Berbères contre Arabes : émeutes et violences inter-ethniques en Algérie

[Extrait] A Ghardaïa, des dizaines de magasins on été incendiés. Plusieurs blessés dont deux gravement. Les violences se sont étendues à tous les quartiers de la ville. Des maisons et des commerces ont aussi fait les frais de la fureur des jeunes qui ont tout saccagé sur leur passage.

Des renforts impressionnants de gendarmes sont arrivés dans la vallée, s’interposant entre les quartiers mozabites et arabes.

El Watan merci Chantecler

——- Complément : L’absurdité du multiculturalisme

«Nous vivons dans des sociétés dans lesquelles chacun vit au détriment de l’autre, où chacun rencontre à chaque instant la culture de l’autre non pas comme un enrichissement, mais comme une agression permanente (…) Une société multiculturelle est une société multi-conflictuelle, multi-raciste et multi-agressive. Ça n’est pas une société durable. Et ca n’est pas une société dans laquelle il fait bon vivre.»

Image de prévisualisation YouTube
Pour le reste de la conférence, voir l’article de Fortune qui présente la vidéo complète.

Algérie : 1 million de naissances prévues en 2014 pour 38,4 millions d’habitants

Fait inédit dans les annales démographiques algériennes : les naissances pourraient franchir, cette année, le cap du million, et ce, de quelques centaines de milliers de bébés.

L’on savait déjà, selon le recensement officiel de l’ONS, que la natalité avait atteint des records en 2012, avec un peu plus de 900 000 nouveaux Algériens qui ont vu le jour. Si, selon le ministère de la Santé, de telles statistiques pour 2013 et 2014 ne sont toujours pas disponibles, reste que les premiers éléments démographiques indiquent une poursuite de cette tendance haussière. «Il y a plusieurs hypothèses quant à cette année 2014.

Au 1er juillet 2014, les démographes prévoient que nous seront 39 millions d’Algériens, et si le taux de natalité de 2012, 26 pour 1000, reste inchangé, le million de naissances sera dépassé», explique M. Ouali. Si de nombreux professionnels de la natalité attestent de cette intensification, et à en croire le nombre plutôt important de ventres ronds que l’on peut croiser, cette dernière simulation chiffrée semble s’avérer exacte.

«Cela représente l’équivalent d’une wilaya comme Blida qui s’ajoute, chaque année, à la population», plaisante le directeur, en ajoutant que cet emballement est venu fausser les projections gouvernementales effectuées en 2003, et qui prévoyaient une augmentation, mais largement moindre. Car, depuis 2002, la courbe est continue, doublant en une décade. Tout comme ont doublé les mariages d’ailleurs, premier élément qui compose et explique ce pic natal. En partie seulement, car les facteurs sont multiples. Et il faut remonter le temps pour en trouver «les racines» : les parents.

Car ils sont, pour la majorité, issus de la «génération baby-boom» des années 1970-80, et, aujourd’hui adultes, c’est à leur tour de «boucler la boucle» et de fonder une famille. Moins nombreuse que par le passé certes. Ainsi, dans les années 1970, le taux de fécondité par femme en âge de procréer était d’une moyenne de 8 enfants. Planning familial aidant et restructuration du modèle du noyau familial, il a continuellement baissé pour atteindre une moyenne de 2,4 en 2002. Mais ce taux de fécondité a subitement augmenté pour atteindre une moyenne de 3,2 en 2012. Ce qui est d’ailleurs l’un des autres facteurs pris en compte par les démographes. «Le fait est que la réalité a rejoint l’idéal», dit M. Ouali, énigmatique.

El Watan, merci à ranelagh

Relire :

Algériens : La France va simplifier la délivrance des visas de circulation

Immobilier à Paris : Les algériens classés quatrièmes acheteurs

Les Algériens investissent particulièrement dans l’immobilier.

Si leur arrivée sur le marché espagnol à la faveur de la crise et de l’effritement des cours de l’immobilier dans la péninsule ibérique, nos compatriotes jouent pour autant un rôle important sur les marchés mitoyens.
En France, les Algériens occupent même des places enviables dans le top 5 des plus gros acquéreurs étrangers d’immobilier parisien.

(…) El Watan

(Merci à Kez)

Amel Bent, pas fière d’être française, mais fière d’être algérienne (màj : changement de discours)

24/02/14

 Le Parisien

Màj du 02/11/2012 :

(…) La chanteuse prise à partie tente aujourd’hui de se défendre par un petit texte publié sur le réseau social:

« Sachez que les personnes qui ont repris mes propos les ont changés afin de me discriminer, commence-t-elle.

Comme des milliers de personnes, je suis française de naissance avec des origines étrangères qui me sont chères. (NDLR : passage coupé  par Télé Loisir )

Comme n’importe quel citoyen, j’ai le droit d’être parfois très fière et parfois, au contraire, d’être en colère contre le système. »

La question à laquelle j’ai répondu à l’époque concernait la condition des enfants d’immigrés et le problème de l’identité. ( NDLR : passage coupé par Télé Loisir )

« Mon raisonnement disait simplement que j’avais un malaise en tant que banlieusarde et enfant d’immigrés, à cause du climat politique et polémique en France. (…) Pour moi cela se traduisait par la gêne de crier haut et fort son amour pour la France, quand on se sent rejeté ou trop différent. (…) En aucun cas j’ai dit ne pas aimer la France », se défend Amel Bent.

La chanteuse conclut: « Encore aujourd’hui, en tant que française, quand je lis certains propos, et bien, j’ai honte de certains comportements, d’une certaine mentalité. Mais je ne fais pas de généralité et je garde espoir, pour un avenir meilleur. » Amel Bent, actuellement dans Danse avec les stars, termine même son texte par un « vive la République et vive la France ! ». Un vrai discours ! (…)

Télé Loisirs et Twitter

Amel Bent explique : « Je suis fière d’être algérienne, fière d’être la fille de ma mère (…) mais je ne peux pas dire encore que je suis fière d’être française ». Ce à quoi elle ajoute :

« Aujourd’hui, je ne peux pas brandir un drapeau bleu blanc rouge, non je peux pas, alors que pour moi c’est plus facile de lever le drapeau de l’Algérie, alors que je ne connais pas l’Algérie. »

http://img853.imageshack.us/img853/9876/algeriefootball431.jpg

Ces déclarations de la chanteuse de La Courneuve, née en France de mère algérienne et de père marocain, sont passées quasiment inaperçues lors de l’émission du Hit Machine qui lui était consacrée le 25 octobre dernier. Les propos sans détour de cette jeune chanteuse francilienne relancent pourtant une nouvelle fois le problème sensible de l’identité « d’une nouvelle génération de Français » explique-t-elle. (…)

Très directe, Amel Bent parle de ses origines maghrébines, de l’attachement quasiment viscéral qu’elle a pour la culture de sa famille et au contraire de la distance qu’elle entretient vis-à-vis de sa nationalité française. Pas à court de contradiction, la chanteuse rappelle néanmoins qu’elle ne se voit pas un instant aller vivre en Algérie… (…)

Staragora

Près de 400 enseignants de langues arabe et berbère employés illégalement par l’ambassade d’Algérie en France

Décidément, un énorme fossé semble séparer les pratiques du pouvoir algérien des principes de légalité. Un dossier en notre possession révèle que l’ambassade d’Algérie en France emploie près de 400 enseignants de langues arabe et berbère sur le territoire français au mépris du code du travail, de la législation française et des droits élémentaires de ces « travailleurs » embauchés « au noir ». Explications.

Dans le cadre du dispositif ELCO (Enseignement de la langue et de la culture d’origine), signé entre la France et l’Algérie en décembre 1981, l’ambassade d’Algérie recrute des enseignants vacataires en langues dans le but de dispenser des cours, aussi bien au niveau du Centre culturel algérien qu’auprès d’associations culturelles et surtout, en collaboration avec le ministère français de l’Éducation, au sein d’établissements scolaires français. Or, les contrats proposés ne sont pas conformes aux lois françaises en matière d’embauche….

Aujourd’hui, certains des enseignants vacataires estiment que la « situation est alarmante » et dénoncent les « intimidations » dont ils font l’objet. En ligne de mire des contestataires, des membres du « clan » proche du ministre algérien de l’Education: Noureddine Toualbi, le coordonateur de l’ELCO et Abdelmadjid Bouhzam, un intime du ministre qui l’aurait personnellement nommé à Paris à la suite de son limogeage de l’université de Blida, en Algérie….

Pour l’heure, l’inspection du travail, contactée par téléphone n’a pas su apporter une réponse claire à ce problème. Les enseignants vacataires, quant à eux, songent à saisir les prud’hommes et les tribunaux français pour faire valoir leurs droits…

Huffington

 

Vu d’Algérie : «Semaine après semaine, la France prend un visage de plus en plus sombre»

Extraits d’un article de «Tout sur l’Algérie» sur la situation en France : islmaophobie, Jour de Colère, Cevital.

À Paris, ce dimanche, la France a encore un peu plus inquiété ses partenaires étrangers par ce qu’elle montre d’elle-même. Une manifestation d’extrême et d’ultra droite a ainsi rassemblé entre 17 000 et 60 000 personnes, selon différentes sources, soudées autour de propos racistes et antisémites. Des slogans incroyables de violence qui ont couvert de bruit médiatique la publication des chiffres d’actes antimusulmans recensés par l’Observatoire national contre l’islamophobie. […]

Un jour sur deux dans la République française, des actes racistes sont commis. Ce rapport ne dit pas quelle réponse pénale les autorités ont à chaque fois apporté. Mais assurément, semaine après semaine, la France prend un visage de plus en plus sombre.

Et ironie de l’histoire, ce sont les Algériens qui viennent au secours des Français dans un étonnant renversement. Ainsi, c’est Isaâd Rebrab, le patron de Cevital et candidat au rachat du groupe FagorBrandt, qui a eu droit à son reportage au journal de 20h de France 2.

À présent, ce ne sont plus les Algériens qui viennent manger le pain des Français mais bien ces même Algériens qui permettent aux Français de continuer à travailler.

La mondialisation et l’histoire ont parfois des accents tragi-comiques.

TSA

Pour Chevénement, «les peuples français et algérien n’étaient pas miscibles» (rediff)

[Il est à noter que Dailymotion a censuré cette vidéo]
[miscible = qui peut se mélanger de façon homogène]

France-Culture, le 15 Août 2008. Emission « Un autre de Gaulle ». Jean-Pierre Chevènement déclare :

« La France au fond n’avait rien à faire en Algérie. Elle y est allée par hasard en 1830. Elle n’a jamais su ce qu’elle y faisait. Elle n’a pas fait véritablement une grande colonie de peuplement. (…) Il aurait fallu distinguer le sort de la France et de l’Algérie, parce que, je le pense, ces deux peuples n’étaient pas miscibles.»

Questions corollaires :
• En quoi ces deux peuples sont-ils plus miscibles aujourd’hui ?
• Quels sont les critères qui rendent les peuples « miscibles » ?
• Avec quel peuple les Français sont-ils « miscibles » ?
• Avec quels autres peuples les Français ne sont-ils pas « miscibles » ?

Free : les appels illimités vers l’Algérie sont désormais limités à 10h

Free a procédé hier à une petite mise à jour de ses offres d’accès à Internet : les appels vers l’Algérie passent de l’illimité à 10 h par mois.

La division FAI de Free a publié une nouvelle brochure tarifaire et de nouvelles conditions générales de vente (CGV) datées du 26 décembre 2013, comme l’a repéré le site Internet Freenews. En substance celles-ci mettent fin aux appels illimités vers l’Algérie, proposés depuis avril 2011.

Pour les nouveaux abonnés, les appels vers les fixes d’Algérie sont désormais limités à 10 h/mois, qu’ils soient inclus sans surcoût aux offres Freebox Révolution ou Freebox Crystal en zone non dégroupée, ou qu’ils soient souscrits en option à 2,99 euros/mois avec l’offre Freebox Crystal en zone dégroupée. Au-delà de 10 heures les communications sont facturées au même prix que lorsqu’elles ne sont pas incluses, c’est-à-dire 19 centimes d’euro par minute.

Les bénéficiaires existants quant à eux peuvent décider de ne pas valider les nouvelles conditions générales de vente, pour continuer à bénéficier d’appels illimités.

Clubic

Fonction publique algérienne : 140 000 postes budgétaires vacants depuis des années

Selon Karim Djoudi, ce problème est dû « à la manière avec laquelle les secteurs organisent les recrutements »

Le ministre de Finances, Karim Djoudi, a été interpellé, ce jeudi, par plusieurs députés de l’Assemblée populaire nationale (APN), au sujet des postes budgétaires qui demeurent vacants depuis plusieurs années. Cela au moment oû de larges franges de la jeunesse, plus particulièrement les diplômés, sont touchées de plein fouet par le chômage.

Les députés ont fait référence dans leurs interventions, au dernier rapport de la Cour des comptes qui a relevé l’existence de pas moins de 140 000 postes budgétaires vacants dont 42 000 dans le secteur de l’Education, 20 700 dans la Santé et 30 000 dans celui des Affaires religieuses. Le reste des postes budgétaires vacants relèvent des secteurs de la Justice, l’Enseignement supérieur et la formation professionnelle.

Le ministre de Finances a confirmé à la presse, en marge de la présentation du projet de loi portant règlement budgétaire de 2011, la véracité du chiffre de 140 000 postes budgétaires vacants, sur un total de 2 millions de postes que compte la Fonction publique. Karim Djoudi s’est contenté de dire que ce problème est dû « à la manière avec laquelle les secteurs organisent les recrutements ». Pourtant, a-t-il souligné, la Fonction publique autorise les secteurs – dans le cas oû ils ne trouvent pas les profils recherchés- à « restructurer » les postes budgétaires en fonction de leurs besoins.

El watan

Relire : 37,7% des algériens en France sont au chômage