Grande-Bretagne : une ado musulmane battue pour avoir embrassé un homme blanc

Une adolescente musulmane a été enlevée, battue et menacée avec des marteaux et des couteaux par son frère et ses soeurs après avoir embrassé un homme blanc, a entendu un tribunal hier.

Hebergeur d'image

Kayum Mohammed-Abdul, Nadiya et Nazira

Shamima Akhtar, 18 ans, a été poussée dans une voiture, elle a été traitée de pute et de prostituée et sa longue chevelure a été coupée par ses deux sœurs aînées, Nadiya, 25 ans et Nazira, 29 ans, et son frère Kayum Mohammed Abdul, 24 ans. Ils avaient fait irruption dans un crissement de pneus dans le stationnement d’un restaurant de Basingtoke, Hampshire, quand ils l’ont vue en train d’embrasser Gary Pain le 1er avril l’année dernière alors qu’elle fêtait son 18e anniversaire, a entendu le tribunal de Winchester.

Un Mohammed Abdul «extrêmement agressif et menaçant» a saisi Gary Pain à la gorge pendant que Shamima était «fermement escortée» et jetée dans la voiture, a déclaré le procureur Peter Asteris au jury. Il s’agit d’une affaire de «violence domestique basée sur l’honneur», a entendu le tribunal, Shamima ayant été punie pour avoir enfreint les règles de sa famille. Shamima vient d’une d’une famille musulmane stricte et même si elle était contrôlée par ses frères et sœurs elle s’estimait occidentalisée, a entendu le tribunal.

L’avocat a expliqué que malgré le contrôle exercé par ses trois frères et sœurs, Shamima avait décroché un emploi qu’elle aimait chez Argos. Le 1er avril, sa famille lui avait donné la permission, avec réticence, de sortir avec des collègues de travail d’Argos pour célébrer son 18e anniversaire. Elle leur avait dit que les collègues étaient tous des femmes, et ils lui ont dit de rentrer à la maison avant 22 h 30. Peu avant l’heure, elle est sortie du restaurant avec Gary Pain, un collègue dont elle était devenue proche, et une fois à l’extérieur, elle l’aurait embrassé.

«C’est à ce moment que ses deux sœurs et son frère seraient arrivés dans le stationnement dans un crissement de pneus. Son frère était au volant et ils sont sortis de la voiture». Une des sœurs a escorté Shamima jusqu’à la voiture pendant que Mohammed Abdul prenait Gary Pain «par le cou et est devenu extrêmement agressif et menaçant».

Ils sont revenus en voiture à la maison familiale de Basingstoke, et Shamima a été traînée dans la maison et installée sur un canapé où elle a subi un «barrage d’insultes» telles que «putain et prostituée». Mohammed Abdul est ensuite entré dans la pièce avec deux couteaux et un marteau, a dit le procureur. «Il a dit à sa sœur d’en choisir un pour utiliser sur sa sœur et un autre pour son amoureux», a dit l’avocat. Les injures ont continué, puis les deux sœurs ont dit que Shamima devait être punie pour sa conduite et elles ont décidé de lui couper les cheveux. «Elle pleurait et les implorait de ne pas le faire», a dit le procureur au jury. «Son frère les encourageait en criant ‘ rasez-la’ ».

Elle a dit aux policiers qu’elle avait été «bouleversée de voir Shamima embrasser un homme blanc».

Lors de son arrestation, Nazira a dit à la police que ses parents étaient absents et qu’elle était en charge de la famille. Elle a admis qu’elle avait appelé sa soeur à plusieurs reprises pour voir si tout allait bien et elle a dit aux policiers qu’elle avait été «bouleversée de voir Shamima embrasser un homme blanc».

The Telegraph via Poste de Veille

GB: Cameron s’attaque à la Cour des Droits de l’Homme

Le premier ministre britannique plaide pour une réforme de l’institution européenne et souhaite l’adoption de nouvelles règles de sélection des juges.(…)
 
Il part du constat que la cour est noyée sous un flot de 150.000 requêtes en attente d’instruction, menaçant son efficacité et sa crédibilité. Le premier ministre britannique a cité hier l’exemple de passagers d’un bus entre Bucarest et Madrid réclamant 90 euros de dommages et intérêts au motif que les sièges n’étaient pas inclinables. Rappelant l’attachement séculaire de son pays aux droits de l’homme, Cameron estime que «ce concept est en danger d’être détourné».

«La cour devrait être libre de traiter les violations des droits de l’homme les plus graves et ne pas se laisser déborder par l’accumulation des demandes en attente»,a-t-il insisté.

 
Le Figaro
 

Quand « les Britanniques » font appel à la charia, c’est une preuve de tolérance

« Avant premières », France 2, 19/01/2012

L’écrivain Nicolas Fargues (prix France Culture-Télérama 2011) voit l’Angleterre comme un pays « en avance » en matière de tolérance et de diversité. Il nous donne un exemple…

Il faut passer le cap d’une certaine forme d’ignorance »

Revoir : Reportage de LCI sur les tribunaux islamiques en Grande-Bretagne

Relire : GB : “Vous entrez dans une zone contrôlée par la charia”

(merci à A.nomme)

Grande-Bretagne : le jackpot pour les demandeurs d’asile

Des demandeurs d’asile et d’autres immigrés qui avaient porté plainte contre la Police des Frontières Britannique (UKBA) ont reçu en dédommagement des chèques dignes du loto.

Ces trois dernières années, les 62 plaignants  principaux se sont ainsi partagé 4,3 millions d’euro. Pour l’ensemble des compensations, des frais de justice et autres arrangements à l’amiable, l’UKBA a déboursé, rien qu’en  2011, 11,8 millions d’euros.

Un réfugié a obtenu 142.000 euros, deux autres ont obtenu 125.000 euros chacun. En 2009, un autre a touché 167.000 euros.

Sur les trois dernières années, 20 cas ont été réglés par le versement de sommes supérieures à 100.000 euros, en réparation pour avoir été placé en détention trop lontemps ou pour avoir subi des préjudices lors de la détention.

Dans certain cas, l’argent a été versé après que ces demandeurs d’asiles déboutés ont quitté le territoire britannique.

Le député qui a révélé ces chiffres déclare : « Beaucoup des personnes qui ont reçu ces sommes sont des immigrés illégaux qui ne devraient même pas être en Grande-Bretagne.

Express.co.uk  [Sur le site du journal anglais : "les commentaires sont fermés sur cet article"]

Grande-Bretagne : harcelée par des collègues musulmans, une chrétienne est licenciée

Nohad Halaoui poursuit ses anciens employeurs à l’aéroport d’Heathrow pour licenciement abusif. Elle allègue qu’elle-même, ainsi que d’autres employés chrétiens à l’aéroport, ont été victimes de harcèlement systématique en raison de leur religion.

Hebergeur d'image

Nohad Halaoui

Mme Halaoui, qui a immigré du Liban en 1977, a été licenciée en juillet après avoir travaillé 13 ans comme vendeuse de parfum dans la section Duty Free de l’aéroport. Selon le Christian Legal Centre, qui la soutient, cette cause soulève d’importantes questions juridiques ainsi que des interrogations sur le traitement différencié des musulmans et des chrétiens par les employeurs.

Ce pays est censé être un pays chrétien, mais la loi penche du côté des musulmans. »

Mme Halaoui, 47 ans, dit qu’elle a fait l’objet d’une plainte sous un prétexte fallacieux par un collègue musulman et qu’après avoir fait part de ses préoccupations en tant que chrétienne, c’est elle qui a été licenciée. «Ce pays est censé être un pays chrétien, mais la loi penche du côté des musulmans», a-t-elle dit.

Cette mère de deux enfants affirme s’être toujours bien entendue avec ses collègues musulmans et que les relations entre les employés de différentes confessions étaient bonnes dans le passé, mais que l’atmosphère est devenue de plus en plus pénible avec le nombre croissant d’employés épousant « l’islam fondamentaliste ».

Ils ont dit [...] qu’ils étaient venus ici dans le but de convertir les gens à l’islam. »

Lire la suite

Les musulmans plus patriotiques que les Britanniques ?

Les musulmans britanniques éprouveraient davantage de fierté nationale que le Britannique moyen, selon un sondage. Tandis que 79% de Britanniques approuvent avec la phrase « Je suis fier d’être citoyen britannique », le chiffre atteint les 83% chez les musulmans.

Ces derniers seraient également plus optimistes en l’avenir du pays, avec 45% contre seulement 31% pour les autres. [...]

Hebergeur d'image

Des patriotes musulmans manifestent pour un avenir meilleur en Grande-Bretagne

 Dailymail

Angleterre : « la vérité sort de la bouche des enfants »

Un adolescent britannique, arrêté après un cambriolage chez des particuliers et sommé d’envoyer une lettre d’excuses à ses victimes, leur a écrit pour leur dire qu’il n’avait aucun remords et que ce cambriolage était de leur faute. Le jeune homme de 16 ans, qui n’en était pas à son coup d’essai, avait été interpellé après s’être introduit au domicile d’une famille à Leeds (nord), emportant une télévision, un appareil photo et une console de jeux.

Il avait été condamné à une peine de substitution à la prison dans un centre d’éducation spécialisé et il lui avait été demandé dans ce cadre d’écrire une lettre d’excuses à ses victimes. «J’ai été forcé d’écrire cette lettre» (…) Honnêtement, je n’ai pas de remords d’avoir cambriolé votre maison, ça m’est bien égal», a écrit l’adolescent, dont le Times publie la lettre. «De toute façon, ce cambriolage était de votre faute», a poursuivi le jeune garçon, détaillant «les erreurs stupides» faites par la famille.

«D’abord, vous n’avez pas fermé vos rideaux. Ensuite, bande d’idiots, vous vivez dans une zone à haut risque pour les cambriolages et vous êtes assez crétins pour laisser la fenêtre de votre cuisine au rez-de-chaussée ouverte». La lettre, à l’opposé de l’autocritique attendue, n’a jamais été envoyée aux victimes, précise le Times, mais la police locale s’en est servie pour sa campagne de sensibilisation des habitants sur les risques de cambriolage pendant les fêtes.

Le bien Public

Afrique : Différence entre les legs coloniaux des empires britannique et français (audio)

Economiste et chercheur à l’IRD, Denis Cogneau étudie la différence entre les legs coloniaux des empires britannique et français et leurs conséquences aujourd’hui sur le développement de ces pays.

Et il démonte pas mal d’idées reçues, comme la performance du système éducatif sous la colonisation française ou encore son investissement dans les infrastructures (dans les deux cas aujourd’hui encore, il y a un avantage comparatif pour les anciennes colonies britanniques).

Une différence qui est notée, c’est le retard en terme de développement de l’éducation. Les résultats scolaires en terme de nombre d’années d’études pour l’ensemble de la population sont très au détriment des anciennes colonies françaises. » RFI – 13/11/2011″

INV AFR -13/11- Denis COGNEAU

(08:29)

Angleterre : Tintin au Congo, jugé « raciste », sera retiré des rayons pour enfants

C’était dans l’air depuis longtemps: Tintin au Congo sera retiré des rayons pour enfants dans les librairies britanniques. Jugé « raciste » suite à une plainte d’un avocat spécialisé dans les « droits de l’homme » la bande dessinée parue en 1930 ne sera plus accessible aux enfants. De plus, chaque exemplaire sera mis sous emballage scellé comportant un avertissement aux lecteurs.

Tintin au Congo

Une grande chaine de librairies a déjà mis Tintin au Congo sur ses plus hautes étagères pour adultes pour éviter qu’il « ne tombe entre de mauvaises mains ».[...] Tea for Two – 04/11/2011

Merci à Skynet

Angleterre : Un réseau d’esclaves découvert dans un camp de gens du voyage (vidéo)

Deux douzaines de personnes, utilisées comme esclaves, ont été libérées dimanche. Certains étaient tenus captifs depuis quinze ans.


La police britannique porte secours à des… par euronews-fr

Affamés, battus, le crâne rasé, vingt-quatre personnes ont été secourues hier, dimanche 11 septembre, d’un camp de gens du voyage situé en Angleterre où ils étaient maintenus captifs et étaient réduits en esclavage. Certains subissaient ces conditions dégradantes depuis une quinzaine d’années.

Il a fallu l’intervention de pas moins de 200 policiers sur le site de Green Acres, dans le Bedfordshire (nord-ouest de Londres), pour libérer les vingt-quatre esclaves modernes – 17 Britanniques, 3 Polonais, 2 Roumains et 2 Russes – qui survivaient tant bien que mal dans des caravanes sales, des chenils et des boxes pour chevaux, indique le Daily Mail. « Les hommes que nous avons trouvés était dans un état physique très mauvais et les habitations dans lesquelles ils vivaient étaient scandaleusement sales et étroites », a déclaré l’inspecteur principal Sean O’Neil.

Selon les premiers éléments de l’enquête, les victimes étaient des personnes vulnérables (problèmes psychologiques, toxicomanie…) à qui l’on avait promis des emplois rémunérés et un logement au gré de rencontres dans des soupes populaires, des centres d’emploi ou des abris pour SDF. A leur arrivée au camp de gens du voyage tzigane, ils se voyaient délestés de leur téléphone portable, étaient battus et on leur rasait la tête en leur faisant comprendre que s’ils tentaient de s’enfuir, ils seraient retrouvés et frappés.

Ils étaient ensuite employés à des tâches ingrates comme paver des allées ou enlever des gravats de 7 heures du matin à 19 heures le soir pendant six jours sur sept sans jamais être rémunérés. Ces esclaves modernes avaient la réputation d’être « moins chers que des machines », indique le Daily Mail. Le septième jour, le dimanche, ils étaient contraints de nettoyer le camp où ils vivaient.[...]

Metro Euronews – 12/09/2011

« Londres n’est plus une ville anglaise et c’est grâce à ça qu’elle a eu les Jeux Olympiques » selon John Cleese

« Londres n’est plus une ville anglaise et c’est grâce à ça qu’elle a eu les Jeux Olympiques » selon John Cleese. [...] Mr. Cleese, 71 ans, a confié à la télévision australienne que Londres n’a désormais plus de « culture parente », et que dans certains quartiers il est impossible de trouver un Anglais.

[...] « J’ai un ami Californien qui est passé il y a deux mois. Il s’est promené sur King’s Road et m’a dit ‘Et bien, … où sont les Anglais ?’ » [...] « J’aime avoir des cultures différentes aux alentours, mais quand la culture parente disparait, vous vous dites, ‘Mais, qu’est-ce qui se passe ?’ » [...]

DailyMail (traduit)

(Merci à derville)

Les expulsions d’émeutiers britanniques ont commencé

Plusieurs municipalités anglaises ont engagé des procédures pour pénaliser leurs résidents arrêtés durant les émeutes.

Maite de Calva est devenue le symbole de la politique de fermeté des autorités britanniques après les émeutes de début août. Cette mère célibataire de 43 ans, immigrée espagnole, résidente de Battersea, sur la rive sud de la Tamise à Londres, a été la première à recevoir, voici une semaine, une notice d’expulsion de son logement social de deux pièces après les faits reprochés à son fils de 18 ans durant les événements. Ce dernier, Daniel Sartain-Clarke, a été arrêté pour vol dans un magasin d’électronique de Clapham Junction le 8 août et maintenu en détention provisoire en attendant son jugement, prévu le 6 septembre. Les élus locaux de Wandsworth n’ont pas jugé utile d’attendre pour lancer la procédure d’expulsion. «La mairie va faire tout ce qui est possible pour s’assurer que ceux qui sont responsables payent le prix de leur comportement. Ce qui peut aller jusqu’à l’expulsion», a prévenu le chef conservateur de la municipalité, Ravi Govindia. Si le prévenu est acquitté, la procédure sera toutefois annulée, précise un porte-parole.

Plusieurs municipalités adoptent une réponse sans pitié aux émeutes, encouragée par David Cameron. Alors que les tribunaux condamnent lourdement les fauteurs de troubles – avec des peines 25 % plus lourdes comparé aux pratiques habituelles – les sanctions ne s’arrêtent pas à la prison. «Assurons-nous que si des gens causent des troubles et enfreignent la loi, ils soient éjectés de leurs logements sociaux», a déclaré le premier ministre. L’opinion applaudit. Une pétition pour priver les émeutiers de tout avantage social a déjà recueilli plus de 220 000 signatures. «Aucun contribuable ne devrait subventionner ceux qui ont détruit des biens, volé leurs voisins et montré le mépris pour ce que le pays leur apporte», justifient les auteurs du texte. [...]

Le Figaro