Grande-Bretagne : des soldats musulmans enrôlés pour contrer l’islamophobie

Réuni en cellule de crise sous l’effet ravageur de la recrudescence des agressions islamophobes et de la furie des groupuscules d’extrême droite, le gouvernement britannique a dévoilé ce qu’il pense être l’ antidote à ce déchaînement de violences incontrôlable, depuis l’atroce fait divers qui a mis le feu aux poudres : le meurtre du soldat Lee Rigby à Woolwich en mai dernier, condamné avec la dernière énergie par l’ensemble des musulmans de Grande-Bretagne.

Le groupe de travail formé par le Premier ministre David Cameron s’est vu assigner l’impérieuse mission de lutter contre l’extrémisme, la radicalisation et l’islamophobie, et de fourbir ses armes les plus efficaces pour triompher pacifiquement, autant que faire se peut, de cette exaltation de la haine anti-musulmans.

Elle a jailli comme un « Eurêka » susceptible de déconstruire les mythes pernicieux et de donner du fil à retordre aux vieux démons tapis dans l’ombre, la carte maîtresse abattue par David Cameron entend dissiper les fantasmes exacerbés par les hordes de blousons noirs en humanisant les musulmans, ces citoyens, ces croyants, ces électeurs, ces collègues de travail, ces voisins, et même ces militaires servant dans l’armée nationale, notamment en Afghanistan et en Irak.

(…)

« Nous devons réfuter l’argument que l’Occident est en guerre avec l’Islam, et tout ce que nous faisons doit contester cette idée fausse« , a déclaré un porte-parole du groupe de travail ministériel.

Lors de ces visites dans le temple éducatif, les soldats musulmans, dont certains sont des blessés de guerre, mais aussi non–musulmans, hommes et femmes, deviendront les meilleurs ambassadeurs du vivre ensemble, prêchant la bonne parole afin de couvrir les messages racistes qui frappent les esprits les plus impressionnables en les matraquant de leur puissance.

[...]

Oumma.com et TheIndependent.co.uk

Merci à zatch

 

Angleterre : les blancs pauvres, une minorité ethnique ?

(extrait) Un rapport du Bureau de l’inspection de l’Education nationale britannique (Ofsted), intitulé « Unseen Children » (« Enfants invisibles »), jette un pavé dans la mare.

Les enfants pauvres issus des minorités ethniques, s’en tirent de mieux en mieux.

En revanche, les enfants pauvres des zones rurales et littorales de l’est et du sud-est de l’Angleterre, ceux de la white working class (classe ouvrière blanche) sont sur la touche, avec un personnel enseignant qui semble indifférent.

Le directeur de l’Ofsted les appelle « la minorité invisible des beaux quartiers ». Invisible, car blanche, mais pourtant défavorisée.

Il préconise la manière forte : parachuter des « superprofs » dans ces écoles délaissant leurs élèves blancs et pauvres. Il a agité la menace d’inspections en rafale.

En janvier, le ministre de l’Enseignement supérieur a tiré la sonnette d’alarme, demandant qu’une discrimination se fasse à l’entrée de l’université en faveur des mâles blancs d’origine modeste, affirmant que ceux-ci ont leur place aux côtés des minorités ethniques et d’autres minorités dites désavantagées.

marianne.net

 

Les députés britanniques adoptent la loi autorisant le mariage gay

Les députés britanniques ont adopté les derniers amendements de la loi autorisant le mariage de personnes du même sexe. La Grande-Bretagne devient ainsi le 15e pays à légaliser le mariage gay. Les premières unions pourront être célébrées en 2014.

« Le titre de la loi est ‘mariage’ mais sa trame est celle de la liberté et du respect ». C’est par ces mots que la ministre de la Culture, Maria Miller, qui a supervisé la loi sur le mariage homosexuel, a salué l’adoption mardi 16 juillet par les députés britanniques des derniers amendements du texte.

Cette validation a été accueillie par des cris de joie des partisans du mariage gay qui s’étaient rassemblés devant le Parlement tout de rose vêtus.

La loi doit maintenant être approuvée par la reine Elizabeth, une simple formalité attendue pour « mercredi ou jeudi », selon un porte-parole du ministère de la Culture.

Les couples du même sexe, qui peuvent depuis 2005 s’unir par un pacte civil leur garantissant les mêmes droits que les couples mariés, devront toutefois attendre la mi-2014 pour se marier en Angleterre et au Pays de Galles. Les autres régions du Royaume-Uni, l’Écosse et l’Irlande du Nord, qui ont leur propres législations, ne sont pas concernées par cette loi. [...]

La Coalition pour le mariage, hostile au mariage gay, refuse de s’avouer vaincue. Forte, selon elle, de 700 000 membres, elle a annoncé qu’elle se mobiliserait contre David Cameron aux élections européennes de 2014 et aux législatives de 2015.

France 24

GB : accroissement de la population de 400.000 personnes en un an, dû à l’afflux d’immigrés et à leur taux de natalité

[Résumé d'article]

La population vivant en Angleterre et au Pays de Galles s’est accrue de 400.000 personnes en un an en raison d’une immigration élevée et du taux de natalité élevé chez les immigrés, déclare le Bureau National de la Statistique anglais.

Cette croissance démographique va, selon les analystes, peser de manière insupportable sur le logement, les transports, l’eau, l’énergie, l’école et les services de santé.
L’effet conjugué de l’immigration et du taux de natalité compte pour les deux tiers dans cette augmentation.

Daily Mail

————————————–

-

Grande Bretagne : Le prince William aurait des ascendances indiennes

Selon une récente analyse de son ADN, l’héritier du trône d’Angleterre a des origines indiennes. L’information a été rapportée vendredi par The Times. D’après le quotidien britannique, c’est un examen salivaire pratiqué sur des proches du Prince William qui a permis aux experts en génétique d’arriver à cette conclusion.


Uploaded with ImageShack.us

Ancienne colonie du Royaume-Uni et toujours membre du Commonwealth, l’Inde est très proche de l’Angleterre qui accueille de nombreux immigrés indiens. Pour autant, si l’information était confirmée et si William accédait au trône, après sa grand-mère, l’actuelle reine Elizabeth et son père, le prince Charles, il serait le premier roi d’Angleterre à avoir une ascendance indienne.

(…) Les journaux britanniques notent que cette révélation tombe assez bien puisque le prince William a à son agenda des prochains mois une visite en Inde, sa première, accompagné de son épouse Kate et de leur enfant à naître prochainement. La popularité de la famille royale est assez basse en Inde et la révélation d’un héritier au trône aux gènes sindiens pourrait l’accroître sensiblement.

20 minutes

Agression raciste anti-blanche en Angleterre (vidéo)

« Il s’agit d’une vidéo qui a été tournée à Ashton Under Lyne en Angleterre. Elle montre une bande de jeunes musulmans attaquant un groupe de jeunes blancs. Juste avant que le tournage ait commencé un des jeunes musulmans avaient frappé une des filles blanches dans le visage. Cela devient une pratique régulière dans les rues du Royaume-Uni. »

Algérie – Grande-Bretagne, Lord Risby : “On veut devenir le partenaire européen de prédilection de l’Algérie”

L’envoyé spécial du Premier Ministre britannique, Lord Richard Risby, a indiqué, hier à Alger, que son pays voulait devenir le partenaire européen de prédilection de l’Algérie, minimisant l’impact de l’attaque terroriste de Tiguentourine sur la présence économique britannique dans le pays.

Notre objectif est que l’Algérie puisse nous regarder comme son partenaire européen de choix», a déclaré M. Risby, au cours d’un point de presse animé au siège de l’ambassade britannique.

L’envoyé spécial de David Cameron, qui effectue sa cinquième visite en Algérie pour promouvoir les relations économiques entre les deux pays, a souligné les efforts considérables entrepris durant les 12 derniers mois pour hisser cette coopération au niveau d’un partenariat stratégique. Il a indiqué que sa future visite en Algérie, prévue septembre prochain, pourrait être sanctionnée par la signature de contrats de partenariat dans les secteurs de la formation et de l’industrie pharmaceutique.

Lutte contre le terrorisme 

L’Algérie et la Grande-Bretagne sont convenues de renforcer leur coopération sécuritaire qu’ils veulent ériger en partenariat stratégique dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, a indiqué, samedi à Alger, l’ambassadeur de Grande-Bretagne, Martyn Roper. «M. David Cameron et le Président Abdelaziz Bouteflika sont convenus, fin janvier dernier, au cours de la visite à Alger du Premier Ministre britannique, d’un nouveau partenariat sécuritaire entre les deux pays», a déclaré M. Roper.

M. Roper n’a pas omis de souligner la convergence des points de vue de l’Algérie et la Grande-Bretagne sur la lutte contre le terrorisme, notamment sur la question du non-paiement de rançons aux terroristes. «Le Royaume-Uni et l’Algérie partagent la même vision sur la question de non-paiement de rançons.

En matière sécuritaire, l’Algérie reste «un pays stable et sécurisé», a affirmé de son côté Lord Risby, qui a nié que la Grande-Bretagne ait changé de vision sur l’Algérie après l’attentat de Tiguentourine.

Cet attentat a coûté la vie à cinq employés du groupe britannique BP. «L’Algérie et un pays stable et sécurisé. Ce n’est pas un acte isolé qui va changer notre vision de l’Algérie, les opportunités d’affaires pour les Britanniques restent intéressantes en Algérie», a-t-il souligné.

«Tous les pays ont vécu des actes terroristes, y compris les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France. Le terrorisme n’est pas propre à l’Algérie», a-t-il ajouté.

Promouvoir la coopération dans l’apprentissage de la langue anglaise

Par ailleurs, la coopération entre l’Algérie et la Grande-Bretagne dans les domaines de la formation, l’apprentissage et la promotion de langue anglaise a été passée en revue hier par le ministre de l’Éducation nationale, Abdelatif Baba Ahmed, et Lord Richard Risby, représentant principal du Premier Ministre britannique. Les deux parties ont passé en revue «l’état de la coopération existante, les voies et moyens de la promouvoir et de l’approfondir, notamment, dans les domaines de la formation, l’apprentissage et la promotion de la langue anglaise», a indiqué le ministère de l’Éducation nationale dans un communiqué.[...]

El Moudjahid

Arrestations rapides après des messages anti-islam sur Facebook suite au meurtre du militaire


La semaine dernière, deux internautes britanniques ont été arrêtés par la police quelques heures seulement après que celle-ci fut alertée de messages anti-islam publiés sur Facebook.

Après l’assassinat en pleine rue du soldat Lee Rigby, qui a été décapité par deux fondamentalistes musulmans sous les yeux ahuris des passants, la Grande-Bretagne redoute qu’un climat anti-islam ne s’installe au pays. La police britannique met donc tout en oeuvre pour agir au plus vite contre ceux qui seraient tentés de propager des messages de haine contre les Musulmans, dont l’énorme majorité n’a rien à voir avec les quelques extrémistes sanguinaires qui font la une des journaux.

Le Daily Mail rapporte ainsi que deux utilisateurs de Facebook ont été arrêtés en un temps record, quelques heures seulement après la publication de messages haineux sur le réseau social. Alors que la police a été alertée des messages dans la soirée de mercredi, les deux hommes de 22 et 23 ans qui habitaient tous les deux à Bristol (et qui sans doute se connaissaient) ont été arrêtés dans la nuit-même, à 3h20 du matin.


Selon le commissaire de police, les deux jeunes hommes ont été arrêtés en vertu de la Loi sur l’Ordre Public, pour « suspicion d’incitation à la haine raciale ou à la haine religieuse ». « Ces commentaires étaient adressés directement contre une partie de notre communauté. De tels commentaires sont totalement inacceptables et causent uniquement plus de tort à notre communauté à Bristol », a-t-il ajouté, englobant toutes les confessions religieuses dans la même « communauté » locale.

Le plus jeune des deux internautes a été mis en examen et libéré sous caution, tandis que l’autre semble avoir bénéficié d’un simple rappel à la loi.

Selon le New York Times, les communautés musulmanes britanniques se sont plaint des messages de haine dont elles seraient victimes sur Twitter et Facebook.

Numérama

Grande-Bretagne : le premier maire musulman de Bristol

Ce fut un moment d’une grande solennité à marquer d’une pierre blanche pour les musulmans de Grande-Bretagne : le nouveau maire de Bristol, Faruk Choudhury,  a officiellement prêté serment, hier, lundi.

Il incarne désormais le renouveau de la politique locale anglaise : il a porté haut les couleurs du parti travailliste mais aussi la cause de sa communauté d’origine.

Faruk Choudhury s’apprête à présider aux destinées de Bristol, et ne cache pas sa fierté de marcher ainsi sur les traces des pionniers britanniques de la diversité.

Oumma.com
—————
Complément :

Bristol est une ville britannique du sud-ouest de l’Angleterre (Royaume-Uni). Brycgstow, en vieil anglais, Bryste en gallois, elle existe depuis le début du XIe siècle. Au XIVe siècle, la cité était devenue la troisième d’Angleterre. Bristol fut élevée au rang de ville en 1542, l’ancienne abbaye de St Augustine devenant pour l’occasion la cathédrale de Bristol. Wikipedia

Une vue de Bristol

GB : Ils préparaient un attentat contre l’English Defence League. Six musulmans arrêtés.


[extrait] Ils avaient tout prévu. Une bombe artisanale, des machettes, et un arsenal improvisé, qu’ils avaient dissimulé dans deux voitures. Ces six musulmans britanniques s’étaient organisés pour commettre un attentat d’ampleur contre l’English Defense League, un groupe d’extrême droite [terminologie du journal Le Monde] qui mène une violente campagne contre l’islam et l’islamisme au Royaume-Uni.

De haut en bas et de gauche à droite : Omar Khan, Jewel Uddin, Mohammed Hasseen, Anzal Hussain, Mohammed Saud, Zohaib Ahmed.

Un policier les a arrêtés pour un banal contrôle des papiers du véhicule. Pour défaut d’assurance, le véhicule est parti à la fourrière où les armes ont été découvertes

Arrestation des six suspects. Verdict  le 6 juin.

Big Browser / Le MondeRTL - En anglais : BBCIBtimes

Merci aux divers lecteurs

GB : des milliers de musulmans réclament l’interdiction de la critique de l’islam

[extrait] Environ 25.000 pakistanais britanniques de tout le Royaume-Uni se sont rassemblés pour demander au gouvernement britannique d’introduire une législation interdisant la critique de l’islam.

Des orateurs ont affirmé que la liberté d’expression est une valeur précieuse, mais qu’elle ne comprend pas le droit d’insulter l’islam. Ils ont fait valoir que la meilleure façon d’aller de l’avant consiste à aborder l’islam de manière constructive avec les musulmans.

News.pk – voir traduction complète et vidéos sur Poste de Veille