Montpellier (34) : condamné à dix ans de prison pour des mutilations au sabre

Daho Ferhaoui avait grièvement blessé et mutilé l’un de ses voisins au soir du 30 juin 2011, rue de la Mouneda à Montpellier [...] lorsque, armé d’un katana, l’intéressé à grièvement blessé cet étudiant. Lui sectionnant l’index gauche et lui mutilant deux autres doigts d’un coup de lame portée avec ce sabre japonais. Tout cela pour une cigarette refusée. Ou en réponse à d’improbables visions nourries par le chaos occupant son esprit.

Et de soutenir : « Ma conviction est que sa route croisera à nouveau celle de la justice. » Interpellant enfin les jurés : « Un jour, il va sortir. Le voulez-vous comme voisin pour vous, vos enfants, vos petits-enfants ? »

Un risque quantifié par le magistrat à l’endroit de ce ressortissant d’origine algérienne. Soit treize années de réclusion, assortie d’une interdiction définitive du territoire. Treize fois non ! Le coup de Ferhaoui n’était pas volontaire ! « Il a voulu lui faire peur mais pas le toucher intentionnellement ! », soutient mordicus Me Dumont en défense. Et pour lequel le geste de son client est intimement lié à ses troubles. Tant psychologiques que psychiatriques.

« Il est malade ! » affirme la défense L’auxiliaire regrettant « les rapports des expertises pas satisfaisants. Car ils ne sont pas allés au bout des choses ». Certes. Et de poursuivre plus avant : « Moi, je dis que l’on ne peut pas condamner des fous, des demi-fous. C’est l’honneur de notre justice de ne pas condamner des gens pas bien dans leur tête. Et Daho Ferhaoui n’est pas bien dans la sienne ! Il est malade ! » Allant plus loin (trop ?) encore : « La victime a participé, par une erreur d’appréciation, à son drame. »

Chose certaine en revanche : ce lundi en fin de journée, Daho Ferhaoui a été condamné à dix années de prison. Sans interdiction du territoire comme l’avait réclamé l’accusation.

Midi Libre

Saint-Nazaire (44) : manifestation de soutien au jeune Faycal, lycéen algérien (vidéo)

Les lycéens d’Aristide Briand ont manifesté jeudi matin devant la sous-préfecture en soutien à Fayçal, jeune algérien menacé d’expulsion. Ayant déja obtenu une autorisation de séjour provisoire jusqu’au 12 juillet,  ils réclament l’obtention de la carte de séjour afin qu’il puisse rester en France à l’issue de l’année scolaire. Le cortége qui est parti de la cité scolaire, s’est ensuite déplacé devant l’hôtel de ville.

Ils avaient déjà manifesté la semaine dernière.

Saint Nazaire – Ma ville

Luxembourg : 12 coups de couteau pour Vanessa. «Elle songeait à quitter Azzedine»

Dimanche matin, rue des Usines à Athus (Aubange), le corps sans vie de Vanessa Hopp est découvert dans son appartement. La jeune femme de 21 ans a été tuée d’une douzaine de coups de couteau. Son compagnon -Larbi Azzedine- a été placé sous mandat d’arrêt.

« Vanessa en avait assez et songeait à quitter Azzedine », selon Mario, le papa de la jeune femme. «Cela faisait plus d’un an qu’ils étaient ensemble. Vanessa l’avait rencontré, avec des copines, près de la gare de Luxembourg. Elle a eu un coup de foudre. C’est un Algérien de 27 ans. Il nous a raconté qu’il avait fui l’Algérie et que c’était pour cela qu’il n’avait pas de papier. Et sans papier il ne pouvait pas travailler. Vanessa l’aimait. Alors on l’a accepté dans la famille.»

Plus d’une fois, Mario met en garde sa fille. « Comment pouvait-elle avancer dans la vie avec un type qui ne faisait rien ? Je le lui ai encore dit la veille de sa mort. »

Pourtant, Mario sait que Larbi est jaloux et violent. « Mais Vanessa disait chaque fois qu’il s’était calmé, que cela n’arriverait plus.

Petit à petit Vanessa envisageait de mettre un terme à leur relation. « Elle m’a dit : papa, je vais revenir chez toi, je ne le supporte plus. » Vanessa n’en a pas eu le temps. Le week-end dernier, elle a été frappée de 12 coups de couteau.

Sud-Ouest

Québec : infiltration et islamisation pas-à-pas

Mme Kichou est résidente permanente au Québec. D’origine algérienne, elle est venue témoigner devant la commission parlementaire sur la charte des valeurs.

1) Elle dit avoir été victime de prosélytisme de la part de l’employé du ministère de l’Immigration.

Elle a déclaré que l’homme d’origine maghrébine provoquait un malaise dans la salle, où bon nombre de gens n’étaient pas de confession musulmane

«Il s’est mis à indiquer les boucheries où on peut acheter de la viande halal».

Ce qui a choqué Mme Kichou, qui n’est pas issue d’une famille religieuse et ne porte pas le foulard, c’est la réponse qu’il a donnée à une nouvelle arrivante portant le hijab qui s’interrogeait sur les coûts de certains services, comme la coiffeuse. «Il a dit: “Mais pourquoi vous avez besoin d’aller chez la coiffeuse, puisque vous êtes voilée?”»

2) Mme Kichou a également découvert que l’éducatrice de la crêche de sa fille utilisait un signal sonore programmé sur son ordinateur pour rappeler l’heure de la prière. Elle a retiré depuis son enfant de la garderie.

3) Elle a aussi précisé qu’elle a consulté un médecin au Québec  qui était accompagné d’une stagiaire portant le voile.

Point de bascule

Montpellier : le tireur fou libéré à cause de la bourde d’un juge ?

Samir Belkhir, soupçonné de tentatives de meurtre à la cité Saint-Martin, à Montpellier, pourrait bénéficier d’un vice de procédure.

Samir Belkhir, un Algérien de 35 ans, aurait dû être jugé en milieu de semaine pour trois tentatives de meurtre à la cité Saint-Martin, à Montpellier, en juin 2012.

Mais une bourde du juge en charge du dossier va peut-être lui faire recouvrer la liberté avant qu’il ne rende des comptes… L’erreur du magistrat : une précipitation dans le règlement de l’affaire. En résumé, il n’a pas respecté le délai d’un mois entre la fin de l’instruction et le renvoi devant la justice…

La détention provisoire n’est plus valable

« Ce délai minimal est sacré, sinon c’est l’annulation de l’ordonnance de renvoi pure et simple, il n’y a pas de mystère », rappelle Me Pierre Veyrier, l’avocat de Belkhir, devant le tribunal où l’affaire, pourtant passible de la cour d’assises, a finalement été correctionnalisée. « Le tribunal n’est pas valablement saisi, la détention provisoire n’est plus valable », assène l’avocat.[...]

Midi libre

Toulouse : 3 coups de couteau pour une cigarette refusée (Màj : Mohamed Oubada, clandestin multirécidiviste, condamné)

C’est à deux ans d’emprisonnement ferme que vient d’être condamné, hier, Mohamed Oubada, jugé en comparution immédiate par le tribunal correctionnel.

Ce ressortissant algérien, en situation irrégulière et au casier judiciaire déjà bien rempli, avait le 8 août, asséné plusieurs coups de couteau – à la joue, au thorax et au bas-ventre – à un homme qui lui avait refusé une cigarette.  [...]

Les faits se sont déroulés sur la terrasse d’un bar de la rue Saint-Michel. Oubada avait fait l’objet de plusieurs témoignages concordants dont celui de la victime. [...]

La Dépêche
(Merci à Pmarasan/bitume8/Julien271)

——————-

Un homme qui s’effondre, en sang ; un autre qui s’éloigne et qui disparaît. Hier vers 12 heures, Grande rue Saint-Michel, à Toulouse, un homme a été blessé de trois coups de couteau.

[...] La victime, qui serait âgée de 27 ans, souffre de trois plaies à l’abdomen, au thorax et au visage. Hier les policiers de la sûreté départementale n’ont pas pu l’entendre.

Sur place, les témoins n’ont pas vu grand-chose. Il semble quand même que la victime soit sortie d’un bar, suivi par un autre individu. L’altercation a eu lieu quelques dizaines de mètres plus loin. Pour une cigarette refusée ? Les policiers restaient très prudents hier soir.

L’audition de la victime, prévue ce matin, devrait orienter les investigations à venir. L’enquête a été confiée à la brigade territoriale du Mirail.

La Dépêche
(Merci à Solexine)

Bijoux Chopard volés pendant le festival de Cannes : un « franco »-algérien interpellé

Un Franco-algérien de 40 ans a été pris en flagrant délit dans un hôtel de luxe aux Baléares et écroué dans la foulée. « Des rapprochements ont été effectués » avec les faits commis le 17 mai dans un hôtel Novotel de Cannes. [...]

Cette arrestation a eu lieu le 21 juin dernier. Ce jour là, un franco-algérien de 40 ans, connu de la police pour de nombreux cas de vol, a été pris en flagrant délit dans un hôtel de luxe de l’île, à Cala Ratjada, et écroué dans la foulée, a indiqué à l’AFP la garde  civile espagnole. [...]

Il est apparemment « habitué à faire ce genre de choses », indique une source, tout en appelant à la prudence. [...]

TF1 News

Rachid Nekkaz : «Pourquoi j’ai demandé la déchéance de ma nationalité française»

Rachid Nekkaz a demandé la déchéance de sa nationalité française. Il s’en explique sur le site oumma. .

Son père a été un combattant du FLN. En janvier 2012, lors d’une tournée médiatique en Turquie, Rachid Nekkaz encouragea le gouvernement turc à voter une Loi qui apparenterait la colonisation française de l’Algérie à un génocide.

Rachid Nekkaz sera candidat aux élections présidentielles algériennes de 2014. (voir son blog)

Jusqu’à ce jour, je n’avais jamais fait vivre mon autre nationalité, celle de mes parents algériens. J’ai décidé aujourd’hui de m’y atteler. Je ne dis pas que le soleil est plus clément à Tamanrasset qu’à Dunkerque. Je pense juste que les défis sont plus grands et l’espérance plus douce.

J’ai demandé officiellement au Président de la République, M. François Hollande, la déchéance de ma nationalité française. C’est une décision grave, mûrement réfléchie et sans appel.

Je suis né français. J’aime la France, j’aime ses valeurs, sa culture, son Histoire, ses principes de liberté, ses droits de l’Homme, sa générosité, ses écrivains, ses musées, ses parfums, sa gastronomie. Pour un enfant qui a été bercé par les fables de Lafontaine, pour un étudiant qui a été nourri par les philosophies de Rousseau et de Voltaire, l’homme que je suis devenu à 41 ans ne peut plus respirer l’oxygène liberticide et corrompu qui règne en France aujourd’hui.

La France qui assigne à résidence des femmes parce qu’elles portent un bout de tissu sur leur visage, la France qui me met en prison parce que j’ose dévoiler et condamner un système de parrainage présidentiel des élus corrompu et corruptible, la France qui déclenche deux contrôles fiscaux internationaux pour me faire taire, la France qui laisse en liberté des hommes de pouvoir corrompus, la France qui laisse sévir impunément les injustices et les discriminations dans des quartiers entiers de son territoire, la France qui laisse la haine de l’autre se propager comme une traînée de poudre dans l’indifférence de ses élites politiques et intellectuelles, « cette France là », je ne l’aime pas et je ne pourrai jamais l’aimer. […]

Non seulement la France ne me fait plus rêver, mais pire que cela, comme des millions d’autres Français de seconde zone, je ne crois plus en la France ni à son modèle d’intégration républicain fondé en théorie sur l’égalité des chances, mais qui en réalité repose sur l’esprit de corps (phénomène étudié au 14ème par le sociologue maghrébin Ibn Khaldoun sous le nom de « asabiya »).[…]

J’ose le dire. La France n’a pas besoin de « ces gens là », de ces millions de gens qui ont cru en elle. Pire que cela, elle en a même peur. De l’entretien de cette peur, des partis politiques se nourrissent. Ils prospèrent. Pauvre France, pauvres Français ! A force de jouer avec le feu de la haine et de la stigmatisation gratuite, à terme, la France risque de s’en mordre les doigts. Car elle préfère favoriser et mettre en lumière les éléments les plus extrémistes et radicaux de la société déjà bien fragile sur le plan du vivre-ensemble. C’est parce que la France ne perçoit pas ces populations françaises d’origines étrangères comme une richesse mais comme une plaie et un problème au cœur de son identité que la France a peur. Et le débat sempiternel depuis 1981 sur le non vote d’une loi accordant le droit de vote aux étrangers lors des élections locales est symptomatique du prisme à travers lequel la France et ses gouvernements de Droite comme de Gauche perçoivent ces « Français colorés ». A leurs yeux, ce ne sont pas des Français mais des Etrangers. […]

oumma (Merci à bitume8)

Venu consulter un dentiste, un sans papiers finit au centre de rétention

Interpellé alors qu’il venait pour se faire soigner, un ressortissant algérien sans papiers risque l’expulsion…

L’affaire aurait pu passer inaperçue. Un ressortissant algérien, sans papiers et bénéficiaire de l’Aide médicale d’Etat (AME), a été interpellé dans un centre dentaire d’Alfortville (Val de Marne) lundi 4 juin, comme le révèle l’Observatoire du Droit à la santé des étrangers (ODSE), dans un communiqué publié ce mercredi.

[...] Même si «on ne peut pas dire que ce soit courant», ce type d’arrestation près d’un lieu de santé fait pourtant craindre le pire aux associations.

Les sans papiers pourraient en effet hésiter à se soigner, de peur de s’y faire interpeller. «Ce qui pourrait déboucher sur une catastrophe sanitaire, alors que l’AME, qui est destinée aux sans papiers, existe justement pour éviter cela», souligne Laura Petersell.

[...] Après 48 heures en garde à vue, Ziad est ensuite passé devant le juge, avant d’atterrir en centre de rétention, où il peut maintenant être expulsé à tout moment. [...]

Depuis l’interpellation dans ses locaux, le centre de soin dit également recevoir «beaucoup de coups de fils anonymes de menace» [...]

20 minutes
(Merci à Antibarbare)

Qui a tué Malang Faty, le représentant de la communauté noire de Toulouse ?

Qui a tué Malang Faty, le représentant de la communauté noire de Toulouse ? Pour la justice, Lahouari Belmirat serait l’auteur de l’agression fatale sous fond de maraboutage.

Ce père de famille de 57 ans, originaire du Sénégal et installé en France depuis plus de vingt ans, est mort le 3 septembre 2010 à l’hôpital Purpan. Il avait été admis en urgence dix jours plus tôt après avoir été violemment agressé à deux pas de chez lui, boulevard d’Arcole, dans le centre de Toulouse.

Par qui ? Lahouari Belmirat, un Algérien âgé de 36 ans, si on croit l’enquête de la brigade criminelle, puis l’instruction du juge Philippe Colson.

Les deux fois, incroyable hasard, la victime est identique mais elle n’est pas visée. La «cible» supposé, un marabout, est partie en vacances en Afrique. Qui en voulait à ce marabout ? Lahouari Belmirat ? L’intéressé, qui se nie son implication dans les trois agressions depuis son arrestation, dit ne pas connaître Mohammed Konneh le marabout visé. Un marabout qui, lui non plus, ne connaît pas Lahouari Belmirat !

Dans cette affaire peu ordinaire, où l’agresseur frappe avec un marteau un masque de plongée sur la tête, les témoins dont certains identifient l’accusé jouent un rôle majeur. Tous sont attendus à la barre. Ce qui promet des échanges animés entre la défense, les avocats des parties civile [...]

La Dépêche
(Merci à Julien271)

Un Algérien abattu dans un restaurant à Paris

Un homme a été abattu lundi soir d’un coup de fusil à pompe dans le 20e arrondissement de la capitale alors qu’il se trouvait à table dans un restaurant. L’homme, cagoulé, a réussi à prendre la fuite. [...]

La victime, née en 1975 à Alger, était très défavorablement connue des services de police, notamment pour des faits de violences, d’extorsion de fonds et de trafic de stupéfiants. [...]

TF1 News