L’Etat n’aidera pas Libération en cas de graves difficultés financières

L’Etat ne va pas « se substituer aux actionnaires défaillants » de Libération, en graves difficultés financières, a averti la ministre de la Culture et de la Communication Aurélie Filippetti mercredi sur iTELE. [...]

Hebergeur d'image« On a accompagné jusqu’à présent, mais ce n’est pas l’Etat qui va se substituer aux actionnaires défaillants », a ajouté Mme Filippetti. Le sort du journal, déficitaire et endetté, sans trésorerie, se jouera dans les prochaines semaines.

Morandini

Rachid Nekkaz souhaite racheter Charlie Hebdo

Rachid Nekkaz souhaite racheter Charlie Hebdo. Une proposition des plus étranges au vu des motivations affichées par l’homme d’affaires, également président de l’association « Touche pas à ma constitution », dans sa « lettre aux actionnaires de Charlie Hebdo » qu’il fait paraître vendredi 21 septembre sur son blog.

Il propose en effet de racheter 51 % du capital de l’hebdomadaire satirique, qui a fait paraître cette semaine des caricatures du Prophète Mahomet.

« Alors que le magazine Charlie Hebdo subit de plein fouet la crise qui touche l’ensemble de la presse française, je considère qu’il est important de préserver et de pérenniser la personnalité satirique du magazine Charlie Hebdo », écrit-il.

Concrètement, ce sont 700 000 € qu’il propose d’injecter immédiatement dans le magazine, et même plus si besoin. « Considérant le passif et l’endettement du magazine, cette opération peut être salutaire pour Charlie Hebdo car elle lui garantit à la fois l’indépendance de sa ligne éditoriale et une certaine stabilité financière », précise M. Nekkaz [...]

Saphir News (Merci à Zatch)

Le  »système capitaliste » est décrié par les Français

Le « système capitaliste » est jugé inégalitaire et incompatible avec le développement durable par une large majorité des Français, qui appellent de leurs voeux, sans trop y croire, un modèle plus efficace, selon un sondage publié mardi par l’Institut de France.

Pour 71% des personnes sondées par l’institut Opinionway, le terme « capitalisme » évoque quelque chose de négatif, un sentiment qui transcende les générations et les catégories sociales et qui est même partagé par 47% des sympathisants de droite.

Suite et commentaires sur Fortune