Afrique : La préférence nationale est à l’ordre du jour

[extrait] La préférence nationale est à l’ordre du jour en Afrique. « Africaniser l’économie » est un débat qui traverse actuellement l’ensemble du continent.

Le Ghana devrait bientôt adopter une loi obligeant les investisseurs étrangers à ouvrir 30 % de leur capital à des entreprises du pays. La Côte d’Ivoire réfléchit à l’instauration de quotas réservés à la sous-traitance locale. Le Mozambique a déjà introduit une contrainte similaire auprès des groupes miniers. La Guinée tente de faire de même.

L’Afrique ne fait aujourd’hui qu’emboîter le pas aux économies sud-américaines ou asiatiques. Le Brésil, le Chili ou la Malaisie ont par exemple multiplié les expériences de « local content » ces cinq dernières années.

Le Nigeria est l’un des pays subsahariens qui ont poussé le plus loin le concept de préférence nationale. Bien décidé à maximiser les retombées de sa filière extractive, le pays s’est inspiré des exemples norvégien et brésilien pour promulguer en avril 2010 le Nigerian Content Act, première loi du genre sur le continent.

jeuneafrique.com

Côte d’Ivoire : Plusieurs agressions anti-blancs à Abidjan

Les effets de la crise sont encore palpables et les agressions racistes anti-blancs sont toujours d’actualité en Côte d’Ivoire même si le sujet demeure médiatiquement aussi tabou que peu mis en lumière.

Ce mercredi soir encore un nouveau cas, les « sales blancs » et autres insultes plus dures, que nous ne relèverons pour des raisons de pudeur, retentissaient à Treichville après qu’un malheureux occidental eut failli effleuré la voiture d’une femme entrain de s’alimenter dans un maquis du quartier appolo.

En effet, sur les lieux au moment des faits aux alentours de 22H gmt, nous étions nous même dans un maquis voisin en attente d’être servi, c’est attiré par les cris émis par trois femmes à l’encontre d’un blanc que nous nous sommes rendus sur la scène qui ameutait tout le quartier sans pour autant que défense de l’agressé soit entreprise par la foule, bien au contraire.

C’est sans nul doute ce climat favorable à la haine anti-blanc, sans quasi aucune obstruction populaire, qui motiva les femmes à accentuer la teneur de l’agression.

Sur les lieux nous découvrirons un jeune européen plutôt beau garçon seul attablé entrain de déguster une soupe d’écrevisse avec de l’attiéké entrain de subir la foudre raciste quant à sa couleur.

Pire une des femmes le menacera même devant l’assemblée, qu’il ne sortira pas vivant d’Abidjan, le sumum à l’encontre de l’occidental resté calme et qui semblait bien se demander ce qui était entrain de se passer.

Informations prises auprès des témoins, le tort du blanc aura été de tenter de se garer en face du maquis derrière la voiture de l’une des femmes.

En pleine manœuvre ce dernier était sur le point d’effleurer l’arrière du véhicule des femmes attablées juste en face. Sans nul doute interpelé par des cris de contestation, l’homme blanc baisa la vitre pour s’excuser et informer les femmes qu’il paierait la réparation si éventuellement son véhicule rayait le parechoc arrière de la voiture de la femme, une mercredes Classe B noire immatriculée 4152 EQ 01, comme nous le relèverons.

Une des femmes l’aurait alors traité de « chien » et c’est après que l’homme blanc lui ai demandé le pourquoi de cette insulte gratuite que la foudre s’est abattue.

Ce cas concret vécu en direct nous rappelle que le racisme anti-blanc est une réalité palpable en Côte d’Ivoire où ces derniers représentent une infime minorité de la population.

Il n’est pas rare que des cas similaires soient portés à notre connaissance par des témoins.

Il y a deux semaines, un français était frappé à Koumassi par ce qu’il avait osé interpeller une femme alors que cette dernière était passée devant lui sans gêne dans un rang d’une boulangerie. L’homme s’était vu se faire ensuite ruer de coups par une dizaine de personnes sans qu’aide ne lui soit apporter. Laissé à terre, blessé au dos et au visage il réussira ensuite à quitter les lieux sous les crise racistes.

Si en occident les agressions racistes sont susceptibles de poursuites ici elles sont, à l’évidence, tolérées voire, dans un passé récent, motivées.

Un tendance de société qui espérons le, trouvera écho en occident où on aurait parfois naïvement tendance à penser que le racisme est unilatéral et que les noirs sont des victimes permanentes.

Un petit tour en Côte d’Ivoire permettra de vous rendre compte que le contraire, émanation de la bêtise la plus aiguë, existe, la seule différence étant que les blancs eux, se taisent et n’en font pas une affaire publique…

Koaci.com
(Merci à Zatch)

Doubs : il pensait avoir trouvé l’amour au Cameroun et finit ruiné

Un Audincourtois a cru trouver la perle rare au Cameroun. Délesté de ses économies,le sexagénaire se bat pour obtenir le divorce.

[...] En croyant trouver la perle rare, l’homme a perdu toutes ses économies, environ 110.000 € : « Et j’en suis à 4.500 € de frais de procédure »

Après la noce, Jean-Paul termine la construction de sa maison : « On a mis les bouchées doubles. J’ai même installé un puits pour avoir de l’eau potable ». Mais progressivement, son épouse, mère de 3 enfants, montre un autre visage : « Elle est devenue distante ». En discutant avec des habitants, Jean-Paul se rend compte qu’il a payé le double du prix du terrain :

« Et puis, les matins quand je me levais, des billets avaient disparu de mon portefeuille. J’ai mis du temps à comprendre que son fils de 15 ans me les volait dans la nuit… ».

En septembre, le Doubien se rend à l’évidence : « Un jour, je me suis dit, tu te fais arnaquer.

Je n’ai jamais pu voir l’acte notarié de la vente du terrain. La notaire appartenait à la même ethnie que ma femme. Elles étaient complices ».

[...] Fin 2011, Jean-Paul fait part à sa femme de son intention de divorcer et tout dégénère : « Elle a demandé à son fils de 6 ans de cacher mon ordinateur portable dans la brousse. Elle faisait 25 kilos de plus que moi. Elle s’est jetée sur moi, j’ai une insuffisance respiratoire et je suis cardiaque. J’ai été secouru par des agriculteurs [...]

L’Est Républicain
(Merci à Bitume8)

Algérie : des milliers de familles affluent du Niger. Destination Europe ?

Des milliers de femmes et d’enfants, nigériens pour la plupart, remontent depuis quelques mois le désert saharien pour atteindre des villes ciblées en Algérie. Cette nouvelle vague d’immigration clandestine en provenance du Niger, inquiète les autorités locales.

(…)  «Les hommes, qui sont sur place dans les refuges, attendent que des locaux viennent les recruter pour effectuer des travaux manuels dans les environs. Moi, je suis venu en Algérie avec mes deux femmes pour trouver du boulot».

Eric a laissé une femme [une troisième donc, NDLR] et une petite fille au pays pour transiter par l’Algérie dans l’espoir d’atteindre l’Europe.

«Il est difficile de trouver du travail en Algérie. Les Algériens eux-mêmes ne trouvent pas de travail, alors n’espère pas qu’en tant qu’étranger tu auras plus de chance.

« Ces réfugiés nous posent un problème humanitaire que nous essayons de combler» déclare le Croissant-Rouge. Mais comment ? Nous sommes obligés de travailler parfois dans la semi-clandestinité.

Imaginez qu’on ouvre un centre d’accueil où les gens vont pouvoir se reposer, que va-t-il se passer ensuite ? Tout le fond de l’Afrique va savoir qu’il y a une escale.

Ces flux migratoires d’un nouvel ordre ont rapidement pris une ampleur politique à l’échelle nationale, voire internationale.

elwatan.com

Complément

La Mairie de Paris fête le ramadan

Le ramadan commence demain. La Mairie de Paris, en collaboration avec Molpe Music et Tour’n’sol Prod. invite tous les Parisiens à une grande soirée culturelle et musicale dans les salons de l’Hôtel de Ville le 17 juillet.

Dès 20h, vous serez accueillis en musique par la fanfare traditionnelle maghrébine Ziyara et ainsi plongés dans l’ambiance d’une inoubliable soirée orientale.

Fanfare traditionnelle et populaire du Maghreb et de l’Orient, Ziyara est une formation déambulatoire qui explore les musiques et danses populaires de ces régions. Respectueuse de ce riche patrimoine musical, elle se réapproprie des rythmes tels que la debka du Moyen-Orient, le saadi égyptien, le khalligi saoudien, le fezzani, tunisien, les binaires et ternaires kabyles, l’allaoui, le gourari et d’autres rythmes du sud algérien. Ziyara sera le fil conducteur de votre soirée.

Au programme : 20h40, le groupe Debademba vous fera voyager à travers l’Afrique de l’Ouest.

Heureuse rencontre du guitariste virtuose Abdoulaye Traoré et du fougueux chanteur ivoirien Mohamed Diaby, Debademba fait se croiser toutes les musiques de l’Afrique de l’Ouest et bien plus encore. Ces ambassadeurs du métissage universel font ici flirter le jazz, le blues, le funk, la salsa et le rock avec les musiques de l’Empire Mandingue. Remarquable !
A 22h45, les sept musiciens du groupe Mashrou’Leila entreront en scène.

Réunion d’ethnies et d’origines religieuses diverses, ce groupe se fait rapidement connaître dans le monde arabe. Parce qu’ils sont jeunes et modernes, parce qu’ils sont désinvoltes, que leur musique est entraînante et que leurs histoires sont celles du Liban d’aujourd’hui, MASHROU’ LEILA, (en arabe: “le projet d’une nuit”) semble plus que jamais prédestiné à représenter une génération toute entière.

Mairie de Paris 1 ; 2

« Dès qu’il réussit, l’homme noir se met à la recherche d’une femme claire »

[Extrait d'article de Koaci.com] [C'est l'un des grands sites d'information africain, présent dans 11 pays d'Afrique]

Voici une actualité que ne commenteront pas les défenseurs de la cause noire en occident, aveuglés par des fantasmes aussi exotiques qu’en parfait décalage avec les réalités africaines en Afrique.

Dès qu’il « réussit », l’iviorien et l’homme noir en général se met à la recherche d’une femme claire, quelle qu’elle soit, pourvu qu’elle le soit.

Au delà de ce constat fort d’une réalité sociale visible et, observée de tous, la préférence de teint se transforme en véritable discrimination à l’embauche.

KOACI.COM a entrepris une enquête et a constaté cette tendance, qui permet de comprendre pourquoi les femmes claires sont si souvent visibles à certains postes dans les entreprises, alors qu’elles ne représentent qu’une infime minorité dans un pays très majoritairement noir.

Nous avons « testé » trois directions des ressources humaines : une banque, une société agro-alimentaire et une administration avec la même méthode : deux CV identiques, l’un avec la photo d’une femme claire et l’autre une femme noire.

Le résultat fut sans surprise : trois réponses positives pour la femme claire (…)

Pour certains postes obligeant un contact direct avec les clients, une entreprise bancaire mentionne le teint dans la liste des critères féminins de sélection.

Notons qu’à Abidjan, les femmes noires n’apprécient guère qu’on use de ce qualificatif pour qualifier leur teint. Est préféré et employé par ces dernières, celui de « bronzé« .

Koaci.com

 

La mairie de Paris XXe baptise deux centres culturels en rendant hommage à des militants africains

La mairie du 20e a décidé de baptiser deux futurs centres culturels en rendant hommage à des militants africains des droits de l’Homme. Une décision qui ne passe pas pour le candidat du Front national (FN) de l’arrondissement.

Le centre d’animation Saint-Blaise, dans le 20e, vient d’être rénové. Il laissera place en 2014 à un vaste espace de 800 m2, dédié aux arts du cirque. À quelques rues de là, le centre Buzenval va prochainement sortir de terre. [...]

Restait à baptiser ces nouvelles infrastructures. C’est chose faite, depuis le conseil d’arrondissement du 30 mai dernier. Saint-Blaise prendra le nom de la biologiste prix Nobel de la paix 2001, Wangari Muta Maathai, décédée en 2011. Le centre Buzenval sera lui appelé du nom de l’écrivain nigérian Ken Saro-Wiwa, condamné à mort pour ses idées en 1995.

Wangari Muta Maathai

Le 20e arrondissement est l’un des plus peuplés et des plus métissés de la capitale. Dans sa décision, le conseil d’arrondissement a voulu rendre hommage « à ces deux personnalités ayant œuvré pour la solidarité, la démocratie et le développement durable dans leur pays et au niveau mondial » et « refléter la diversité et la jeunesse de la population du 20e arrondissement ».

L’écrivain nigérien Ken Sasro Wiwa

Des noms à consonance étrangère qui passent mal pour le candidat du Front national (FN) dans le 20e.

Dans un communiqué, Jean-Louis Chabaillé dénonce l’attitude de la mairie qui, « par sa politique culturelle basée sur la promotion des différences culturelles, participe à la non-assimilation des migrants dans la culture et la nation française et au développement du communautarisme ».

« Si vous voulez une société homogène, il faut des valeurs communes ! Et pour le FN, ces valeurs sont la culture française ! » s’indigne Jean-Louis Chabaillé, qui est aussi commandant de police. Pour le candidat qui précise avoir « de nombreux amis africains. Mais mettre de la culture africaine là où il y a des migrants qui ont besoin d’être intégrés, cela ne va pas les aider ». [...]

MetroFrance

Nigéria : des islamistes attaquent un lycée, au moins 42 morts, 20 chrétiens tués dans une autre attaque

Un groupe islamiste a mené un raid contre un lycée, ce samedi, dans le nord-est du Nigéria, massacrant des étudiants et un enseignant. L’attaque, lancée avant l’aube, a visé l’école de Mamudo, dans l’Etat de Yobe. Un enseignant et plusieurs dizaines d’étudiants ont été massacrés.

«Nous avons reçu les cadavres de 42 élèves et membres du personnel de l’établissement public d’enseignement secondaire Mamudo, la nuit dernière.

Certains avaient des blessures par balle et beaucoup des marques de brûlures», a déclaré Haliru Aliyu, de l’hôpital général de Potsikum, la ville la plus proche de l’établissementr. Un habitant a confirmé le bilan de l’attaque attribuée à Boko Haram.

Le gouvernement nigérian a décrété l’état d’urgence et déployé des troupes dans les trois états du nord-est, où des dizaines d’écoles ont été incendiées par les islamistes. On déplore 1.600 victimes d’attaques similaires depuis 2010, dont de nombreux écoliers et étudiants. Selon les proches des victimes, l’école de Mamudo ne bénéficiait d’aucune protection particulière.

Le Parisien
(Merci à Buridan)

————————-

Autre attaque dans le centre du pays:

Des hommes armés, présentés comme des éleveurs peul, ont attaqué un village du centre du Nigeria et y ont incendié « de nombreuses maisons », a annoncé samedi la police locale, tandis que des médias faisaient état d’au moins vingt morts.

« Des hommes qui seraient des éleveurs fulani (peul) ont attaqué hier, vers 11 heures du matin, le village de Iyordye Akaahena dans le district de Guma (Etat de Benue, ndlr). De nombreuses maisons ont été brûlées », a déclaré à l’AFP le porte-parole de la police de l’Etat, Daniel Ezeala.

[...] Selon les médias locaux, au moins 20 personnes, principalement des chrétiens de l’ethnie Tiv, ont perdu la vie.Les conflits entre éleveurs nomades et agriculteurs sont souvent la cause de violences dans cette région du centre du Nigeria marquant la séparation entre le nord à majorité musulmane et le sud principalement chrétien.

Des affrontements entre fidèles des deux religions ont fait des milliers de morts au cours des dernières années dans le centre du Nigeria.

Le 27 juin, au moins 48 personnes, selon l’armée, avaient été tuées par des hommes armés qui avaient attaqué trois villages dans la région reculée de Langlang, dans l’Etat du Plateau (centre).

Des dizaines d’habitations avaient aussi été incendiées. Puis l’armée avait annoncé avoir tué plus de 100 personnes responsables de raids meurtriers liés à des rivalités ethniques et des vols de bétail dans le centre.

L’orient le Jour
(Merci à Buridan)

Le pape François va dire une messe pour les clandestins à Lampedusa

Le pape François a décidé de se rendre lundi 8 juillet sur l’île de Lampedusa, suite au récent naufrage d’une embarcation qui transportait de nombreux émigrés en provenance d’Afrique et qui l’a « profondément touché ».

Le pape argentin devrait profiter de ce voyage pour prier pour ceux qui ont perdu la vie en mer, ainsi que pour rendre visite aux survivants réfugiés sur l’île. Le Vatican précise que François devrait également avoir un mot d’encouragement pour les habitants de cette île italienne située au large de la Sicile qui a vu débarquer des milliers d’immigrés clandestins, en particulier depuis les révolutions arabes de 2011.

Le pape souhaite également faire appel à la responsabilité de tous afin que soient pris en charge « ces frères et sœurs [immigrés] dans un besoin extrême », ajoute le Vatican, qui prévoit une visite dans la forme la plus discrète possible.

Visite qui devrait néanmoins être rapide : si l’on en croit le programme annoncé, le pape devrait rester sur place environ 3h30. Après avoir jeté une couronne de fleurs au large de l’île qui se situe à moins de 100 km des côtes nord-africaines, le pape saluera des groupes d’immigrants et célébrera une messe.

Selon l’agence des Nations unies pour les réfugiés, plusieurs centaines de personnes ont trouvé la mort au cours des dernières années en tentant de traverser la Méditerranée. Les bonnes conditions climatiques actuelles font craindre aux autorités une hausse des arrivées d’immigrés sur les côtes italiennes.

La Vie

Au cours des six premiers mois de cette année, près de 8.000 migrants ont débarqué sur les côtes italiennes, soit le double de l’année précédente pour la même période. La plupart sont arrivés à Lampedusa : 3.648 personnes, trois fois plus qu’en 2012. (source)

« L’objectif est la remigration et l’inversion des flux migratoires »

Vidéo : extraits choisis d’une interview de Laurent Ozon de fin 2012, non diffusée sur Fdesouche. 7 minutes.

« La France – et l’Europe – ont encaissé des flux de population d’origine marocaine et algérienne dans des proportions invraisemblables et anormales. Je ne fais pas partie des gens qui pensent que nous pourrons dissoudre cette population dans l’espace français. L’objectif que nous devons poursuivre est celui de la remigration et de l’inversion des flux migratoires. »

(entretien complet ici)

Biens mal acquis : la tirelire française du président du Congo

Depuis mars 2007, date à laquelle le scandale des « biens mal acquis » a éclaté, on avait beaucoup appris sur l’étendue de la fortune acquise par plusieurs dirigeants africains, soupçonnés d’avoir indûment puisé dans les richesses de leur pays. Depuis peu, on commence à comprendre comment cette fortune a pu être accumulée.


Uploaded with ImageShack.us

En France, pays important pour le président du Congo-Brazzaville, Denis Sassou N’Guesso, tout tournait autour de Franck Export, une société basée à Orly (Val-de-Marne). Sur le papier, cette entreprise est spécialisée dans le transport de marchandises entre la France et l’Afrique de l’Ouest. En coulisse, elle servait surtout de « tirelire » au président et à sa famille, pour leur constituer un patrimoine monumental et assurer leur train de vie. (…) D’après les enquêteurs, 9 M€ provenant directement de la… Direction du trésor de la République du Congo auraient transité sur les comptes de Franck Export entre 2005 et 2011. Une partie de ces fonds aurait directement profité au président du Congo et à son entourage. Sur les comptes de cette société, d’autres mouvements financiers intriguent : le paiement de factures, pour plus de 2,5 M€, effectué par des entrepreneurs bien connus au Congo, Serge Mouyi et Fidèle Ondouo, toujours au profit du clan N’Guesso. Franck Export servait aussi quasiment de « guichet bancaire » pour les N’Guesso : ainsi, de 2005 à 2009, plus de 1,2 M€ ont été versés en espèces à des membres de la famille ou de proches. Interrogé en février 2013, Franco Cantafio, le patron de Franck Export, explique : « De par ma situation privilégiée avec la présidence du Congo, je suis amené à effectuer des achats dont je ne peux garantir ou attribuer le devenir. »

Les versements en liquide? « Il s’agit d’un service que j’ai facturé sur instruction de la présidence pour transférer de l’argent à certains membres de la famille Sassou, explique encore Cantafio. Ayant des fonds appartenant à la présidence, des factures me sont envoyées, que l’on me demande de régler. Je prends une commission de 100 € par opération. » Les éléments recueillis par les juges montrent que, bien après les premières plaintes sur les biens mal acquis, en 2007, le clan Sassou a continué d’utiliser à son profit l’argent public du Congo, via la société Franck Export.

(…) Le Parisien

Jamel Debbouze : «Bientôt, l’Afrique va mettre une claque à l’Europe…»

A l’occasion de la sortie sur les écrans de Né quelque part, Jamel Debbouze parle de l’Algérie où le film a été tourné.

« L’immigration, c’est pas un problème, c’est une solution»

Pour Debbouze, la façon dont les émigrés «sont dépeints à la télévision, ça fout la rage, parce que c’est pas vrai», dit-il sur le site internet Purepeople. Surtout, il parle de l’Algérie où il perçoit une évolution : «un pays qui bouge, complètement réceptif, et loin des clichés habituels. Il y a tellement de richesses sous les pieds des Algériens , c’est un des pays les plus riches au monde et les gamins ne peuvent pas en profiter».

«Il manque juste le travail, là-bas… faut croire qu’ils viennent en France par dépit. »

«Mais vous allez voir, explique-t-il, bientôt, l’Afrique va mettre une claque à l’Europe… Il y a un espèce de conservatisme en Algérie qui est en train de se barrer, pour laisser place à une gouache, une patate», ajoute-t-il, parlant de la «soif de vivre» des Algériens. […]

El Watan