Economie : que faire ?

Par Patrick Reymond

Les différentes solutions sont très simples et ramènent à un monde antédiluvien : les Trente Glorieuses.

Lesdites années se sont caractérisées, non pas par une forte croissance, mais par un certain paramétrage, qui a permis la croissance.

D’abord, il faut purger la dette.

Suite et commentaires sur Fortune

La France va emprunter sur 50 ans

L’Agence France Trésor vise une levée de capitaux comprise entre 3 et 5 milliards d’euros.

Système bancaire - Gouvernement - Peuple

À l’heure où les marchés s’inquiètent pour la dette des États, la France se paye le luxe d’emprunter sur… 50 ans !

L’Agence France Trésor (AFT) a annoncé mardi son intention de créer une nouvelle OAT qui arrivera à échéance en 2060. Cette obligation sera vendue par un syndicat de banques, dont les chefs de file sont Barclays Capital, BNP Paribas, Deutsche Bank, JPMorgan et Société Générale.

Les caractéristiques de cet emprunt ne sont pas encore définies, mais l’AFT vise une levée de capitaux comprise entre 3 et 5 milliards d’euros. Le taux auquel elle empruntera sera fixé en fonction de la demande des investisseurs. Les comparaisons sont plutôt favorables : l’unique obligation à 50 ans déjà émise par la France (il y a cinq ans) se négocie actuellement à un taux avoisinant 4,10%. À titre de comparaison, en 2007 – avant la crise du subprime – la France empruntait à 4,50% sur 10 ans.

L’initiative de Bercy montre donc que, pour le moment, la dette française n’est pas affectée par les difficultés rencontrées par la Grèce. Depuis janvier, la France a emprunté 50,7 milliards d’euros sans la moindre difficulté, ce qui représente plus du quart de ses émissions prévues sur l’ensemble de l’année.

Cette tendance favorable devrait continuer, sauf si la notation financière de l’Hexagone, actuellement «AAA», est dégradée. L’agence Fitch Ratings a appelé mardi le Royaume-Uni, la France et l’Espagne à «énoncer des programmes plus crédibles» de consolidation de leurs budgets, «étant donné le rythme de détérioration de leurs finances publiques».

Suite et commentaires sur Fortune