Strasbourg : 50 voitures brûlent, les escrocs géorgiens, arméniens et tchétchènes flambent

Leur technique était quasi imparable. Et elle leur a permis de s’enrichir sur le dos de leur assurance auto… Six personnes, soupçonnées de multiples escroqueries à la voiture brûlée, ont été placées en garde à vue, mardi, dans les locaux de la sûreté départementale (SD) du Bas-Rhin.

Les six suspects, des ressortissants géorgiens, arméniens et tchétchènes, ont été remis en liberté hier, avec l’obligation de se présenter prochainement devant la justice pour être jugés.

Selon les premiers éléments de l’enquête, ils sont parvenus à se faire rembourser des véhicules en mauvais état, incendiés volontairement sur la voie publique, au prix de voitures neuves haut de gamme. Le préjudice pourrait s’élever à près de 500000 € pour les compagnies d’assurances, victimes des agissements de ce gang d’aigrefins.

Le Parisien
(Merci à Bitume8)

Autriche : Des musulmans brûlent leur commerce et écrivent des graffitis racistes pour tromper les enquêteurs

Wörg (Autriche) – Il y a quelques semaines, la pizzeria d’Albanais musulmans et un immeuble voisin, propriété d’une association turque, étaient incendiés. Des graffitis racistes étaient visibles sur les bâtiments.

Immédiatement des Turcs et des militants Verts ont organisé des manifestations pour dénoncer «la droite» et «le racisme». Après enquête, il s’avère que le feu a été allumé par ceux qui se présentaient comme les victimes. Les graffitis racistes visaient à tromper les enquêteurs.

demo1.5123104.jpg

• Sources d’origine en allemand : Unzensuriert - ORF (1) - ORF (2), ORF (3)
• Autres sources : en françaisen anglais 

Merci Dudule

Des assurances contre le racket à l’école et l’agression de professeurs

Confiants, les parents d’élèves et les enseignants en ces temps de rentrée ? Si l’inquiétude se mesurait au nombre de contrats d’assurance souscrits, et aux garanties que ceux-ci proposent, la réponse serait sans doute nuancée.

La Matmut a enrichi son offre scolaire, lancée fin juin, d’une couverture… contre le racket. Le petit sketch du duo d’humoristes Chevallier et Laspalès, complices de l’assureur, diffusé sur les ondes de Radio France, a fait mouche semble-t-il. « Tu sais qu’il y a du racket à l’école ?

- Pour jouer au tennis ?

- Non, du racket, des vols quoi !

- Ah… Des vols avec agression… » A la veille du 4 septembre, déjà 15 000 contrats avaient été signés.

« Une réponse concrète à une situation de plus en plus fréquente », affirme Dominique Filsjean, directeur groupe au sein de la direction générale adjointe production de la Matmut, qui se défend de tenir un discours alarmiste. [...]

Du côté des professeurs et des personnels, on semble aussi préférer prendre les devants : l’Offre métier de l’éducation (OME) proposée depuis 2008 par la MAIF, assureur historique des enseignants, en partenariat avec la Fédération des Autonomes de solidarité laïque, a recueilli en quatre ans… 460 000 adhérents. Leur profil ? « Des professeurs du primaire, de collège et de lycée, auxquels s’ajoutent des personnels de direction, des conseillers principaux d’éducation, des documentalistes…, liste Dominique Thys, vice-président de la MAIF. Au total, nous protégeons un professeur du public sur deux, en cas d’agression ou d’accident, qu’il soit victime ou responsable. » [...]

Le Monde

Drôme : Un gang à la disqueuse frappe trois fois dans la nuit

« Tout s’est déroulé très rapidement dans la nuit de mardi à mercredi. En moins de cinq minutes, ils ont forcé la porte d’entrée de notre magasin à Bourg-lès-Valence, découpé à la disqueuse le rideau métallique. Avant de pénétrer dans les rayons, forcer les vitrines et prendre la fuite » confiait hier soir, désemparé, Richard Kaladjian, responsable du groupe Affair’s et co-gérant du magasin de Bourg-lès-Valence.

« Après un violent braquage en janvier, c’est la deuxième fois en moins de deux mois que nous sommes attaqués, ici, par un gang à la disqueuse. Le mode opératoire est toujours identique ». Leur butin : téléphones portables, appareils photos numériques, ordinateurs portables

La nuit dernière, le commando a volé des téléphones portables, des appareils photos numériques et des ordinateurs portables. Depuis le dernier cambriolage, nous ne proposons plus à la vente, les bijoux. Trop dangereux ! »Le responsable du groupe Affair’s ajoutait : « Nos magasins dans l’Isère ont aussi, ces derniers mois, été les cibles de nombreux cambriolages. Nous ne les comptons plus ! » “Si ça continue, plus aucune assurance ne voudra nous couvrir !”

Le Dauphiné

Les villes de l’agglo dijonnaise dans une folie sécuritaire ?

Longvic et Marsannay ont décidé de s’offrir les services de la vidéoprotection. Quetigny y réfléchit sérieusement. Les villes de l’agglo seraient-elles tombées dans une folie sécuritaire ?

1 302. Le nombre de caméras à Paris (une pour 1 700 habitants). À Dijon,il y en a une pour 5 800 habitants. Au suivant. Un diagnostic est à l’étude pour connaître la pertinence d’un tel système à Quetigny. Mais rien n’est acté.

Au printemps 2009, Dijon mettait en route sa flotte de caméras de surveillance dans le centre-ville. Vingt-six globes éparpillés un peu partout pour lutter contre les incivilités, dégradations et violences en tout genre. Alors que l’on aurait pu penser que ce genre de dispositif ne pouvait s’appliquer qu’aux villes d’une certaine envergure, des communes de moins de 10 000 habitants ont, elles aussi, déjà constitué leur flotte. C’est le cas notamment à Longvic.[...]

« Il faut savoir qu’il n’y a personne derrière les caméras. Les images sont stockées sept jours et après elles sont effacées, si il n’y a pas eu de demandes de la police par exemple. C’est un dispositif qui nous aura coûté 200 000 € au final. »

On a de plus en plus de mal à assurer les bâtiments publics. Nous n’avons eu que deux réponses des assureurs lors de nos appels d’offres. Alors, pour faire baisser les prix et pour que les assureurs soient “rassurés”, on installe des caméras. [...]

Le Bien Public

Il n’y a pas qu’en Grèce que ça grince

Depuis huit semaines, la crise de l’État grec domine la discussion publique avec l’ar­rière-pensée que celle-ci risque d’entraîner une crise de l’euro. Les deux sont exagérés.

Le produit social brut de la Grèce n’est pas plus élevé que celui du Land de Basse-Saxe, elle est donc marginale pour l’espace euro. Et la Grèce ne mettra en danger l’euro que si les eurocrates ne laissent pas la Grèce s’assainir elle-même et se précipitent au secours de la Grèce en toute hâte et avec trop de zèle. Dans ce cas, la Grèce deviendrait un modèle pour d’autres pays faibles, tels l’Espagne, le Portugal, la Lettonie, l’Italie et la France et constituerait en fait un danger substantiel pour l’euro.

Ce n’est pas par hasard que les USA crient que la Grèce représente une menace pour l’euro. Cela pourrait être une manœuvre de diversion pour que les investisseurs de fonds du monde entier cessent de fuir le dollar, qui est en déclin, pour aller vers l’euro parce que celui-ci leur semble plus stable.

Le cas de la Grèce représente quand même un tournant pour l’Europe : l’excès d’argent qui est parti des États-Unis par le raz-de-marée financier de la FED et l’augmentation de placements toxiques, auraient dû entraîner l’effondrement des banques fautives, mais l’agent principal Paulson, ancien directeur de banque et ministre des finances américain, a provoqué la crise des fi­nances d’État en injectant aux banques la plus grande somme de tous les temps.

Tout ceci est dissimulé et caché actuellement, rien que parce que la FED submerge le marché d’argent bon marché à 1% et maintient ainsi la liquidité des banques et des États risquant la faillite.

Suite et commentaires sur Fortune

Toulouse : dégradations et vandalisme au quotidien

Dans la nuit de jeudi à vendredi, trois voitures et un camion ont été sérieusement endommagés dans le quartier de Lespinet à Toulouse. La plupart des victimes ne portent plus plainte, le coût de la franchise étant souvent supérieur à celui de la dégradation.

«Les policiers nous ont dit qu’ils n’avaient jamais vu une voiture découpée comme ça, depuis quinze ans qu’ils étaient là», raconte l’habitante de la rue Fages. «Les policiers n’ont pas voulu se déplacer, alors qu’il y avait quatre véhicules vandalisés», enrage la voisine. (…)

Visiblement intéressés par les autoradios, les délinquants n’ont pas hésité à briser la vitre et cabosser la portière. «Il aurait suffi de lever le loquet, mais ils ont cassé la vitre et volontairement abîmé la carrosserie. Ils l’ont ouverte comme une boîte de conserve, comme pour bien nous faire comprendre qu’ils nous avaient vandalisés

«J’habite le quartier depuis 50 ans, dit-elle, mais depuis 3 ans ça commence à aller mal. Les habitants en ont marre, tout le monde est inquiet.Et puisque la police n’a pas l’air de vouloir se déplacer, on demande que la mairie intervienne.»

En début d’année, 66 voitures avaient été vandalisées à Ramonville. Rue Fages, la voisine de la victime a subi il y a trois semaines un cambriolage. «On s’est introduit chez moi entre 17 et 19 heures, pendant mon absence.» Choquées, écœurées, les deux voisines espèrent une prise de conscience des services publics. Selon elles, le quartier serait devenu une « jungle.»

« On voit presque tous les jours des clients venir pour ces dégradations gratuites» rapporte Pierre Palomera, garagiste à Matabiau. L’auteur reste souvent introuvable, et la victime paie l’addition. « Il n’y a pas d’intérêt à déclarer ces dégradations », estime Bruno Quentin, président départemental des syndicats d’agents d’assurances. Le coût de la franchise étant souvent supérieur à celui de la dégradation.

Source : La Dépêche

Après le halal et la finance, les assurances islamiques ?

En forte croissance depuis quelques temps, les produits d’assurance spécifiques aux religions n’en finissent plus de se diversifier et de s’adapter aux exigences particulières des différents cultes qui se côtoient dans l’hexagone. Longtemps oublié du monde de l’assurance, l’Islam représente aujourd’hui un marché embryonnaire mais porteur. Les musulmans présents en France sont de plus en plus demandeurs de produits d’assurance, en veillant bien évidement au respect de leurs traditions.

Délaissés jusque dans les années 80, les produits d’assurance pour les musulmans intéressent aujourd’hui fortement les grandes compagnies, qui voient en ce créneau un nouveau marché plutôt florissant. L’assurance en rapport à l’Islam dépend avant tout de deux facteurs essentiels: l’économie et la religion. Certaines sociétés musulmanes actuelles ont une perception négative de l’assurance, car les règles interdisent toute transaction supposant le paiement d’intérêt (usure). Pourtant l’Islam à instauré un système d’assurance conforme à la Charia appelé Takaful.

suite