée par Nicolas Poincaré. Plus récemment, en août 2011, c’est Nicolas Beytout, numéro 1 des Echos, poussé vers la sortie du quotidien économique par sa rédaction, qui avait rejoint l’équipe de polémistes du Débat RTL du mardi.

Huffington

L’attitude méprisante d’Audrey Pulvar face à Miss France (màj vidéo)

Addendum

France2, « Vous trouvez ça normal ? »

Merci à EasterEgg

_______________________________

Invitée dans « Vous trouvez ça normal » sur France 2, l’ex-directrice éditoriale des Inrocks se serait montrée « condescendante, voire méprisante » envers la nouvelle Miss France, selon un journaliste du Nouvel Obs présent sur le plateau.

Audrey Pulvar a ainsi déclaré à propos du concours de beauté : « Je ne regarde pas, je ne trouve pas que ce soit effectivement épanouissant pour l’image de la femme, mais si certaines personnes y trouvent leur compte… » [...]

Une attitude jugée durement par Bruno Roger-Petit, qui la décrit comme « empreinte de cette morgue propre à ceux qui s’estiment culturellement dominants car supérieurs… » [...]

7sur7.be

Audrey Pulvar quitte les Inrocks et est primée aux Gérards

La journaliste de 40 ans, directrice de la rédaction des Inrockuptibles, a démissionné du magazine cinq mois seulement après son arrivée.

Hebergeur d'image

Les rumeurs de la séparation allaient bon train depuis quelques semaines, c’est désormais officiel. Audrey Pulvar démissionne des Inrockuptibles. Cinq mois après son arrivée à la tête de l’hebdo, la journaliste s’en va. En interne, la greffe n’avait pas pris avec la rédaction. Mais surtout, les relations entre Audrey Pulvar et le propriétaire des Inrocks, le financier Matthieu Pigasse, s’étaient dégradées ces dernières semaines.

« Audrey Pulvar refusait les économies. Elle disait que ce qui était prévu avec Matthieu Pigasse au départ, c’était le développement du titre et que ça impliquait encore des dépenses, et que Pigasse avait changé là-dessus et que du coup elle ne voulait pas suivre », a expliqué vendredi matin un journaliste à l’AFP.  [...]

Outre la crise aux Inrocks, Audrey Pulvar a connu des revers à la télévision. Elle a notamment été l’une des principales victimes des Gérard 2012 de la télé, des prix potaches récompensant le pire du petit écran. La cérémonie a été retransmise lundi soir sur Paris Première et le jury lui a attribué le « Gérard du Chevalier de la Légion Donneur de Leçon » pour son émission sur D8, un prix ex-aequo avec la journaliste Natacha Polony. [...]

TF1 News

La droitisation est-elle vraiment ce qu’en perçoivent Anne Sinclair et Audrey Pulvar ?

Anne Sinclair a dénoncé, jeudi, la droitisation de la société et les thèmes de campagne défendus par Jean-François Copé dans un article publié dans le Huffington Post. Tandis que dans son édito des « Inrocks », Audrey Pulvar a fustigé le président contesté de l’UMP, qui se rêve président de la République, et qui au mieux « sera le Premier ministre de Marine Le Pen».

Atlantico: Anne Sinclair et Audrey Pulvar ont toutes les deux dénoncé la droitisation de la société dans des éditos publiés respectivement dans le Huffington Post et dans les « InRock ». En dépit de la victoire de François Hollande, la société se « droitise »-t-elle réellement ?

Daoud Boughezala :  Je pense que l’on est ici très loin de la vérité. Toutes ces analyses autour de la droitisation pêchent selon moi par amnésie collective ainsi que par ignorance des mutations idéologiques, notamment de la gauche. Si droitisation il y a, elle concerne les projets économiques, puisque l’économie de marché fait aujourd’hui consensus, y compris à la gauche du PS, qui entend simplement la réguler.

Mais lorsque les médias dominants parlent de droitisation, ils évoquent généralement une prétendue radicalisation de la société sur des sujets régaliens ou sociétaux (sécurité, l’immigration, l’identité nationale, multiculturalisme).

Ces analyses à courte vue oublient  par exemple qu’il y a une vingtaine d’années, les États Généraux de la droite, RPR-UDF, signaient un accord prévoyant l’arrêt de l’immigration sans que cela ne provoque des cris d’orfraie.

Lorsque Valéry Giscard D’Estaing parlait de l’immigration « invasion » ou quand Chirac s’alarmait du « bruit et de l’odeur » des immeubles à forte population immigrée, la polémique était ainsi loin d’arriver au niveau qu’elle aurait eu de nos jours.

C’est bien davantage le seuil de tolérance sociétale de la presse qui a évolué,

plutôt que le discours de la droite, à plus forte raison lorsque l’on sait que Marine Le Pen se refuse aujourd’hui à tenir un discours explicitement ethniciste pour occuper un créneau plus « républicain« . Ces faits invalident la théorie de la droitisation.

En fait, le débat sur la « droitisation » cache les mutations idéologiques d’une gauche qui a abandonné l’idée d’égalité au profit de thématiques diversitaires comme le mariage gay ou le droit de vote des étrangers. Cette promotion du différentialisme brouille de plus en plus les cartes du jeu politique.  (…)

Atlantico

Audrey Pulvar : « Etre la compagne d’Arnaud Montebourg m’empêchait de faire mon métier »

C’est ce qui s’appelle un plan média bien préparé, une communication soigneusement programmée. Après avoir confié, dans un SMS à l’AFP, qu’elle était séparée d’Arnaud Montebourg, Audrey Pulvar a accordé une longue interview à Frédéric Taddeï pour le magazine masculin GQ .[...]

Sa relation avec Arnaud Montebourg. «À un moment, j’ai considéré qu’être la compagne d’Arnaud Montebourg m’empêchait de faire mon métier de journaliste neutre. Pas de mon fait, mais parce qu’aucun employeur ne voulait plus me faire crédit (…) Je serais restée dans mon rôle de journaliste neutre si on m’avais donné la possibilité de la faire. Or, mes patrons de l’époque, et les suivants, considéraient que le fait d’être la compagne d’Arnaud Montebourg faisait de moi le porte-parole de ses idées. Personne ne me reconnaissait cette qualité de journaliste. J’étais la femme de… J’ai donc fait ce que je pouvais avec ce qu’il me restait.» [...]

Femme de gauche. «Oui, je suis à gauche (…) Ce n’est pas parce qu’on gagne bien sa vie qu’on doit devenir de droite. Cela veut dire quoi? L’argent modifie nos valeurs?» [...]

Des lunettes à 15.000 euros. «La polémique sur leur prix est un délire complet (…) Je refuse de publier la facture ou de dire leur prix parce que je considère que ce serait donner raison aux gens qui pensent être fondés à me demander des comptes. Ce n’est pas de l’argent public. Je considère que je peux le dépenser comme je veux.»

Son avenir. «Je suis plutôt mal barrée. Je suis dans un moment de ma vie où tout cela me semble flou. Je sais faire un seul métier et je le ferai jusqu’à la fin de mes jours. D’une manière ou d’une autre (…) Mais je suis effrayée par tout ce qui se passe autour de moi. Quand je vois qu’un tweet sorti de son contexte peut faire l’objet d’une dépêche AFP …»

Le Figaro

Audrey Pulvar annonce sa rupture avec Arnaud Montebourg

La journaliste Audrey Pulvar a annoncé à l’AFP ce soir la fin de sa relation avec le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg.

« La journaliste Audrey Pulvar annonce la fin de sa relation avec Monsieur Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, et poursuivra tout auteur d’atteinte à sa vie privée ou à celle de ses proches », a écrit la directrice du magazine Les Inrocks dans un texte transmis par SMS à l’AFP.

Le Figaro

La négritude des héros blancs…

James Bond, Catwoman, Kojak: les héros sont-ils “black or white” ? Texte et dessins de Damien Glez.

2006: haut-le-cœur parmi les aficionados de l’Ecossais Sean Connery. Le sixième James Bond sera un James… blond.

Daniel Craig est en réalité le neuvième à interpréter “l’agent secret au service de sa Majesté”, après Barry Nelson, Sean Connery donc, David Niven, George Lazenby, Christopher Cazenove, Roger Moore, Timothy Dalton et Pierce Brosnan; question de comptabilité et d’homologation. Toujours est-il que, pour les cinquante ans officiels de l’espion au cinéma, en 2012, c’est une rumeur plus que capillaire qui fait frémir les inconditionnels du héros de l’écrivain britannique Ian Fleming. Les producteurs de la série cinématographique auraient approché Idrissa Elba pour préparer la retraite de Craig, à l’issue des deux prochains opus. Comédien forcément britannique, Elba est aussi DJ (sous le pseudo de DJ Big Driis the Londoner) et… noir.

Le créateur du buveur de Martini-vodka a-t-il jamais précisé, dans ses romans, la couleur de peau de son personnage? Et même si c’était le cas, serait-il scandaleux qu’un héros censément blanc soit interprété par un acteur d’un autre épiderme? Depuis longtemps, le théâtre africain a joyeusement franchi le Rubicon. Notamment via les intrigues politiques de Shakespeare qui se prêtent tant à des adaptations sur les terres de la chefferie africaine. En 1995, le plus blafard de ses personnages, Hamlet, est incarné par le Burkinabè “teint noir” Issaka Sawadogo.

Le texte intégral de la tragédie du plus célèbre des Danois est mis en scène par Jean-Pierre Guingané et Stein Vinge. Peu de temps après cette version burkinabo-norvégienne, c’est une mise en abîme théâtrale que propose le metteur en scène Ildevert Méda dans un «Hamlet noir» italo-burkinabè. Dès le titre, la pigmentation semble explicite et le casting renoue avec la comédienne Aminata Diallo qui incarnait une Ophélie de couleur dans la précédente transposition.

Alors pourquoi ne pas confier à un Blanc le rôle d’Othello, le plus noir des héros de l’œuvre de William Shakespeare? En réalité, le “toubab” russe Constantin Sergueïevitch Stanislavski interpréta déjà le Maure de Venise, dès 1896. Mais maquillé…

Si l’Afrique ne rechigne pas à “noircir” les héros blancs, les composantes associatives du “monde noir” s’offusquent aisément du procédé inverse.

En 2010, l’écrivain Alexandre Dumas est interprété, au cinéma, par Gérard Depardieu.

Mimétisme saisissant qui n’est pas du goût de la journaliste Audrey Pulvar et du Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN).

Ils rappellent que Dumas, petit-fils d’une esclave noire, était un quarteron.

La réaction militante à la distribution du long-métrage est-elle la manifestation d’un racisme anti-blanc aujourd’hui décrié par une partie de la droite française? (…)

Slate Afrique

Selon Les Inrockuptibles, pour être cool, il faut avoir des euros

S’il est un magazine dont la marque de fabrique est la coolitude, c’est bien Les Inrockuptibles. Hebdomadaire branché qui passe son temps à chroniquer les chanteurs branchés, les films branchés et les jeux vidéo branchés, « les Inrocks », comme disent les gens branchés, adorent aussi les styles de vie branchés, les habits branchés et les meubles branchés… Bref, tout ce qu’il faut pour être branché… Et donc cool. Mais être cool, pour l’hebdomadaire que dirige désormais Audrey Pulvar, suppose d’en avoir les moyens.
(…)

Acrimed

Audrey Pulvar incendiée par ses lecteurs et les « Pigeons »

PARIS – Audrey Pulvar, rédactrice en chef du magazine « les inRocks », fait depuis hier l’objet d’une large et sévère vague de critiques suite à son éditorial consacré au mouvement des « Pigeons ».

Dans cet article, la compagne du Ministre Arnaud Montebourg s’en est prise de façon virulente aux 70’000 entrepreneurs réunis sur la page facebook des Pigeons et a notamment pointé du doigt Pierre Chappaz, un militant notoire du mouvement qui aurait, selon elle, touché 475 millions d’euros en 2004 lors de la vente de sa société Kelkoo au groupe Yahoo!.

Portée par les réseaux sociaux, Twitter en tête, l’inexactitude des affirmations et propos d’Audrey Pulvar a été rapidement mise en évidence, notamment par Pierre Chappaz en personne, désormais domicilié dans le canton de Genève, qui précise dans une « Mise au point pour Audrey Pulvar », avoir en réalité perçu moins de 15 millions d’euros lors de la vente sa société car il détenait 3% du capital et non 100% comme sous-entendu par la compagne du Ministre.

Sur le site des inRocks, magazine culturel pourtant bien ancré à gauche, l’on pouvait observer ce matin une très large majorité de réactions négatives suite aux propos erronés de sa rédactrice en chef, notamment qualifiée « d’aigrie » et « d’ignorante ». Certains fidèles lecteurs du magazine déclarant même : « On regrettera amèrement la nomination de cette femme à la tête de notre hebdomadaire favori ».

Déjà fortement contestée à l’interne de sa propre rédaction, de nombreux entrepreneurs perçoivent cet éditorial comme la « goutte qui fait déborder le vase » et appellent désormais à la démission ou au licenciement d’Audrey Pulvar suite à ce nouveau faux-pas.

Romandie News

(merci à Chantecler)