Canada : notre terre d’accueil est-elle terre d’abus?

Le débarquement au centre-ville de Magog de 14 ressortissants roumains cherchant la police pour être conduits à un bureau d’immigration afin d’y présenter une demande d’asile politique a récemment provoqué un retentissant battage médiatique. Or, même les jours où il y a moins de tapage, c’est un mode d’emploi d’usage.

http://img259.imageshack.us/img259/9665/canadalifeimmigrationto.jpg

L’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) dénombre183 cas du genre à Stanstead depuis janvier.

C’est dire qu’il y a eu pratiquement autant de revendicateurs du statut de réfugiés – entrés pour la plupart clandestinement – qu’il y a de jours écoulés au calendrier de 2012!

À ce rythme, la hausse sera de 63 pour cent au terme de l’exercice courant. L’année 2011-2012 avait déjà été marquée par un bond de 23 pour cent, pour atteindre un nombre record de 215 dossiers (les comparables étant établis en se référant à l’année financière des gouvernements, les mois de janvier, février et mars 2012 sont comptabilisées au bilan de l’année dernière).

Des factures de 6 à 7 millions de dollars suivent ces 183 demandeurs d’asile politique, peut-on établir objectivement sur la base de données auxquelles se réfèrent les gouvernements fédéral et provincial.

Ceux-ci ont chiffré sur la base des coûts de 2009 que chaque demande déboutée leur engendrait des déboursés de 55 000 $. Les décisions favorables étant rendues plus rapidement et sans contestation, les coûts sont chiffrés à 21 000 $ pour les demandes approuvées. (…)

La Presse

La gestion des HLM en procès

Les HLM sont montrées du doigt. L’Union nationale de la propriété immobilière (Unpi), qui regroupe près de 250000 adhérents, a porté plainte auprès de la Direction générale de la concurrence à Bruxelles contre la gestion des organismes HLM. Motif de cette offensive : les 25 Milliards d’Euros d’aides de l’Etat versés chaque année aux offices HLM ne devraient avoir pour objectif que le logement des familles les plus modestes.

Or, selon Jean Perrin, le président de l’association de défense des propriétaires privés, il y a en France « 380000 logements HLM occupés par des ménages qui ont des revenus mensuels supérieurs à 4000 € par mois »

Le Parisien

Cugnaux (31) : 11 € pour ne pas avoir présenté « assez vite » sa carte grise

Sur le PV, la nature de la contravention est claire : « Non-présentation immédiate de la carte grise ».
11 € car, selon Franck, le conducteur verbalisé, il ne serait pas allé assez vite pour présenter son document.

Le dimanche 27 mars, il rentre chez lui à Cugnaux et rencontre un contrôle de gendarmerie. « J’étais avec la voiture de mon père, une Peugeot 205 », précise Franck. Quand on lui demande les papiers, il donne permis et assurance. Mais il ne trouve pas la carte grise.

J’ai eu beau chercher, je ne trouvais pas. J’ai fait la boîte à gants, les vide-poches… Rien. Au bout de 10 minutes, j’ai mis la main dessus. Elle était dans une petite boîte », raconte Franck.

Mais, quand il aurait tendu le document, le gendarme lui aurait donné le procès-verbal.

Il m’a dit :  »Trop tard, c’est fait. Pour 11 €, vous pouvez payer » ». C’est en effet ce qu’il a prévu de faire.[...]

La Dépêche

Grèce : les 3 mensonges des médias et des experts (1)

«Les Grecs vivent au dessus de leurs moyens.» «L’économie allemande est plus vertueuse.» «L’Euro nous protège de la crise.» Ces trois affirmations font partie du mantra néolibéral répété en boucle par les économistes invités sur les plateaux. L’économiste Jacques Sapir démolit consciencieusement ces pétitions de principe.

La Grèce serait l’homme malade de la zone Euro

Les récents événements en Grèce et dans la zone Euro ont donné lieu à beaucoup de commentaires, au sein desquels on peut constater que certains mythes ont la vie (très) dure. Sans prétendre leur faire la peau définitivement, il convient de rappeler ici certains faits, par sympathie pour les travailleurs grecs mais aussi par amour de la vérité.

La presse allemande, et même française, a usé de termes, en réalité, bien plus injurieux. On se souvient des « cueilleurs d’olives » et même de l’exécrable calembour (la « mauvaise Grèce ») par lequel un quotidien français s’est déshonoré. Il convient de rétablir ici les faits.

Suite et commentaires sur Fortune