Arno Klarsfeld : « Tant que Marine Le Pen n’aura pas renié son pére sur Vichy et les chambres à gaz, le FN…. »

Arno Klarsfeld reçoit 7000 euros/mois du Conseil d’Etat. « Il y met rarement les pieds » (maj)

Arno Klarsfeld est accusé par le mensuel Capital de février de « (mettre) rarement les pieds » au Conseil d’État (où il a été recasé par Nicolas Sarkozy fin 2010) « tout en percevant quelque 7 000 euros par mois ».

NDF – merci domi [merci Auberon pour le scan]

[cliquer pour agrandir]

Bernard Stirn et Arno Klarsfeld sous protection policière

Selon nos informations, Arno Klarsfeld, avocat et membre du conseil d’Etat et Bernard Stirn, président de la section du contentieux au même Conseil d’Etat, bénéficient, par précaution, d’une protection policière depuis huit jours.

Cette décision du ministère de l’Intérieur fait suite à la décision prise le 9 janvier dernier par la plus haute juridiction administrative d’interdire le spectacle de Dieudonné M’Bala M’Bala au Zénith de Nantes. L’ordonnance avait été prononcée par Bernard Stirn, juge des référés au conseil d’Etat. Une position vivement contestée par l’humoriste et son entourage qui plaidaient « la liberté d’expression ».

Les jours suivants, Arno Klarsfeld et Bernard Stirn ont fait l’objet « de centaines messages haineux » sur le web selon une source au ministère de l’Intérieur qui a souhaité conserver l’anonymat. [...]

Suite sur MSN

 

Nomination de Rémy Schwartz à la tête de l’Office Français de l’Immigration et de l’Intégration

Le président de la république vient de nommer M. Rémy Schwartz président du conseil d’administration de l’Office Français de l’Immigration et de l’Intégration (OFII). Il remplace M. Arno Klarsfeld.

L’OFII, placé sous la tutelle du ministère de l’intérieur, est l’opérateur de l’État en charge de l’immigration légale (accueil et intégration des immigrés, accueil des demandeurs d’asile, aide au retour).

M. Rémy Schwartz, qui est par ailleurs président de la communauté juive libérale d’Ile-de-France, a été le rapporteur de la commission Stasi sur la laïcité, dont les propositions ont inspiré la loi du 15 mars 2004 sur les signes religieux dans les écoles publiques.
——————-
Rappel en image (cliquer pour agrandir)

Source

Arno Klarsfeld : « Le programme du FN, c’est la réhabilitation de Pétain »

Le programme idéologique du Front national (FN), « c’est la réhabilitation de Pétain », a affirmé lundi le président de l’Office français de l’immigration et de l’intégration, Arno Klarsfeld, prenant la défense de Claude Guéant contre le parti de Marine Le Pen.

« Le programme politique de Marine Le Pen est nationaliste parce qu’il incarne le retour au nationalisme chauvin qui a vu s’ériger 37 000 monuments aux morts dans 37 000 communes de France, et son programme idéologique, c’est la réhabilitation de Pétain, l’abrogation des lois mémorielles et un big-bang de discours racistes, xénophobes et antisémites », écrit Arno Klarsfeld dans un communiqué. « Quant à son programme économique, il est socialiste » dans le sens du socialisme de Georges Marchais, et les Français commencent à comprendre que le programme du Front national, c’est la faillite de la France », ajoute-t-il. (…)

Le Point

Strasbourg : Arno Klarsfeld à la rencontre des clandestins

Arno Klarsfeld, président depuis septembre de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (Offi), est venu voir, hier à Strasbourg, le dispositif déployé dans le Bas-Rhin pour l’accueil des demandeurs d’asile. [...]

« Nous avons accueilli, l’an dernier, 1 364 personnes nouvellement arrivées au sein de notre plateforme qui a suivi, au total en 2011, 2 000 personnes », expliquent Corine Bartier, directrice générale, et Antoine Breining, président de l’Association du foyer Notre-Dame.

Seuls 15 à 17 % d’entre eux obtiendront le statut de réfugié.

Autre constat : la société française est devenue « une société apaisée » qui, lorsque la demande d’asile est refusée, offre « 2 000 € à un adulte, 3 500 € à un couple, auxquels s’ajoutent 1 000 € par enfant » pour un retour au pays. En attendant que son dossier soit instruit par l’Office français de protection des réfugiés et apatrides, il perçoit 10,83 € par jour.

L’Alsace.fr

Arno Klarsfeld : «Une vague fondamentaliste touche la France»

Le président de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (Ofii), Arno Klarsfeld, s’inquiète du «fondamentalisme» en France dans un entretien au site d’informations Atlantico.

Une vague fondamentaliste touche actuellement le monde musulman. Elle touche aussi la France d’une certaine façon puisqu’une grande partie des Tunisiens de France a voté pour des listes fondamentalistes lors des dernières élections tunisiennes.

Il ajoute : «Selon moi, le moment n’est donc pas venu de donner le droit de vote aux étrangers alors qu’il existe encore des problèmes d’intégration : beaucoup de gens qui viennent d’Afrique du Nord et d’Afrique subsaharienne ne sont pas encore intégrés et n’ont pas encore intégré les valeurs de laïcité et d’égalité hommes/femmes».

M. Klarsfeld affirme qu’il serait «favorable» au droit de vote accordé aux étrangers «si la plupart des étrangers était intégrée, s’il n’y avait pas cette vague fondamentaliste. Cela n’a rien à voir avec la provenance des étrangers. Mon point de vue repose sur les valeurs que certains étrangers n’ont pas encore acquises», insiste-t-il.

Le Figaro

Arno Klarsfeld : «Pour voter, les étrangers doivent être naturalisés»

L’avocat franco-israélien Arno Klarsfeld, président du conseil d’administration de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII), explique pourquoi il est «hostile au droit de vote des étrangers».

Voulons-nous des listes fondamentalistes aux élections dans certaines municipalités ?

A moins d’être xénophobe ou universaliste, il est difficile d’avoir d’emblée une opinion tranchée sur le droit de vote des étrangers. Après tout, ils acquittent leurs impôts, ils devraient donc pouvoir voter. Aux seules élections locales, dit-on. Oui ! Mais locales, cela signifie quoi ? […]

Rappelons surtout que 100 000 étrangers sont naturalisés chaque année. Il suffit d’avoir été présent depuis plus de cinq ans sur le territoire national, d’avoir témoigné de son intégration et de s’être engagé sur certaines valeurs qui nous sont chères comme la laïcité et l’égalité hommes-femmes, qui ne sont respectées malheureusement que dans trop peu de pays dans le monde. […]

Le Monde

Arno Klarsfeld : « Orienter les demandeurs d’asile où il y a de la place, dans l’Yonne ou la Creuse par exemple »

Interview d’Arno Klarsfeld

- D’après Christian Salomé de l’Auberge des migrants, rien qu’à Calais, 120 demandeurs d’asile sont à la rue. L’État n’a-t-il pas obligation de les héberger ?

- « Il y a eu un afflux de demandeurs d’asile ces dernières années et certains CADA sont donc engorgés.

C’est pourquoi j’ai proposé au ministre de l’Intérieur que l’État puisse orienter les demandeurs d’asile où il y a de la place, dans l’Yonne ou la Creuse par exemple et pas forcément là où ils font leur demande.

Et puis il faut diminuer les délais, aujourd’hui de vingt mois, de la domiciliation au recours. Sachant qu’il y a dévoiement du droit d’asile (50 000 demandespour10 000 acceptées) : beaucoup utilisent ce droit comme un biais pour demeurer sur le territoire le temps du traitement de la demande. » [...]

La Voix du Nord

France: la vague d’immigration tunisienne s’est tarie

La vague d’immigration de Tunisiens arrivés par milliers en France après la chute de l’ex-dictateur Zine El Adibine Ben Ali « s’est tarie », a déclaré vendredi le président de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII), Arno Klarsfeld. 

La vague « s’est tarie, il y a eu environ 800 renvois volontaires vers la Tunisie, avec des aides de l’OFII de 300 euros », a-t-il dit sur la télévision LCI. Selon M. Klarsfeld, « il doit y avoir un millier » de Tunisiens restés encore en France.

Entre fin février et juin, la France avait renvoyé plus de 3.600 Tunisiens vers leur pays ou l’Italie, pays par lequel ils ont transité après avoir débarqué sur l’île de Lampedusa. Jusqu’au 31 juillet, selon des statistiques officielles, 24.769 immigrants sont arrivés en Italie à partir des cô tes tunisiennes, tandis qu’ils étaient 23.267 à venir des cô tes libyennes.

Pour les ressortissants de ces deux pays, désormais débarrassées des dictatures il sera plus difficile d’obtenir l’asile politique, selon le président de l’OFII, un organisme qui s’occupe de l’accueil des immigrés en situation légale et des réfugiés politiques.

Atlas Info