Europe : 172 millions d’euros d’aides à l’Algérie

Développement local durable et action sociale dans le nord-ouest algérien.

Pour la réalisation de ce programme, l’UE vient d’accorder 20 millions d’euros à l’Algérie.

La Commission européenne a approuvé le programme d’appui au développement local durable et de l’action sociale dans le nord-ouest de l’Algérie. D’une enveloppe estimée à 20 millions d’euros, ce programme a pour objectif global de contribuer à la réduction des disparités sociales et économiques des communes et wilayas concernées grâce à leur développement intégré et durable.

(…)

L’on s’intéresse, en outre, de manière plus concrète au suivi de l’impact de développement sur l’environnement. Il faut noter que les engagements financiers en faveur de l’Algérie s’élevaient à 242,1 millions d’euros durant la période 2007-2011. Le programme indicatif national pour l’Algérie pour la période 2011-2013, qui définit l’ensemble des interventions financées par l’UE en Algérie, bénéficie au total d’une enveloppe de 172 millions d’euros au titre de l’Instrument européen de voisinage et partenariat. Le présent programme fait partie intégrante du programme indicatif national.
En 2012, 34 millions d’euros ont été engagés pour le programme environnement.

Liberté Algérie 

Rappel :

Algérie, 2ème réserve en devises étrangères dans le monde arabe

Avec plus de 190 milliards de dollars de réserves, l’Algérie se classe en 2ème position, derrière l’Arabie Saoudite, en matière de réserves de devises étrangères dans la région MENA (Afrique du Nord et Moyen-Orient); l’Irak se hisse à la 3ème place mais très loin parce qu’il ne compterait que 55,7 milliards de dollars.

Algérie : Le pillage des tombes chrétiennes, un «véritable business»

Ce n’est pas un banal acte de vandalisme. C’est un véritable business qui cible des cimetières chrétiens en Algérie. Les profanateurs, qui font partie d’un réseau international, ouvrent des tombes, dépouillent les cadavres des objets de valeur, emportés avec eux, pour les revendre dans des salons des capitales occidentales. La Gendarmerie nationale enquête sur un réseau international.

La profanation des tombes, un phénomène en vogue depuis quelques années, vient de livrer ses premiers secrets. En effet, dans la journée de mardi dernier, trois individus ont été interpellés, la main dans le sac, en train de profaner une tombe dans laquelle étaient enterrés quatre Français. Ces derniers, inhumés dans les années 1873 et 1947, avaient emporté avec eux dans leur tombeau des vases de grande valeur. Des objets de valeur qui devraient profiter aux chercheurs universitaires, aux archéologues et autres historiens afin de situer le profil de ces individus, d’une part, et de remonter dans l’histoire, à savoir la période coloniale en Algérie, pour connaître leur confidentialité, d’autre part. Tout a commencé quand des citoyens ont contacté, via le numéro vert 10 55, les gendarmes de Mostaganem pour leur signaler que des individus étaient en train de creuser les tombeaux de ces ressortissants étrangers. […]

Si l’on se réfère aux dernières investigations menées par la Gendarmerie nationale, à travers les cellules chargées de la protection du patrimoine, dont les sépultures, des réseaux internationaux, notamment basés en Tunisie, en Espagne, en Italie ou encore en Égypte, pillent tout ce qui date de l’Antiquité, mais aussi de l’ère coloniale française en Algérie. Ces objets bradés pour la mafia occidentale sont finalement destinés à la vente aux enchères dans les capitales occidentales à des prix astronomiques. […]

Liberté Algérie

Algérie. Les Algériens de plus en plus violents : «nos concitoyens ne se supportent plus»

(extraits) Algérie. Ce que le commun des citoyens peut constater tous les jours, les statistiques des services de sécurité l’attestent. Il y a, en effet, de plus en plus de violence dans les espaces publics algériens.

On a l’impression que nos concitoyens ne se supportent plus.

Pour preuve, le bilan des activités de la Gendarmerie nationale : durant le seul mois du Ramadhan 2013, les gendarmes ont eu à résoudre sur l’ensemble du territoire national 5 282 affaires de crimes et délits mettant en cause 5 364 individus, 1 342 agressions directes contre les personnes notamment les homicides, les coups et blessures volontaires (…)

La violence ne s’arrête pas à ce niveau, elle est plus grave sur les routes et a pour conséquence un véritable carnage. Laxisme généralisé aidant (les autorités du pays, hantées par la crainte d’émeutes, donnent comme instructions aux services de sécurité de ne pas réprimer), certains pensent que les routes leur sont offertes pour extérioriser leurs frustrations et leurs complexes psychologiques. Les routes algériennes sont devenues des lieux de terrorisme et de terreur. Nos routes et nos rues sont devenues de véritables lieux de guet-apens criminels.

Rien que pour la période allant du premier au 27e jour du Ramadan, 395 vies ont été fauchées et 4 493 personnes ont été blessées dans 2 428 accidents. Durant les seules journées des 7 et 8 août de l’Aïd El Fitr, les services de sécurité ont ramassé 36 corps sans vie sur les routes .

Soir d’Algérie – Merci Zatch

Algérie : des centaines d’Algériens ont mangé en public

Plus de 500 Algériens ont mangé et bu en public, samedi 3 août, en plein ramadan dans la ville de Tizi Ouzou, pour dénoncer « l’islamisation du pays ».

Désireux d’affirmer leur liberté de conscience avec bouteilles d’eau, pains, cigarettes et bières, ils étaient entre 300 et 500 à participer à ce rassemblement, le premier du genre en Algérie.

Par cet acte symbolique, ils entendaient dénoncer « le climat de terreur qui règne contre ceux qui ne jeûnent pas » .

la-croix.com
———————–
Complément : Aldo Sterone à propos du ramadan

Rachid Nekkaz, le «Français de seconde zone»

Après avoir tenté sa chance à l‘élection présidentielle française, l’homme d’affaires franco-algérien Rachid Nekkaz se lance dans la campagne présidentielle algérienne. Et continue de payer les amendes des femmes voilées en France. Il reçoit une journaliste du Point dans les bureaux de son association «Touche pas à ma Constitution» dans le très chic 16e arrondissement parisien.

il s’installe sous une affiche barrée d’un drapeau algérien : «Rachid Nekkaz président». L’homme d’affaires a décidé de porter ses ambitions dans le pays d’origine de ses parents en se présentant à l’élection présidentielle algérienne d’avril 2014. «La France ne me fait plus rêver, mais pire que cela, comme des millions d’autres Français de seconde zone, je ne crois plus en la France ni à son modèle d’intégration républicain fondé en théorie sur l’égalité des chances, mais qui en réalité repose sur l’esprit de corps», avance-t-il. Pour y parvenir, il a demandé la déchéance de sa nationalité française. […]

Il a lancé sa campagne le 3 juin dernier à la frontière algéro-marocaine, «devant 11 4×4 de l’armée», assure-t-il. […] Son nom circule sur des sites d’information algériens qui le présentent comme un «défenseur des minorités», «un sauveur des mosquées françaises».

Son «fric» lui vaudrait aujourd’hui d’être «une cible facile». Lui qui a investi sa fortune dans l’immobilier est soupçonné d’être un marchand de sommeil. Il est visé par une plainte déposée en mai dernier par la mairie de Choisy-le-Roi pour «infraction au code de l’urbanisme, mise en danger de la vie d’autrui et blessures involontaires» après l’incendie dans l’un des appartements d’un pavillon transformé qu’il possède dans le quartier résidentiel de la ville. […]

Il s’est présenté le 16 juin dernier à la succession de Jérôme Cahuzac dans la troisième circonscription du Lot-et-Garonne. […] Il finira dernier du premier tour avec 0 % des voix. Il ne s’était pas déplacé pour aller voter. Qu’importe puisque sa photo était déjà dans le journal.

Le Point

Algérie. L’Etat solidaire des tricheurs : La fraude au bac réhabilitée

La décision du Premier ministre d’autoriser les tricheurs au bac à refaire l’année est un fait grave sans précédent qui va ouvrir une immense brèche à une recrudescence accrue de la triche selon El Watan.

Dans tous les pays du monde, tricher ou même faire une tentative, lors d’un examen peut avoir de lourdes conséquences si on se fait attraper, ce qui peut entraîner une note minimale à votre test, une suspension ou même éventuellement l’expulsion.

Cette déclaration exprime l’état d’esprit des enseignants et le climat délétère qui règne dans nos structures éducatives. […]

Jamais les professeurs ne se sont sentis tant inutiles dans leur classe. Malgré toutes leur débauche d’énergie, les résultats restent en dessous de leurs espoirs. Durant les examens internes (devoirs et compositions), les élèves usent de tous les moyens pour tricher. Du mode des antisèches au téléphone portable, en passant par la communication directe, la triche a progressé rapidement comme progresse le système de surveillance. […] Nous comprenons aisément le «dégoût» et le désespoir des milliers d’enseignants qui ont déposé leur dossier pour partir, cet été, à la retraite.

A trop vouloir acheter à n’importe quel prix la paix sociale, le Premier ministre et tous ceux qui ont inspiré cette scandaleuse mesure en faveur des tricheurs ont choqué la famille de l’éducation. […]

El Watan

Algérie : des milliers de familles affluent du Niger. Destination Europe ?

Des milliers de femmes et d’enfants, nigériens pour la plupart, remontent depuis quelques mois le désert saharien pour atteindre des villes ciblées en Algérie. Cette nouvelle vague d’immigration clandestine en provenance du Niger, inquiète les autorités locales.

(…)  «Les hommes, qui sont sur place dans les refuges, attendent que des locaux viennent les recruter pour effectuer des travaux manuels dans les environs. Moi, je suis venu en Algérie avec mes deux femmes pour trouver du boulot».

Eric a laissé une femme [une troisième donc, NDLR] et une petite fille au pays pour transiter par l’Algérie dans l’espoir d’atteindre l’Europe.

«Il est difficile de trouver du travail en Algérie. Les Algériens eux-mêmes ne trouvent pas de travail, alors n’espère pas qu’en tant qu’étranger tu auras plus de chance.

« Ces réfugiés nous posent un problème humanitaire que nous essayons de combler» déclare le Croissant-Rouge. Mais comment ? Nous sommes obligés de travailler parfois dans la semi-clandestinité.

Imaginez qu’on ouvre un centre d’accueil où les gens vont pouvoir se reposer, que va-t-il se passer ensuite ? Tout le fond de l’Afrique va savoir qu’il y a une escale.

Ces flux migratoires d’un nouvel ordre ont rapidement pris une ampleur politique à l’échelle nationale, voire internationale.

elwatan.com

Complément

Le président Bouteflika est retourné en Algérie

Hospitalisé à Paris depuis le 27 avril, Abdelaziz Bouteflika s’est envolé mardi, vers 13h30, à destination d’Alger. Le président algérien paraît trop malade pour réellement diriger le pays jusqu’aux prochaines élections présidentielles, en avril 2014.

Hebergeur d'image

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika, hospitalisé à Paris depuis fin avril, s’en est retourné mardi en son pays. M. Bouteflika a embarqué à bord d’un avion de la présidence algérienne en fauteuil roulant, selon une source aéroportuaire. Son avion a décollé discrètement du terminal réservé aux voyages d’affaires de l’aéroport du Bourget, dans la banlieue parisienne, à destination d’Alger vers 13H30, heure de Paris. [...]

À Alger, les différents cercles du pouvoir fourbissent leurs armes. Les noms d’Ali Benflis, candidat malheureux à la présidentielle de 2004, ou celui de Mouloud Hamrouche, déjà candidat en 1999, sont parmi ceux avancés pour cette course d’obstacles vers le palais d’El Mouradia.

Le Figaro

Algérie : A l’école et à l’université, la triche s’est banalisée

En Algérie, la tricherie collective des élèves lors des examens du baccalauréat 2013 gangrènent l’école et l’université depuis plusieurs années.

Des instituteurs, parfois avec la complicité de l’administration, gonflent les notes, retouchent les bulletins avant ou après les conseils de classes, autorisent le plagiat et encouragent la fuite des sujets. Tout cela se passe sans même inquiéter l’administration.

«Depuis trois ans, le phénomène est devenu très normal. Dans les écoles, tout le monde le sait, mais personne n’ose dénoncer. Nous avons peur aussi. On a entendu dire que des enseignants ont été sanctionnés parce qu’ils ont dénoncé cela>», affirme Salma, une enseignante de français dans un CEM à Birkhadem.

Sur les trois établissements scolaires où elle a travaillé, deux d’entre eux sont concernés par des histoires de tricherie avec la complicité des enseignants, et parfois des agents de l’administration. Le fils d’un directeur de banque a vu sa note d’anglais monter de 4/20 à 14/20, l’enfant a reçu son bulletin à la maison et avant tous les autres élèves. La responsable de classe a modifié la note après s’être entretenue avec ses collègues qui ont approuvé.

En 2012, Salma, qui assurait la surveillance des examens du baccalauréat, a été choquée par la réaction d’un candidat, mais aussi de ses deux collègues. «On l’a vu sortir de sa veste un document pour plagier. Mes collègues n’ont rien fait quand je l’ai obligé à jeter son document, il m’a dit qu’il était policier». […]

A l’université, la situation est dramatique. Nadia, professeur de maths, affirme que la tricherie s’est propagée à l’université et que les professeurs qui se rebellent éprouvent beaucoup de difficultés vis-à-vis des collègues complices. « Les étudiants ont de bonnes notes en français et en anglais et ne savent même pas conjuguer un verbe. En première année, ils ont de bonnes notes en français et, en 2ème année, ils ne comprennent pas le cours donné en français. Ils trichent, c’est clair ». […]

Selon le ministère de l’Éducation nationale, aucun enseignant n’a été impliqué dans l’affaire de tricherie collective des examens du bac 2013. «L’enquête suit son cours et pour l’heure on ne peut rien dire».

TSA

Lille: prison ferme pour une fonctionnaire du service des étrangers.

Une fonctionnaire du service des étrangers de la préfecture du Nord a été condamnée aujourd’hui à Lille à 3 ans de prison dont deux ans avec sursis pour avoir délivré frauduleusement des récépissés de demandes de titres de séjour.

La septuagénaire, jugée pour corruption passive, aide au séjour irrégulier et fourniture frauduleuse de documents administratifs, avait été poursuivie pour avoir « fermé les yeux » sur des certificats d’hébergement de complaisance en 2006 et 2007. L’enquête avait porté sur l’aide au séjour de 107 étrangers faussement domiciliés chez neuf hébergeurs principaux.

Une femme d’origine algérienne âgée de 67 ans, soupçonnée d’avoir été l’organisatrice du système et d’avoir versé de l’argent à la fonctionnaire, contre laquelle quatre ans de prison avec sursis avaient été requis, a été condamnée à trois ans de prison avec sursis.

Article complet sur LeFigaro.fr

L’Institut français d’Alger enseigne le «concept de laïcité» aux imams qui viendront en France

40 imams, dont une mourchidate (prédicatrice ou conseillère chargée de la guidance des femmes) ont suivi en juin des cours de langue française et «d’environnement juridique» propre à la France en général et sur la laïcité en particulier. Une grande première.

Côté Français, on marche sur des œufs. Car, s’il existe déjà des cursus universitaires sur la laïcité à Strasbourg, à Paris et à Lyon, ouverts à tout public et auxquels se sont inscrits quelques popes ou imams, jamais, en vertu de la loi de 1905 qui fonde la séparation de l’Etat et des églises, les pouvoirs publics ne se mêlent de formation.

La demande est venue du ministère algérien des affaires religieuses et des waqfs (biens religieux de mainmorte) pour que la France forme des imams au concept de laïcité. Formulée lors de la visite du ministre français de l’intérieur et des cultes, Manuel Valls, pendant sa visite à Alger en octobre 2012, le projet a pris corps. Répondant favorablement à la requête d’Alger, Manuel Valls a cependant prévenu qu’à terme, il souhaitait voir se développer la formation d’imams français.

A Alger, les intervenants disent ne pas avoir perdu leur temps. «Mes ‘élèves’ avaient du mal à comprendre que la laïcité va jusqu’aux cimetières, ils mettaient en avant le carré chrétien, le carré juif…

Dispensée par l’Institut français d’Alger, qui dépend du Quai d’Orsay, cette formation est destinée aux chefs religieux algériens qui, chaque année, sont envoyés en France pour une période de quatre ans, dans le cadre des accords passés entre la Grande Mosquée de Paris et des pays musulmans, afin de pourvoir les quelque 1 800 postes d’imams répertoriés sur le territoire français. Tout comme le Maroc et la Turquie, l’Algérie dépêche depuis 2001 une quarantaine de personnes chargées de mener les prières. Toutes ont le statut de fonctionnaires de l’Etat algérien.

Le Quotidien d’Algérie (Merci à ranelagh)