Le boulanger menacé avec un couteau pour un sandwich au bacon

Un artisan boulanger du quartier du Pin à Agen, son commis et sa fille ont été la cible, en fin de nuit dernière, d’agressions verbales et menacés avec arme.

Hebergeur d'imageIl était 5 h 50, le commerce n’avait pas encore ouvert qu’un individu se garait sauvagement sur le trottoir devant la devanture et tambourinait. Il avait faim, réclamait de quoi manger. Un des employés expliquait que les en-cas n’étaient pas encore prêts, mais il lui proposait gentiment de lui faire un sandwich.

L’homme patientait. Mais quand il récupérait son sandwich, il s’emportait, insultait les personnes à l’intérieur car le pain contenait du bacon, donc du porc. Une volée d’injures sortait de sa bouche, estimant être victime de provocation de la part de la boulangerie : «Vous voyez pas que je suis basané !». [...]

La Dépêche

Merci à Stormisbrewing

Agen. Trois Marocains interpellés pour coups et insultes anti-françaises

Trois Marocains seront présentés ce vendredi devant le tribunal correctionnel d’Agen pour violences et propos à caractère racistes.

Deux femmes, Françaises, étaient en voiture, place du Pin à Agen, quand trois Marocains leur ont demandé une cigarette. Elles refusent. En retour, elles se sont fait insulter et cracher dessus. Lorsqu’un ami est venu à leur secours, il s’est fait frapper. Examiné, il a reçu 15 jours d’incapacité totale de travail.
Les trois agresseurs ont été présentés au parquet, à l’issue d’une garde à vue agitée.

En raison de la teneur des insultes proférées envers les deux jeunes femmes, ils sont présentés sur la base de violences et propos à caractère racistes. Ils passeront ce vendredi en comparution immédiate.

Sud-Ouest (Merci à Alex666)

Charente : une collecte pour l’Afrique qui sent l’arnaque

Après avoir écumé la Charente, la société Sud Ouest Ecoval s’intéresse à Agen, où elle propose de ramasser des vêtements qu’elle prétend expédier ensuite en Afrique.

De curieux prospectus ont été distribués dans certaines boîtes aux lettres agenaises à la fin de la semaine dernière. Dessus, on peut lire :

« Grand ramassage de vêtements, chaussures, maroquineries, linge de maison (draps, nappe, rideaux…), en bon état, à destination des pays d’Afrique. [...]

Le hic, c’est que la police municipale n’a été prévenue, ni de la distribution de ce flyer ni, surtout, d’un ramassage ou d’une collecte de vêtements, comme la loi l’oblige en pareil cas. Deuxième problème, ces informations et le prétexte de la collecte sont invérifiables. En effet, au numéro de téléphone indiqué, personne ne répond. [...]

Sud Ouest

Agen. Pluie de coups et agression sexuelle par son compagnon d’origine ivoirienne

Agen. Un homme de 26 ans jugé en comparution immédiate. Il a roué de coups, séquestré et sexuellement agressé son ex-amie.

Le couple s’était installé à Lavardac, après 4 mois et demi de vie commune. Hier, l’ex-concubine, effrayée, a refusé de s’approcher à la barre et de se retrouver à côté de celui qui lui a tuméfié le visage à coups de poing.

Son agresseur, un homme âgé de 26 ans, d’origine ivoirienne, lui avait tendu un guet-apens, dans la nuit de mardi à mercredi. (…)

Le vice-procureur pointe sa dangerosité : «Il était dans un état de compulsion, de violence considérable.» Aujourd’hui, «il est dans la banalisation totale de son comportement». Un mandat de dépôt à l’audience s’impose dans ces circonstances : «Il ne doit ressortir en aucun cas. La vie de la victime serait en jeu.»

La dépêche

Agen : accusé du viol de sa femme

Un homme de 39 ans comparaît depuis mercredi, à Agen, pour le viol de sa femme, en 2011, dont il était en instance de divorce depuis 2009. [...]

L’homme ne s’en cache pas, il est musulman et franco-algérien. Mais la religion ne suffit sans doute pas à expliquer, à elle seule, la possession que veut imposer l’accusé à son entourage. Ni ses difficultés lorsqu’il est confronté à une autorité féminine.

Ni pourquoi il se laisse bousculer et presque crier dessus par l’avocat de la défense, mais coupe la parole à la présidente Annie Cautres et à l’avocat général Marie-Hélène Heyte. [...]

A partir du moment où le couple vit ensemble, l’homme impose à sa femme des tenues couvrant les bras et les jambes. « Je suis jaloux, explique-t-il. Je lui ai dit : “ celui qui te regardes, je lui crève les yeux ”. » Elle, entre-temps, s’est convertie à l’Islam, se rapproche d’une voisine maghrébine pour apprendre à faire la prière et cuisiner le couscous. « Je ne lui ai rien imposé », répète l’accusé, à propos des tenues ou des ex-petits amis relégués à distance malgré trois enfants communs. « C’était tout au début. Si elle n’était pas d’accord, on se disait au revoir, et puis c’est tout. » [...]

« Si être violent, c’est tout casser, lui attraper le bras et lui dire de s’asseoir parce que je n’ai pas fini de parler, alors oui, je suis violent. Mais jamais je n’ai mis la main sur mon épouse. Taper une femme, franchement ! J’ai un code d’honneur. » [...]

Sud Ouest

Merci à chris3818919

Crèche vandalisée dans la cathédrale d’Agen : « On a voulu s’attaquer à la représentation de Noël »

Trois sujets volés dans une crèche dégradée, des cierges brisés et des documents déchirés : c’est la consternation à Saint-Caprais. Les casseurs ont emporté l’enfant Jésus, l’âne et le bœuf.

Nicolas Richer, le curé de la paroisse d’Agen, va déposer plainte aujourd’hui après les actes de vandalisme commis ce vendredi à l’intérieur de la cathédrale Saint-Caprais à Agen. Les faits ont été découverts hier en début d’après-midi.

« Tout le décor de la crèche a été renversé et saccagé. Trois sujets ont également été volés : il s’agit de l’enfant Jésus, de l’âne et du bœuf. Les voleurs ont également pris l’argent déposé par les fidèles dans l’angelot devant la crèche »

Des faits d’une bêtise stratosphérique, qui ont semé la consternation parmi les fidèles et les représentants du culte, visant la crèche dressée pour la Nativité dans le transept nord de la cathédrale, à côté de la chapelle de Saint Sacrement. [...]

« On a voulu s’attaquer à la représentation de Noël », soulevait, amer, le curé qui a accueilli les policiers en début d’après-midi. Après avoir constaté les dégâts et tenté de prélever des empreintes, ils ont lancé un appel à témoins (1). Les voleurs ont quitté la cathédrale, fermée aux fidèles une partie de l’après-midi, avec les sujets sous le bras par la porte principale. [...]

Sud-Ouest

(merci à Makemyday)

Agen : le voyage de la tolérance et du mieux vivre ensemble

Un voyage à Tolède, ville jumelée avec Agen, réunit dix-huit Agenais, partis dimanche matin aux sources du partage des richesses et des cultures.

C’est un signe fort adressé en direction de ceux qui rejettent ou stigmatisent l’autre, une visite organisée à l’origine autour des trois cultures qui se sont déployées dans Tolède , dont le nom raconte son histoire en plusieurs langues. (…)

Un signe fort adressé en direction de ceux qui rejettent ou stigmatisent l’autre

Le voyage est devenu celui du mieux vivre ensemble. Quatre jeunes musulmans, trois jeunes filles catholiques, une protestante mais pas de Juifs, au grand regret de Gabriel Tordjman, président de l’Association cultuelle des Israélites de l’Agenais. Deux autres adolescents, agnostiques, complètent la délégation entourée de plusieurs mères de famille.

Quatre jeunes musulmans, trois jeunes filles catholiques, une protestante mais pas de Juifs.

Kamal Regoug, président de l’association Averroès, et Christophe Chaudruc, membre du comité Agen-Tolède et professeur d’espagnol, sont du voyage.

À un moment donné de l’histoire, «les cultures ont démontré que l’on pouvait mieux vivre et s’entendre», ces jeunes vont «prouver que cela est possible aujourd’hui», estime Kamal Regoug. La ville d’Agen et le comité Agen-Tolède ont apporté leur contribution à cette immersion-découverte, nourrie de textes de documents dont le discours de Martin Luther King «I have a dream», l’histoire d’«Al Andalous», pour alimenter les discussions.

Source La dépêche.
—————-

Complément :
1°) notre page NOVLANGUE
2°) notre page VIVRE-ENSEMBLE

Agen : Une jeune femme agresse son voisin au couteau

Une femme de 23 ans a donné dimanche soir, rue Denfert-Rochereau, sans réel motif, un coup d’arme blanche dans l’abdomen de son voisin.

«Elle a appelé depuis la rue pour qu’on lui déverrouille la porte. Puis elle est montée directement à l’appartement. Elle a sonné. Il a ouvert. Elle lui a donné un coup de couteau au niveau de l’abdomen. Comme ça. En lançant des insultes du genre : violeur, pédophile… » Cet homme est un témoin direct de l’agression dont a été victime un locataire de la résidence Agathe, au 75 de la rue Denfert-Rochereau, dimanche, vers 20 h 30, à Agen. [...]

Cette femme, sans emploi, devrait être replacée en garde à vue au sortir de son hospitalisation. Le parquet prend l’affaire très au sérieux puisqu’une procédure criminelle a été ouverte pour tentative d’homicide volontaire. L’auteur présumée du coup, à laquelle doit profiter la présomption d’innocence est surtout connue par les services de police « pour des alcoolémies », indiquait hier une source proche de l’enquête.

Sud Ouest

Agen (47) Prison pour Alla Lo, dealer et clandestin sénégalais

Le dealer a été interpellé samedi alors qu’il se trouvait en plein échange d’ecstasy avec trois jeunes festivaliers.

Interpellé samedi sur le camping de Garorock alors qu’il se trouvait en plein échange d’ecstasy avec trois jeunes festivaliers, 33 cachets, 17 grammes d’herbe, 18 grammes de haschich et quatre doses de méta amphétamine ont été retrouvés sur ce trentenaire d’origine sénégalaise en situation irrégulière.

Il était également sous surveillance après avoir proposé de la marijuana à un gendarme en civil sur le camping du festival.

Jugé sous le nom d’Alla Lo, sans que même le tribunal ne soit sur qu’il s’agisse de sa véritable identité, tant il en change régulièrement, l’homme en situation de récidive légale était sous le coup d’une peine plancher de 4 ans.

Sud Ouest
(Merci à Le Brave)

Agen : Leila reçoit deux coups de couteau de son beau-frère Saïd

Hier matin, la femme du propriétaire d’une épicerie a été sérieusement blessée de coups de couteau donnés par son beau-frère.

Hier matin, comme elle avait pris l’habitude de le faire, Leila est entrée dans l’épicerie de son mari, Abdelouahab Chaqroune, pour faire quelques courses. Installé au 6, rue Denfert-Rochereau, à Agen, il a monté « L’orientale box » en juillet 2010. [...] Les époux ont entamé une procédure de divorce. Alors, un peu avant 11 heures, tandis que Leila remplit son panier, son mari lui fait remarquer qu’elle est en train de se servir gratuitement. Sur ce motif, et pour d’autres raisons que les couples en instance de divorce trouvent en général facilement, la dispute s’amorce, sous les yeux du frère d’Abdelouahab, prénommé Saïd. [...]

[Saïd] aurait demandé à Leila de parler à son mari (et frère à lui) sur un autre ton. Pour Leila, la remarque de son beau-frère ne passe pas. Elle lui aurait alors jeté au visage un pot de foie gras, à portée de main. Le beau-frère ne goûte pas le geste. Au rayon boucherie, il se serait saisi d’un couteau. Leila, 39 ans, a été frappée à deux reprises. [...] Elle était encore hier après-midi au bloc opératoire, mais ses jours n’étaient pas en danger. [...]

Sud Ouest

Agen (47) : deux ans et demi de prison pour Abdelali

À 22 ans, Abdelali Zegar a déjà trois condamnations au casier, dont la dernière écopée le 16 février dernier pour vol à 6 mois de prison avec sursis. Les deux premières concernaient également des vols et il s’en était sorti là aussi avec du sursis.

Mais depuis hier midi, c’est une condamnation en comparution immédiate à quatre ans de prison dont dix-huit mois avec sursis et mise à l’épreuve pendant 3 ans qu’il est parti purger, la condamnation étant assortie d’un mandat de dépôt. Il lui était reproché d’être le grand ordonnateur d’un vol avec violence ayant entraîné une incapacité de travail de 40 jours.

Avec deux complices mineurs qui seront jugés ultérieurement, il s’était présenté le 10 avril au domicile d’un Agenais dans un appartement au deuxième étage d’un immeuble de la rue Roque. Ce dernier avait ouvert et avait été gazé. Mais il avait trouvé la force de s’enfuir et de se cacher en s’accrochant au balcon de sa chambre. Lorsque la porte de la chambre avait été ouverte, il avait lâché. Heureusement, sa chute avait été freinée par un auvent. Il s’en sortait avec quelques ecchymoses et une vertèbre fracturée.

À l’origine de cette agression, une dette de 1 000 € que devait Abdelati Zegar à un de ses copains après lui avoir cassé sa voiture. Et pour trouver cet argent, il n’avait rien trouvé de mieux que d’aller chez cet Agenais dont l’un de ses complices lui avait dit qu’il avait deux plaquettes de haschich et 800 €. À défaut de trouver l’argent et la drogue, les agresseurs étaient repartis avec divers objets dont un ordinateur portable.

« Son destin aurait pu être plus tragique »

Devant les juges, le prévenu a reconnu les faits. Mais il a minimisé l’agression alors que ses complices avaient déclaré en garde à vue que s’il avait attrapé la victime « il l’aurait démontée ». (…)

La Dépêche

Agen (47) : Confondu à 15 ans dans six vols à l’arraché

Les services d’enquête de la Brigade de la sûreté urbaine du commissariat et du « quart » viennent d’élucider une série de vols à l’arraché, six méfaits au total commis à Agen à des jours, des heures et des lieux différents.

Des vols d’opportunité dictés par la facilité. Dans la nuit de jeudi à vendredi, un jeune est abordé à 3 heures du matin sur la passerelle de la gare SNCF par deux individus d’origine Guinéenne qui lui demandent l’heure.

Comme il n’a pas de montre, il sort son téléphone « Iphone 4 ». Les deux comparses insistent pour voir de plus près le dernier smartphone, mais la victime refuse et s’en va.

Le duo rattrape le garçon, lui décoche un coup-de-poing qui le fait chuter, coups de pied en supplément et le portable est arraché de force.

Une patrouille de police aperçoit la victime en sang. Le signalement des agresseurs évoque de suite dans l’esprit des fonctionnaires, un visage familier connu pour des vols et des violences. Un jeune qui a tenu le siège devant l’îlot V ces derniers mois en face de la Poste. Un regroupement de dealers supposés de cannabis à l’époque.

En sillonnant la ville, la patrouille retrouve le suspect en question, mineur de 15 ans, aussitôt « coffré » et placé en garde à vue. La perquisition du domicile de sa mère à Agen permet de découvrir un passeport et une carte d’identité qu’il envisageait de revendre dans une filière de trafic de papiers d’identité sur Paris.

Au cours de son audition, le nom de son complice est révélé.

Complice qui n’est autre que son cousin âgé de 15 ans lui aussi, placé en garde à vue vendredi soir. (…)

La Dépêche